Rejoignez-nous

Vaud

La réforme vaudoise des curatelles dépasse les attentes

Publié

,

le

Le premier bilan de la Réforme des curatelles est très satisfaisant selon les autorités. Photo : D.R.

Le bilan de la réforme vaudoise de la curatelle est positif. Un an après son entrée en vigueur qui mettait fin à la curatelle imposée, l’Etat se montre enthousiaste. La campagne de recrutement a permis de nommer 529 nouveaux curateurs volontaires, ce qui est au-delà de ce qui était envisagé.

La réforme vaudoise de la curatelle a dépassé les attentes de l’Etat. Entrée en vigueur le 1er janvier 2018, elle a mis fin à l’exception vaudoise de la curatelle imposée. Dès lors, l’objectif était de recruter 350 à 400 curateurs volontaires. Un objectif atteint puisqu’au 31 décembre 2018, 529 personnes étaient nommées et en charge d’un ou plusieurs mandats. Et d’autres sont encore en formation ou en attente de nomination. Sur les 2’187 personnes qui se sont montrées intéressées par l’activité de curateur, 1’061 ont suivi une formation. Un succès qui trouve en partie peut-être son explication dans l’augmentation de la rémunération annuelle des curateurs. Béatrice Métraux, conseillère d’Etat en charge des Institutions :

Béatrice Métraux
Conseillère d’Etat en charge des Institutions, VD
Béatrice Métraux Conseillère d’Etat en charge des Institutions, VD

Autre bonne nouvelle pour l’Etat, l’étude de satisfaction des curateurs volontaires. 81% des sondés se disent prêts à accepter un mandat supplémentaire et 90% à poursuivre leur mandat au-delà du délai légal de quatre ans. L’enquête souligne donc la « grande satisfaction » des curateurs volontaires face au nouveau dispositif. Même s’il y a encore quelques améliorations à apporter. Béatrice Métraux, conseillère d’Etat en charges des institutions :

Béatrice Métraux
Conseillère d’Etat en charge des Institutions, VD
Béatrice Métraux Conseillère d’Etat en charge des Institutions, VD

La question du temps dévolu à la gestion de la curatelle – qui est parfois supérieur aux attentes des curateurs – fait également partie des préoccupations des volontaires. Béatrice Métraux :

Béatrice Métraux
Conseillère d’Etat en charge des Institutions, VD
Béatrice Métraux Conseillère d’Etat en charge des Institutions, VD

A l’origine, le Conseil d’Etat espérait pouvoir diviser le travail à 50%/50% entre les curateurs volontaires et les curateurs professionnels. L’objectif est au-delà des attentes. Béatrice Métraux, conseillère d’Etat en charge des institutions :

Béatrice Métraux
Conseillère d’Etat en charge des Institutions, VD
Béatrice Métraux Conseillère d’Etat en charge des Institutions, VD

Cette configuration permet de ne déléguer aux curateurs professionnels que les cas dits « lourds ». Ils sont une centaine de curateurs professionnels de l’Office des curatelles et tutelles à être actifs dans le canton. Les proches et les particuliers – désormais volontaires – assument donc la grande majorité des mandats. Au total, ils sont 5’398 curateurs volontaires.

Autre source de satisfaction – et de soulagement -, la fidélité des anciens curateurs imposés. Le risque était en effet qu’ils quittent massivement leur(s) mandat(s). Mais le cas ne s’est finalement pas avéré. Eric Kaltenrieder, président du Tribunal Cantonal :

Eric Kaltenrieder
Président du Tribunal Cantonal
Eric Kaltenrieder Président du Tribunal Cantonal

Et si les curateurs volontaires qui ont participé à l’étude se montrent « très satisfait », il semble que la réforme des curatelles convient également aux personnes sous curatelle. Sans donner de chiffre précis, le président du Tribunal cantonal Eric Kaltenrieder note une diminution des demandes pour changer de curateur :

Eric Kaltenrieder
Président du Tribunal Cantonal
Eric Kaltenrieder Président du Tribunal Cantonal

Notons enfin que si le bilan est bon, quelque 600 nouveaux curateurs par an sont encore recherchés pour faire face aux futurs besoins. Des besoins expliqués notamment par le roulement des curateurs, mais aussi par le vieillissement et l’augmentation de la population. Près de 1’000 nouveaux mandats doivent trouver preneurs chaque année.

