Rejoignez-nous

Vaud

Coronavirus - Vevey encourage la population à manger des produits locaux

Publié

,

le

La Ville de Vevey veut encourager la consommation de produits locaux (archives). Keystone/ANTHONY ANEX
La Ville de Vevey encourage sa population à manger des produits locaux. Pour ce faire, la Municipalité a décidé de prendre en charge les frais de livraison de nourriture à domicile pour les personnes qui ne peuvent pas se déplacer en raison de la pandémie du coronavirus.

La Municipalité soutient ainsi les trois plateformes de livraison de produits locaux existantes sur la commune (Youpaq, Dring-Dring et Mylocalstore), indique-t-elle vendredi dans un communiqué. Elle a fixé trois conditions à cela: un montant minimal de 20 francs par livraison, une fois par semaine au maximum, et être domicilié à Vevey.

Par ailleurs, les producteurs situés dans un rayon de 15 km autour de Vevey et proposant de la vente directe sont désormais répertoriés sur le site internet de la Ville de Vevey. Cette mesure vise à soutenir l'économie locale, explique la Ville. Elle offre aussi une visibilité à plusieurs commerçants du marché de Vevey tout en encourageant la population à consommer des produits locaux.

La Municipalité annonce aussi que depuis mercredi dernier, les piétons n'ont plus besoin d'appuyer sur les boutons-poussoirs pour traverser sur les passages du centre-ville de Vevey. Les feux de signalisation situés dans le secteur de la gare CFF et de la Poste sont en mode clignotant.

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lausanne

Accueil d'urgence - Le Répit à Lausanne fermé dès lundi

Publié

le

Selon Yan Desarzens, directeur de la Fondation Mère Sofia, la crise sociale va se poursuivre et s'accentuer même si la crise sanitaire faiblit. Il demande l'ouverture à l'année du Répit, une structure d'accueil lausannoise (archives). Keystone/LAURENT GILLIERON
Le Répit à Lausanne ferme ses portes lundi. Ce lieu d’accueil d’urgence de la Fondation Mère Sofia aura permis de mettre à l’abri plusieurs dizaines de personnes chaque nuit de novembre 2019 à ce dimanche. Ses responsables s'inquiètent pour l'avenir des sans-abris et souhaiteraient ouvrir la structure à l'année.

Avec la crise Covid-19, ces personnes retournent à la rue sans perspective ou espoir d’être accueillies ailleurs dans le réseau d’urgence, indique le Répit dimanche dans un communiqué. Le manque de place est en effet criant, le dispositif exceptionnel ouvert durant la crise sanitaire ne l’a rendu que plus évident.

Le Répit accueillait 30 personnes en fixe et une dizaine de passages chaque jour. Son extension à la salle de gymnastique du Bugnon hébergeait 50 personnes.

Un peu de sécurité

Le Répit sera sans doute rouvert fin 2020 pour le gros de l’hiver. Mais où iront toutes ces personnes en attendant ? Il faudrait maintenir l'ouverture à l'année pour leur offrir un lieu où dormir au chaud et en sécurité, a déclaré Yan Desarzens, directeur du Répit, dimanche à Keystone-ATS.

Car même si la météo devient plus clémente, dormir dans les parcs ou les bois s'avère des moments de grande insécurité, où les gens ne se reposent pas, souligne-t-il.

S'appuyer sur ce qui existe

Même s'il se réjouit que les citoyens prennent conscience du nombre de personnes dans la précarité et en situation de pauvreté extrême, ouvrir des squats sans encadrement, comme des militants ont tenté de le faire vendredi à Lausanne, lui paraît dangereux.

"On peut s'appuyer sur ce qui existe et ne pas réinventer l'eau tiède. Les structures existent il faut à mon sens les étoffer un peu", relève le directeur du Répit.

Accueil réduit

Pour rappel, le dispositif mis en place à Lausanne pendant la crise sanitaire offre 212 places d'accueil réparties sur six sites. En plus des lieux d'accueil de nuit existants (La Marmotte, Le Sleep In, le Répit et L’Etape), la Ville a ouvert à la mi-mars 40 places supplémentaires à la salle de gym du Bugnon et 50 au sein du Bâtiment administratif de la Pontaise.

