Rejoignez-nous

Vaud

Bébé secoué à mort: 6 ans de prison pour le père

Publié

,

le

(KEYSTONE/Laurent Gillieron)
La Cour criminelle de Lausanne a reconnu jeudi la culpabilité d'un père pour la mort de son fils de 11 mois, décédé du syndrome du bébé secoué. Elle lui a infligé une peine de prison de six ans ferme, tout en acquittant la mère.

Malgré les dénégations du père, "il n'y a pas de place pour le plus petit doute" sur sa responsabilité, a affirmé le président du tribunal Pierre Bruttin. Les expertises médicales sont formelles: le nourrisson a succombé en raison de la brutalité de son père, un après-midi de janvier 2017, alors que la mère était absente.

Le président a eu des mots durs à l'encontre de ce ressortissant congolais de 35 ans, également accusé d'avoir maltraité son fils à d'autres reprises, mais aussi d'avoir ébouillanté une nonagénaire dans l'EMS dans lequel il travaillait comme aide-soignant. Son comportement a été qualifié d'"odieux". Quant à ses explications, avancées pour se dédouaner, elles ont été jugées "indignes" et "vaseuses."

Le président a aussi souligné que le prévenu n'avait pas exprimé le moindre regret, ni semblé prendre conscience de la gravité de ses actes. Il a été "cynique" et a montré "la bêtise la plus crasse" en s'en prenant à des personnes "totalement vulnérables", a déclaré Pierre Bruttin.

Expulsion de Suisse

La Cour a été toutefois moins sévère que le procureur, qui réclamait 12 ans de prison ferme pour meurtre. Les juges ont en effet tenu compte d'une certaine diminution de responsabilité en raison de troubles psychiques, dus à un "passé traumatique" lorsqu'il vivait au Congo où il a notamment été torturé.

A la place du meurtre, la Cour a retenu l'homicide par négligence, en plus des lésions corporelles graves et des lésions corporelles simples qualifiées.

Le Congolais a déjà purgé une partie de sa peine, sachant qu'il a passé un peu plus de deux ans en détention provisoire. En sortant de prison, il sera expulsé du territoire suisse pour quinze ans. La Cour n'est pas entrée en matière concernant l'internement, demandé par le procureur.

Mère acquittée

A l'inverse, la mère a été presque totalement disculpée, notamment des accusations d'homicide par négligence et lésions corporelles graves. Le procureur, qui avait requis six ans de prison ferme, avait en effet estimé qu'elle était "co-auteure" des violences subies par le bébé et qu'elle avait "toléré" ce mode de vie.

Pour les juges en revanche, la mère ne pouvait pas "imaginer une scène d'une telle horreur" l'après-midi fatal où elle a laissé son fils seul avec le père. Même si la Cour n'a pas pu déterminer avec exactitude qui avait maltraité le bébé durant les semaines précédentes, elle a estimé que ces actes étaient "sans doute" du fait du père.

Concernant la mère, le tribunal n'a retenu que la violation par négligence du devoir d'assistance envers son fils. Il a toutefois renoncé à lui infliger une peine, au vu du drame qu'elle a vécu avec la mort de son enfant.

Egalement jugée pour avoir transféré des vidéos montrant des actes sexuels et de maltraitance sur des enfants, la femme a été condamnée à 15 jours-amende avec sursis.

Apprenant qu'elle était libérée des charges les plus lourdes, la mère s'est écroulée en larmes sur le sol dans la salle d'audience, avant d'être enlacée par ses proches venus la soutenir. "Le soulagement est énorme", a relevé son avocat Charles Munoz, soulignant "la grande sévérité" dont a fait preuve le Ministère public à l'égard de sa cliente.

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vaud

Début du procès en appel de Philippe Guignard

Publié

le

Philippe Guignard repasse devant la justice jeudi à Lausanne. (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Philippe Guignard est de retour au tribunal. Condamné en juillet dernier à de la prison ferme pour escroquerie, le célèbre pâtissier comparaît jeudi devant la Cour d'appel du canton de Vaud à Lausanne.

A l'issue d'un procès-fleuve de huit jours, Philippe Guignard a écopé le 28 juillet d'une peine de prison de 3 ans, dont 18 mois ferme. Il a été condamné pour avoir grugé 16 victimes entre 2011 et 2013 avec un projet immobilier dans son fief à Orbe. Il avait en réalité détourné leur argent, plus de 3,2 millions de francs, pour éponger des dettes personnelles et celles de sa société, alors aux abois.

Le Tribunal correctionnel du Nord vaudois l'a reconnu coupable d'escroquerie par métier, gestion déloyale aggravée et gestion fautive. Les juges de première instance ont estimé que la culpabilité du pâtissier était "très lourde".