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lausanne

Mobilisation contre de nouvelles jonctions autoroutières

Publié

le

Des associations vaudoise et des individus ont écrit à la présidente de la Confédération Simonetta Sommaruga pour lui demander l'abandon des nouvelles jonctions autoroutières dans l'Ouest lausannois (photo d'illustration).
Un groupe d’associations vaudoises et d’individus veut l’abandon des projets de nouvelles jonctions autoroutières dans l’Ouest lausannois, ainsi que la requalification en route nationale du tronçon d’autoroute entre Ecublens et la Maladière. Il a écrit en ce sens à la présidente de la Confédération Simonetta Sommaruga.

La lettre ouverte envoyée le 13 février demande à la cheffe du Département fédéral de l’environnement, des transports, de l’énergie et de la communication des mesures fortes en matière de transports, l’un des leviers principaux pour agir en faveur du climat. Cela passe notamment par l’arrêt du développement des autoroutes, relèvent les signataires lundi dans leur communiqué.

En vue d’une politique des transports zéro carbone, les signataires demandent l’abandon des projets de nouvelles jonctions dans l’Ouest lausannois et la requalification en route nationale de 3e classe du tronçon entre Ecublens et la Maladière. Ce dernier, conséquence d’un projet avorté d’autoroute au sud de Lausanne, détruit actuellement le tissu urbain des communes traversées et empêchent toute amélioration de la mobilité, estiment-ils.

Les projets actuels sont particulièrement coûteux et gourmands en espace. Ils amèneront aussi une demande induite qui pourra causer une augmentation importante du trafic autoroutier et des nuisances liées.

Les signataires demandent que les erreurs du passé ne soient pas répétées par le maintien d’une vision et d’un projet tous deux inscrits dans les années septante. Parmi eux, figurent notamment l’Association bien vivre Chavannes, Pro Natura Vaud, le WWF Vaud Grands-Parents pour le climat.

Des personnalités telles que Dominique Bourg, Jacques Neirynck et Jean-Bernard Racine, tous professeurs honoraires à l’Université de Lausanne, Marc Atallah, directeur de la Maison d’ailleurs ou encore Philippe Roch, ancien directeur de l’Office fédéral de l’environnement ont également paraphé la lettre.

D’autres voix s’élèvent contre ces aménagements routiers. Récemment, l’ATE Vaud a également proposé de déclasser le cul-de-sac de l’A1 à Lausanne-Maladière.

Continuer la lecture

Lausanne

Le PLR Pierre-Antoine Hildbrand souhaite rempiler

Publié

le

Le municipal lausannois Pierre-Antoine Hildbrand, en charge notamment de la sécurité, est candidat à sa réélection.
Le municipal PLR Pierre-Antoine Hildbrand, 43 ans, est candidat à sa réélection à l’exécutif lausannois en 2021. Ayant « éprouvé de grandes joies dans cette fonction », il a envie « de continuer à agir » et espère être rejoint par un deuxième PLR.

« Mon unique ambition est de servir les Lausannois », indique le municipal en charge de la sécurité et de l’économie lundi dans une interview accordée au quotidien « 24 Heures ». Interrogé sur son intérêt éventuel pour le Conseil d’Etat, Pierre-Antoine Hildbrand dit se concentrer sur la Ville.

« J’ose croire que j’ai un rôle actif au sein de la Municipalité », souligne celui qui est le seul représentant de la droite au sein de l’exécutif, évoquant les « sujets tout de même assez clivants » dont il s’occupe: le trafic de drogue, la mendicité, les manifestations, les conditions pour les commerces, les taxis.

