Rejoignez-nous

Vaud

Du lait qui rapporte 70 centimes par litre au producteur

Publié

,

le

C’est une démarche de plus pour un prix du lait équitable.

Depuis mercredi, 12 agriculteurs de la région de Morges - Pied-du-Jura commercialisent des briques de lait de la marque « Laitspoir ». Vendu 1 franc 80, chaque litre rapporte 70 centimes au producteur, contre 40 par le passé.

Leur lait est écoulé dans des commerces de proximité de la région morgienne, ainsi que dans une vingtaine d’enseignes du distributeur Coop.

À l’origine de cette démarche : Pierre-Alain Urfer.

Démarche qui fait suite aux pressions toujours plus fortes dans la branche.

Et cet agriculteur de Champvent avait une idée bien précise en tête :

Pierre-Alain Urfer
Agriculteur, Champvent
Pierre-Alain Urfer Agriculteur, Champvent

Douze agriculteurs participent donc à ce projet. Ils sont réunis autour de la Fromagerie André SA à Romanel-sur-Morges.

Et avec ce concept, un producteur touche donc 70 centimes par litre de lait vendu à 1 franc 80. 70 centimes nets précise Pierre-Alain Urfer :

Pierre-Alain Urfer
Agriculteur, Champvent
Pierre-Alain Urfer Agriculteur, Champvent

Mais alors que le Syndicat Uniterre réclame depuis des années un prix de vente d’un franc par litre, une question se pose : pourquoi le concept de Pierre-Alain Urfer ne propose « que » 70 centimes ?

Ecoutez sa réponse :

Pierre-Alain Urfer
Agriculteur, Champvent
Pierre-Alain Urfer Agriculteur, Champvent

Notez que pour être rentable et crédible, le concept « Laitspoir » doit vendre au moins 1'000 litres de lait par jour.

Un premier bilan sera fait d’ici 3 mois. S’il est positif, de nouveaux agriculteurs pourraient s’associer à la démarche.

 

CREDIT PHOTO : AGIRINFO

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lausanne

Covid-19: La police lausannoise veille au respect des règles

Publié

le

La Police lausannoise enchaîne les patrouilles pour rappeler les règles à la population et sanctionner les récalcitrants. (©KEYSTONE/Laurent Gillieron)
La police lausannoise veille au grain pour faire respecter les consignes face au Covid-19. Elle enchaîne les patrouilles pour rappeler les règles à la population et sanctionner les récalcitrants.

Samedi après-midi par exemple, accompagnée d'un photographe de Keystone-ATS, une patrouille de deux policiers a arpenté le centre-ville de Lausanne, les parcs et le bord du lac. Elle n'y a rencontré que des petits groupes épars, composés de moins de cinq personnes, la limite autorisée.

Lorsque des personnes sont trop proches, les policiers leur demandent s'ils habitent ensemble. Et si ce n'est pas le cas, ils leur rappellent qu'ils doivent se tenir à une distance de deux mètres.

Cette patrouille n'a dû sanctionner aucun badaud samedi après-midi. Il faut dire que les Lausannois étaient très majoritairement restés chez eux, en dépit d'une météo printanière.

Inquiétudes avec les jeunes

Vendredi, la conseillère d'Etat Béatrice Métraux a relevé que la population vaudoise respectait largement les directives. La cheffe du Département de la sécurité a toutefois reconnu "une grande inquiétude" au sujet de certains jeunes, peu soucieux des règles.

"Certains comportements à risque viennent de gens qui se sentent à l'abri. Or tout le monde peut tomber malade et avoir besoin d'une assistance respiratoire", a prévenu sa collègue Nuria Gorrite, présidente du gouvernement vaudois.

Jacques Antenen, commandant de la police cantonale, a expliqué que la mission était compliquée avec certains groupes de jeunes, ceux-ci désignant un "guet" et s'éparpillant dès que la police était en vue.

Depuis le 17 mars, 229 amendes d'ordre ont été délivrées dans le canton de Vaud, selon le dernier pointage publié vendredi. Pour les cas plus graves, la police a procédé à 39 dénonciations, dont plus de la moitié pour des mineurs ou jeunes adultes. "Nous allons sévir de plus en plus", a averti M. Antenen.

Continuer la lecture

Vaud

Coronavirus - Un EMS ferme à la Vallée de Joux

Publié

le

Un EMS de la Vallée de Joux a dû fermer ses portes en raison du coronavirus (photo d'illustration). KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT
Le foyer Agapê au Chenit à la Vallée de Joux (VD) doit fermer en raison du coronavirus. Des résidents et membres du personnel de l'EMS ont été infectés par le Covid-19

"L'équipe réduite peinait à assurer le tournus des prestations et le bon suivi des prises en charge des résidents", écrit samedi l'Etat de Vaud dans un communiqué. La majorité des résidents ont été transférés dans un autre centre à l'Auberson dans le Nord-vaudois.

Le foyer Agapê compte vingt chambres individuelles dans une vieille ferme rénovée. "La structure architecturale rendait difficiles les prises en charge des malades du Covid-19", ajoute le communiqué.

Pour mémoire, la Vallée de Joux est l'une des régions les plus touchées par le Covid-19 dans le canton de Vaud.

Continuer la lecture

Lausanne

Environnement - Lausanne éteint ses monuments samedi soir

Publié

le

Lausanne va éteindre ses principaux monuments samedi soir, comme ici le Château Saint-Maire, le Parlement vaudois et la Cathédrale (archives). KEYSTONE/VALENTIN FLAURAUD
Lausanne va éteindre ses principaux monuments samedi soir. La capitale vaudoise se joint ainsi à l'action "Earth Hour" (une heure pour la planète) organisée par le WWF.