Le président du tribunal avait décrit un homme orgueilleux et sans scrupules, prêt à tout pour sauver son entreprise et jouant de son prestige pour duper ses victimes. Les regrets tardifs du chef déchu avaient aussi pesé dans le jugement.

"Une maladresse"

Philippe Guignard avait fait appel. Il avait certes admis "une maladresse" et "une bêtise", mais rejeté l'accusation d'escroquerie. Tout au long de son procès, il avait répété que son objectif avait toujours été de sauver son entreprise, déclarée en faillite en 2014, et ses 140 collaborateurs.

Son avocate, qui avait plaidé l'acquittement, avait aussi insisté sur la santé précaire de son client, qui souffre d'états dépressifs depuis plusieurs années.

Autrefois star des fourneaux et patron de plusieurs établissements renommés, mais aussi président du Lausanne-Sport et personnalité médiatique, Philippe Guignard a tout perdu. Désormais, avec ce procès en appel, il espère au moins éviter la prison ferme.

Les trois comparses qui l'ont aidé à monter ce stratagème à Orbe ont également été condamnés, mais à des peines avec sursis. Ils ont eux aussi fait appel et se retrouvent jeudi au tribunal.

Continuer la lecture

Vaud

La Dôle: fermeture anticipée le 7 mars du domaine Jura sur Léman

Publié

le

Le domaine de Jura sur Léman fermera de manière anticipée le 7 mars. (Image d'archives - ©KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Le domaine de ski alpin transfrontalier Jura sur Léman à la Dôle mettra un terme à sa saison le 7 mars à 16h30. En cause: la faible fréquentation de ces derniers jours et le manque de visibilité dû à la situation sanitaire.

La décision de fermeture anticipée a été prise dans un esprit de sauvegarde financière de l'exploitant et de pérennité du domaine, écrit Jura sur Léman mercredi dans un communiqué. Le domaine commun de Région de Nyon et de la station des Rousses (F), situé près de la Cure (VD), a connu passablement de déboires cette saison.

Le préfet du Jura français avait interdit l'utilisation du parking français des Dappes desservant les pistes helvétiques du massif de la Dôle. Suite au recours de Télé-Dôle, l'interdiction avait été suspendue début février par le Tribunal administratif de Besançon.

Après 40 jours de fermeture, Jura sur Léman a finalement pu accueillir ses clients de proximité au massif suisse de la Dôle. A savoir, les skieurs résidant dans un rayon de 30 km autour du parking.

Le domaine rappelle encore que des investissements ont été réalisés l'été dernier et que deux nouveaux téléportés ont été installés. Jura sur Léman donne rendez-vous à tous les amateurs de ski dès décembre 2021 pour une nouvelle saison complète, espère-t-il.

Continuer la lecture

International

La Suisse à la pointe des écoles hôtelières, Lausanne en tête

Publié

le

L'Ecole hôtelière de Lausanne (EHL) confirme sa position de leader mondial parmi les écoles de gestion hôtelière (archives - ©KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Huit des dix meilleures écoles hôtelières du monde se trouvent en Suisse, selon le classement annuel établi par Quacquarelli Symonds (QS). L'Ecole polytechnique fédérale de Zurich (EPFZ) occupe elle la tête dans trois domaines.

Au total, 29 programmes suisses se classent cette année parmi les dix premiers au monde, contre 26 en 2020 et 22 en 2019, relève mercredi QS. Le système d'enseignement supérieur suisse prend ainsi le 3e rang mondial, derrière les Etats-Unis et la Grande-Bretagne. Le classement couvre 51 disciplines et évalue plus de 1400 universités du monde entier.

Dans quatre disciplines, les universités suisses sont même les meilleures du monde. L'Ecole hôtelière de Lausanne (EHL) confirme par exemple sa position de leader parmi les écoles de gestion hôtelière. Au total, huit institutions suisses figurent parmi les dix meilleures mondiales en matière de gestion de l'hôtellerie et des loisirs, dont beaucoup pour la première fois cette année.

C'est le cas de l'Hotel Institute Montreux, qui a fait un bond de la 24e à la 6e place. "L'institut a obtenu de bons résultats en grande partie grâce aux retours positifs des employeurs sur les diplômés", a indiqué à Keystone-ATS Jack Moran, porte-parole de QS. Ce dernier a toujours constaté que la Suisse propose une formation de pointe en matière d'hospitalité.

L'EPFZ parmi les 10 premiers dans 15 disciplines

L'EPFZ a de nouveau obtenu la première place mondiale dans trois branches, à savoir les sciences de la Terre et de la Mer, la géologie et la géophysique. Dans douze autres disciplines, elle se classe parmi les dix premiers au monde, même si elle a reculé de quelques places dans sept de ces branches.

Selon M. Moran, il n'y a aucune raison particulière à ce léger repli de l'EPFZ. Au sommet, où la concurrence est féroce, même des changements minimes dans la "réputation académique", par exemple, peuvent entraîner une note légèrement inférieure, explique-t-il.

