Rejoignez-nous

Vaud

Lancement d'un projet pilote de justice restaurative

Publié

,

le

Les rencontres se tiendront à la prison des Léchaires, à Palézieux (archives). (©KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Mettre face-à-face agresseurs et victimes pour amener l'auteur à prendre conscience des conséquences de ses actes et aider la victime à surmonter son traumatisme: le canton de Vaud lance un projet pilote de justice restaurative avec de jeunes adultes.

La justice restaurative - parfois aussi appelée justice restauratrice - permet d'échanger, d'établir un dialogue. Différentes formes existent: Vaud a opté pour le "dialogue restauratif", qui se fera dès cet automne sur une base volontaire avec des jeunes adultes de 18 à 22 ans incarcérés à la prison des Léchaires, à Palézieux.

Pas avec victime directe

Cet espace d'échanges réunira des auteurs de crimes et délits avec des victimes de faits similaires, et non avec leur victime directe, a expliqué jeudi Sylvie Bula, cheffe du Service pénitentiaire. Ce projet pilote s'inspire de ce qui se pratique à l'étranger, en Belgique et au Canada, mais aussi à la prison de Lenzburg (AG).

Comme à Lenzburg, le canton travaillera en collaboration avec le "Forum suisse de justice restaurative", qui sera chargé d'entendre les agresseurs et les victimes susceptibles d'y prendre part. Des groupes comptant deux à six détenus et un nombre comparable de victimes seront formés. Encadrés par des professionnels, ils se réuniront à huit reprises, au rythme de deux heures par semaine.

Eviter la spirale délictueuse

Un premier bilan sera tiré au premier trimestre 2020. L'objectif est que ces jeunes n'entrent pas dans une spirale délictueuse. La conseillère d'Etat Béatrice Métraux reconnaît que les effets de la justice restaurative ne sont pas établis scientifiquement, mais des études parlent d'une baisse du taux de récidive de 7 à 10%.

"Les auteurs n'ont pas toujours une pleine vision des conséquences de leurs actes sur une victime en chair et en os. La justice restaurative permet de les responsabiliser, de leur faire prendre conscience qu'il y a des personnes qui ont souffert et souffrent encore. Cela permet d'avancer dans le travail sur le délit et l'empathie", a expliqué Sylvie Bula.

Victimes entendues

Du côté des victimes, la démarche leur permet de se faire entendre. Les victimes n'ont pas toujours eu l'opportunité de témoigner. "Elles ont envie d'être entendues et reconnues comme victimes. Des victimes m'écrivent et me disent: il a été condamné et moi ?", a expliqué la cheffe du Département des institutions et de la sécurité.

La participation à ces dialogues restauratifs n'aura aucun effet sur l'exécution de la peine. Pas question d'espérer une réduction, a averti Mme Métraux. Le nouvel outil s'adresse en priorité aux auteurs de brigandages, de lésions corporelles ou de vols par effraction.

Béatrice Métraux souligne que la justice restaurative n'est pas un "positionnement politique", mais une "mission" donnée par le programme de législature et les assises de la chaîne pénale. "On ne peut pas éternellement construire de nouvelles prisons. Il faut aussi trouver d'autres pistes", a-t-elle ajouté. L'expérience ne nécessite pas de base légale particulière et le financement est estimé à 3500 francs seulement.

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

On Parle De Vous

La Protection civile vaudoise est mobilisée depuis 100 jours

Publié

le

Le Commandant de la Protection civile vaudoise, le Colonel Louis-Henri Delarageaz. (©KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)
C’est un cap symbolique atteint aujourd’hui par la Protection civile vaudoise : celui des 100 jours d’engagement dans la crise du coronavirus. Plusieurs milliers d'astreints ont été envoyés sur le terrain, pour soutenir les hôpitaux, les EMS ou d'autres secteurs fortement sollicités. Entretien avec le Commandant de la PCi vaudoise, Louis-Henri Delarageaz, à quelques jours de la fin de l'opération "Corona".

Depuis mars, ce sont plus de 5’500 astreints qui ont été engagés, pour plus de 65’000 jours de service. Ce qui représente, en moyenne, 12 jours de travail par personne. Tous les effectifs disponibles des ORPC du canton ont été sollicités.

