Rejoignez-nous

Vaud

Autoroute A9 : pas de solution à long terme entre Lausanne et Vevey

Publié

,

le

La topographie des lieux ne permet pas de trouver une "solution d'envergure" pour désengorger l'autoroute "de façon satisfaisante et à un coût raisonnable. (©KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

L'autoroute A9 entre Lausanne et Vevey ne sera pas élargie au coeur de Lavaux. Faute de solution pour désengorger le tronçon Belmont - La Veyre, le canton de Vaud dit miser sur le rail.

L'Office fédéral des routes (OFROU) a remis vendredi ses conclusions pour trouver une solution à long terme dans ce secteur, soit au-delà de 2040. Plusieurs variantes ont été examinées pour améliorer la traversée de Lavaux, comme la construction de nouvelles voies, essentiellement en tunnel. Aucun projet n'a toutefois été retenu par l'OFROU.

La topographie des lieux ne permet pas de trouver une "solution d'envergure" pour désengorger l'autoroute "de façon satisfaisante et à un coût raisonnable", résume vendredi l'Etat de Vaud dans un communiqué. Le canton dit partager les conclusions de l'OFROU.

Outre un rapport coût-avantages jugé insuffisant, les autorités cantonales rappellent aussi que ce tronçon Belmont - La Veyre traverse la région viticole de Lavaux. Un site protégé "où la préservation du paysage constitue une priorité."

Du coup, les solutions pour faciliter les déplacements entre Lausanne et Vevey passent par le rail. Cela induit des augmentations de cadences sur la ligne, mais aussi le développement de nouvelles liaisons ferroviaires entre le Sud fribourgeois et les rives du Léman, ainsi que sur la ligne du Simplon entre Lausanne et le Valais.

Vision 2050

Pour Nuria Gorrite, la conseillère d'Etat en charge des infrastructures, "il ne s'agit pas d'opposer la route au rail, mais plutôt d'investir là où les avantages sont les plus grands et les plus en adéquation avec les enjeux climatiques", affirme-t-elle, citée dans le communiqué.

Cette nécessité de développer le rail dans l'Est vaudois a d'ores et déjà été intégrée dans la stratégie ferroviaire "Vision 2050". Présentée en juin dernier par le Conseil d'Etat, elle doit permettre au canton de défendre ses intérêts ferroviaires au niveau fédéral. La stratégie doit être prête à l'horizon 2022 pour être présentée dans le prochain paquet d'investissements aux Chambres fédérales en 2026.

"Le canton mise sur un développement ambitieux du rail", souligne Mme Gorrite. Dans cette optique, la volonté de proposer une alternative à l'autoroute pour traverser la région de Lavaux "aurait toute sa place" dans cette Vision 2050, ajoute-t-elle.

Travaux indispensables

Même si l'avenir passe davantage par le train, l'autoroute A9 n'est pas délaissée entre Lausanne et Vevey. Le canton rappelle que plusieurs travaux sont déjà planifiés et financés dans le cadre de l'entretien des routes par l'OFROU.

Il s'agit de l'élargissement du tunnel de Belmont et de la réfection des chaussées entre Vennes et Belmont, dans le but de pouvoir activer la bande d'arrêt d'urgence en cas de congestion du trafic. Ces travaux sont jugés "indispensables" pour faciliter l'accès à l'agglomération lausannoise.

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vaud

La tournée de la vaccination itinérante a commencé à Vallorbe

Publié

le

Le dispositif de vaccination itinérant a débuté ce mardi à Vallorbe. (Image d'archive - ©KEYSTONE/Martial Trezzini)

Le canton de Vaud a lancé hier son dispositif de vaccination itinérant. C’est Vallorbe qui a inauguré ce circuit qui passera par près de 30 villes.