L'Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) se classe quant à elle dans le top 10 en chimie, en Informatique et systèmes d'information, en Génie civil et structurel, ainsi qu'en Génie électrique et électronique. L'Université de Berne se classe 9e en médecine dentaire et la faculté commune Vetsuisse des universités de Berne et de Zurich prennent le 7e rang en médecine vétérinaire.

Quatre facteurs

L'évaluation de QS se base sur quatre facteurs-clés, pondérés différemment selon les matières. D'une part, des académiciens jugent la réputation académique des domaines des différentes hautes écoles. Les employeurs fournissent également une évaluation des diplômés. Par ailleurs, le classement évalue la productivité des chercheurs et la fréquence à laquelle leurs travaux sont cités.

Continuer la lecture

Vaud

L'exécutif d'Yverdon-les-Bains satisfait de sa législature

Publié

le

La Municipalité d'Yverdon-les-Bains présentait mercredi le bilan de son programme de législature 2016-2021. (©KEYSTONE/LAURENT GILLIERON - Image prétexte).

La municipalité de la 2ème ville du canton présentait mercredi le bilan de son programme de législature 2016-2021. L’objectif était de développer l’attractivité et le rayonnement d'Yverdon-les-Bains. Pour se faire, l’exécutif ambitionnait de mettre en œuvre plus de 80 mesures prioritaires.

Sur ses objectifs annoncés il y a 5 ans, 60% ont été réalisés, 37% sont en cours et seulement 3% ont dû être reportés. 

La majorité des mesures semble donc avoir été mise en place comme l’explique le Syndic Jean-Daniel Carrard:

Jean-Daniel Carrard
Syndic d'Yverdon-les-Bains
Jean-Daniel CarrardSyndic d'Yverdon-les-Bains

Et parmi d’autres réalisations de la législature 2016-2021, il y a bien sûr la toute soudaine inauguration du nouveau stade municipal ce printemps. Mais une autre priorité d’Yverdon-les-Bains, c’est aussi de réduire l’empreinte écologique. Pour se faire, la ville a par exemple investi dans l'éclairage dynamique.

Pierre Dessemontet est municipal chargé de l’énergie:

Pierre Dessemontet
Municipal à Yverdon-les-Bains
Pierre DessemontetMunicipal à Yverdon-les-Bains

Interrogation sur les finances

Les finances de la ville se sont également bien portées jusqu’à l’année 2019, puisque les chiffres sont toujours restés dans le noir. Pour 2020, les résultats devraient sortir sous peu mais l’incertitude est de mise.

Jean-Daniel Carrard, syndic d’Yverdon:

Jean-Daniel Carrard
Syndic d'Yverdon-les-Bains
Jean-Daniel CarrardSyndic d'Yverdon-les-Bains

Et dimanche, ce sont les élections communales dans le canton de Vaud. À Yverdon, la Municipalité va de toute façon connaître du changement puisque 2 membres de l’exécutif ne se représentent pas. Il s’agit des PLR Valérie Jaggi Wepf et Marc-André Burkard. 

Continuer la lecture

Vaud

Consultation de dépistage visuel pour les diabétiques à Rennaz

Publié

le

L’Hôpital ophtalmique Jules-Gonin ouvre une consultation de dépistage des maladies oculaires dues au diabète à son antenne de l’Espace Santé Rennaz dès jeudi. (© KEYSTONE/LEANDRE DUGGAN)

Dès jeudi, l’Hôpital ophtalmique Jules-Gonin ouvre une consultation d’ophtalmodiabétologie à son antenne de l’Espace Santé Rennaz. Elle a pour objectif de sensibiliser les personnes atteintes de diabète de la région du Chablais à l’importance du dépistage ophtalmique.

Cette consultation sera ouverte tous les jeudis. "On l’ignore souvent mais le diabète est une menace pour la vision et 30% des patients diabétiques développent une rétinopathie diabétique" explique le Dr Lazaros Konstantinidis, responsable de cette nouvelle consultation, cité mercredi dans un communiqué.

La rétinopathie diabétique affecte des vaisseaux sanguins de la rétine et peut endommager gravement la vue si elle est négligée. En l’absence de traitement, elle pourrait mener à une diminution importante de la vision, pouvant aller jusqu’à la cécité.

La maladie n’entraine aucun symptôme pendant la majeure partie de son évolution. C'est pourquoi un dépistage annuel et un suivi ophtalmologique avec examen approfondi de la rétine est particulièrement indiqué.

Continuer la lecture

C'était quoi ce titre ?

Les 2 derniers titres

Horoscope du jour

Balance

Nervosité exacerbée. Heureusement, vous pourrez compter sur votre partenaire pour venir à bout de toutes ces petites tracasseries.

Publicité

Les Sujets à la Une

X