Rejoignez-nous

Vaud

Bébé secoué à mort: 6 ans de prison pour le père

Publié

,

le

(KEYSTONE/Laurent Gillieron)
La Cour criminelle de Lausanne a reconnu jeudi la culpabilité d'un père pour la mort de son fils de 11 mois, décédé du syndrome du bébé secoué. Elle lui a infligé une peine de prison de six ans ferme, tout en acquittant la mère.

Malgré les dénégations du père, "il n'y a pas de place pour le plus petit doute" sur sa responsabilité, a affirmé le président du tribunal Pierre Bruttin. Les expertises médicales sont formelles: le nourrisson a succombé en raison de la brutalité de son père, un après-midi de janvier 2017, alors que la mère était absente.

Le président a eu des mots durs à l'encontre de ce ressortissant congolais de 35 ans, également accusé d'avoir maltraité son fils à d'autres reprises, mais aussi d'avoir ébouillanté une nonagénaire dans l'EMS dans lequel il travaillait comme aide-soignant. Son comportement a été qualifié d'"odieux". Quant à ses explications, avancées pour se dédouaner, elles ont été jugées "indignes" et "vaseuses."

Le président a aussi souligné que le prévenu n'avait pas exprimé le moindre regret, ni semblé prendre conscience de la gravité de ses actes. Il a été "cynique" et a montré "la bêtise la plus crasse" en s'en prenant à des personnes "totalement vulnérables", a déclaré Pierre Bruttin.

Expulsion de Suisse

La Cour a été toutefois moins sévère que le procureur, qui réclamait 12 ans de prison ferme pour meurtre. Les juges ont en effet tenu compte d'une certaine diminution de responsabilité en raison de troubles psychiques, dus à un "passé traumatique" lorsqu'il vivait au Congo où il a notamment été torturé.

A la place du meurtre, la Cour a retenu l'homicide par négligence, en plus des lésions corporelles graves et des lésions corporelles simples qualifiées.

Le Congolais a déjà purgé une partie de sa peine, sachant qu'il a passé un peu plus de deux ans en détention provisoire. En sortant de prison, il sera expulsé du territoire suisse pour quinze ans. La Cour n'est pas entrée en matière concernant l'internement, demandé par le procureur.

Mère acquittée

A l'inverse, la mère a été presque totalement disculpée, notamment des accusations d'homicide par négligence et lésions corporelles graves. Le procureur, qui avait requis six ans de prison ferme, avait en effet estimé qu'elle était "co-auteure" des violences subies par le bébé et qu'elle avait "toléré" ce mode de vie.

Pour les juges en revanche, la mère ne pouvait pas "imaginer une scène d'une telle horreur" l'après-midi fatal où elle a laissé son fils seul avec le père. Même si la Cour n'a pas pu déterminer avec exactitude qui avait maltraité le bébé durant les semaines précédentes, elle a estimé que ces actes étaient "sans doute" du fait du père.

Concernant la mère, le tribunal n'a retenu que la violation par négligence du devoir d'assistance envers son fils. Il a toutefois renoncé à lui infliger une peine, au vu du drame qu'elle a vécu avec la mort de son enfant.

Egalement jugée pour avoir transféré des vidéos montrant des actes sexuels et de maltraitance sur des enfants, la femme a été condamnée à 15 jours-amende avec sursis.

Apprenant qu'elle était libérée des charges les plus lourdes, la mère s'est écroulée en larmes sur le sol dans la salle d'audience, avant d'être enlacée par ses proches venus la soutenir. "Le soulagement est énorme", a relevé son avocat Charles Munoz, soulignant "la grande sévérité" dont a fait preuve le Ministère public à l'égard de sa cliente.

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lausanne

A l'eau plus tôt le jeudi, à Montchoisi

Publié

le

La piscine de Montchoisi est notamment connue pour ses vagues artificielles (archives). (KEYSTONE/FABRICE COFFRINI)
La piscine de Montchoisi, à Lausanne, ouvrira désormais une heure plus tôt tous les jeudis. Le public désirant pratiquer la natation, en particulier les seniors, pourront bénéficier d'un bassin moins fréquenté. Une évaluation sera faite à la fin de l'été.

La piscine ouvrira désormais à 08h00 jusqu'à la fin de la saison, début septembre. Entre 08h00 et 09h00, il n'y aura pas de personnel aux caisses. Les usagers ne disposant pas d'un abonnement ou d'une carte multi-entrées peuvent acquérir leur ticket au distributeur de l'entrée ou sur le site internet de la piscine, indique la ville.

