Rejoignez-nous

Suisse

Un paquet de 151 millions pour soutenir des médias "sous pression"

Publié

,

le

Quelque 70 journaux ont disparu en quelques années en Suisse, a relevé jeudi la conseillère fédérale Simonetta Sommaruga en défendant le paquet d'aides en faveur des médias soumis à votation le 13 février prochain. (© KEYSTONE/PETER KLAUNZER)

Sous pression financièrement, les médias suisses doivent être soutenus davantage. La conseillère fédérale Simonetta Sommaruga a défendu jeudi un paquet prévoyant une hausse des aides de 151 millions de francs par année, afin de renforcer la diversité médiatique.

"Le projet garantit que les habitants de toutes les régions continuent d'être informés de ce qui se passe près de chez eux. Aucune région ne doit être laissée de côté", a avancé la ministre de la communication en présentant le train de mesures en faveur des médias.

"Pendant longtemps, c'était une évidence. Ce n'est plus le cas aujourd'hui", a-t-elle mis en garde. Adopté en juin par le Parlement, le paquet a été attaqué par un référendum. Il sera soumis à votation le 13 février prochain.

Ces vingt dernières années, les recettes publicitaires des médias suisses ont chuté d'environ 40%, a rappelé Simonetta Sommaruga. Une somme qui est largement tombée dans l'escarcelle des géants d'Internet comme Google ou Facebook.

En outre, les ventes d'abonnements ont fortement reculé en raison de la baisse de l'audience des journaux. Une tendance qui n'est pas compensée par les recettes des abonnements numériques, moins chers, d'autant plus que les internautes restent réticents à payer pour les contenus. Quelque 70 journaux sont passés à la trappe en quelques années, a relevé Mme Sommaruga.

Indépendance pas remise en question

"Sans le paquet en faveur des médias, il y a le risque que d'autres journaux disparaissent, que les radios locales soient affaiblies et que certaines régions ne soient plus couvertes par des sites d'informations: pour la population des régions concernées, ce serait une grande perte", a averti la conseillère fédérale.

Elle a encore relevé le rôle important joué par les médias dans la formation de l'opinion, un aspect central dans une démocratie directe comme la Suisse, ainsi que la surveillance qu'ils exercent sur les actes des autorités.

Simonetta Sommaruga a balayé les objections des opposants, qui affirment que les aides mettront à mal l'indépendance des rédactions. Le projet s'appuie sur des instruments éprouvés et en place depuis longtemps, comme l'aide à la distribution des journaux ou le subventionnement des radios et TV privées.

Ces outils n'ont jamais fait naître de soupçons sur le travail des médias, a relevé la ministre de la communication. Les conditions de l'aide empêcheront toute influence des autorités, a insisté la cheffe du Département fédéral de la communication (DETEC).

Aide temporaire et dégressive

Le comité référendaire, qui dénonce un gaspillage d'argent public, critique également le fait que les aides finiront aussi dans les caisses des grands groupes de presse cotés en bourse.

Sur ce point, Simonetta Sommaruga a rappelé que le paquet est limité à sept ans. Les aides seront par ailleurs distribuées de manière dégressive: elles profiteront proportionnellement davantage aux petits journaux et plateformes en ligne.

Parlement plus généreux

Alors que le Conseil fédéral avait prévu une enveloppe de 70 millions, le Parlement s'est montré plus généreux. Il a finalement doublé cette somme.

L'aide à la distribution des journaux sera augmentée de 70 millions de francs par année, à 120 millions. Introduite par le législatif qui a été sensible à une demande des éditeurs, la distribution matinale et dominicale des journaux sera nouvellement subventionnée. La distribution ordinaire ainsi que celle de la presse associative recevra aussi un coup de pouce supplémentaire.

Un autre volet de l'aide indirecte prévoit de soutenir l'agence Keystone-ATS, les écoles de journalisme, le Conseil suisse de la presse ainsi que des projets informatiques bénéficiant aux médias électroniques. L'argent provient de la redevance radio-tv, pour un maximum de 28 millions de francs (soit une hausse de 23 millions par rapport au régime actuel).