D’abord présents sur les marchés pour faire respecter les nouvelles normes sanitaires, puis dans les hôpitaux, les EMS ou encore pour aider à l’hébergement des sans-abris, les femmes et les hommes de la Protection civile ont été sur tous les fronts. Au pic de la crise, ce sont même 1’500 astreints qui ont été engagés par jour.

Mais aujourd’hui, la situation est revenue “presque” à la normale. Seule une soixantaine de membres de la PC sont encore sur le terrain. La fin de l’opération est proche.

Le Colonel Louis-Henri Delarageaz, Commandant de la Protection civile vaudoise :

Col Louis-Henri Delarageaz
Commandant de la Protection civile vaudoise
Col Louis-Henri Delarageaz Commandant de la Protection civile vaudoise

On s’en rappelle, le canton de Vaud a ordonné mi-mars la mobilisation immédiate de sa protection civile. Face à la rapidité de l’évolution de la pandémie, tout s’est accéléré très vite. Et la Protection civile a dû faire face à l’urgence de la situation.

Le Commandant de la PCi vaudoise, Louis-Henri Delarageaz :

Col Louis-Henri Delarageaz
Commandant de la Protection civile vaudoise
Col Louis-Henri Delarageaz Commandant de la Protection civile vaudoise

Les astreints ont donc été envoyés rapidement sur le terrain pour appuyer, par exemple, la pharmacie cantonale. Mais aussi dans les hôpitaux et les EMS. Et là, le personnel de la PC a dû retrousser ses manches : il n’était pas, ou peu formé au domaine des soins.

Louis-Henri Delarageaz, Commandant de la Protection civile vaudoise :

Col Louis-Henri Delarageaz
Commandant de la Protection civile vaudoise
Col Louis-Henri Delarageaz Commandant de la Protection civile vaudoise

Au total, les astreints de la PCi ont effectué plus de 600 missions depuis la mi-mars. D’ici la fin de l’opération “Corona” le 30 juin prochain, elle devrait avoir réalisé 70’000 jours de service. Le coût estimé de son intervention se monte à 3,5 millions de francs, dont un million pour le canton de Vaud. Le reste est à la charge de la Confédération.

Selon un premier bilan dressé par le Conseil d’Etat mi-mai, l'engagement de la PCi a donné satisfaction à plus de 90% des bénéficiaires. Une analyse plus fine du travail réalisé est en cours.

Continuer la lecture

Vaud

Réouverture des mines de sel de Bex samedi

Publié

le

Le train souterrain entrant dans la galerie du site touristique des mines de sel de Bex (VD) sera de nouveau accessible au public dès samedi (archives). Keystone/JEAN-CHRISTOPHE BOTT
Après trois mois de fermeture, les mines de sel de Bex (VD) rouvrent au public dès samedi.

Le nombre de visiteurs pouvant être accueilli simultanément sera réduit de moitié dans un premier temps, ont informé vendredi les responsables dans un communiqué. Ceux-ci ont prévu de nouvelles activités, tel un rallye pour le jeune public.

Chaque visiteur se verra par ailleurs remettre un bon de fidélité lui permettant de venir découvrir les nouveautés prévues dès la saison 2021, indiquent les responsables. Des milliers de billets dégriffés sont mis en vente sur le site internet, ajoutent-ils.

Continuer la lecture

Vaud

Plusieurs piscines vaudoises annoncent leur ouverture dès samedi

Publié

le

Passé les ultimes nettoyages et préparatifs, de nombreuses piscines vaudoises sont prêtes à ouvrir dès samedi et courant juin. Keystone/JEAN-CHRISTOPHE BOTT
Après l'annonce des ouvertures des piscines de Bellerive (13 juin) et Montchoisi (24 juin) à Lausanne ainsi qu'à Prilly (20 juin), d'autres piscines vaudoises annoncent leur ouverture courant juin. C'est le cas notamment de celles de Nyon, Yverdon-les-Bains et Vevey-Corseaux et Montreux qui ouvrent dès samedi. La piscine de Renens ouvrira lundi et celle de La Sarraz le 13 juin.

