Rejoignez-nous

Vaud

Etre une femme en prison : rapport demandé par le Grand Conseil

Publié

,

le

La prison pour femmes de la Tuilière à Lonay est la seule de ce type dans le canton. (Photo : vd.ch)

Les femmes détenues représentent environ 6 % de la population carcérale suisse. Une minorité qui ne doit pas être lésée par son genre selon la Commission des visiteurs du Grand Conseil vaudois. Dans un postulat déposé ce matin par la députée socialiste Valérie Schwaar, elle demande au Conseil d’Etat de réaliser un rapport sur la question spécifique des conditions de vie des femmes détenues dans le canton de Vaud.

Un rapport sur les conditions de vie des femmes détenues dans le canton de Vaud. C’est ce qui a été demandé ce matin au Conseil d’Etat par la Commission des visites du Grand Conseil via le postulat de la députée socialiste Valérie Schwaar. Cette requête fait suite à la visite, par la commission, de la seule prison pour femmes du canton, la Tuilière à Lonay. Le but : éviter ce que la postulante appelle la « double peine » des femmes incarcérées. Valérie Schwaar :

Valérie Schwaar
Députée socialiste, VD
Valérie Schwaar Députée socialiste, VD

Dans son texte, la postulante souligne notamment la question de la surpopulation carcérale et de l’inégalité de traitement entre hommes et femmes. Valérie Schwaar :

Valérie Schwaar
Députée socialiste, VD
Valérie Schwaar Députée socialiste, VD

Valérie Schwaar demande également dans son postulat qu’une analyse des conditions de vie soit faite sous le prisme du genre féminin de la santé, de la nourriture, de l’accès au sport ou encore de la formation. L’un de ces points concerne plus particulièrement l’accès aux produits d’hygiène intime tels que les tampons ou serviettes. Valérie Schwaar :

Valérie Schwaar
Députée socialiste, VD
Valérie Schwaar Députée socialiste, VD

La question des jeunes filles mineures détenues aux Léchaires est également pointée par le texte. La Commission des visites du Grand Conseil souhaite connaître le concept de détention spécifique aux jeunes filles détenues afin d’assurer leur sécurité, sachant que l’établissement est mixte.

Accompagné de 20 signatures, le postulat a été renvoyé à une commission.

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vaud

BCV : performance semestrielle maîtrisée

Publié

le

Au premier semestre, la BCV a augmenté ses volumes d'affaires, ses recettes et maîtrisé ses charges. (Photo : DR)

La Banque cantonale vaudoise (BCV) a bouclé le premier semestre avec presque tous les voyants au vert. Le groupe a augmenté ses volumes d’affaires, ses recettes et maîtrisé ses charges.

Le résultat opérationnel a été nettement amélioré, contrairement au bénéfice, qui pâtit d’une base de comparaison défavorable.

Le produit d’exploitation a dépassé le demi-milliard de francs à 501,6 millions, indique jeudi la BCV. Cela correspond à une hausse de 2% sur un an. Principale source de revenus, les opérations d’intérêts ont dégagé un résultat net de 253,1 millions, en hausse de 4%. Les recettes tirées des opérations de commissions et de prestations de services ont grappillé 1% à 161,2 millions.

Les charges de l’établissement vaudois sont restées stables à 255 millions de francs. En résulte un bénéfice opérationnel de 209,0 millions, amélioré de 5,0%.

Le bénéfice net a été raboté de 3% à 182,4 millions. L’année dernière, la BCV avait engrangé un gain unique de 34 millions de francs issu de la vente d’un bien immobilier. La réforme cantonale de l’imposition des entreprises (RIE III) a compensé « en grande partie » cet effet de base négatif.

Tous les indicateurs dépassent les attentes du consensus AWP, à l’exception des charges, plus élevées que prévu par les analystes.

En termes de volumes, les créances hypothécaires ont pris 1% sur six mois à 26,40 milliards de francs, tandis que les dépôts clientèle ont fait du surplace à 31,26 milliards. La somme au bilan a reculé de 2% à 47,14 milliards.

Le groupe BCV confirme ses objectifs annuels, à savoir des résultats s’inscrivant dans « la continuité des années précédentes », à condition que le contexte économique et l’évolution des marchés financiers ne se détériorent pas.

Par ailleurs, Eftychia Fischer sera proposée comme nouveau membre du conseil de banque lors de l’assemblée générale du 30 avril 2020, en remplacement de Reto Donatsch. Elle est actuellement administratrice de Vaudoise Assurances et d’Union Bancaire Privée (UBP).

