Rejoignez-nous

Elections communales VD 2021

26 candidats visent la municipalité de Lausanne

Publié

,

le

La campagne pour les élections a débuté à Lausanne. (©KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Vingt-six candidats briguent un siège à la municipalité de Lausanne le 7 mars. La gauche devrait rester ultra-majoritaire, même si les Verts ont brisé la traditionnelle alliance rose-rouge-verte au 1er tour. Le PLR espère décrocher un deuxième siège.

Depuis 2006, la gauche règne en maître sur l'exécutif du chef-lieu vaudois, occupant six de ses sept sièges. Elle l'a emporté grâce à une alliance qui a fait ses preuves, formée de trois PS, deux Verts et un POP. En 2016, les six étaient même élus dès le 1er tour.

Cette année, les écologistes ont donné un coup de canif dans cette mécanique bien huilée. Dopés par la vague verte, ils ambitionnent de décrocher un troisième siège: ils présentent la sortante Natacha Litzistorf, aux côtés de deux nouveaux, Daniel Dubas et Xavier Company.

Ces nouvelles ambitions vertes ont sonné le glas, au premier tour du moins, de l'alliance de gauche. Les socialistes font liste commune uniquement avec le POP. Le PS lance ses deux sortants - et probables locomotives électorales que sont le syndic Grégoire Junod et la municipale Florence Germond - ainsi que Emilie Moeschler.

POP fragilisé

Le POP représente son municipal sortant David Payot, qui s'est fait discret durant sa première législature. Sa réélection, tout comme le pari des Verts de placer un 3e élu, sera l'un des enjeux du scrutin.

A droite, le PLR sortant Pierre-Antoine Hildbrand devrait facilement retrouver son fauteuil. Le parti espère placer un deuxième élu: il a choisi une femme, la députée Florence Bettschart-Narbel. Ce petit rééquilibrage à droite est la deuxième inconnue des communales.

Tirer les listes

Les autres candidats à la municipalité - ils sont 26 cette année, soit dix de plus qu'en 2011 - ne devraient faire que de la figuration. Leur objectif est surtout de tirer leur liste au Conseil communal. Notamment les Vert'libéraux qui se présentent pour la première fois à l'élection à la municipalité, avec deux candidats.

L'UDC propose cinq candidats, dont Valentin Christe, qui a présidé le Conseil communal. Sous cette bannière se retrouvent des membres de l'UDC et du PLC (Parti libéral-conservateur), le mouvement né de l'exclusion de Claude-Alain Voiblet de l'UDC Vaud, et qui va désormais s'effacer.

Le Centre (ex-PDC) joue la carte femmes et présente deux candidates. A la gauche de la gauche, "Ensemble à Gauche" lance quatre candidats, dont le militant et conseiller communal Pierre Conscience.

A l'autre extrême de l'échiquier politique, Bruno Dupont se représente au nom de l''"Action nationale et chrétienne". Enfin, le Parti scientifique citoyen, un nouveau venu, présente trois candidats, tant à la municipalité qu'au Conseil communal.

Au législatif, 396 candidatures ont été déposées pour décrocher les 100 sièges en jeu, annonce lundi la ville à l'issue du dépôt des listes. Les élections communales du 7 mars sont agendées dans environ 300 communes. Quelque 8147 sièges sont à repourvoir dans les conseils communaux et 1574 dans les municipalités.

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Elections communales VD 2021

Le Centre lance un ticket 100% féminin pour la Municipalité de Lausanne

Publié

le

Stéphanie Mooser (à gauche) et Valérie Dittli visent la Municipalité de Lausanne. (©KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Dernière ligne droite avant le premier tour des élections communales dans le canton de Vaud. Ce sera ce dimanche 7 mars. Les électeurs doivent renouveler les Municipalités. Mais aussi les Conseils communaux, dans les localités concernées.

Chef lieu cantonal, Lausanne attire les convoitises : 26 candidats sont sur les rangs pour décrocher les 7 sièges de l’exécutif. Une Municipalité qui compte actuellement 3 socialistes, 2 Verts, un POP et un PLR. Tous se représentent, sauf le PS Oscar Tosato et l’écologiste Jean-Yves Pidoux.