Ces deux derniers endroits, ainsi que l'Etape fermeront début juillet, selon M.Desarzens. Il restera ensuite la Marmotte et le Sleep in, mais avec un accueil réduit en raison de la crise sanitaire.

La Soupe va déborder

Le Répit est subventionné par la Ville de Lausanne. Les hébergements d'urgence sont financés par le canton. Les deux ont réagi extrêmement rapidement pendant la crise sanitaire, tient à souligner M.Desarzens. Toutefois, la crise sociale n'est pas terminée. Elle va s'accentuer encore et perdurer, estime-t-il.

Dès lundi, la Soupe populaire, également gérée par la Fondation Mère Sofia, va redevenir nocturne, alors qu'elle était ouverte 24h sur 24. "Nous craignons une grosse affluence", relève le responsable.

Pendant la crise du Covid-19, la structure a servi entre 600 et 700 repas par jour, alors que la moyenne était de 250 début 2020 et 215 en 2019, rappelle-t-il.

Continuer la lecture

Lausanne

Lausanne: locaux occupés au centre en soutien aux sans-abri

Publié

le

Des militants ont investi vendredi en fin de journée un immeuble inoccupé de la Place Bel-Air à Lausanne, avant d'être délogé par la police. KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT
Des militants ont occupé vendredi soir un bâtiment au coin de la place Bel-Air/Mauborget à Lausanne avant de quitter les lieux. La police a contrôlé que plus personne ne se trouvait à l'intérieur du bâtiment.

Les participants répondaient à l'Appel 212 de l'association de défense des sans-abri Sleep-in, qui a exigé récemment du canton le maintien des 212 lits d'hébergement d'urgence liés à la crise du coronavirus.

En présence de policiers, les manifestants, parmi lesquels des militants et sympathisants de la Grève du Climat Vaud, ont déployé des banderoles sur le bâtiment inoccupé depuis longtemps et surnommé la verrue de Bel-Air. "Place à l'alternative" ou "Lausanne bouge encore", pouvait-on y lire.

Les personnes à l'intérieur sont sorties. Elles n'avaient pas l'intention de rester dans le bâtiment, a déclaré un porte-parole de la police municipale, Jean-Philippe Pittet, à Keystone-ATS en fin de soirée.

300 cyclistes

Un peu avant 19h00, la traditionnelle "masse critique"(critical mass) des vendredis de fin de mois, composée d'environ 300 cyclistes, avait bloqué brièvement le carrefour, après s'être déployé dans le centre-ville. Occasionnant des perturbations sur son trajet, elle a poursuivi sa course jusqu'à Ouchy où le cortège s'est dispersé vers 21h00, selon le porte-parole.

Concernant Bel-Air, "en plus d'un lieu d'accueil d'urgence pour les personnes qui se retrouveront à la rue, cet espace occupé se veut un lieu alternatif de cultures, de solidarités et de luttes", a communiqué le mouvement Grève du Climat Vaud. Il dit soutenir cette occupation ainsi que l'Appel 212 de Sleep-in.

Mobilisation requise

"Conscients des réalités matérielles, nous savons qu'il ne sera pas possible d'accueillir dignement des personnes dès lundi, le lieu devant encore être aménagé (eau, électricité, etc). Il sera toutefois ouvert dès maintenant pour venir en aide du mieux que possible", relatait le mouvement.

Il appelle ses militants et toute la population à se "mobiliser et à apporter son soutien en amenant du mobilier, du matériel de nettoyage, de la nourriture, des matelas et des couvertures". Il demande aussi à la conseillère d'Etat Rebecca Ruiz ​des ​mesures rapides pour un maintien permanent des 212 lits d'accueil​.

Pour rappel, le dispositif mis en place à Lausanne depuis début avril et prévu jusqu'à fin mai offre 212 places d'accueil réparties sur six sites. En plus des lieux d'accueil de nuit existants (La Marmotte, Le Sleep-In, le Répit et L'Etape), la Ville a ouvert à la mi-mars 40 places supplémentaires à la salle de gymnastique du Bugnon et 50 places au sein du Bâtiment administratif de la Pontaise.