C’est parti ! Le canton de Vaud a donné ce matin le coup d’envoi de son dispositif de vaccination itinérant. C’est Vallorbe qui a inauguré ce vaste circuit qui passera aussi par Cheseaux, Yvonand, Aigle, Avenches, Bière ou encore Grandson. Cette nouvelle offre complète le dispositif actuel qui compte 14 centres de vaccination contre le coronavirus, ainsi qu'un grand nombre de pharmacies et de cabinets médicaux. Objectif: aller au plus près d’une population qui n’a pas forcément la possibilité de se déplacer vers les grands centres. La majeure partie des injections se fait sur rendez-vous, mais un tiers des doses environ est destinée à être administrée sans rendez-vous. Et ce premier jour à Vallorbe semble être couronné de succès. Jean-Christophe Sauterel, porte-parole de l’Etat major cantonal de conduite:

Jean-Christophe Sauterel
Porte-parole de l’Etat major cantonal de conduite
Jean-Christophe SauterelPorte-parole de l’Etat major cantonal de conduite

Le premier jour à Vallorbe a donc su trouver son public. Preuve en est que le dispositif répond à une vraie demande selon Jean-Christophe Sauterel, porte-parole de l’Etat major cantonal de conduite:

Jean-Christophe Sauterel
Porte-parole de l’Etat major cantonal de conduite
Jean-Christophe SauterelPorte-parole de l’Etat major cantonal de conduite

En ce qui concerne les places sans rendez-vous, 100 sont ouvertes par jour, mais en fonction de l’arrivage des vaccins, elles peuvent augmenter. Comme aujourd’hui à Vallorbe. Et si les rendez-vous fixes sont pleins, pour Jean-Christophe Sauterel ce n’est pas une fatalité, des places se libèrent ou se créent régulièrement.

Jean-Christophe Sauterel
Porte-parole de l’Etat major cantonal de conduite
Jean-Christophe SauterelPorte-parole de l’Etat major cantonal de conduite

D'un point de vue infrastructures, en coulisses, c’est toute une logistique qui a spécialement été mise en place pour passer efficacement d’une ville à l’autre.

Jean-Christophe Sauterel
Porte-parole de l’Etat major cantonal de conduite
Jean-Christophe SauterelPorte-parole de l’Etat major cantonal de conduite

Selon Jean-Christophe Sauterel, la gestion des stocks est bien rodée à l’image de ce qui se fait sur les autres sites:

Jean-Christophe Sauterel
Porte-parole de l’Etat major cantonal de conduite
Jean-Christophe SauterelPorte-parole de l’Etat major cantonal de conduite

Jean-Christophe Sauterel insiste sur le fait que des places se libèrent chaque jour pour la vaccination itinérante et dans les grands centres. En fonction notamment des livraisons de vaccins. Il conseille donc aux personnes intéressées de se rendre régulièrement sur coronavax.ch pour vérifier les nouvelles disponibilités.

Continuer la lecture

Vaud

Heurtée par plusieurs véhicules, une jeune femme meurt sur l'A1

Publié

le

La police recherche les éventuels conducteurs qui auraient pu heurter la piétonne. (PHOTO PRETEXTE - ©KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Une Suissesse de 27 ans qui marchait pour une raison encore indéterminée sur l'autoroute A1 entre Genève et Lausanne, à la hauteur de Nyon (VD), est décédée dans la nuit de lundi à mardi. Elle a été mortellement heurtée par plusieurs véhicules, a indiqué mardi après-midi la police cantonale. Celle-ci lance un appel à témoin.

La personne a été signalée vers 23h30 en train de cheminer sur la bande d'arrêt d'urgence de l'A1, entre les jonctions de Coppet et de Nyon. Immédiatement mobilisées, les patrouilles de police se sont engagées dans le secteur indiqué et ont remarqué, à proximité de l'aire de repos de la Pierre-Féline, la présence d’une femme étendue au milieu des voies ainsi que des débris de véhicules, précise la police.

Dépêché sur place, le médecin n’a pu que constater le décès de la victime, une Suissesse âgée de 27 ans. Les circonstances de cet accident ne sont pour l'heure pas clairement établies, selon la police vaudoise. Une enquête a été aussitôt ouverte.

La police recherche les éventuels conducteurs qui auraient pu heurter la piétonne, notamment celui "d'une berline de couleur noire" et les témoignages de toutes personnes qui seraient en possession d'éléments susceptibles de faire avancer l'enquête.