Pour mener une politique de droite, « il faut voir ce qu’il est possible d’obtenir et donc c’est un équilibre à reconstruire tout le temps. La force des services protège aussi le minoritaire. Chacun peut d’ailleurs l’être, sur un thème ou lors d’une crise », ajoute le municipal.

Classe moyenne

Avoir deux PLR à la Municipalité « serait plus équilibré et […] permettrait d’avancer dans un certain nombre de dossiers où les préoccupations d’une partie de la classe moyenne ne sont pas toujours prises en compte », relève-t-il encore.

Revenant sur les réalisations concrètes de la législature, il estime que « l’effort sur la sécurité et l’eau potable ont pris passablement de temps, d’énergie et de budget. Et la Municipalité a aussi pris des décisions courageuses, par exemple en refusant la nationalité à des personnes qui manifestaient leur refus de l’égalité hommes-femmes. »

Quant à ses relations avec ses collègues, « les divergences d’opinions sont évidemment présentes, chacun doit faire un bout de compromis », note-t-il.

Continuer la lecture

Vaud

Montreux: le Volley Masters disparaît

Publié

le

Une scène du match Thaïlande - Italie en mai 2019 (©KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

C’est fini pour le Volley Masters de Montreux. Le tournoi international, qui se déroulait depuis 1984, n’existera plus. L’Association du Montreux Volley Masters a voté sa dissolution vendredi soir.

Le tournoi 2020 avait préalablement déjà été annulé en décembre 2019 en raison de l’indisponibilité des meilleures nations de la planète, notamment asiatiques et sud-américaines, qui préparent les Jeux olympiques de Tokyo. Selon les organisateurs, les conditions sportives et financières, actuelles et dans un futur proche, ne permettent plus d’organiser le tournoi qui accueillait des équipes féminines de très haut niveau. Il n’y aura donc pas de 35e édition sur la Riviera vaudoise.

Continuer la lecture

Vaud

Santé – Un 1000e enfant traité du cancer de l’oeil à Lausanne

Publié

le

Une partie de l'équipe d'oncologie pédiatrique de l'Hôpital ophtalmique Jules-Gonin à Lausanne.
Seul centre agrée en Suisse pour traiter du cancer de l’oeil, l’hôpital ophtalmique Jules-Gonin à Lausanne a accueilli début janvier le 1000e patient atteint de rétinoblastome, a-t-il indiqué vendredi dans un communiqué. Chaque année, il prend en charge une soixantaine de nouveaux cas de cette tumeur cancéreuse rare de la rétine.

A l’occasion de la journée internationale du cancer de l’enfant, ce samedi, l’établissement hospitalier spécialisé rappelle son rôle et son existence, fonctionnant comme un « centre de référence international » où affluent des enfants de plus de 60 nationalités différentes, écrit-il.

Diagnostiqué in utero, le 1000e patient a été admis à l’âge de quatre jours, après provocation de l’accouchement à la 37e semaine de gestation. Soignée pour un rétinoblastome bilatéral 38 ans plus tôt par le professeur Claude Gailloud, fondateur de l’unité d’oncologie pédiatrique de l’Hôpital ophtalmique en 1970, la maman du petit patient a bénéficié d’une surveillance échographique mise en place par l’Unité de médecine materno-foetale du CHUV.

« Depuis le début de l’année, nous avons déjà diagnostiqué huit enfants atteints de ce cancer. Grâce aux progrès thérapeutiques de ces dernières années, dont certains conçus et réalisés à Lausanne même, la survie de ces enfants atteint 99% à cinq ans sans recourir à l’énucléation et en maintenant une bonne vision », se réjouit Francis Munier, médecin-chef responsable du pôle d’oncologie oculaire de l’Hôpital ophtalmique Jules-Gonin.