Le train de mesures comporte également une enveloppe de 30 millions de francs par année pour aider directement les médias en ligne. Les radios et télévisions locales n'ont pas été oubliées, le Parlement ayant augmenté la quote-part de la redevance radio-tv à laquelle elles peuvent prétendre. Ces diffuseurs régionaux privés pourront prétendre à 28 millions de francs en plus par année.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Football

La Suisse ira défier l'Angleterre le 26 mars

Publié

le

La Suisse de Murat Yakin ira se frotter à l'Angleterre le 26 mars (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

L'équipe de Suisse disputera son premier match de l'année à Wembley.

La sélection de Murat Yakin se frottera à l'Angleterre le 26 mars dans le mythique stade londonien, avec un coup d'envoi à 18h30 heure suisse. Elle accueillera trois jours plus tard le Kosovo au Letzigrund, à un horaire qui reste déterminer.

La Suisse est supposée préparer ses deux premiers matches de l'année à l'occasion d'un camp dans le Sud de l'Espagne, à Marbella plus précisément, pour autant que la situation sanitaire le permette. Elle connaîtra ses adversaires du Mondial au Qatar dans la foulée de ce rassemblement, le tirage des groupes étant prévu le 1er avril.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Vaud

Vingt ans de prison pour l'assassin d’Yverdon

Publié

le

Jugé à Renens (VD), l'assassin d'un gymnasien a écopé lundi d'une peine de 20 ans d'emprisonnement (archives). (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Le Tribunal criminel d’arrondissement de la Broye et du Nord vaudois a condamné lundi à Renens un Combier de 22 ans à 20 ans de prison pour assassinat. En 2018 à Yverdon, cet homme avait tué un gymnasien et dealer kurde de 21 ans d'une balle dans la tête.

Le procureur avait requis 20 ans de prison ferme à son encontre et c’est ce dont il a écopé. Ce Combier, de nationalité espagnole de 22 ans a été reconnu coupable d’assassinat à Renens.

L’homme, qui dort en prison depuis les jours ayant suivi les faits, n’était pas présent à son verdict. Un soir de novembre 2018, il avait tué un gymnasien et dealer kurde de 21 ans d’une balle de SIG P210 tiré dans la tête à bout portant, voire touchant, lors d’une bousculade. C’était au Parc des Quatre-Marronniers d’Yverdon dans le cadre d’un deal portant sur 500 grammes de marijuana que le condamné avait prévu de dérober.

Risques de récidive élevés

Le Tribunal l’a jugé pleinement responsable de ses actes malgré le trouble mixte de la personnalité dyssociale et immature dont il souffre, selon les experts psychiatres. Il l’a aussi jugé coupable de tentative d’assassinat dans une affaire au cours de laquelle il avait tiré dans une voiture occupée par trois personnes.

Dans d'autres dossiers le concernant, les juges l’avaient reconnu coupable de lésion corporelle simple, de tentative de contrainte, d’infraction à la loi fédérale sur les armes, d’infraction grave à la loi fédérale sur les stupéfiants, de mise en danger de la vie d’autrui, de dénonciation calomnieuse, de violation de domicile et de brigandage. Ses risques de récidive pour des brigandages sont jugés élevés.

Traitement ambulatoire et expulsion

Le Ministère public avait demandé que sa peine soit assortie d’une mesure de traitement ambulatoire. Ce sera le cas. Il avait aussi requis une expulsion du territoire de quinze ans une fois sa peine purgée. Sur ce point aussi, il a été entendu par le Tribunal.

Les juges ont relevé l’"absence de prise de conscience" et la "culpabilité écrasante" du prévenu. Son avocat Me Thierry de Mestral juge la sentence extrêmement sévère et estime que son client voudra probablement faire appel.

Huit ans pour le complice

Le principal complice de l’assassin écope quant à lui de huit années de prison ferme principalement pour complicité d’assassinat. C’est ce que le procureur avait réclamé.

