Rejoignez-nous

Suisse

La crise sanitaire "ne sera pas finie à la mi-mai" selon M.Berset

Publié

,

le

(KEYSTONE/Peter Klaunzer)
Le ministre de la santé Alain Berset a estimé samedi dans la presse que la crise sanitaire liée au Covid-19 "ne sera pas finie à la mi-mai". "Il serait faux de croire que cette vague épidémique va nous frapper, puis passer et disparaître".

"Les spécialistes disent que le virus va rester. Il faut les écouter. Nous devrons développer un vaccin", a déclaré M.Berset dans un entretien diffusé par La Liberté et ses journaux partenaires. Et de souligner que cela allait prendre du temps. Il appelle donc à rester "flexible" et "modeste" face à cette situation.

Mais "plus le temps va passer, plus on saura comment répondre à ce virus, comment s’en protéger", assure-t-il. Il note que des moyens simples, comme se laver les mains ou la distanciation sociale, sont déjà efficaces.

Confinement pas exclu

Vendredi, l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) a annoncé près de 1400 nouveaux cas positifs au coronavirus par rapport à la veille, portant le total dans le pays à plus de 12'000 depuis le début de l'épidémie. Selon le classement de l'Université américaine Johns-Hopkins, la Suisse pointe au 9e rang des pays les plus touchés au monde. Environ 200 personnes ont perdu la vie en Suisse des suites de la maladie.

Si la situation devait encore empirer en Suisse, un confinement de la population est possible, à l'instar de la France ou de l'Italie, indique M. Berset. "C'est une mesure très dure", mais "la Suisse ne l'a jamais exclue". Mais, selon lui, il est important que la population adhère aux mesures prises et les suit dans la durée. "Ce qui compte, ce ne sont pas les mesures décrétées d'en haut, mais le comportement des gens".

La décision du Conseil fédéral de ne pas passer au confinement provoque des réactions à l'étranger, notamment en France, où Loïc Hervé, un sénateur de Haute-Savoie, a contacté la secrétaire française d'Etat chargée des affaires européennes. "Le sujet sera abordé" dans le cadre des discussions bilatérales, affirme-t-il, interrogé par Le Temps.

"J'ai l'impression que ce que l'on fait chez nous ne sert à rien si la Suisse ne suit pas, si nos voisins n'appliquent pas les mêmes mesures que les nôtres", estime-t-il, soulignant que Genève est comme "une enclave en France", qui partage 95% de frontière avec le pays hexagonal.

Il rappelle que des dizaines de milliers de frontaliers se rendent chaque jour en Suisse pour travailler. "Il faut donc une politique cohérente".

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Suisse

Vaccins: 1174 déclarations d'effets indésirables évaluées en Suisse

Publié

le

Les déclarations d'effets indésirables connus jusqu'à présent ne changent pas le rapport bénéfice-risque des vaccins utilisés, indique Swissmedic (Image d'illustration © KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Plus de 1000 déclarations d'effets indésirables présumés de vaccins contre le Covid-19 ont été analysées par Swissmedic à la date du 6 avril. Le profil d'effets secondaires est similaire à celui observé lors des essais réalisés avant l'octroi de l'autorisation.

"Ces déclarations ne modifient en rien le rapport bénéfice-risque des vaccins utilisés, qui reste positif", déclare l'Institut suisse des produits thérapeutiques dans un communiqué vendredi. Les effets indésirables observés sont décrits dans les textes d'information sur le médicament.

Sur ces 1174 déclarations, 577 concernaient le vaccin de Pfizer/BioNTech et 580 celui de Moderna. Dans 17 déclarations, le vaccin qui avait été administré n’était pas précisé, indique Swissmedic. Le taux moyen est de l’ordre d’une déclaration pour mille doses administrées.