(KEYSTONE-ATS)

Continuer la lecture

Vaud

Montreux : le vote sur le 2m2c définitivement annulé

Publié

le

L’annulation de la votation sur la rénovation du Centre des congrès de Montreux du 10 février 2019 est confirmée par la Cour constitutionnelle vaudoise. Elle a rejeté les recours déposés contre la décision initiale du Conseil d’Etat.

C’est officiel, la votation sur le centre de congrès de Montreux est annulée. Dans un arrêt, la Cour constitutionnelle du Tribunal cantonal a rejeté les sept recours déposés contre la décision du Conseil d’Etat annulant le vote sur le financement du projet de rénovation du 2m2c.

Elle a retenu que les actes préparatoires du scrutin avaient été entachés d’une grave irrégularité, soit que le matériel de vote destiné à 1397 électeurs étrangers ne leur avait pas été acheminé dans le délai légal prévu en cas de votation. Un fait qui était le résultat de problèmes informatiques. Dans un communiqué, le Tribunal cantonal affirme : « Comme l’irrégularité avait été découverte par la Municipalité neuf jours avant le vote, il ne pouvait pas y être valablement remédié, sauf en repoussant le scrutin de manière à ce que le délai de quatre semaines puisse être respecté, ce qui n’avait pas été fait par la Municipalité. »

La Cour constitutionnelle estime que cette irrégularité a pu influencer le vote de manière décisive, étant donné que l’écart entre les électeurs favorables au projet (3253) et ceux qui y étaient opposés (3347) n’avait été que de 94 voix. En outre, elle souligne qu’il n’y a eu aucune violation du droit d’être entendu lors de la procédure et que le gouvernement n’a pas fait preuve de partialité. Selon elle, les recourants auraient dû agir dans un délai de trois jours dès la découverte de l’irrégularité et donc sans attendre le résultat de la votation.

Pour rappel, c’est le non qui l’avait emporté le 10 février 2019 pour ce projet de rénovation du 2m2c pour lequel la commune devait engager 27 millions sur un total de 87 millions.

 

Scrutin annulé à Montreux

Continuer la lecture

Vaud

Le PS veut récupérer son siège perdu il y a 4 ans sous la coupole

Publié

le

Le PS vaudois veut décrocher six sièges cet automne au National.

Le parti socialiste vaudois lance sa campagne pour les fédérales.

Il présente une liste de 19 candidats pour l’élection au Conseil National, avec notamment les sortants Roger Nordmann, Samuel Bendahan et Brigitte Crottaz. Le PS partira uni avec les Verts et les diverses formations de gauche : ils sont tous apparentés.

Et pour le Conseil National, le but est clair pour les socialistes : récupérer le siège perdu il y a 4 ans sous la coupole.

Jessica Jaccoud, Présidente du PS vaudois :

Jessica Jaccoud
Présidente, PS Vaud
Jessica Jaccoud Présidente, PS Vaud

Pour le Conseil des Etats, le parti socialiste lance Ada Marra. Elle fait ticket commun avec la Verte Adèle Thorens Goumaz.

Pour convaincre les Vaudois cet automne, le PS va notamment parler de « climat ». Un thème qui n’est pas nouveau au sein du parti cantonal selon sa Présidente, Jessica Jaccoud :

Jessica Jaccoud
Présidente, PS Vaud
Jessica Jaccoud Présidente, PS Vaud

Le premier tour des fédérales ce sera le dimanche 20 octobre.

Questions « phares » sur le plan vaudois

En ce qui concerne la politique vaudoise, après les questions « fiscales », le PS entend développer d’autres thèmes dès la rentrée la semaine prochaine.

Jessica Jaccoud, Présidente des socialistes vaudois :

Jessica Jaccoud
Présidente, PS Vaud
Jessica Jaccoud Présidente, PS Vaud

Continuer la lecture

Vaud

Rentrée 2019 : Vaud veut plus d’égalité à l’école

Publié

le

La conseillère d'Etat vaudoise en charge de la formation Cesla Amarelle a présenté la traditionnelle conférence de presse de la rentrée. Elle se tient cette année sous le signe de l'égalité des chances. (©KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Cesla Amarelle place cette rentrée scolaire vaudoise sous le signe de l’égalité des chances. La ministre pointe du doigt un système de formation empreint de sélectivité sociale en Suisse qui reproduit, voire accentue les inégalités.

« C’est une réalité préoccupante », a résumé mardi la conseillère d’Etat en charge de la formation, de la jeunesse et de la culture (DFJC) à Lausanne. Cette inégalité se décline sous différentes formes comme par la sous-représentation des élèves issus de milieux modestes dans les études menant à la maturité.

Mais elle est aussi présente dès les premières années d’école avec des enfants souffrant de déficiences, de lacunes linguistiques ou rencontrant des difficultés d’apprentissage et qui nécessitent un encadrement particulier.