Sa responsabilité pénale est pleine et entière malgré les troubles dépressifs dont il souffrait au moment des faits suite au décès de sa fille de six mois. Sa culpabilité a été jugée très lourde. Conformément au plan établi au préalable par son acolyte, l’homme avait fait sauter des pétards au moment des coups de feu pour les couvrir.

Indemnités pour tort moral

Dans le cadre d’autres affaires, ce Suisse de 24 ans, originaire du Kosovo avait également été reconnu coupable de complicité de tentative d’assassinat, d’infraction à la loi fédérale sur les stupéfiants, de dommages à la propriété et de violation de domicile et de complicité d’infraction à la loi fédérale sur les armes.

Les deux principaux accusés ont aussi été condamnés à verser un total de 84'000 francs d’indemnité pour tort moral à la famille du disparu. Leur avocat Me Charles Munoz les dit "satisfaits et soulagés de voir ce calvaire de trois ans prendre fin. "

Du sursis pour un 3e larron

Un troisième larron de 21 ans, à qui la justice reprochait principalement d’avoir caché l’arme du crime, a été libéré du chef d’accusation de complicité d’assassinat. Il a en revanche été jugé coupable de mise en danger de la sécurité publique et d’entrave à l’action pénale. Il écope de deux de prison avec sursis de cinq ans.

Sa culpabilité est jugée moyennement lourde. C’est un an de moins que ce que le Ministère public espérait. Dans le cadre d’autres affaires, iI avait déjà été reconnu coupable d’infraction grave à la loi fédérale sur les stupéfiants et d’infraction à la loi fédérale sur les armes.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

Moderna: rappel Covid-grippe annuel "pas avant l'automne 2023"

Publié

le

Le 10 décembre, Moderna avait annoncé des premiers résultats positifs pour les essais cliniques de son vaccin contre la grippe, utilisant la technologie de l'ARN messager. (archives) (© KEYSTONE/POOL AP/MICHAEL SOHN)

Moderna estime pouvoir offrir sa dose de rappel annuel à la fois contre le Covid-19, la grippe et le VRS (virus infectant les poumons et les voies respiratoires) "dans le meilleur des cas à l'automne 2023", a déclaré lundi son directeur général.

"Dans le meilleur des cas ce sera à l'automne 2023. Je ne pense pas que ce sera dans tous les pays, mais nous sommes convaincus que c'est possible dans certains pays l'année prochaine", a déclaré Stéphane Bancel, le directeur général du laboratoire qui fabrique l'un des deux vaccins anti-Covid-19 les plus efficaces et basés sur la technologie de l'ARN messager.

Il a indiqué, lors d'une table ronde virtuelle du Forum économique mondial, que les essais pour le VRS étaient en phase III (qui permet d'évaluer l'intérêt thérapeutique du traitement sur un nombre de patients beaucoup plus important) et que ceux du vaccin à ARN messager contre la grippe étaient en phase II (qui démontre l'efficacité du traitement).

M. Bancel espère passer en phase II pour ce dernier "dès le 2ème trimestre de cette année".

Pour lui cet effort de combiner dans un seul vaccin la protection contre plusieurs maladies doit aussi permettre de surmonter les réticences de la population.

"Notre but est d'avoir un seul 'booster' annuel pour qu'on ait pas de problème d'adhésion avec des gens qui ne veulent pas recevoir deux trois injections par hiver mais d'avoir une dose qui fait rappel pour le coronavirus et rappel pour la grippe et le VRS, pour s'assurer que les gens se fassent vacciner", a expliqué le responsable français.

Il a aussi évoqué la capacité de production, rappelant qu'en 2021 Moderna avait livré 807 millions de doses.

"Et nous continuons d'augmenter la capacité -avec une importante augmentation de la production au 1er trimestre de cette année - et avec l'objectif de produire 2 à 3 milliards de doses cette année", a-t-il précisé.

Le 10 décembre, Moderna avait annoncé des premiers résultats positifs pour les essais cliniques de son vaccin contre la grippe, utilisant la technologie de l'ARN messager.

