Rejoignez-nous

Vaud

L’art du service du vin selon Reza Nahaboo

Publié

,

le

L’art du service du vin selon Reza Nahaboo. Sacré meilleur sommelier de Suisse en 2016, le trentenaire originaire de l’Île Maurice et de la Réunion est aujourd’hui instructeur dans le canton de Vaud, à l’école hôtelière de Glion.

Reza Nahaboo sert aussi les clientes et clients du Bellevue, le restaurant gastronomique qui sert à la formation des étudiants. Reza Nahaboo nous décrit son métier de sommelier tel qu’il le voit :

Reza Nahaboo
Reza Nahaboo

Reza Nahaboo, meilleur sommelier de Suisse 2016.

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lausanne

L’Hôtel de Ville s’illumine pour les fêtes

Publié

le

L’Hôtel de Ville de Lausanne magnifié en son et lumières. Après le Palais de Rumine l’an dernier, les Services industriels proposent pour les Fêtes une illumination place de la Palud.

Intitulé « Rêveries lausannoises », ce nouveau spectacle est la création de l’entreprise bretonne « Spectaculaires », déjà connue pour ses illuminations du Palais fédéral à Berne et de la vieille ville de Morat. Les « ingénieurs poètes », comme ils se caractérisent, proposent aux spectateurs un voyage envoûtant… celui de Victor Hugo lorsqu’il a découvert Lausanne. Benoît Quéro, créateur du spectacle :

Benoît Quéro
Créateur du spectacle
Benoît Quéro Créateur du spectacle

L’animation lumineuse dure 13 minutes. Plusieurs tableaux se succèdent, avec chacun leurs teintes et leur ambiance. Autant de fresques éphémères qui occupent toute la façade de l’Hôtel de Ville, des arcades aux cheminées. Un défi pour les techniciens :

Benoît Quéro
Créateur du spectacle
Benoît Quéro Créateur du spectacle

« Rêveries lausannoises », spectacle son et lumière sur la façade de l’Hôtel de Ville. À voir tous les jours à 17h30, 18h30 et 19h30 jusqu’au 23 décembre. 20h30 et 21h30 les soirs de nocturnes.

Continuer la lecture

Vaud

Le CHUV est un centre de référence pour les nouveau-nés malades

Publié

le

Le service de néonatologie du CHUV est le centre de référence pour tous les nouveau-nés nécessitant des soins intensifs et continus en Romandie. (Photo: DR)

Plongée cette semaine au cœur la maternité du CHUV aux côtés du personnel soignant qui s’occupe des nouveau-nés qui rencontrent des difficultés. Chaque année, près de 800 bébés font leur entrée dans le service de néonatologie, à peine sortis du ventre de leur mère. Parmi ces jeunes patients, 45% sont prématurés et 55% sont à terme, mais souffrent d’une pathologie plus ou moins grave. Certains y passeront quelques heures tandis que d’autres peuvent y séjourner plusieurs mois. La moyenne se situe à 16 jours. Carole Richard, infirmière en chef du service de néonatologie, fait partie du personnel qui s’occupe de ces nouveau-nés :

Carole Richard
Infirmière en chef du service de néonatologie
Carole Richard Infirmière en chef du service de néonatologie

Au total, quarante lits composent le service de néonatologie. Douze sont destinés aux soins intensifs, seize aux soins dits intermédiaires et les douze autres sont réservés autres aux soins spécialisés, soit pour des bébés déjà relativement stables. Ces lits accueillent des nouveau-nés du CHUV, du canton, mais également venus de Neuchâtel, de Fribourg ou encore du Valais. Le service est, en effet, le centre de référence pour tous les nouveau-nés nécessitant des soins intensifs et continus en Romandie. Or, si le premier rôle des soignants concerne la santé physique des bébés, il y a aussi un accompagnement très important de la famille. Carole Richard :

Carole Richard
Infirmière en chef du service de néonatologie
Carole Richard Infirmière en chef du service de néonatologie

Les petits patients du service de néonatologie sont, de fait, particulièrement fragiles, raison pour laquelle les infirmières – ou infirmiers – ne s’occupent parfois que d’un, voire deux bébés maximum. Car le nouveau-né, surtout lorsqu’il souffre d’une pathologie, n’est pas un patient comme les autres. Carole Richard, infirmière en chef du service de néonatologie :

Carole Richard
Infirmière en chef du service de néonatologie
Carole Richard Infirmière en chef du service de néonatologie

Généralement, les soins assurés par le personnel soignant sur le nouveau-né sont réalisés en partenariat avec le parent ou avec l’aide d’un(e) collègue, afin de l’envelopper et de reproduire le cocon du ventre de la mère. Il s’agit aussi de compenser la douleur d’un soin par des gestes affectueux et des paroles rassurantes. Tout un travail de développement progressif des sens est aussi mis en place par les soignants. Chloé Tenthorey, infirmière clinicienne spécialisée :

