Rejoignez-nous

Suisse

La crise sanitaire "ne sera pas finie à la mi-mai" selon M.Berset

Publié

,

le

(KEYSTONE/Peter Klaunzer)
Le ministre de la santé Alain Berset a estimé samedi dans la presse que la crise sanitaire liée au Covid-19 "ne sera pas finie à la mi-mai". "Il serait faux de croire que cette vague épidémique va nous frapper, puis passer et disparaître".

"Les spécialistes disent que le virus va rester. Il faut les écouter. Nous devrons développer un vaccin", a déclaré M.Berset dans un entretien diffusé par La Liberté et ses journaux partenaires. Et de souligner que cela allait prendre du temps. Il appelle donc à rester "flexible" et "modeste" face à cette situation.

Mais "plus le temps va passer, plus on saura comment répondre à ce virus, comment s’en protéger", assure-t-il. Il note que des moyens simples, comme se laver les mains ou la distanciation sociale, sont déjà efficaces.

Confinement pas exclu

Vendredi, l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) a annoncé près de 1400 nouveaux cas positifs au coronavirus par rapport à la veille, portant le total dans le pays à plus de 12'000 depuis le début de l'épidémie. Selon le classement de l'Université américaine Johns-Hopkins, la Suisse pointe au 9e rang des pays les plus touchés au monde. Environ 200 personnes ont perdu la vie en Suisse des suites de la maladie.

Si la situation devait encore empirer en Suisse, un confinement de la population est possible, à l'instar de la France ou de l'Italie, indique M. Berset. "C'est une mesure très dure", mais "la Suisse ne l'a jamais exclue". Mais, selon lui, il est important que la population adhère aux mesures prises et les suit dans la durée. "Ce qui compte, ce ne sont pas les mesures décrétées d'en haut, mais le comportement des gens".

La décision du Conseil fédéral de ne pas passer au confinement provoque des réactions à l'étranger, notamment en France, où Loïc Hervé, un sénateur de Haute-Savoie, a contacté la secrétaire française d'Etat chargée des affaires européennes. "Le sujet sera abordé" dans le cadre des discussions bilatérales, affirme-t-il, interrogé par Le Temps.

"J'ai l'impression que ce que l'on fait chez nous ne sert à rien si la Suisse ne suit pas, si nos voisins n'appliquent pas les mêmes mesures que les nôtres", estime-t-il, soulignant que Genève est comme "une enclave en France", qui partage 95% de frontière avec le pays hexagonal.

Il rappelle que des dizaines de milliers de frontaliers se rendent chaque jour en Suisse pour travailler. "Il faut donc une politique cohérente".

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Suisse

Les mesures prises en Suisse ont fortement réduit les cas de coronavirus

Publié

le

(KEYSTONE/Ennio Leanza)
Les mesures prises en Suisse ont permis de réduire fortement le nombre de cas de Covid-19. Selon les cantons, le taux de transmission a chuté de 53 à 92%, parallèlement à une baisse de mobilité de 30 à 80%. C'est ce qui ressort d'une étude menée par l'EPFL.

"Les estimations de l'impact des mesures sur la transmission du SARS-CoV-2 sont essentielles pour la prise de décision, que ce soit dans la suite de cette épidémie ou dans les suivantes", souligne Jacques Fellay, médecin-chercheur à la Faculté des Sciences de la Vie de l'Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL).

Ce dernier est co-auteur de l’étude dont les résultats viennent d’être publiés dans la revue Swiss Medical Weekly et membre du comité scientifique Covid-19 mis en place par le Conseil fédéral.

Depuis le 28 février

Les chercheurs de l’EPFL ont analysé les mesures prises depuis le 28 février, date de l’interdiction des rassemblements de plus de 1000 personnes. Cette première disposition a été suivie par toute une série de mesures avec pour point culminant l’interdiction des rassemblements de plus de 5 personnes annoncée le 20 mars.

La méthode utilisée consiste à déterminer l’évolution du taux de reproduction (donné par la valeur R0) au cours de l’épidémie à l’échelle nationale et cantonale, à l’aide d’un modèle épidémiologique. Celui-ci prend en compte des données détaillées de plus de 1000 patients hospitalisés dans le canton de Vaud, ainsi que les rapports publics sur les hospitalisations et les décès en Suisse.