Près de 400 déclarations d'effets "graves"

Au total, 778 déclarations (66,3%), soit la majorité, rapportaient des effets indésirables "non graves", tandis que 396 déclarations (33,7%) évoquaient des effets "graves". Ce qui veut dire que ces personnes ont dû être hospitalisées ou que leurs réactions ont été considérées "comme médicalement importantes pour d’autres raisons", précise l'institut. Dans la plupart des cas, ces réactions n’ont pas mis en danger la santé des personnes concernées.

Les réactions les plus fréquentes dans les cas dits "graves" déclarés étaient les suivantes, énumère Swissmedic: fièvre (56), détresse respiratoire (31), maux de tête ou migraines (28), réactivation de zonas (26), hypersensibilité (22), réactions anaphylactiques (12), vomissements (20), fatigue (19), augmentation de la pression sanguine (19), maladie du Covid-19 (17), et vertiges (18).

La plupart des déclarations décrivent plus d’une réaction. On compte 2960 réactions au total pour 1174 déclarations, soit 2,5 réactions par déclaration en moyenne.

Cas de zona étudiés

Jusqu'à présent, 44 cas de zona ont été déclarés, dont 26 ont été considérés comme graves, pour la plupart pour des raisons médicales. Le zona est une maladie qui est due à une réactivation du virus varicelle-zona. Les facteurs de risque du zona sont notamment les traitements immunosuppresseurs, le diabète, un stress psychologique et ou des traumatismes physiques.

Les femmes y sont également plus sujettes. Les zonas se sont manifestés chez des personnes âgées de 72 ans en moyenne, entre un et 43 jours après la vaccination. Des études sont en cours pour déterminer s’il existe un lien de causalité entre la vaccination et la survenue du zona, précise Swissmedic.

La majorité des déclarations concernaient des femmes (68,6%), les hommes comptaient pour 28,3% des cas, et quelques déclarations (3,2%) ne mentionnaient pas le sexe de la personne.

Moyenne d'âge des personnes concernées: 64,9 ans, au sein d’une fourchette allant de 16 à 101 ans. Parmi elles, 41,7% avaient 75 ans ou plus.

Dans les 396 cas considérés comme graves, l’âge moyen était de 69,3 ans. Dans les 55 déclarations faisant état de décès concomitants à la vaccination, la moyenne s’établissait à 83,7 ans.

Pas de décès à cause du vaccin

Les personnes décédées souffraient pour la plupart d'affections "pré-existantes graves", ajoute Swissmedic. "Selon les dernières conclusions, ces décès étaient dus à ces maladies, dont l’apparition n’a rien à voir avec la vaccination (infections, événements cardiovasculaires ou maladies des poumons et des voies respiratoires, etc.)", selon le communiqué.

Malgré la concordance temporelle, "rien n’indique concrètement que le vaccin est à l’origine du décès", souligne Swissmedic. Ces conclusions vont dans le même sens que celles tirées à ce sujet par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et les autorités de contrôle des médicaments d'autres pays, indique Swissmedic.

Continuer la lecture

Suisse

La Suisse compte 2519 nouveaux cas de coronavirus en 24 heures

Publié

le

Plus de 645'000 personnes ont déjà reçu deux doses de vaccins en Suisse (Archives © KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

La Suisse compte vendredi 2519 cas supplémentaires de coronavirus en 24 heures, selon les chiffres de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). On déplore 12 décès supplémentaires et 134 malades ont été hospitalisés.

Durant les dernières 24 heures, les résultats de 39'031 tests ont été transmis, indique l'OFSP. Le taux de positivité s'élève à 6,45%.

Sur les quatorze derniers jours, le nombre total d'infections est de 24'596, soit 284,52 nouvelles infections pour 100'000 habitants. Le taux de reproduction, qui a un délai d'une dizaine de jours, est lui de 0,96. Les patients Covid-19 occupent 21,00% des places disponibles en soins intensifs, dont le taux d'occupation est de 70,70%.