Parmi les intéressés, il y “Le Centre”. Le parti, né de la fusion du PDC et du PBD, présente un ticket de deux noms pour la Municipalité. Deux femmes : Stéphanie Mooser, cheffe d’entreprise et conseillère communale, et Valérie Dittli, juriste et Présidente du parti cantonal.

Deux candidates qui veulent donner un coup de frais à leur parti et qui se disent “complémentaires”, à en croire l’une d’elles, Stéphanie Mooser :

Stéphanie Mooser
Candidate à la Municipalité de Lausanne pour Le Centre
Stéphanie MooserCandidate à la Municipalité de Lausanne pour Le Centre

Dans leur programme, les deux candidates du Centre plaident pour “le respect”, avec “l’humain au coeur des préoccupations”.

Avec par exemple les familles. Explications de Stéphanie Mooser :

Stéphanie Mooser
Candidate à la Municipalité de Lausanne pour Le Centre
Stéphanie MooserCandidate à la Municipalité de Lausanne pour Le Centre

Concernant la crise du Covid et ses conséquences économiques à Lausanne, Le Centre propose d’encourager les habitants à venir consommer dans les commerces locaux.

Stéphanie Mooser, candidate à la Municipalité :

Stéphanie Mooser
Candidate à la Municipalité de Lausanne pour Le Centre
Stéphanie MooserCandidate à la Municipalité de Lausanne pour Le Centre

La Municipalité de Lausanne est à majorité rose-rouge-verte depuis plusieurs législatures. Ce qui commence à agacer la droite. Mais aussi Le Centre, qui estime avoir sa place à l’exécutif.

La candidate Stéphanie Mooser :

Stéphanie Mooser
Candidate à la Municipalité de Lausanne pour Le Centre
Stéphanie MooserCandidate à la Municipalité de Lausanne pour Le Centre

Le Centre lance donc deux candidates pour le premier tour à la Municipalité de Lausanne ce dimanche : Stéphanie Mooser et Valérie Dittli. Face à elles : 24 autres candidats, issus du PLR, du PS, de l’UDC, des Verts ou encore des Vert’libéraux.

Continuer la lecture

Elections communales VD 2021

Le COVID a chamboulé la campagne des communales

Publié

le

Les formations politiques ont dû se réinventer pour faire campagne, en cette période de pandémie. (©KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

C’est une campagne un peu particulière qui s’achève. Celle pour les élections communales vaudoises du 7 mars. Campagne particulière à cause de la pandémie de coronavirus, qui a chamboulé les habitudes des partis politiques. Pas de grands rassemblements, de réunions ou de porte-à-porte : il a fallu se réinventer pour faire passer les messages.

Si les traditionnels stands lors des marchés ont tout même été maintenus, les partis ont aussi misé sur le digital. Vidéos de présentation des listes pour les Conseils communaux, des candidats aux Municipalités ont par exemple inondé les réseaux sociaux ces dernières semaines. Les programmes détaillés ont aussi été publiés sur les sites web des différentes formations politiques.

Mais au final, il aura été difficile pour les partis d’expliquer concrètement à la population leurs idées.

Pour René Knüsel, politologue et professeur honoraire en sciences sociales et politiques à l’Université de Lausanne, la pandémie a redistribué les cartes. Et cela pourrait avoir un impact sur les résultats finaux.

René Knüsel :

René Knüsel
Politologue et professeur honoraire à l'UNIL
René KnüselPolitologue et professeur honoraire à l'UNIL

Face à la situation sanitaire, certaines formations politiques ont tout de même pris le virage de l’innovation pour faire campagne. C’est le cas par exemple à Bussigny, où l’entente communale, composée du PLR, des indépendants de droite et des Vert’libéraux, a lancé le “BussiQuizz”. Un parcours de 6 postes répartis dans la commune, qui permettait aux habitants de s’informer sur le programme de l’entente, tout en répondant à différentes questions.

Une action politique. Mais pas que, selon le Président de la formation, Antonio Procaccitto :

Antonio Procaccitto
Président de l'entente communale de Bussigny
Antonio ProcaccittoPrésident de l'entente communale de Bussigny

Ce “BussiQuizz” s’est déroulé du 23 janvier au 14 février. Plus de 300 personnes ont participé. La moitié, qui a répondu tout juste, s’est même partagée 1’500 francs de bons d’achat à faire valoir auprès des commerçants de la commune.