Continuer la lecture

Lausanne

La piscine de Bellerive ouvrira le 13 juin

Publié

le

La piscine de Bellerive à Lausanne sera l'une des premières à ouvrir dans le canton de Vaud, le 13 juin. (Image d'archive - @Keystone/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

A la suite des décisions du Conseil fédéral du 27 mai, les piscines extérieures se préparent à leur ouverture annuelle.

A Lausanne, celle de Bellerive ouvrira le 13 juin et celle de Montchoisi le 24 juin, indique la Ville sur son site internet. Les piscines de quartier restent, elles, fermées jusqu'à nouvel avis.

La commune de Prilly a, elle aussi, annoncé une date, le 20 juin. Mais dans l'ensemble, peu de piscines vaudoises ont déjà agendé leur date d'ouverture. Celle-ci devrait s'échelonner entre la mi-juin et début juillet.

L'Association des piscines romandes et tessinoises (APRT), qui compte 120 membres propriétaires au total de 135 établissements, a établi un guide des mesures de protection pour les exploitants de piscines. Il émet des consignes sur les files d'attente à l'entrée, l'espacement sur les pelouses, les marquages, le nombre de personnes par bassin, d'éventuels systèmes de réservation, etc.

Continuer la lecture

Suisse Romande

L'innovation vaudoise rivalise avec les plus grands

Publié

le

L'EPFL est l'une des explications à la richesse de l'innovation en terres vaudoise. Logitech est la plus illustre réussite en matière d'innovation dans le canton. (@KEYSTONE/Laurent Gillieron)
Le canton de Vaud est une terre fertile pour l’innovation, mais elle doit se méfier. C’est l’une des conclusions de l’étude « Vaud Innove » menée par la CVCI, la BCV et InnoVaud. Elle propose un état des lieux et une analyse de l’écosystème de l’innovation dans le canton.

Le canton de Vaud aime l’innovation et elle le lui rend bien. C’est l’un des constats de l’étude « Vaud Innove » menée par la Chambre vaudoise du Commerce et de l’Industrie, la BCV et InnoVaud. Lancée en l'an passé, cette étude propose un état des lieux et une analyse de l’écosystème de l’innovation dans le canton. Dans un dossier de 66 pages, les auteurs soulignent que l’innovation vaudoise se distingue sur la scène internationale. João-Antonio Brinca, responsable Stratégie et Organisation à la BCV :

João-Antonio Brinca
Responsable Stratégie et Organisation à la BCV
João-Antonio Brinca Responsable Stratégie et Organisation à la BCV

Et parmi les pistes d’amélioration que relève l’étude, il y a le passage du laboratoire au marché. Une étape des plus délicates et périlleuses.

João-Antonio Brinca
Responsable Stratégie et Organisation à la BCV
João-Antonio Brinca Responsable Stratégie et Organisation à la BCV

Symbole de cette fragilité, depuis Logitech, il n’y a globalement que peu de nouveaux succès à grande échelle, malgré la dynamique et la présence dans le canton de plusieurs candidats potentiels à une entrée en bourse. Constat de l’étude : le phénomène start-up, qui est à l'origine de sept des dix plus grandes capitalisations boursières mondiales, peine encore à produire ses champions globaux dans la région.

L'étude constate notamment que la taille limitée de la région constitue un frein structurel comparativement à d’autres écosystèmes plus grands. La faible taille relative de la Suisse et du canton de Vaud limite le nombre d’opportunités et la disponibilité de ressources clés telles que des fonds d’investissement locaux spécialisés, ainsi que la visibilité et l’attractivité pour les talents et les sociétés.

João-Antonio Brinca
Responsable Stratégie et Organisation à la BCV
João-Antonio Brinca Responsable Stratégie et Organisation à la BCV

Corollaires d’un territoire restreint, les projets vaudois doivent aussi aller chercher des ressources financière à l’étranger. Et ça marche. Les financements obtenus par les sociétés innovantes du canton ont été multipliés par quatre en moins d’une décennie. Selon l’étude, la quasi-totalité de ces financements provient de l’extérieur du canton et même d’investisseurs situés hors Suisse pour la majeure partie d’entre eux. Une donnée à la fois positive et risquée. On retrouve João-Antonio Brinca, co-auteur de l’étude :

João-Antonio Brinca
Responsable Stratégie et Organisation à la BCV
João-Antonio Brinca Responsable Stratégie et Organisation à la BCV