Au total 645'055 personnes ont déjà reçu deux doses de vaccins et 1'697'339 une dose. La Suisse a reçu jusqu'à présent 2'390'325 doses de vaccins

Quant aux variants du coronavirus, 41'658 cas ont été détectés en Suisse jusqu'à ce jour, dont 16'394 cas ont été attribués au variant britannique (B.1.1.7), 242 au variant sud-africain (B.1.351) et 13 au variant brésilien (P.1). Dans 25'009 cas, une mutation était présente, mais la lignée n'était pas claire.

Depuis le début de la pandémie, 617'543 cas de contamination au Covid-19 ont été confirmés en laboratoire sur un total de 6'339'396 tests effectués en Suisse et au Liechtenstein. Le total des décès s'élève à 9804 et le nombre de personnes hospitalisées atteint 25'857.

Le pays dénombre par ailleurs 12'724 personnes en isolement et 22'705 individus faisant partie de leurs contacts ont été mis en quarantaine. S'y ajoutent 2808 autres personnes revenant de voyage d'un pays à risque et qui ont dû aussi passer par la case de la quarantaine.

Continuer la lecture

Suisse

La fortune des caisses de pension a bondi de 12,5% en 2020

Publié

le

La progression est à mettre au crédit notamment de l'appréciation de près de 10% du franc par rapport au dollar pendant la période sous revue, indique le cabinet de conseil Willis Towers Watson dans la dernière édition de son étude "Global Pension Assets" (Archives © KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

La fortune des caisses de pension suisses a bondi de 12,5% l'année dernière, malgré les effets de la pandémie de Covid-19, pour atteindre environ 1163 milliards de dollars (1030 milliards de francs), plus du double de la moyenne de ces dix dernières années (5,8%).

La progression est à mettre au crédit notamment de l'appréciation de près de 10% du franc par rapport au dollar pendant la période sous revue, indique le cabinet de conseil Willis Towers Watson dans la dernière édition de son étude "Global Pension Assets" publiée vendredi.

Avec une part de 2,2%, la Suisse figure à la septième place des plus importants acteurs du secteur, avec en tête les Etats-Unis (62,0%), le Japon (6,8%), le Royaume-Uni (6,7%), les Pays-Bas, l'Australie et le Canada. Ces marchés représentent plus de 90% des 22 principaux (P22), dont la fortune cumulée a progressé de 11% pour s'établir à 52,5 milliers de milliards de dollars au bouclement de l'exercice.

Les auteurs de l'étude relèvent une augmentation notable du rapport entre les fortunes des caisses de pension et le produit intérieur brut (PIB) moyen, qui s'établissait à l'échelle mondiale à 80,0% fin 2020, soit 11,2 points de plus qu'un an plus tôt. Pour la Suisse, la hausse a été encore plus marquée (+17 points à 163%).

L'allocation des actifs des caisses helvétiques est "légèrement plus équilibrée" en comparaison internationale, avec 31% d'actions, 34% d'obligations, 31% d'actifs alternatifs et 5% en liquidités.

Une réaffectation massive des capitaux est attendue, car le monde de l'investissement subit actuellement un changement fondamental pour intégrer des aspects extra-financiers dans ses processus décisionnels, signale Michael Valentine, de Willis Towers Watson, en référence à l'accent mis sur les critères de durabilité, qui va selon lui "marquer le secteur des pensions dans les décennies à venir".

Continuer la lecture

Suisse

Près de deux tonnes de denrées alimentaires saisies à Bâle

Publié

le

Environ 700 kg de volaille et de viande de porc, une tonne de manioc et 600 cigarettes ont été découverts dans une camionnette entrée illégalement en Suisse à Bâle. (© Administration fédérale des douanes)

Près de deux tonnes de denrées alimentaires non déclarées ont été saisies à la douane à Bâle dans une camionnette venant de France. Le conducteur faisait l'objet d'une interdiction d'entrée en Suisse.