 

Continuer la lecture

Vaud

Pas d'explosifs dans le sabotage de Gland

Publié

le

Le MPC a confirmé mercredi que le pylône n'avait pas été saboté au moyen d'explosifs (archives). (©KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)
Il n'y a pas eu d'utilisation d'explosifs dans le sabotage du pylône de ligne à très haute tension à Gland (VD). Le Ministère public de la Confédération (MPC) va donc remettre prochainement l'enquête à la justice vaudoise.

Le MPC a confirmé mercredi l'information du journal 24 Heures. Il s'était saisi de l'affaire après plusieurs témoignages faisant état de détonations. Suite à l'analyse des traces, l'Institut médico-légal de Zurich (FOR) a pu exclure l'utilisation d'explosifs comme moyen de sabotage, indique le Parquet dans une prise de position écrite.

Cette piste étant exclue, la compétence fédérale n’est dès lors plus requise, poursuit le MPC. Il remettra donc la procédure au Ministère public du canton de Vaud. Tant que ce dernier n’aura pas statué sur cette reprise, le MPC continuera à en assumer la direction.

Le Ministère public de la Confédération ne fait aucun commentaire supplémentaire. Interrogé, le parquet vaudois ne donne aucune information tant qu'il n'a pas de compétence dans ce dossier, indique Laurent Maye, procureur général adjoint.

Le 26 juin, la police a été avisée de la chute d’un pylône électrique proche de l’autoroute Lausanne - Genève. Les premières constatations ont montré qu'il s'agissait d’un acte de sabotage. Interrogés sur une éventuelle revendication des auteurs, le MPC ne dit rien en l'état. Le journal 24 Heures affirme pour sa part qu'un manifeste politique a été retrouvé sur place.

Continuer la lecture

Vaud

Violences sexuelles: prise en charge étendue

Publié

le

Dans le canton de Vaud, les victimes de violences sexuelles auront d'autres choix que le CHUV de Lausanne pour être prises en charge et obtenir le constat médico-légal nécessaire pour porter plainte (photo symbolique). (©Keystone/APA/HANS KLAUS TECHT)
Vaud renforce son aide aux victimes d'agressions sexuelles. Jusqu'ici, elles devaient se rendre au CHUV à Lausanne pour obtenir un constat médico-légal, document indispensable pour porter plainte. Elles pourront désormais se rendre dans cinq autres hôpitaux du canton.

Le constat du Département de la santé et de l'action sociale (DSAS) est clair: de trop nombreuses atteintes à l'intégrité sexuelle ne sont pas dénoncées aux autorités compétentes. Les raisons de ne pas signaler une agression sont multiples. L'accès le plus simple et rapide possible à un constat médico-légal est toutefois déterminant pour permettre aux victimes d'exercer leurs droits.

"Eviter le déplacement ou la nécessité de raconter plusieurs fois un récit douloureux à différents professionnels: ces améliorations peuvent dans certains cas faire la différence et encourager une dénonciation face à laquelle la victime était hésitante", a déclaré mardi devant la presse à l'Hôpital d'Yverdon-les-Bains (eHnv) la conseillère d'Etat vaudoise en charge de la santé Rebecca Ruiz.

En Suisse et dans le canton de Vaud, des études montrent que seules 8% environ des femmes agressées sexuellement dénoncent les faits à la police. En 2018, le canton a établi 89 constats médico-légaux, dont 47 sur demande de la victime, et 123 pour 2019, dont 75 sur demande de la victime, selon les chiffres de l'Etat de Vaud. Les 95% des cas concernent des femmes.

Gynécologue et médecin légiste

Concrètement, les cinq hôpitaux régionaux du canton proposeront aux victimes de violences sexuelles une prise en charge par un binôme formé d'un ou une gynécologue et d'un ou une médecin légiste, a expliqué la cheffe du DSAS. Outre les soins médicaux, ils assureront les constats des lésions et la rédaction d'un rapport médico-légal.

La nouveauté est que la victime sera accompagnée par la police à l'hôpital le plus proche de son domicile. Elle ne sera donc plus obligée de se déplacer au CHUV qui propose ce service spécialisé depuis mai 2018 à travers le Centre universitaire romand de médecine légale (CURML). Elle ne devra pas non plus répéter le récit du traumatisme subi.