Au niveau suisse, les chercheurs ont observé que la valeur R0, soit le taux de reproduction, est passée de 2,8 au commencement de la pandémie à 0,4 au début avril, soit une réduction de 86%. Calculée pour chaque canton séparément, cette réduction varie entre 53% pour le Jura et 92% pour Bâle-Ville.

Données des téléphones portables

La baisse de transmission a été comparée aux changements de mobilité obtenus avec les données des téléphones portables. Ainsi, les déplacements liés au travail, au commerce de détail et aux loisirs ont diminué entre 50 et 75% au niveau suisse et entre 30 et 80% au niveau cantonal.

Une corrélation très nette est observée entre la réduction du taux de reproduction et la baisse de mobilité, mais la diminution du R0 commence quelques jours avant les premiers changements de mobilité.

Effet prépondérant des règles d'hygiène

Les chercheurs ont constaté que la baisse du taux de reproduction a commencé autour du 6 mars, donc au moins une semaine avant que la fermeture des écoles ne soit officiellement mise en place. La campagne d’information de l’Office fédéral de la santé publique (OFSP) lancée le 28 février et adaptée le 2 mars insistait sur les règles d'hygiène de base.

Elle a provoqué une prise de conscience et une application volontaire des mesures d’hygiène et de distanciation sociale qui a permis une baisse du taux de reproduction avant même que les mesures de distanciation ne soient mises en place.

"Nous avons observé que le taux de transmission était déjà autour de 1 lorsque le gouvernement fédéral a interdit les rassemblements de plus de 5 personnes et a recommandé l’isolement volontaire à domicile pour l’ensemble de la population", note Joseph Lemaitre, doctorant au Laboratoire d'écohydrologie (ECHO) de l’EPFL et premier auteur de la publication.

"Ce résultat doit toutefois être replacé dans son contexte puisque l’annonce a pu être anticipée, comme on l’observe en analysant les recherches sur internet. Ce qui a probablement eu un impact sur le comportement de distanciation sociale."

Taux d'infection moyen de 3,9%

À l’aide de ce modèle, les chercheurs ont également calculé que 3,9% de la population suisse avait probablement été infectée par le virus – valeur au 24 avril. Au niveau cantonal, ce taux s’étend de 1,9% pour Berne à 16% au Tessin.

Avec la levée progressive des restrictions, les chercheurs ont la volonté de publier une mise à jour quotidienne du taux de reproduction. Selon eux, il est essentiel de suivre de près son évolution, la capacité de transmission du virus dépendant essentiellement des comportements, et non d’une hypothétique immunité collective encore très loin d’être atteinte.

Suivi attentif nécessaire

Les questions de savoir si l'ouverture des restaurants et magasins entraînera une hausse des transmissions, si celle-ci pourrait être compensée par une stratégie de dépistage et de traçage des contacts plus agressive n'ont pas encore de réponse, pas plus que l’impact du port du masque.

"Un suivi attentif des paramètres épidémiologiques est donc crucial", insiste Jacques Fellay. Les modèles élaborés par les chercheurs devront aussi être affinés en utilisant de nouvelles données, par exemple les résultats des études sérologiques en cours.

Continuer la lecture

Suisse

Dix-sept nouveaux cas de Covid-19 en Suisse

Publié

le

(KEYSTONE/Peter Klaunzer)
Comme samedi, la Suisse a enregistré 17 cas supplémentaires de coronavirus en 24 heures et aucun nouveau décès, a indiqué dimanche l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). La courbe avait connu un rebond vendredi avec 32 nouveaux cas et deux décès dont un bébé.

Les jours précédents, entre dix et vingt cas quotidiens étaient enregistrés. Un total de 30'862 cas ont été confirmés en laboratoire. Le nombre de cas est soumis à des fluctuations hebdomadaires, avec des chiffres plus faibles le week-end.

L’incidence se monte à 360 cas pour 100'000 habitants. Tous les cantons sont concernés, ceux de Genève, Tessin, Vaud, Bâle-Ville et du Valais étant les plus touchés.

A ce jour, 3972 hospitalisations en lien avec un COVID-19 confirmé ont été déclarées et 1657 personnes sont décédées. Cela correspond à 19 décès par 100'000 habitants. Sur les 1573 personnes décédées pour lesquelles les données sont complètes, 97% souffraient d’au moins une maladie préexistante.

Parmi les personnes décédées, 58% étaient des hommes et 42% des femmes. Leur âge allait de 0 à 108 ans, avec un âge médian de 84 ans.

