Rejoignez-nous

Vaud

L’art du service du vin selon Reza Nahaboo

Publié

,

le

L’art du service du vin selon Reza Nahaboo. Sacré meilleur sommelier de Suisse en 2016, le trentenaire originaire de l’Île Maurice et de la Réunion est aujourd’hui instructeur dans le canton de Vaud, à l’école hôtelière de Glion.

Reza Nahaboo sert aussi les clientes et clients du Bellevue, le restaurant gastronomique qui sert à la formation des étudiants. Reza Nahaboo nous décrit son métier de sommelier tel qu’il le voit :

Reza Nahaboo
Reza Nahaboo

Reza Nahaboo, meilleur sommelier de Suisse 2016.

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vaud

L’eau lausannoise est de bonne qualité et solidaire

Publié

le

L'eau potable fournie par le Service de l'eau de Lausanne provient à 55% du lac Léman, le reste est issu du lac de Bret à (18%) et d'une centaine de sources réparties entre le Pied du Jura, le Gros-de-Vaud et les Préalpes (27%). (Photo: Gilliéron/KEYSTONE)

Un taux de conformité de l’eau potable proche de 100%. C’est ce qui ressort des plus de 100’000 analyses effectuées en 2018 par le Service de l’eau de la Ville de Lausanne qui abreuve 18 communes. Quelque 31 milliards de litres d’eau potable sont surveillés chaque année.

Tous les voyants sont au vert. A l’heure de faire le bilan annuel de la qualité de son eau potable, la Ville de Lausanne se montre satisfaite. En 2018, seuls cinq cas de non-conformités microbiologiques ont été détectés, mais sans danger pour les consommateurs. Cinq cas sur 100’000 résultats d’analyse. En octobre, une suspicion de pollution sur l’eau en provenance du Pays-d’Enhaut a également nécessité une intervention rapide. L’eau était brune et nauséabonde. Au final, plus de peur que de mal. Sébastien Apothéloz, chef du Service de l’eau :

Sébastien Apothéloz
Chef du Service de l’eau, Lausanne
Sébastien Apothéloz Chef du Service de l’eau, Lausanne

Le Service de l’eau de la Ville de Lausanne fournit 17 autres communes parmi lesquelles Crissier, Renens, Epalinges, Ecublens ou encore Cheseaux.

Surveiller la qualité de l’eau, une chasse perpétuelle aux nouvelles substances potentiellement dangereuses. Notamment dans le domaine des micropolluants, rappelle Pierre-Antoine Hildbrand, municipal lausannois en charge de la sécurité et l’économie :

Pierre-Antoine Hildbrand
Municipal en charge de la sécurité et l'économie, Lausanne
Pierre-Antoine Hildbrand Municipal en charge de la sécurité et l'économie, Lausanne

Veiller à la qualité de l’eau, une mission essentielle sachant que 245’000 personnes sont desservies par ce réseau et que 90% d’entre elles boivent l’eau du robinet. Lors des analyses, les spécialistes recherchent les risques microbiologiques, physico-chimiques et les micropolluants. Cette dernière catégorie est le cheval de bataille du Service de l’eau. Ils proviennent de l’agriculture, de l’industrie, mais aussi de la population. Sébastien Apothéloz :

Sébastien Apothéloz
Chef du Service de l'eau, Lausanne
Sébastien Apothéloz Chef du Service de l'eau, Lausanne

Résidus de médicaments, de cosmétiques ou de produits de synthèse se retrouvent dans l’eau. Une présence que Sébastien Apothéloz assure sans risque grâce au traitement de l’eau et leur présence infinitésimale. A titre d’exemple, tous les cours d’eau de Suisse contienne de la Metformin, un médicament antidiabétique. Afin de s’assurer que la présence des micropolluants n’est pas dangereuse, il est nécessaire d’avoir un processus de détection propre à chacun, raison pour laquelle la recherche est continue. Récemment, le Service de l’eau a mené une vaste étude sur les micropolluants des cosmétiques. Sébastien Apothéloz :

Sébastien Apothéloz
Chef du Service de l'eau, Lausanne
Sébastien Apothéloz Chef du Service de l'eau, Lausanne

Au total, c’est la qualité de quelque 31 milliards de litres d’eau potable que le Service de l’eau de la Ville de Lausanne doit assurer chaque année.