Les médecins légistes du Ministère public vaudois, une dizaine, se rendront eux aussi au plus vite dans l'hôpital choisi par la victime. Le gynécologue sera issu de l'hôpital en question. Dans l'idéal, le constat devrait se faire dans les deux heures suivant l'agression, selon Tony Fracasso, responsable de l'Unité romande de médecine forensique du CHUV et des HUG.

Unique en Suisse romande

L'extension aux hôpitaux d'Yverdon, de Rennaz (Riviera-Chablais), de Payerne (HIB), de Morges et de Nyon, véritable décentralisation du dispositif, sera effective dès le 15 juillet pour les trois premiers et dès le 31 juillet pour les deux derniers. Les soins nécessaires et l'obtention d'un constat médico-légal seront possibles 24h/24h.

La prestation, unique en Suisse romande, est entièrement financée par l'Etat de Vaud, donc gratuite pour la victime. Actuellement, cela correspond à 42'000 francs par année, soit environ 600 francs par cas, a précisé Mme Ruiz.

Pour Julien Ombelli, directeur médical de l'hôpital d'Yverdon, ce renforcement du dispositif est un "soulagement". "Nous étions un peu démunis face à ce genre de cas, pas toujours assez professionnels même, car nous ne possédions pas les outils nécessaires, surtout pour la partie médecine légale".

Continuer la lecture

Vaud

Caritas et CSP ont distribué plus d'un million aux démunis

Publié

le

Les institutions ont distribué des bons pour acheter de la nourriture dans les épiceries Caritas (Image prétexte). (KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)
Dans le canton de Vaud, Caritas et le CSP ont versé plus d'un million de francs aux personnes précarisées par la crise du coronavirus. Dans 81% des cas, ces aides ont permis de payer des loyers. Un peu plus d'une personne aidée sur deux vit à Lausanne.

Dès le début de la crise sanitaire, les deux institutions ont constitué un Fonds d'aide d'urgence privé. Plus d'un million de francs ont été récoltés en quelques semaines grâce aux contributions de la Chaîne du Bonheur, des entreprises de la région et des fondations, indique mardi un communiqué.

Au 30 juin, près de 1,07 million de francs ont ainsi été versés, dont 133'000 francs en bons pour les Epiceries Caritas. Le Fonds est venu en aide en priorité aux personnes que la perte d'emploi découlant de la crise plongeait dans une grande détresse et qui n'ont pas accès à l'aide publique, expliquent les deux institutions.

La phase dite "d'aide d'urgence" a pris fin le 1er juillet. Les demandes pendantes seront traitées durant l'été. Les deux organisations vont tirer un bilan et "réfléchir à des solutions mobilisatrices de tous les acteurs concernés pour qu'une détresse sociale d'une telle ampleur ne se reproduise plus", écrivent-elles.

 

Continuer la lecture

Vaud

Vevey: Yvan Luccarini reprend les dicastères d'Etienne Rivier

Publié

le

Yvan Luccarini, ici avec la syndique Elina Leimgruber, s'occupera notamment des finances à Vevey. (KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)
Yvan Luccarini, élu dimanche à la municipalité de Vevey (VD), se chargera de la Direction des finances et de l'économie ainsi que de la Direction de la jeunesse, de l'éducation, de la famille et des sports. Le membre de Décroissance-Alternatives reprend ainsi les deux dicastères laissés libres par le démissionnaire PLR Etienne Rivier.

Yvan Luccarini sera assermenté vendredi prochain, annonce lundi la Ville de Vevey dans un communiqué. Il prendra ensuite la place d'Etienne Rivier, qui partira le 31 juillet.

Yvan Luccarini s'est imposé dimanche face au candidat du camp bourgeois Valentin Groslimond. Sa victoire éjecte la droite de l'exécutif veveysan, où siègent déjà la Verte Elina Leimgruber et les élus de Vevey Libre Jérôme Christen et Michel Agnant. La municipalité passera toutefois de cinq à sept membres dès la prochaine législature en juillet 2021.

 

Continuer la lecture

C'était quoi ce titre ?

Les 2 derniers titres

Horoscope du jour

Bélier

Préoccupé par la chute libre de votre compte en banque, vous pourriez bien aller parler augmentation de salaire auprès de qui de droit…

Publicité

Les Sujets à la Une

X