De 20h30 à 21h30, la Cathédrale de Lausanne, l'Eglise Saint-François, le Palais de Rumine, le Château Saint-Maire, le Pavillon Thaï, la Tour Haldimand ou le Parlement vaudois seront éteints. La place de la Navigation sera aussi plongée dans le noir, hors éclairage sécuritaire, précise la Ville de Lausanne.

De nombreuses villes du monde entier participent à cette action. En Suisse romande, outre Lausanne, Genève, Fribourg, Neuchâtel, Bulle (FR), Montreux (VD) ou encore Le Locle (NE) se joignent aussi à l'opération.

En raison du coronavirus, il est en ce moment important de rester à la maison, mais "Earth Hour" n'est pas moins importante cette année, explique le WWF. La crise climatique durera plus longtemps que la pandémie et la biodiversité va continuer à décliner dans le monde entier.

Continuer la lecture

Vaud

Le canton de Vaud s'approche des 40 décès

Publié

le

Le nombre de décès dans le canton de Vaud a doublé en deux jours. (KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)
Trente-huit décès et 11'000 demandes de chômage partiel: le canton de Vaud continue d'être l'un des plus touchés en Suisse par la crise du coronavirus. Les autorités s'inquiètent notamment du comportement de certains jeunes, peu soucieux des règles en vigueur.

Le nombre de morts liés au Covid-19 dans les hôpitaux vaudois a quasiment doublé en deux jours. Il est passé de 21 mercredi à 38 vendredi. "La progression est régulière, mais elle n'est pas exponentielle", a commenté le médecin cantonal Karim Boubaker lors d'un point presse.

Le nombre des hospitalisations en cours a franchi la barre des 300 personnes, à 327 dont 66 aux soins intensifs. Le canton peut encore absorber de nouveaux malades:

Karim Boubaker
Médecin cantonal vaudois
Karim Boubaker Médecin cantonal vaudois

Inquiétudes pour les jeunes

Le médecin cantonal a, encore une fois, rappelé que le Covid-19 ne touchait pas uniquement les personnes âgées ou à risque. Un avertissement adressé aux plus jeunes, dont certains ne se sentent pas concernés.

La conseillère d'Etat Béatrice Métraux a ainsi reconnu "une grande inquiétude" au sujet des jeunes qui ne suivent pas les directives fédérales (groupe de 5 personnes au maximum, 2 mètres entre les personnes):

Béatrice Métraux
Conseillère d'Etat
Béatrice Métraux Conseillère d'Etat

"Certains comportements à risque viennent de gens qui se sentent à l'abri", a ajouté sa collègue Nuria Gorrite, présidente du gouvernement vaudois :

Nuria Gorrite
Conseillère d'Etat
Nuria Gorrite Conseillère d'Etat

Dans l'ensemble, la grande majorité des habitants du canton respectent les règles de l'OFSP, à savoir la distance sociale et l'interdiction des rassemblements de plus de 5 personnes. Le canton tient ainsi à remercier la population:

Nuria Gorrite
Conseillère d'Etat
Nuria Gorrite Conseillère d'Etat

Aide à l'agriculture

Canton le plus touché avec le Tessin et Bâle-Ville au niveau sanitaire, Vaud l'est aussi sur le plan économique. Environ 11'000 demandes de chômage partiel ont été adressées par les entreprises vaudoises. "Un chiffre considérable", a noté le ministre de l'économie Philippe Leuba:

Philippe Leuba
Conseiller d'Etat
Philippe Leuba Conseiller d'Etat

Toujours au niveau économique, M. Leuba a annoncé qu'une plateforme a été élaborée pour trouver de la main-d'oeuvre pour les agriculteurs et les viticulteurs vaudois, notamment auprès de bénévoles. L'objectif est de "susciter la solidarité dans la population", a-t-il dit.

L'autre défi des autorités consistera à assurer la venue en Suisse des travailleurs étrangers habituellement affectés aux champs ou aux vignes, a ajouté M. Leuba.

Démocratie en suspens ?

Malgré la crise, le gouvernement vaudois tient aussi à rappeler que les institutions démocratiques n'ont pas été mises sur la touche. Nuria Gorrite, présidente du Conseil d'Etat:

Nuria Gorrite
Conseillère d'Etat
Nuria Gorrite Conseillère d'Etat

Continuer la lecture

Vaud

Coronavirus - Vaud: les décès ont doublé en deux jours

Publié

le

(KEYSTONE/Laurent Gillieron)
Le canton de Vaud compte désormais 38 décès liés au Covid-19. Ce total a quasiment doublé en deux jours.

La progression du nombre de décès s'est accéléré ces deux derniers jours sans le canton de Vaud, un des trois les plus touchés en Suisse avec le Tessin et Bâle-Ville: de 21 mercredi, le nombre de décès a grimpé à 32 puis à 38, montrent vendredi les chiffres publiés quotidiennement par les autorités vaudoises.

Le nombre des hospitalisations en cours a franchi la barre des 300 personnes, à 327 dont 66 aux soins intensifs.

Le total de cas confirmés dans le canton - 2532 au dernier pointage - continue lui aussi sa progression. Dans le même temps, 148 patients ont pu quitter les hôpitaux.

Les autorités vaudoises tiennent vendredi à 16h00 un nouveau point presse, comme elles le font tous les deux jours depuis le début de la crise. Trois conseillers d'Etat s'exprimeront, la présidente du gouvernement Nuria Gorrite ainsi que Béatrice Métraux et Philippe Leuba.

Continuer la lecture

Les Sujets à la Une

X