Collaboration avec le CHUV

Au cours des dernières années, le développement de différentes techniques d’administration ciblée de chimiothérapie ont permis « d’énormes progrès » dans le traitement de la maladie. En collaboration avec les Unités d’hématologie-oncologie pédiatrique et de radiologie interventionnelle du CHUV, M. Munier et son équipe ont introduit en 2008 la chimiothérapie intra-artérielle.

En 2012, c’est la chimiothérapie intravitréenne (injectée directement dans le corps vitré) qui fait ses débuts et, en 2015, la chimiothérapie intracamérulaire (injectée directement dans les chambres antérieure et postérieure de l’oeil). Ces techniques ont permis d’atteindre des sauvegardes oculaires inégalées, s’élevant à 95 %, et diffusées partout dans le monde, explique le communiqué.

C’est ainsi que le service d’ophtalmologie de la Faculté de biologie et médecine de l’Université de Lausanne est devenu un centre international pour les cas de dernier recours.

Une naissance sur 17’000

Le rétinoblastome est une tumeur cancéreuse rare de la rétine, se manifestant généralement avant l’âge de cinq ans. Il peut affecter les deux yeux et se transmettre d’une génération à l’autre. Il représente 16% des cancers néonataux et 6% de tous les cancers chez l’enfant de moins de 5 ans.

Ce cancer de l’oeil touche environ une naissance sur 17’000, ce qui se traduit par cinq à six nouveaux cas par année en Suisse. L’Hôpital ophtalmique Jules-Gonin est reconnu comme seul centre agréé MHS (médecine hautement spécialisée) pour traiter cette maladie depuis 2011.

Continuer la lecture

Vaud

Le Conseil d’Etat veut resserrer son action

Publié

le

Le Conseil d'Etat vaudois a présenté ce vendredi son bilan de mi-législature et les défis pour 2020-2022. (KEYSTONE/Salvatore Di Nolfi)

Le Conseil d’Etat vaudois veut intensifier ses efforts ces deux prochaines années. Le gouvernement faisait ce midi son bilan de mi-législature. Il conserve sa feuille de route mais va accélérer certains efforts. 

Parmi les mesures réalisées depuis 2017, le Conseil d’Etat se satisfait notamment de l’adoption de la loi pour lutter contre la violence domestique, du renforcement de l’éducation numérique, de l’entrée en vigueur de la RIE 3 et de son volet social ou encore du chômage en forte baisse depuis le début de la législature. À deux ans des élections cantonales, le Conseil d’Etat estime aussi que sa feuille de route est toujours d’actualité et que certains efforts doivent être intensifiés. Nuria Gorrite, présidente du gouvernement vaudois.

Nuria Gorrite
Présidente du Conseil d'Etat vaudois
Nuria Gorrite Présidente du Conseil d'Etat vaudois

À l’heure où certains mouvements de rue demandent des actions rapides pour répondre à l’urgence climatique, le gouvernement tient à rappeler le cadre institutionnel. Béatrice Métraux, future cheffe du Département de l’environnement:

Béatrice Métraux
Conseillère d'Etat, VD
Béatrice Métraux Conseillère d'Etat, VD

Il n’y a pas que le climat qui compte parmi les défis du Conseil d’Etat. Le gouvernement entend promouvoir le « vivre-ensemble », mais le vieillissement de la population s’impose à lui. D’ici à 2040, les plus de 80 ans devraient doubler dans le canton, ce qui va mettre sous pression notamment le système sanitaire. Rebecca Ruiz, conseillère d’Etat en charge de la santé et de l’action sociale:

Rebecca Ruiz
Conseillère d'Etat, VD
Rebecca Ruiz Conseillère d'Etat, VD

Propos recueillis par Donatella Romeo et Charles Super. Le gouvernement présentera son plan climat cantonal le 8 avril prochain. Il annonce aussi le lancement d’une politique d’aide au développement économique redéfinie, avec notamment des investissements dans les cleantechs. Les détails seront dévoilés le 24 février.

Continuer la lecture

Les Sujets à la Une

X