Pour les besoins de l'intervention des secours, du constat technique de police et du rétablissement de la chaussée, l'autoroute a été fermée à la circulation entre 23h30 lundi soir et 08h50 ce matin. Un plan de déviation du trafic a été mis en place avec l'appui des polices communales vaudoises.

Continuer la lecture

Lausanne

Des abonnements de bus à prix réduits pour le Plan climat

Publié

le

La Ville de Lausanne a présenté les premières mesures de son Plan climat. (©Marino Trotta/Ville de Lausanne)

La ville de Lausanne lance les premières mesures concrètes de son Plan climat. Ce train de mesures, qui doit être validé par le Conseil communal, concerne la mobilité, les transports publics et l'arborisation de la Ville.

Des paroles aux actes. Après avoir présenté en janvier les objectifs de sa politique climatique d’ici à 2050, la Municipalité de Lausanne a présenté ce matin des propositions de mesures concrètes. En ligne de mire: les transports publics, la mobilité et l’arborisation. En termes de transports publics, l’objectif est de les rendre les plus attractifs possibles avec des performances et des dessertes accrues. Mais aussi avec un bonus pour une certaine frange de la population. Car selon le syndic de Lausanne, une politique climatique doit passer par des mesures incitatives et des mesures d'accompagnement.

Grégoire Junod
Syndic de Lausanne
Grégoire JunodSyndic de Lausanne

Relevons tout de même que des émoluments seront appliqués sur ces procédures de rabais. Coût de l’opération: environ 3,1 millions net.

Grégoire Junod
Syndic de Lausanne
Grégoire JunodSyndic de Lausanne

Selon les projections de la Municipalité, la fréquentation des transports publics pourrait être multipliée par 2,3 dans les catégories concernées par le rabais. En termes de mobilité, la Ville s’est fixé un objectif ambitieux: diminuer de 45% l’ensemble des kilomètres parcourus en transports individuels motorisés. Comment y parvenir ? Florence Germond, municipale en charge de la mobilité:

Florence Germond
Municipale en charge de la mobilité, Lausanne
Florence GermondMunicipale en charge de la mobilité, Lausanne

Enveloppe de ces évolutions: entre 1,3 et 1,5 millions par an. Ces aménagements passeront aussi par une généralisation de la piétonnisation du centre-ville. Selon la municipale en charge de la mobilité Florence Germond, il faut remettre la mobilité douce au centre d’une ville qui s’est développée à une époque où la voiture était prioritaire.

Florence Germond
Municipale en charge de la mobilité, Lausanne
Florence GermondMunicipale en charge de la mobilité, Lausanne

Florence Germond ne s’en cache pas, les mesures prises dans le cadre de la pandémie ont inspiré certaines décisions. L’une d’entre elle est la piétonnisation de la rue Centrale.

Florence Germond
Municipale en charge de la mobilité, Lausanne
Florence GermondMunicipale en charge de la mobilité, Lausanne

Dernière annonce, l'augmentation de la canopée, soit la surface du territoire ombragée par des feuilles d’arbres. La Ville a pour ambition de faire passer sa surface de 20% actuellement à 30% à l’horizon 2040. A cet effet, près de 25'000 arbres seront plantés, le long des rues ou sur des parcelles privées et publiques. Natacha Litzistorf, municipale en charge de l’environnement:

Natacha Litzistorf
Municipale en charge de l’environnement, Lausanne
Natacha Litzistorf Municipale en charge de l’environnement, Lausanne

Environ 1 millions par an sera nécessaire. Soit un total pour l'ensemble de ces mesures d’environ 5,5 millions. Et pourtant, promettent les autorités, cela ne répercutera pas sur les contribuables. Pour l'instant. Grégoire Junod:

Grégoire Junod
Syndic de Lausanne
Grégoire JunodSyndic de Lausanne

En résumé, ce premier train de mesures sera financé par une augmentation temporaire des taxes communales sur l'électricité, qui passera de 1,30 à 1,90 ct/kWh entre 2022 et 2025. Le coût global du paquet de mesures - estimé à 31,6 millions sur quatre ans - sera financé grâce à une rétrocession de 34 millions. Des montants perçus en trop par la ville en 2009 et 2010 et que cette dernière doit restituer aux Lausannois à la suite d'un arrêt du Tribunal fédéral, rendu public en septembre dernier.

