Rejoignez-nous

Vaud

Des masques transparents pour certains enseignants vaudois

Publié

,

le

L'enseignant Matthieu Macchi porte un masque de protection facial transparent afin d'aider à la compréhension d'un enfant malentendant alors qu'il enseigne dans une classe d'école primaire à Lausanne. ©KEYSTONE/Laurent Gillieron

Le canton de Vaud est passé aux masques transparents dans certaines de ses classes. L'objectif consiste principalement à équiper les enseignants qui travaillent avec des élèves sourds et malentendants.

Ces masques lavables sont conçus avec une visière en plastique entourée de tissu. Au total, 6800 d'entre eux seront livrés d'ici la fin de la semaine aux quelque 1000 enseignants vaudois au contact avec des élèves sourds et malentendants, indique jeudi Nathalie Jaunin, directrice générale adjointe à la Direction générale de l'enseignement obligatoire (DGEO), interrogée par Keystone-ATS.

Elle ajoute que le canton de Vaud souhaite ensuite élargir l'utilisation de ces masques à d'autres types d'enseignement: cours de français à des élèves allophones ou à des enfants aux besoins particuliers, comme dans les cas d'autisme. "L'importance de voir le visage est très marquée pour ces élèves", relève Mme Jaunin.

Les enseignants qui travaillent pour le premier cycle primaire pourront aussi être équipés à terme. "Le bas du visage est très important chez les petits pour la construction du lien ou par exemple dans le processus d'apprentissage de la lecture", poursuit-elle.

Outre les enseignants, d'autres professionnels seront concernés, comme les logopédistes et les assistants à l'intégration. La collaboratrice du DGEO note aussi qu'il faudra "peut-être se poser la question" d'équiper les élèves du secondaire I, où le port du masque est obligatoire.

Vingt lavages

Si le processus a pris "un peu de temps" depuis l'été, cela s'explique par les contrôles de qualité et, surtout, le choix d'un fournisseur, relève Mme Jaunin. Elle raconte qu'il n'a pas été simple de trouver un fabricant capable de livrer des masques transparents de qualité et en quantité suffisante.

Le canton de Vaud s'est finalement tourné vers un fournisseur français. Lavables vingt fois, ces masques reviennent à 80-85 centimes la journée. A titre de comparaison, les masques jetables habituels, dont les enseignants utilisent deux pièces par jour, coûtent 50-60 centimes la journée.

Enseignant au collège des Bergières à Lausanne, Matthieu Macchi a pu tester ces masques depuis trois semaines, lui qui compte un élève malentendant dans sa classe. "On s'y habitue vite, surtout que les bénéfices sont importants. L'élève atteint de surdité peut lire sur mes lèvres. Tous les autres élèves en profitent également: on arrive plus facilement à faire passer des émotions, ce qui n'était pas possible avec le masque chirurgical", raconte-t-il.

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vaud

Vaud: retour du public dans les législatifs communaux

Publié

le

Le public pourra à nouveau assister aux séances des conseils communaux. (©KEYSTONE/LAURENT GILLIERON).

Le public est à nouveau autorisé à assister aux débats des législatifs communaux dans le canton de Vaud. Les conditions fixées par le droit fédéral s'appliquent: soit une limite au tiers des capacités, le port du masque et la distanciation physique.

Le Conseil d'Etat vaudois a décidé de rouvrir l'accès du public aux séances de conseils communaux et généraux. Cette mesure permettra aux citoyens qui s'y intéressent de pouvoir à nouveau suivre ces séances, notamment les cérémonies d'installation des nouvelles autorités, a annoncé jeudi le gouvernement.

La mesure sera effective dès sa publication officielle, soit dès mardi prochain, a précisé à Keystone-ATS Jean-Luc Schwaar directeur des affaires institutionnelles et des communes. Cette décision ne concerne pas le Grand Conseil, qui s'organise librement.

Continuer la lecture

Vaud

Réutiliser son masque de protection, mode d'emploi

Publié

le

Parmi les différents masques analysés, le chirurgical à usage unique est de loin le plus préjudiciable pour l'environnement. (ARCHIVES - ©KEYSTONE/LEANDRE DUGGAN)

Réutiliser son masque, c’est possible! Une même personne pourrait utiliser son masque jusqu'à dix fois, selon une étude d'Unisanté à Lausanne et de la société de conseil Environmental Action. Mais il faut suivre une procédure bien précise. Mode d'emploi.

Une réutilisation est donc possible, oui, mais seulement si le masque chirurgical est mis à “sécher” durant quelques jours. Ce qui permet de diminuer considérablement la viabilité du virus.

L'avantage de cette pratique est d’abord économique. Cette approche est aussi efficace du point de vue sanitaire et, surtout, elle permet de limiter l'impact sur l'environnement. Un gros problème.