Continuer la lecture

Suisse

Guy Parmelin: la Confédération soutient les apprentis

Publié

le

(KEYSTONE/Peter Klaunzer)
Si les entreprises connaissent des difficultés à cause de la crise, il y a un risque que les apprentis perdent leur place d'apprentissage. Selon Guy Parmelin, la Confédération a édicté un nouveau règlement pour garantir les places d'apprentissage dans de tels cas.

Les entreprises qui bénéficient du chômage partiel ne peuvent normalement pas engager de personnel supplémentaire, explique le ministre de l'économie dans une interview publiée samedi dans les journaux alémaniques de Tamedia. La Confédération a toutefois décidé d'accorder une exception à ce gel de l'embauche en ce qui concerne les apprentis, indique Guy Parmelin. Ce changement entrera en vigueur en juin.

Différences régionales

La situation sur le marché de l'apprentissage n'est pas la même dans toutes les régions du pays. En Suisse alémanique, presque autant de contrats d'apprentissage avaient été signés fin avril qu'à la même période l'an passé, note le conseiller fédéral. La situation est plus tendue en Suisse romande. Sur l'Arc lémanique, seuls 40% de contrats ont été conclus par rapport à l'année passée, illustre le Vaudois.

Et de préciser que ces différences sont aussi en partie dues au fait les contrats d'apprentissage ont été conclus plus tôt en Suisse alémanique et avaient donc déjà été signés avant la crise.

L'Etat apporte un soutien financier pour les jeunes qui ne trouvent pas de places. "Les places d'apprentissage ne sont pas directement subventionnées. Mais nous soutenons les projets des cantons et des organisations économiques qui encouragent l'apprentissage", par exemple par le biais du coaching et du mentoring, explique Guy Parmelin.

Du côté des cantons, Vaud a déjà annoncé qu'il allait débloquer seize millions pour soutenir les apprentis et les entreprises formatrices. Afin de favoriser l'embauche, il subventionnera la moitié du salaire annuel des apprentis qui débuteront leur cursus en août prochain.

Une étude des universités de Berne et Zurich a conclu récemment qu'en raison de la crise du coronavirus, entre 5000 et 20'000 contrats d'apprentissage en moins seront signés ces cinq prochaines années.

Relancer l'économie

Le ministre s'est également exprimé sur la façon de relancer l'économie. Selon lui, il ne faut aucune taxe ou impôt supplémentaire afin de préserver le pouvoir d'achat. C'est pourquoi le Conseil fédéral a décidé de ne pas augmenter les cotisations salariales pour faire face à l'augmentation des charges dues au chômage partiel.

De plus, la suppression des droits de douane sur les produits industriels se trouve entre les mains du Parlement. Le projet date d'avant la pandémie, mais s'avère aujourd'hui un coup de chance, note le conseiller fédéral.

Il ajoute qu'il devrait augmenter le pouvoir d'achat des consommateurs de 350 millions de francs par an. La Confédération mettra en place un monitoring afin de s'assurer que les économies soient répercutées sur les consommateurs, précise M. Parmelin.

Continuer la lecture

Suisse

Weight Watchers biffe 110 postes en Suisse

Publié

le

Unia dénonce les licenciements chez Weight Watchers en Suisse (Photo d'illustration - ©KEYSTONE/GEORGIOS KEFALAS)
Weight Watchers (WW) Suisse se sépare de deux tiers de ses collaborateurs, annonce Unia. Quelque 110 postes de conseillères à la clientèle sont supprimés dans la filiale helvétique du groupe américain spécialisé dans les régimes minceur.

Le projet de restructuration vise à réorienter les services de la multinationale, en remplaçant les habituels ateliers par des activités en ligne. Les licenciements ont été annoncés le 8 mai lors d'une visioconférence aux employés, majoritairement des femmes, indique vendredi Unia dans un communiqué.

Le syndicat dénonce une mesure "brutale" et demande aux autorités vaudoises d'intervenir, sachant que le siège suisse du groupe se trouve à Nyon.

Selon Unia, l'entreprise refuse de communiquer ses plans réels aux salariés, notamment sur l'avenir des sites fermés, alors qu'elle a déjà procédé à des résiliations de contrats de bail. "Cette stratégie du fait accompli est inacceptable", s'insurge le syndicat.