Mais tout cela doit encore passer la rampe du Conseil communal. Le dossier devrait être discuté cette année encore.

Continuer la lecture

Vaud

Un premier pas vers des WC non genrés dans les restaurants vaudois

Publié

le

Les toilettes non genrées pourraient devenir une réalité dans le canton de Vaud, comme c'est le cas déjà par exemple dans le canton de Lucerne. (ARCHIVES - ©KEYSTONE/URS FLUEELER)

Les toilettes séparées pour les femmes et les hommes pourraient ne plus être obligatoires dans les établissements publics du canton de Vaud. Le Grand Conseil a accepté mardi un postulat visant à permettre l'installation de WC non genrés, notamment dans les restaurants.

Initié par les Verts, le projet consiste à modifier les réglementations existantes, à commencer par la Loi sur les auberges et les débits de boissons (LADB). Celle-ci rend obligatoires des toilettes séparées pour les établissements pouvant accueillir plus de 20 personnes.

Les WC non genrés sont jugés plus inclusifs pour les personnes intersexes et transgenres, contribuant ainsi "à lutter contre le fléau de l'homophobie et de la transphobie", a affirmé Vassilis Venizelos (Verts). De telles toilettes offriraient aussi "un assouplissement aux cafetiers et restaurateurs", qui pourraient gagner de la place dans leur établissement.

A l'origine motion, le texte de Vassilis Venizelos a été transformé en postulat, moins contraignant, afin de laisser davantage de marge de manoeuvre au Conseil d'Etat. Il doit permettre une coordination avec les communes et le Bureau de l'égalité entre femmes et hommes. L'objectif consiste aussi à étendre la réflexion à d'autres lieux publics.

Hormis quelques rares oppositions et abstentions, cette motion transformée en postulat a été acceptée mardi par une large majorité.

Ailleurs en Suisse, le canton de Lucerne a déjà franchi le pas en 2018, lorsque le Conseil d'Etat a adapté la réglementation cantonale et autorisé l'installation de toilettes unisexes dans les restaurants.

Continuer la lecture

Vaud

Les députés vaudois ne pourront plus accepter n'importe quel cadeau

Publié

le

La loi sur le Grand Conseil vaudois est modifiée pour interdire, sauf exception, aux députés d'accepter des cadeaux dans le cadre de leur fonction (Archives © KEYSTONE/CYRIL ZINGARO)

Les députés vaudois ne pourront plus accepter, sauf exceptions, de cadeaux dans le cadre de leur fonction. Ils ont validé mardi en deuxième débat une modification de la loi sur le Grand Conseil destinée à clarifier cette pratique.

La nouvelle loi stipule que les membres du Grand Conseil "ne doivent ni accepter, ni solliciter, ni se faire promettre des libéralités ou d'autres avantages directement ou indirectement liés à l'exercice de leur fonction, que ce soit pour eux-mêmes ou pour des tiers." Des exceptions sont prévues pour "les avantages usuels et de faible valeur."

Il revient désormais au bureau du Grand Conseil d'édicter une directive qui précisera les règles. Les présidents des groupes politiques et la commission des institutions et des droits politiques seront consultés.

Cette base légale, qui s'applique déjà aux autorités communales, a été soutenue à une quasi-unanimité mardi.

Les membres du Grand Conseil "pourront désormais afficher plus de transparence et seront plus au clair sur ce qui est autorisé ou non", s'est réjoui le socialiste Jean Tschopp, rapporteur de la commission. Cette base légale était "nécessaire pour préserver la confiance" entre les élus et la population, a-t-il ajouté.

Continuer la lecture

C'était quoi ce titre ?

Les 2 derniers titres

Horoscope du jour

Lion

Aujourd’hui, besoin d’exprimer l'étendue de vos talents. N'ayez pas peur d'imposer vos points de vue !

Publicité

Les Sujets à la Une

X