Les deeptechs ont le vent en poupe

Deeptech, le nom peut paraître barbare aux non-initiés. Et pourtant, ces sociétés à forte composante technologique et s’appuyant directement sur des avancées scientifiques sont très présentes dans le canton de Vaud. Leur densité y est même parmi les plus élevées au monde. C’est l’un des constats de l’étude « Vaud Innove ». Elle souligne notamment que le poids des branches à forte composante technologique dans le PIB vaudois a pratiquement doublé en vingt ans. Il se rapproche progressivement de ce que l’on observe dans des économies comme celle de la Californie, berceau de la Silicon Valley. Avoir beaucoup de deeptechs, une bonne nouvelle à plus d’un titre pour l’économie vaudoise, selon João-Antonio Brinca, responsable Stratégie et Organisation à la BCV :

João-Antonio Brinca
Responsable Stratégie et Organisation à la BCV
João-Antonio Brinca Responsable Stratégie et Organisation à la BCV

Et si le canton Vaud est une terre fertile en matière de deeptechs, ce n’est pas un hasard. On retrouve João-Antonio Brinca, un des auteurs de Vaud Innove :

João-Antonio Brinca
Responsable Stratégie et Organisation à la BCV
João-Antonio Brinca Responsable Stratégie et Organisation à la BCV

Compilée en sept chapitres, cette étude sur l’innovation dans le canton de Vaud montre la richesse de son écosystème. Pour autant, elle démontre également la force de la concurrence autour de l’innovation et la difficulté à passer du laboratoire au marché. A noter enfin que la recherche est librement disponible sur vaudinnove.ch.

Continuer la lecture

Vaud

Le canton de Vaud mettra fin le 19 juin à l'état de nécessité

Publié

le

"C'est une séquence de crise que nous fermons ici", a déclaré jeudi devant la presse Nuria Gorrite, présidente du Conseil d'Etat vaudois (archives). Keystone/SALVATORE DI NOLFI
Le Conseil d'Etat vaudois mettra fin le 19 juin prochain à l'état de nécessité, a-t-il annoncé jeudi. A cette même date, le gouvernement désactivera ainsi son plan ORCA (organisation en cas de catastrophe) et désengagera l'Etat-major cantonal de conduite (EMCC).

"C'est une séquence de crise que nous fermons ici", a déclaré devant la presse Nuria Gorrite, présidente du Conseil d'Etat. "Le fonctionnement normal de l'Etat reprend ses droits, après un peu plus de deux mois d'état de nécessité", a-t-elle dit. "Si notre démocratie a connu quelques bouleversements temporaires, je crois pouvoir dire qu'elle n'a pas trop souffert des décisions que nous avons dû prendre", a-t-elle ajouté.

Mme Gorrite s'est félicitée que les libertés un temps restreintes puissent être presque entièrement restaurées et que chacun puisse commencer à planifier sereinement l'avenir. "Il est venu le temps de nous réjouir et d'envisager l'avenir avec confiance". Pour le gouvernement, "après avoir surmonté l'épreuve, nous avons désormais la lourde tâche de construire l'avenir" du canton, a-t-elle affirmé.

Fin de mission pour la PCi

La décision de lever l'état de nécessité entraîne pour le canton de Vaud l'abrogation de l'article concernant les rassemblements privés, qui empêche encore les réunions de plus de 10 personnes jusqu'à ce samedi. La limite passera ensuite à 30 personnes, calquée sur la décision de mercredi du Conseil fédéral.

Les contrôles dans l'espace public vont se poursuivre pour le week-end prolongé de la Pentecôte, a pour sa part averti la conseillère d'Etat Béatrice Métraux. Ils seront axés sur la prévention plutôt que sur la répression.

Le canton a aussi annoncé que les prestations d'aide de la Protection civile (PCi) prendront fin ce dimanche.

De son côté, le médecin cantonal Karim Boubaker a envisagé la possibilité d'une légère augmentation de cas épisodique, à l'heure du déconfinement. Mais il a tenu à rassurer la population sur l'identification et la traçabilité des personnes contaminées, rendus moins compliqué du fait de l'actuel très faible nombre de nouveaux cas positifs quotidiens.

Continuer la lecture

Les Sujets à la Une

X