Cette ouverture tant attendue des baigneurs ne se fera pas sans prescriptions sanitaires liées au coronavirus. Les plans de protection prévoient dans l'ensemble d'éviter la concentration de personnes. Dans les bassins, une distance de deux mètres devra être respectée entre chaque nageur. Les vestiaires et les douches resteront fermés, à l'exception de deux trois cabines hommes/femmes.

Certaines piscines vont aussi restreindre le nombre de personnes admises, en fonction de la surface dont elles disposent. D'autres mettront également en place un système de comptage avec transmission des informations sur leur site internet et celui des communes concernées.

A Nyon par exemple, la piscine de Colovray limitera sa fréquentation à 1400 personnes, celle de Montreux entre 200 et 500 personnes, suivant la météo. A La Sarraz, il sera possible de profiter des bassins uniquement pour une demi-journée (10h-15h ou 15h-20h).

L'Association des piscines romandes et tessinoises (APRT), qui compte 120 membres propriétaires au total de 135 établissements, a établi un guide des mesures de protection pour les exploitants de piscines. Il émet des consignes sur les files d'attente à l'entrée, l'espacement sur les pelouses, les marquages, le nombre de personnes par bassin, d'éventuels systèmes de réservation, etc.

Continuer la lecture

Vaud

CHUV: enquête ouverte sur l'acquisition de matériel de protection

Publié

le

Le CHUV à Lausanne a ouvert une enquête administrative sur l'acquisition de matériel de protection durant la crise de la pandémie du coronavirus (archives). Keystone/LAURENT GILLIERON
Le CHUV à Lausanne a lancé une enquête administrative portant sur une acquisition de matériel de protection durant la crise du coronavirus et impliquant d'autres partenaires de l'hôpital.

Il y a une suspicion de non-respect de dispositions réglementaires et/ou légales, a indiqué vendredi le centre hospitalier universitaire vaudois. Ce dernier en a informé le Contrôle cantonal des finances de l'Etat de Vaud. Compte tenu de l'enquête en cours, une information pourra être donnée uniquement lorsque ses conclusions auront été rendues, ajoute le communiqué sibyllin du CHUV. Interrogé par Keystone-ATS, une porte-parole n'a pas voulu donner d'autres précisions ni dire si le matériel de protection concerne des masques ou non.

Continuer la lecture

Lausanne

Des bons d'achats pour soutenir les commerçants lausannois

Publié

le

Depuis leur réouverture, le bilan est mitigé pour les commerces lausannois. (©KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)
Des bons d’achats à faire valoir auprès des boutiques et autres magasins lausannois. La Société coopérative des commerçants de la capitale vaudoise lance une campagne de soutien au commerce de proximité.

Elle propose d’acheter des bons d’achats avec un rabais de 10%, à travers la plateforme “enjoylausanne.ch”. Pour un bon de 100 francs, vous ne payez que 90 francs. Le reste est complété par la SCCL. Le bon est valable dans plus de 150 enseignes.

Cette campagne doit permettre de donner un coup de fouet à l’activité des commerçants lausannois, dans cette période post-pandémie. L’intérêt est même double pour Tomé Varela, Secrétaire général de la Société coopérative des commerçants lausannois :

Tomé Varela
Secrétaire général de la SCCL
Tomé Varela Secrétaire général de la SCCL

Depuis leur réouverture, certains commerces tirent la langue. Mais d’autres s’en sortent plutôt bien.

Tomé Varela, Secrétaire général de la Société coopérative des commerçants lausannois :

Tomé Varela
Secrétaire général de la SCCL
Tomé Varela Secrétaire général de la SCCL

Pour limiter la casse et tenter de faire repartir l’activité des commerces lausannois, il y a bien sûr ces bons d’achats. Mais certaines enseignes ont profité de la crise pour se réinventer et prendre le virage numérique.

Tomé Varela :

Tomé Varela
Secrétaire général de la SCCL
Tomé Varela Secrétaire général de la SCCL

Pour en savoir sur ces bons avec rabais de 10% à faire valoir auprès des commerçants lausannois, rendez-vous sur enjoylausanne.ch

Continuer la lecture

C'était quoi ce titre ?

Les 2 derniers titres

Horoscope du jour

Taureau

Depuis le Capricorne, deux planètes vous envoient de belles énergies… Vous voilà apte à vous affirmer et à tirer le meilleur de ces faveurs célestes.

Publicité

Les Sujets à la Une

X