Un centime solidaire

Le centime solidaire a dix ans. Une décennie que 21 communes parmi lesquelles Lausanne, Morges, Lutry, Cossonay ou encore Epalinges versent un centime par mètre cube d’eau vendu dans leur commune. Soit environ 2 francs par an pour un ménage de quatre personnes. Grâce à cette action, 240’000 francs sont récoltés chaque année pour améliorer l’accès à l’eau et moderniser les procédés d’assainissement à Nouakchott, capitale de la Mauritanie. Les actions se concentrent dans des quartiers défavorisés de la ville où 70 km de conduites d’eau ont pu être posées. Un nouveau projet est en cours. Sébastien Apothéloz, chef du Service de l’eau de Lausanne :

Sébastien Apothéloz
Chef du Service de l’eau, Lausanne
Sébastien Apothéloz Chef du Service de l’eau, Lausanne

Grâce à ce réseau de solidarité, 2’400 ménages ont été branché à un réseau d’eau. Le Service de l’eau de Lausanne a créé une bouteille d’eau en verre solidaire, elle coûte 8 francs dont 5 francs sont reversés au fond de solidarité. En cette journée mondiale de l’eau, rappelons que 2,1 milliards de personnes ne disposent pas d’eau potable chez elles.

Continuer la lecture

Vaud

Accident de Rhodanie : pas de prison pour le chauffard

Publié

le

Le chauffard de Rhodanie écope de 24 mois de prison avec sursis (archives). (KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Le chauffard du « drame de Vidy » n’ira pas en prison.

L’automobiliste de 65 ans, qui a tué un jeune couple sur un passage piéton de Vidy, à Lausanne, en avril 2017, a été condamné ce jeudi à 24 mois de prison avec sursis complet. Malgré une culpabilité qualifiée de « lourde », la Cour correctionnelle de Lausanne a jugé qu’il n’avait pas agi intentionnellement. Mais il était inattentif.

Le Vaudois a été reconnu coupable d’homicide par négligence, d’infractions graves à la loi fédérale sur la circulation routière et de circulation sans assurance responsabilité civile. Les avocats des familles des victimes avaient plaidé pour une peine plus sévère.

Ecoutez l’un d’eux, Me Astyanax Peca :

Me Astyanax Peca
Avocat
Me Astyanax Peca Avocat

Autre réaction, celle de Me Sébastien Pedroli. C’est l’avocat du père de la jeune fille de 22 ans, tuée par le chauffard :

Me Sébastien Pedroli
Avocat
Me Sébastien Pedroli Avocat

L’accusé est en revanche relevé de l’infraction de conduite d’un véhicule automobile malgré une incapacité à conduire.

Lors de son réquisitoire, le procureur Stephan Johner avait, lui, requis 30 mois de peine privative de liberté, dont 6 mois ferme. Il a été partiellement suivi.

Sa réaction :

Stephan Johner
Procureur, VD
Stephan Johner Procureur, VD

Notez encore que l’accusé, forain et rentier AI, devra verser des dizaines de milliers de francs aux proches des disparus pour tort moral, dommage et intérêts.

Continuer la lecture

Vaud

Les Verts vaudois veulent freiner l’arrivée de la 5G

Publié

le

Un appel à arrêter la mise en place de la 5G, en attendant de connaître la dangerosité potentielle de ses ondes. Les Verts vaudois veulent faire stopper l’installation des antennes à travers le canton.

Le parti écologiste a écrit une lettre adressée aux 309 communes vaudoises pour leur demander de suspendre les démarches.

Alberto Mocchi, président des Verts vaudois :

Alberto Mocchi
Président Verts vaudois
Alberto Mocchi Président Verts vaudois

Concernant le potentiel impact sur la santé, une étude de l’Office fédéral de l’environnement est donc en cours, et les résultats sont attendus pour cet été. Les Verts vaudois demandent un moratoire sur cette nouvelle technologie :

Alberto Mocchi
Président Verts vaudois
Alberto Mocchi Président Verts vaudois

Alberto Mocchi confirme que de nombreux Vaudois sont inquiets face à l’arrivée de la 5G :

Alberto Mocchi
Président Verts vaudois
Alberto Mocchi Président Verts vaudois

Partout en Suisse, les démarches pour le développement de la 5G avancent. Mise en service prévue en fin d’année. Rappelons que les fréquences ont été attribuées aux opérateurs Swisscom, Salt et Sunrise, qui ont déboursé 380 millions de francs.

Continuer la lecture

Vaud

Scrutin annulé à Montreux

Publié

le

Le scrutin visait la rénovation du centre des congrès (archives). (©KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Le Conseil d’Etat vaudois a décidé d’invalider la votation du 10 février dernier sur la rénovation du centre de congrès de Montreux. L’ensemble des électeurs n’a pas bénéficié des conditions de vote prévues par la loi, estime le gouvernement.