Parmi les questions posées dans ce jeu, certaines avaient pour but de faire découvrir les spécificités de la commune de Bussigny.

Antonio Procaccitto, président de l’entente, à l’origine de ce quizz :

Antonio Procaccitto
Président de l'entente communale de Bussigny
Antonio ProcaccittoPrésident de l'entente communale de Bussigny

Composée des PLR, des indépendants de droite et des Vert’libéraux, l’entente communale de Bussigny présente 4 candidats pour l’élection à la Municipalité le 7 mars. Et 49 pour le Conseil communal. Face à eux : le PSIG, qui regroupe les indépendants de gauche, les socialistes et les Verts. Ils lancent 3 candidats pour l’exécutif bussignolais et 40 pour le législatif. Enfin, troisième formation en course dans ces élections communales à Bussigny : l’UDC, avec ses 2 candidats à la Municipalité et 22 candidats pour le Conseil communal.

Continuer la lecture

Elections communales VD 2021

La majorité de gauche dans le viseur du centre et de la droite à Lausanne

Publié

le

Sauf énorme surprise, la majorité de gauche devrait se maintenir à la Municipalité de Lausanne. Ici, le Syndic socialiste Grégoire Junod. (©KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

A quoi ressemblera la Municipalité de Lausanne ces 5 prochaines années ? La population est appelée à élire son nouvel exécutif le 7 mars prochain, dans le cadre des élections communales, qui se dérouleront dans tout le canton de Vaud. Analyse des enjeux avec le politologue René Knüsel.

Sept sièges sont en jeu. Ils sont actuellement occupés par trois socialistes : Grégoire Junod, Florence Germond et Oscar Tosato. Ce dernier ne se représente pas. Deux Verts sont aussi en poste : Natacha Litzistorf et Jean-Yves Pidoux, qui ne se représente pas. Le sixième siège est occupé par le POP David Payot. Enfin, la Municipalité lausannoise compte un seul et unique représentant de droite : le PLR Pierre-Antoine Hildbrand.

Pour ce premier tour, 26 candidats, répartis sur 10 listes, sont sur les rangs.

Au final, la gauche devrait rester ultra-majoritaire, même si les Verts ont brisé la traditionnelle alliance rose-rouge-verte au 1er tour. Le PLR espère quant à lui décrocher un deuxième siège.

Tour d’horizon des enjeux avec René Knüsel. Il est politologue et professeur honoraire en sciences sociales et politiques à l’Université de Lausanne :

René Knüsel
Politologue et professeur honoraire à l'UNIL
René KnüselPolitologue et professeur honoraire à l'UNIL

La droite souhaite conquérir un second siège à la Municipalité de Lausanne. Pour y parvenir, le PLR lance deux candidats, dont son sortant Pierre-Antoine Hildbrand. L’UDC propose même un ticket avec 5 candidats.

Pour le politologue René Knüsel, il n’est pas impossible de voir un deuxième représentant de droite entrer à l’exécutif. Il nous explique pourquoi :

René Knüsel
Politologue et professeur honoraire à l'UNIL
René KnüselPolitologue et professeur honoraire à l'UNIL

Pour le Conseil communal lausannois, 396 candidats sont en course pour 100 sièges. Des candidates et candidats répartis sur 10 listes : Le Centrw, Les Verts et Jeunes Verts, Juste Milieu, Action nationale et chrétienne, le Parti socialiste, l’UDC, le PLR, Ensemble à Gauche, les vert'libéraux et le Parti scientifique citoyen.

La gauche est majoritaire depuis de nombreuses et compte actuellement 61 sièges au Conseil communal. Une majorité qui ne devrait pas être trop bousculée lors de ces élections.

René Knüsel, politologue et professeur honoraire en sciences sociales et politiques à l’UNIL :

René Knüsel
Politologue et professeur honoraire à l'UNIL
René KnüselPolitologue et professeur honoraire à l'UNIL

Les élections communales vaudoises ce sera le dimanche 7 mars. Avec le premier tour pour les Municipalités. Le second est agendé au 28 mars.