Chloé Tenthorey
Infirmière clinicienne spécialisée
Chloé Tenthorey Infirmière clinicienne spécialisée

Entrer dans un sas. Déposer ses affaires et ses bijoux dans un casier. Se laver précautionneusement les mains. Mettre un masque en cas de symptômes de maladie. Ce rituel, tout parent qui rend visite à son nouveau-né dans la section la plus sensible du service de néonatologie le connaît. Même s’ils peuvent être 24 heures sur 24 avec leur enfant, il y a les angoisses à gérer et les obstacles physiques que sont les dispositifs de soins parfois imposants. Le personnel soignant joue donc un rôle très important de soutien auprès des familles. Dans un contexte hospitalier, si particulier et omniprésent, il aide aussi les parents à prendre leur place de parents. Chloé Tenthorey, infirmière clinicienne spécialisée :

Chloé Tenthorey
Infirmière clinicienne spécialisée
Chloé Tenthorey Infirmière clinicienne spécialisée

Les parents partenaires de soins peuvent aussi beaucoup amener à leur enfant grâce au peau à peau. On retrouve Chloé Tenthorey :

Chloé Tenthorey
Infirmière clinicienne spécialisée
Chloé Tenthorey Infirmière clinicienne spécialisée

Des opérations in utero

Une maternité, c’est aussi des spécialistes qui interviennent parfois avant même la naissance. Parmi eux, le professeur David Baud, chef du service d’obstétrique du CHUV et un des deux seuls chirurgiens en Suisse à opérer in utero. Une technique utilisée depuis la fin des années 90. Spina bifida, sténoses urinaires, cardiaques ou encore tumeurs, les pathologies nécessitant une intervention avant l’accouchement sont diverses. Mais ce sont les jumeaux qui mobilisent le plus cette spécialité :

David Baud
Chef du service d'obstétrique du CHUV
David Baud Chef du service d'obstétrique du CHUV

En matière de traitement de certaines tumeurs, David Baud fait partie des précurseurs. Les spécialistes dans le domaine sont d’ailleurs très rares, il n’y en a que deux en Suisse et ils ne sont qu’une trentaine dans le monde. David Baud s’est formé à Paris, Londres et Toronto et il souligne l’importance de la coopération internationale. David Baud :

David Baud
Chef du service d'obstétrique du CHUV
David Baud Chef du service d'obstétrique du CHUV

Le Professeur Baud travaille en étroite collaboration – en particulier sur les cas les plus délicat – avec le seul autre médecin suisse à opérer in utero, il s’agit du Docteur Luigi Raio de l’Inspital à Berne. Une trentaine d’opérations de ce genre sont effectuées chaque année. Leur spécialité a fait d’importants progrès ces dernières années et a permis de sauver de nombreux enfants. Pour autant, la recherche essaie d’aller toujours plus loin. David Baud :

David Baud
Chef du service d'obstétrique du CHUV
David Baud Chef du service d'obstétrique du CHUV

Le professeur Baud et l’équipe de son laboratoire du CHUV travaillent également sur les infections émergeant durant la grossesse. David Baud :

David Baud
Chef du service d'obstétrique du CHUV
David Baud Chef du service d'obstétrique du CHUV

Infatigable malgré ses quelque 80 heures de travail par semaine, le Professeur Baud fait également des recherches sur le vécu des parents dans les cas d’accouchements traumatiques. Il s’intéresse plus particulièrement au vécu des pères.

Continuer la lecture

Vaud

Le canton crée sa marque « VAUD »

Publié

le

(Crédit photo : Jamcib)

Le canton de Vaud se dote d’une nouvelle stratégie promotionnelle. Il annonce la création de la marque territoriale « VAUD ».

Une sorte de communauté « multisectorielle » avec l’idée que cette marque soit portée par des acteurs économiques et institutionnels. Acteurs qui véhiculent, selon l’Etat, une image forte du canton en Suisse et dans le monde. Pour au final contribuer à la croissance économique du canton.

Qu’ils soient producteurs de fromage, start-up, multinationales ou hautes écoles, chacun peut prétendre porter la marque « VAUD ».

Andreane Jordan Meier, secrétaire générale du Département vaudois de l’économie, de l’innovation et du sport :

Andreane Jordan Meier
Secrétaire générale, DEIS
Andreane Jordan Meier Secrétaire générale, DEIS

Avec un but final : mettre en avant les atouts et qualités du canton de Vaud et de son économie.

Andreane Jordan Meier :

Andreane Jordan Meier
Secrétaire générale, DEIS
Andreane Jordan Meier Secrétaire générale, DEIS

La marque « VAUD » sera attribuée l’année prochaine aux différents acteurs qui remplissent les conditions nécessaires. Le lancement officiel est prévu en 2020.