"WW essaie de tout faire pour nous mettre des bâtons dans les roues", ajoute Yves Defferrard, secrétaire régional d'Unia Vaud, contacté par Keystone-ATS. Il affirme par exemple que le groupe refuse de donner des informations importantes pour le calcul d'un plan social ou pour faire des contre-propositions aux licenciements.

Pas de plan social

M. Defferrard indique que la direction de WW Suisse serait prête à rencontrer la commission du personnel et le syndicat, pour autant qu'Unia se contente du rôle d'observateur. "Pour nous, c'est inacceptable et cela équivaut à un refus de nous rencontrer", juge M. Defferrard. Il précise que WW n'a pas prévu, pour l'instant du moins, le moindre plan social.

Le syndicaliste relève que ce sont majoritairement des femmes qui sont touchées par cette restructuration. Elles travaillent comme conseillères ou guides lors d'ateliers avec des personnes souhaitant perdre du poids ou bénéficier de conseils en diététique. "Quasiment tous ces ateliers vont disparaître en Suisse et seront remplacés par des services en ligne", explique M. Defferrard.

Il précise que le taux des employées concernées va du temps plein au temps très partiel. "Même dans ce dernier cas de figure, ce travail constitue un complément de revenus très important", affirme-t-il.

Contacté, le directeur de WW Suisse n'a pas voulu se prononcer personnellement sur cette restructuration et les accusations d'Unia. Il a renvoyé au service de presse de l'entreprise, qui n'avait pas donné suite aux questions de Keystone-ATS vendredi en fin d'après-midi.

Continuer la lecture

Suisse

Crispation au fil de la crise sur internet

Publié

le

L'institut de recherche Sotomo a évalué plus de 900'000 commentaires en ligne. La grande incertitude causée par les chiffres quotidiens et les décès, ainsi que par les mesures d'urgence prises par le Conseil fédéral ont fait l'objet d'un débat intense, (©KEYSTONE/CHRISTIAN BEUTLER)
Le ton des commentaires en ligne s'est modifié au fil des semaines depuis le début de la crise due au coronavirus. Alors que les appels à la solidarité dominaient au départ, les insultes et les menaces ont augmenté dès le premier assouplissement.

L'institut de recherche Sotomo a évalué plus de 900'000 commentaires en ligne. La grande incertitude causée par les chiffres quotidiens et les décès, ainsi que par les mesures d'urgence prises par le Conseil fédéral ont fait l'objet d'un débat intense.

Le début de la crise a coïncidé avec une vague de commentaires en ligne. Aux heures de pointe, du 9 au 18 mars, plus de 20'000 commentaires quotidiens ont été enregistrés, soit le double de la normale. Un pic de 40'000 commentaires est enregistré le 12 mars, après le premier décès.

La santé, puis l'économie

Sotomo identifie trois phases. La première s'est terminée par l'annonce du dernier durcissement le 20 mars, interdisant les réunions de plus de cinq personnes. La phase de confinement a ensuite pris le relais.

En moyenne, le nombre de publications s'est normalisé à environ 10'000 commentaires, bien qu'il y ait eu de grandes différences selon les jours. La phase finale a débuté avec les premiers assouplissements annoncés par le Conseil fédéral le 16 avril. Le nombre de commentaires s'est stabilisé autour de 10'000, peu importe le jour.

Les préoccupations ayant trait à la santé ont clairement dominé le débat sur internet lors de la première phrase. Lorsqu'il est devenu évident que le système de santé était capable de résister et que la majorité de la population se conformerait aux mesures, l'accent n'est plus mis sur les craintes concernant les groupes à risque et la surcharge du système de santé, mais sur les craintes de chômage, de pauvreté, de faillites et de récession. Dans la dernière phrase, les préoccupations concernant l'économie ont clairement pris le dessus.

Berset clivant

L'émotivité du débat a également connu de fortes variations. Au départ, les commentaires alarmistes, mais aussi les louanges et les appels à la solidarité ont été très présents. Ce n'est que depuis la première phase d'assouplissement qu'il y a eu une augmentation des émotions négatives, avec des insultes et des menaces.

Quant aux avis concernant Alain Berset, et dans une moindre mesure Simonetta Sommaruga, ils sont fortement polarisés, car associés à un nombre à peu près égal d'émotions positives et négatives.

Continuer la lecture

C'était quoi ce titre ?

Les 2 derniers titres

Horoscope du jour

Cancer

Quelques frottements au sein des relations sentimentales. Après discussion, vous saurez y mettre bon ordre.

Publicité

Les Sujets à la Une

X