Le véhicule a été contrôlé peu après avoir franchi la frontière, a indiqué vendredi l'Administration fédérale des douanes (AFD). Dans la camionnette, les employés de l'AFD ont trouvé 700 kg de volaille et de viande de porc non réfrigérés, plus d'une tonne de manioc et 600 cigarettes.

Le chauffeur, qui était interdit d'entrée en Suisse, ne disposait d'aucune déclaration douanière. Le véhicule était en surcharge de 430 kg. Les marchandises ont été saisies. Le conducteur a été remis à la police cantonale de Bâle-Ville.

Continuer la lecture

Suisse

Le chômage en Suisse a baissé en mars

Publié

le

Sur un an, le chômage a augmenté de 22'344 personnes (+16,5%), selon les relevés du Secrétariat d'Etat à l'économie (SECO). En mars 2020, le taux de chômage s'élevait à 2,9%, avant de se maintenir au-delà de la barre des 3% les mois suivants, dans le sillage de la crise pandémique (Archives © KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Le taux de chômage a reculé en mars, passant à 3,4% après 3,6% en février. Le mois dernier, près de 158'000 personnes étaient inscrites au chômage auprès des offices régionaux de placement (ORP). C'est 10'000 inscrits de moins sur un mois.

Sur un an, le chômage a augmenté de 22'344 personnes (+16,5%), selon les relevés du Secrétariat d'Etat à l'économie (SECO) publiés vendredi. En mars 2020, le taux de chômage s'élevait à 2,9%, avant de se maintenir au-delà de la barre des 3% les mois suivants, dans le sillage de la crise liée au coronavirus.

En Suisse romande et au Tessin, le recul mensuel est le plus net. Le taux de chômage a baissé en mars à 4,4%, après 4,8% en février. En Suisse alémanique, la proportion de sans-emploi s'est rétractée à 3,0%, après 3,2%. Elle a baissé de 0,1 point de pourcentage pour les femmes (3,2%) et de 0,3 point pour les hommes (3,6%).

La diminution est plus marquée pour les étrangers (6,2% contre 6,6%) que pour les Suisses (2,4% après 2,5%).

Le mois dernier, tant le chômage des jeunes que celui des 50-64 ans a baissé. Concernant les premiers, leur nombre a ainsi reculé de 10,2% à 15'561 personnes et pour les seconds, il s'est rétracté de 3,8% à 45'486 personnes.

En revanche, sur un an, le nombre de jeunes touchés a crû de près de 7% et pour les 50-64 ans, il a explosé de presque 24%.

Explosion du chômage partiel en janvier

En mars, l'ensemble des demandeurs d'emploi inscrits se chiffrait à 253'939 personnes, soit près de 5800 de moins que le mois précédent. Par rapport au même mois de l'année passée, leur nombre a bondi de 18,7%.

Le nombre de postes vacants a augmenté de 6500, atteignant 45'182, dont 32'000 étaient soumises à l'obligation d'annonce.

En janvier 2021, le chômage partiel a touché 399'667 personnes, soit une progression de 36% sur un mois. Près de 12'800 entreprises de plus y ont eu recours, soit un total de 47'460 à travers le pays. Le nombre d'heures de travail perdues a grimpé de moitié, à 28,9 millions d'heures. Un an plus tôt, le chômage partiel n'était en place que dans 178 entreprises, touchant 3700 personnes et entraînant la perte d'un peu plus de 189'100 heures de travail.

Dans le courant du mois de janvier, 3356 personnes ont épuisé leurs droits aux prestations de l'assurance-chômage.

Continuer la lecture

C'était quoi ce titre ?

Les 2 derniers titres

Horoscope du jour

Bélier

Malgré une certaine anxiété côté finances, soyez tout-à-fait tranquille… Le Soleil et Vénus les soutiennent complètement.

Publicité

Les Sujets à la Une

X