 

Infos sur vd.ch

Continuer la lecture

Vaud

Le procureur admet la demande des médias

Publié

le

Eric Cottier, procureur général du canton de Vaud, a admis la demande des médias d'accès à l'ordonnance de non-entrée en matière sur les voyages des élus en Russie (archives). (©KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Les médias pourront accéder à l’ordonnance du Ministère public vaudois en lien avec les voyages de Géraldine Savary et Pascal Broulis en Russie. Un refus a en revanche été adressé aux requêtes de trois élus communaux, qui souhaitaient aussi obtenir ce document.

« Suite à l’ordonnance de non-entrée en matière du 25 octobre, plusieurs médias ont demandé l’accès à la décision du Ministère public, que ce dernier leur a accordé », a-t-il relevé jeudi dans un communiqué. Le Procureur général du canton de Vaud, Eric Cottier, a constaté que cette demande était « légitime » et que « les intérêts privés des personnes concernées ne sauraient s’y opposer. »

Les médias pourront accéder à l’ordonnance une fois que la décision d’Eric Cottier, susceptible de recours, sera définitive, a précisé le communiqué.

Souhaitant également accéder au dossier, l’association Transparency International Suisse n’a pas été entendue. Le procureur a estimé que l’association n’avait pas « un statut qui justifiait sa propre demande d’accès à l’ordonnance de non-entrée en matière. »

Pas de réouverture de l’enquête

Eric Cottier a également rejeté les requêtes des conseilleurs communaux lausannois Claude Calame (SolidaritéS) et Pierre Conscience (SolidaritéS), et veveysan Alain Gonthier (Décroissance-Alternative). Ces derniers n’ont pas la qualité de partie plaignante, « faute d’être des lésés directs par les prétendues infractions qu’ils dénonçaient », a expliqué le Ministère public. Ces élus n’ont donc « aucun droit à se voir communiquer l’ordonnance, non plus qu’à demander la réouverture de l’enquête », a-t-il ajouté.

Pour mémoire, l’ordonnance de non-entrée en matière a été prononcée le 25 octobre dernier par Eric Cottier. Le procureur a jugé que ni le conseiller d’Etat Pascal Broulis, ni la conseillère aux Etats Géraldine Savary n’avaient commis d’infraction pénale en voyageant en Russie avec le milliardaire Frederik Paulsen, président du groupe Ferring à St-Prex (VD) et consul général honoraire de Russie.

Eric Cottier s’est aussi prononcé jeudi sur les « nouveaux faits » de cette affaire, à savoir le financement de la campagne de Géraldine Savary par Frederik Paulsen pour les élections fédérales de 2011 et 2015. Le procureur a conclu qu’il n’y avait « aucun caractère pénal » à ce financement, que cela soit sous l’angle de l’acceptation d’un avantage ou « d’une prétendue concurrence déloyale alléguées par les dénonciateurs. »

(KEYSTONE-ATS)

Continuer la lecture

Vaud

Passage de témoin à la présidence des vins vaudois

Publié

le

Pierre Keller tire sa révérence et passe la présidence de l’OVV à Michel Rochat. Au Folkor Club à Lausanne mercredi soir, près de 300 personnes ont assisté au passage de témoin à la tête de l’Office des vins vaudois.

Pierre Keller de Gilly, Michel Rochat de Sainte-Croix, deux hommes « passionnés de vin et qui ont l’amour du vigneron ». Ce sont les mots du conseiller d’Etat Philippe Leuba.

Pierre Keller aura présidé l’OVV durant sept ans et demi. Il est parvenu à dépoussiérer l’image des vins vaudois, s’associant par exemple au Montreux Jazz, conquérant aussi la haute gastronomie en Asie avec le soutien d’Hublot et de son ami Jean-Claude Biver.

Nouveau président de l’OVV, Michel Rochat lui rend hommage :

Michel Rochat
OVV
Michel Rochat OVV

Pierre Keller part avec le sentiment du devoir accompli :

Pierre Keller
OVV
Pierre Keller OVV

Sous la houlette du président Keller, les vins vaudois ont beaucoup voyagé. En Suisse alémanique, mais aussi en Russie et en Asie. Ces voyages, soutenus par Jean-Claude Biver et largement financés par Hublot, ont suscité les critiques de nombreux vignerons. Mais alors que la consommation indigène diminue, Pierre Keller souligne qu’il fallait remédier à l’exportation quasi inexistante des crus du canton. Il remercie Jean-Claude Biver :

Pierre Keller
OVV
Pierre Keller OVV

2019 sera une année chargée pour les vins vaudois avec notamment la Fête des Vignerons à Vevey et le Concours Mondial de Bruxelles à Aigle.

Continuer la lecture

C'était quoi ce titre ?

Les 2 derniers titres

Horoscope du jour

Cancer

Il y a des de nouveaux collaborateurs qui arrivent. Cependant, vous vous adapterez fort bien et tout-le-monde se sentira comme un poisson dans l’eau !

Publicité

Les Sujets à la Une

X