Le vaccin testé vise les sous-types de grippe A dits H1N1 et H3N2, les plus répandus, ainsi que de grippe B, lignées Yamagata et Victoria.

L'entreprise de biotechnologie -qui s'est fait un nom grâce à son vaccin anti-Covid et dont les activités ont littéralement explosé- a dégagé un bénéfice net de 7,3 milliards de dollars sur les neufs premiers mois de 2021, contre une perte de 474 millions de dollars sur la même période de 2020.

Le chiffre d'affaires de l'entreprise a fait un bond tout aussi spectaculaire, passant de 232 millions de dollars sur la période janvier - septembre 2020, à 11,3 milliards de dollars sur la même période un an plus tard.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp / afp

Continuer la lecture

Sport

Lacoste entend faire le point après l'affaire Djokovic

Publié

le

Lacoste entend faire le point avec Novak Djokovic (© KEYSTONE/EPA/DEAN LEWINS)

Lacoste, équipementier textile de Novak Djokovic en mains suisses, va discuter "dès que possible" avec le no 1 mondial.

La marque entend "faire le point sur les événements qui ont accompagné sa présence sur le territoire australien".

Novak Djokovic est arrivé à Belgrade lundi après avoir été expulsé d'Australie, épilogue d'une longue saga autour de son statut vaccinal qui le prive de la possibilité de briguer un 21e trophée majeur, synonyme de record en Grand Chelem. "Les autorités australiennes ont annulé le visa de Novak Djokovic. En conséquence, il ne lui sera pas possible de participer à l'Open d'Australie", a rappelé dans un communiqué la marque au crocodile.

"Dès que possible, nous échangerons avec Novak Djokovic pour faire le point sur les événements qui ont accompagné sa présence sur le territoire australien", a ajouté Lacoste, qui habille le no 1 mondial depuis 2017.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Culture

Programme varié pour la 2e partie de saison de Beausobre

Publié

le

Parmi de nombreux spectacles, le chanteur Bernard Lavilliers sera à l'affiche du Théâtre de Beausobre en avril (archives). (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Fraîchement rénové, le Théâtre de Beausobre à Morges (VD) a dévoilé lundi le programme de sa deuxième partie de saison. Des spectacles en tous genres succèderont sur ses planches, de Clémentine Célarié aux soeurs Bertholet en passant par Bernard Lavilliers.

À la fin de ce mois, Clémentine Célarié viendra interpréter Maupassant dans la pièce "Une Vie". Quelques jours plus tard, le cirque sera à l’honneur avec les Québécois de la Compagnie 7 Doigts qui proposera une soirée à base de danse, acrobatie et cirque.

Le Malandain Ballet Biarritz viendra danser sur du Mozart et du Beethoven, avec performance et virtuosité. Suivra ensuite Simon Romang et son ode au pays de Vaud : "Charrette ! ". La pièce de théâtre "Mi-temps" est également une création suisse. Ce vaudeville retrace la vie moderne de trois amis dans lesquels le public se reconnaîtra forcément.

Jazz et opéra

Pour sa première expérience seule en scène, Laetitia Casta se glissera avec un naturel déconcertant dans la peau de la pianiste Clara Haskil. Dans le thriller policier "Coupable", l'acteur Richard Anconina tentera de retrouver une femme kidnappée.

Camille et Julie Berthollet rendront hommage à leur compositeur fétiche Antonio Vivaldi, avec leur album "Nos 4 saisons".

Place à la musique avec la Compagnie Yllana et ses chanteurs lyriques qui se livreront à un combat vocal impressionnant en retraçant les airs d’opéra célèbres mais aussi des tubes de pop moderne. Les musiciennes Camille et Julie Berthollet rendront hommage à leur compositeur fétiche Antonio Vivaldi, avec leur album "Nos 4 saisons".

Le contrebassiste Avishai Cohen viendra quant à lui transformer Morges en un club de jazz new-yorkais. Enfin, le chanteur Bernard Lavilliers foulera les planches de Beausobre "sous un soleil énorme".

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Les Sujets à la Une

X