Le Professeur David Vernez, Chef du Département santé au travail et environnement à Unisanté Lausanne. Il a participé à cette étude sur la réutilisation des masques :

Prof David Vernez
Chef du Département santé au travail et environnement à Unisanté Lausanne
Prof David VernezChef du Département santé au travail et environnement à Unisanté Lausanne

Alors qu’au printemps dernier les consignes de l’OFSP appelaient à n’utiliser son masque que durant 4 heures, puis de le jeter, cette étude apporte un autre éclairage.

Mais pour réutiliser son masque de protection, notamment le chirurgical, il faut le laisser “respirer” durant 7 jours.

Explications du Professeur David Vernez :

Prof David Vernez
Chef du Département santé au travail et environnement à Unisanté Lausanne
Prof David VernezChef du Département santé au travail et environnement à Unisanté Lausanne

Notez par ailleurs que les masques en coton faits maison ont un impact environnemental moindre selon cette étude d’Unisanté, avec un bilan carbone divisé par 35. Les masques en coton du commerce ne présentent en revanche pas de réel avantage environnemental, car ils nécessitent la production et le transport de coton vierge.

Continuer la lecture

Vaud

Vaud lance une campagne pour encourager la vaccination

Publié

le

Plus de 180'000 Vaudois ont reçu au moins une dose de vaccin (Image prétexte © KEYSTONE/ANTHONY ANEX)

Le canton de Vaud invite les personnes de 18 ans et plus à se faire vacciner. Une campagne de communication baptisée "#jemevaccine" a démarré jeudi. Elle vise à persuader le plus grand nombre à faire le pas.

La vaccination se fait sur une base volontaire, mais elle est fortement recommandée. Plus tôt la majorité de la population sera immunisée contre le Covid-19, plus tôt les mesures de restrictions pourront être levées, explique l'Etat de Vaud dans un communiqué.

Depuis le 26 avril, Vaud a ouvert la vaccination aux 18 ans et plus. Désormais, plus de 180'000 Vaudois ont reçu une dose au moins du vaccin et plus de 140'000 autres ont pris rendez-vous, sur environ 625'000 personnes qui remplissent les conditions d'éligibilité.

Le canton précise que des rendez-vous sont actuellement disponibles. Et que de nouvelles plages sont régulièrement ouvertes pour les prochaines semaines.

Continuer la lecture

Vaud

Plusieurs mois de travaux en gare de Clarens

Publié

le

La gare de Clarens (VD) sera en travaux jusqu'en décembre 2022 (Photo d'illustration © KEYSTONE/GAETAN BALLY)

La gare de Clarens entre en travaux le 10 mai. Prévus jusqu'en décembre 2022 et budgétisés à 6,7 millions de francs, ils doivent notamment permettre de relever les quais et d'adapter les rampes d'accès.

"Le quai 1 sera rehaussé à la hauteur standard de 55 centimètres sur toute sa longueur, tout comme le quai 2, qui sera équipé d’une nouvelle marquise", précisent mercredi les CFF dans un communiqué. Des travaux d'entretien des installations électriques et des voies ferrées auront également lieu dans le périmètre de la gare. La plus grande partie des travaux aura lieu de jour.

Continuer la lecture

Lausanne

La Ville de Lausanne lance sa bière "officielle"

Publié

le

La Bière de Lausanne est née. (©KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Lausanne avait son vin ou encore son chocolat. Et il y a désormais la bière de la Ville. Au terme d’un concours réunissant 4 candidats, c’est la Brasserie du Lance Pierre qui a été désignée pour brasser la toute nouvelle “Bière de Lausanne”.

Fondés en 2014 par trois amis d’enfance, les locaux de production du Lance Pierre sont situés à la Rue de la Tour.

La Bière de la Ville de Lausanne, une première pour une cité en Suisse, sera donc blonde et non-filtrée. 12’000 litres devraient être produits en 2 ans. Afin de favoriser les circuits courts, tous les ingrédients, orge ou autres levures, sont “made in Lausanne”, ou presque.

La Municipale Natacha Litzistorf :

Natacha Litzistorf
Municipale lausannoise
Natacha LitzistorfMunicipale lausannoise

La Bière de Lausanne se veut “fruitée”, “rafraîchissante” et “légèrement houblonnée”.

Simon Good, co-fondateur de la brasserie du Lance Pierre et à l’origine de cette Bière de la Ville :

Simon Good
Brasseur et co-fondateur de la Brasserie du Lance Pierre
Simon GoodBrasseur et co-fondateur de la Brasserie du Lance Pierre

12’000 litres de cette Bière de Lausanne seront donc produits ces deux prochaines années. L’opération pourrait être renouvelée. Le breuvage sera commercialisé directement par la Brasserie du Lance Pierre. Cette bière sera aussi proposés dans certains bars et restaurants, mais aussi dans tous les édicules gérés par la Ville. Pas encore définitif, son prix devrait tourner autour des CHF 4,50.

De gauche à droite : Simon Good, Brasseur du Lance Pierre, Ana Leni Frei, Graphiste qui a réalisé l'étiquette, Lucien Genoud, co-fondateur de Levatura et Natacha Litzistorf, Municipale lausannoise. (©KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Continuer la lecture

Les Sujets à la Une

X