Le Conseil d’Etat annule le scrutin sur le Centre de Congrès et d’expositions de Montreux. Le 10 février dernier, le projet de sécurisation, de mise à niveau et de développement du Centre des congrès avait été refusé par la population. Le « non » s’était imposé avec seulement 94 voix d’écart. Suite à ce vote, 97 recours avaient été déposés. En cause notamment : 1397 électeurs étrangers qui n’avaient pas reçu le matériel de vote à la maison. Le préfet, après analyse, a proposé de déclarer la recevabilité de 91 recours. Il considère que « la nature ainsi que l’importance des irrégularités constatées ont pu influencer de façon déterminante le scrutin du 10 février ». Sur cette base, le Conseil d’Etat a invalidé la votation. Béatrice Métraux, conseillère d’Etat en charge des institutions :

Béatrice Métraux
Conseillère d’Etat en charge des institutions, VD
Béatrice Métraux  Conseillère d’Etat en charge des institutions, VD

Un faible écart dans le résultat du scrutin, couplé à une participation inhabituellement faible de l’électorat étranger en raison des problèmes d’envoi du matériel de vote. Deux raisons qui ont convaincu le Conseil d’Etat d’annuler le vote. Pour la suite, c’est à la Municipalité de Montreux de faire des choix. Laurent Wehrli, syndic de Montreux :

Laurent Wehrli
Syndic de Montreux
Laurent Wehrli Syndic de Montreux

Aujourd’hui, la Municipalité de Montreux est donc face à deux choix : faire revoter la population sur le même projet ou en présenter un autre au Conseil communal. Décision sera prise prochainement. Pour l’heure, l’incertitude reste sur l’avenir du 2m2c. Le syndic de Montreux Laurent Wehrli :

Laurent Wehrli
Syndic de Montreux
Laurent Wehrli Syndic de Montreux

Et si les Montreusiens étaient à nouveau appelés à voter, ils pourraient le faire à une échéance relativement brève. On retrouve Laurent Wehrli :

Laurent Wehrli
Syndic de Montreux
Laurent Wehrli Syndic de Montreux

Propos recueillis par Jérôme Favre.

Pour rappel, le projet soumis au vote était budgétisé à 87 millions dont 27 à la charge de Montreux. Les travaux auraient aussi été pris en charge par les acteurs touristiques de la région ainsi que la société d’exploitation du centre. Dans la foulée de l’annonce faite par le Conseil d’Etat, les acteurs de l’économie régionale ont fait savoir par voie de communiqué qu’ils se « félicitent de cette décision qui permettra à tous les Montreusiens de s’exprimer dans le respect des règles démocratiques ». Ils ajoutent : « Face à l’incertitude actuelle extrêmement pénalisante et l’incapacité pour le 2m2c de signer de nouveaux contrats, les forces économiques souhaitent qu’un nouveau vote intervienne dans les meilleurs délais, soit avant fin juin 2019 ».

A noter enfin que cette décision d’annulation du scrutin par le Conseil d’Etat peut encore faire l’objet d’un recours dans les 10 jours à compter de sa publication officielle.

Continuer la lecture

Vaud

Oui à l’urgence climatique

Publié

le

Les mobilisations des jeunes en faveur de l'environnement ont incité les vert'libéraux vaudois à déposer une résolution au Grand Conseil déclarant l'urgence climatique. Le texte a trouvé un large soutien (archives), (©KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

C’est à une très large majorité que le Parlement vaudois a déclaré mardi l’urgence climatique. Au micro, seules quelques voix UDC se sont montrées dubitatives.

Déposée par le vert’libéral Laurent Miéville, la résolution veut répondre aux mobilisations des jeunes et demande que l’atténuation du changement climatique figure parmi les tâches prioritaires du Grand Conseil. Le texte invite également le Conseil d’Etat à contribuer à informer la population sur le sujet.

Si finalement peu de monde était opposé à cette proposition non contraignante, elle a néanmoins provoqué de nombreuses prises de paroles. Plusieurs élus se sont ainsi succédé au micro pour énumérer les engagements de leur formation respective en faveur du climat et ce, depuis plusieurs années.

Depuis longtemps

Grégory Devaud (PLR) a ainsi égrené les efforts de sa formation contre le réchauffement climatique. Une attitude qui n’a pas manqué de faire réagir les Verts. « C’est drôle, tout le monde se préoccupe de l’environnement depuis longtemps », a rétorqué Yves Ferrari. S’adressant aux libéraux-radicaux, il a reconnu « un certain nombre de choses mais peut-être pas assez ».

Reste qu’à ses yeux, cette résolution est nécessaire. « Il faut avoir une vision holistique qui comprend l’ensemble des politiques publiques », a-t-il argué.

Doutes à l’UDC

C’est du côté de l’UDC que la plupart des doutes et questions ont été formulés. A l’image de Jean-Luc Chollet qui, à titre personnel, n’a pas voulu « participer à cette thérapie de groupe ». Sur l’urgence climatique, il a tenu à mettre en garde contre « le poids des mots ».

A l’heure du vote, les amendements ont été écartés, mais la résolution a rencontré un franc succès: 110 oui, 10 non et 13 abstentions. En Suisse, d’autres cantons ont adopté des textes de ce type à l’image de Bâle-Ville et Fribourg.

(KEYSTONE-ATS)

Continuer la lecture

C'était quoi ce titre ?

Les 2 derniers titres

Horoscope du jour

Lion

Plan relationnel largement favorisé. La journée s'annonce pleine de moments festifs et conviviaux. Profitez-en…

Publicité

Les Sujets à la Une

X