Un cinquième

« Il y a une grande hétérogénéité dans les classes et toujours plus d’élèves à besoins particuliers », poursuit la ministre. On estime que ceux-ci sont environ 18% par classe aujourd’hui.

Avec le concept 360°, Cesla Amarelle espère améliorer la situation. Ce cadre, qui part du principe d’une école inclusive et qui entre en vigueur dès cette rentrée, doit permettre aux établissements de l’école obligatoire d’identifier les besoins de leurs élèves pendant trois ans et de développer ou adapter des instruments pour y répondre. Chaque établissement recevra une enveloppe pour les dépenses liées à l’intégration.

Pour les syndicats SPV et SSP, la principale remarque sur ce concept concerne les moyens. Le premier demande que le système fonctionne sur une politique des besoins et non de moyens. Le second considère que les moyens supplémentaires débloqués pour ce concept sont insuffisants, d’autant plus que « les nouvelles missions confiées aux établissements s’ajoutent aux difficultés actuelles comme la pénibilité du travail des enseignants ».

Gros chantier

Autres chantiers que la conseillère d’Etat tient à « consolider » cette année: l’éducation au numérique, la Loi sur l’enseignement obligatoire (LEO) et la valorisation de la formation professionnelle. S’agissant du numérique, le canton poursuit sa phase-pilote dans dix établissements du deuxième cycle.

Il étend par ailleurs l’interdiction des téléphones portables à tous les établissements du cycle obligatoire. Partant du constat que tous les élèves n’ont pas une prise de distance critique sur le numérique, la ministre attend de l’école qu’elle leur fournisse les outils pour s’interroger. « J’espère que l’interdiction du portable sera une phase transitoire », explique-t-elle.

Ecole gratuite

Cette rentrée dans le canton de Vaud est également synonyme de gratuité de l’école obligatoire. Concrètement, les parents n’auront plus à ouvrir leur porte-monnaie pour les fournitures scolaires comme les livres, ni pour les camps et excursions.

Si la prise en charge des frais de fournitures par le canton n’a pas fait débat, le report de la prise en charge des camps et sorties par les communes a lui fait grincer des dents. Elles sont plusieurs à affirmer que les budgets arrêtés avant cette décision ne leur permettent pas d’assumer ces frais. Reste qu’à ce stade, aucune avancée n’a été annoncée dans ce dossier.

Plus nombreux

Lundi, ils seront près de 127’000 élèves à prendre ou reprendre le chemin de l’école dans le canton. Dans le secteur de l’obligatoire, cela représente 1000 élèves supplémentaires par rapport à l’an dernier et la poursuite de la tendance amorcée depuis huit ans.

Dans les détails, ils seront 90’480 à se rendre à l’école obligatoire et 36’500 au postobligatoire. Environ 13’220 enseignants retourneront en classe et 2900 étudiants s’assiéront sur les bancs de la Haute école pédagogique, dont 1300 nouveaux inscrits.

(KEYSTONE-ATS)

Continuer la lecture

Vaud

Le PLR vise un sixième siège au National

Publié

le

Le PLR vaudois fait sa rentrée politique. Devant la Presse ce mardi, le parti a présenté ses objectifs et ses candidats pour les élections fédérales de cet automne.

Pour le National, les Libéraux-Radicaux lancent 3 listes avec à chaque fois 19 candidats : celle du PLR traditionnel, avec les sortants notamment, une liste « innovation » et une troisième composée de jeunes.

Digitalisation de la société, fiscalité, climat ou encore économie et énergie, le PLR veut se profiler sur plusieurs fronts. Avec pour objectif de décrocher un siège de plus au National.

Marc-Olivier Buffat, Président du PLR Vaud :

Marc-Olivier Buffat
Président, PLR Vaud
Marc-Olivier Buffat Président, PLR Vaud

Pour le Conseil des Etats, le PLR Vaud lance son Sénateur sortant Olivier Français. Il fera cavalier seul. Tout comme les listes pour le National, aucun apparentement n’a été conclu par les Libéraux-Radicaux avec d’autres formations de droite.

Marc-Olivier Buffat :

Marc-Olivier Buffat
Président, PLR Vaud
Marc-Olivier Buffat Président, PLR Vaud

Le premier tour des fédérales ce sera le dimanche 20 octobre.

Le canton de Vaud pas oublié

Sur le plan de la politique vaudoise, le PLR entend se battre sur le front de la fiscalité. Pour le parti, le nouveau modèle fiscal des entreprises doit être repris pour la population.

Marc-Olivier Buffat, Président du PLR Vaud :

Marc-Olivier Buffat
Président, PLR Vaud
Marc-Olivier Buffat Président, PLR Vaud

 

Continuer la lecture

Les Sujets à la Une

X