 

Continuer la lecture

Elections communales VD 2021

Les "petits" vont arbitrer la course à la Municipalité

Publié

le

26 candidats répartis sur 10 listes sont en course pour la Municipalité de Lausanne. (©KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Suite et fin ce soir de notre tour d’horizon en vue de l’élection à la Municipalité de Lausanne. Le premier tour du scrutin aura lieu le dimanche 7 mars, dans le cadre des élections communales vaudoises.

26 candidats sont sur les rangs pour 7 sièges. Dont deux sont laissés libres, après les départs du socialiste Oscar Tosato et du Vert Jean-Yves Pidoux.

Parmi les partis lausannois en lice, il y a les “gros”, mais aussi les “petits”.  Et ils pourraient jouer les trouble-fêtes au premier tour de l’élection à la Municipalité de Lausanne.

Deux candidates pour Le Centre

Tout d’abord “Le Centre Lausanne” (anciennement le PDC), qui lance deux candidates. Il s'agit de Stéphanie Mooser, cheffe d'entreprise et conseillère communale, ainsi que Valérie Dittli, avocate stagiaire, chargée de recherche à l'Université de Lausanne et présidente de la section cantonale du parti.

"Une meilleure conciliation entre vie familiale et vie privée" figure au centre des préoccupations des deux candidates. De professions libérales, elles se disent également sensibles "à la cause des indépendants, des commerces locaux, des tenanciers de bars et restaurants, des milieux culturels et tant d'autres acteurs économiques" affectés par la crise du coronavirus.

Bruno Dupont, l'habitué

Ensuite, il y a Bruno Dupont, 54 ans. Il se présente seul sous la bannière Action nationale et chrétienne. Habitué des élections lausannoises, il s’était présenté en 2016 sur la liste Stop à l’accueil des étrangers et avait récolté 2% des voix au premier tour. Il milite notamment pour la suppression de certaines taxes pour les commerçants, ou pour une aide au logement des étudiants en difficulté.

Les outsiders du PSC

Enfin, dernier des “petits” : le Parti scientifique citoyen. Il présente un ticket avec trois noms: Olivier Uwe Rehfisch, Nicolas Ballarin et Julie Rachel Mariller. Se décrivant “sans idéologie”, sans clivage gauche/droite, le parti dit examiner les lois et leurs impacts «de façon scientifique et méthodique». Il propose par exemple de diminuer de 70% la pollution en Ville de Lausanne, de créer plus d’espaces verts, de diminuer les taxes des événements ou encore d’organiser un grand-prix de formule E à Lausanne.

Le rôle d'arbitre pour les "petits"

Le 7 mars, les “petits” partis feront face aux “gros” dans les urnes. René Knüsel, politologue et professeur honoraire en sciences sociales et politiques à l’Université de Lausanne, parle de “bonne nouvelle pour la démocratie”. Les électeurs auront ainsi le choix. Mais les candidats des petits partis feront-ils de la simple figuration, ou arriveront-ils à s’emparer d’une part du gâteau ?

Ecoutez l’analyse de René Knüsel :

René Knüsel
Politologue et professeur honoraire à l'UNIL
René KnüselPolitologue et professeur honoraire à l'UNIL

Des candidats qui sont parfois méconnus. Ce qui pourrait retenir les électeurs.

Explications de René Knüsel :

René Knüsel
Politologue et professeur honoraire à l'UNIL
René KnüselPolitologue et professeur honoraire à l'UNIL

Le Centre Lausanne, le Parti scientifique citoyen et le mouvement Action nationale et chrétienne sont donc dans la course à la Municipalité de Lausanne. Pour savoir quel sera leur score, rendez-vous le dimanche 7 mars.

Continuer la lecture

Elections communales VD 2021

Les Verts partent seuls et avec trois candidats pour la Municipalité

Publié

le

La Municipale sortante Natacha Litzistorf est entourée de ses colistiers Daniel Dubas (à gauche) et de Xavier Company. (©KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Suite de notre focus sur l’élection à la Municipalité de Lausanne. Le premier ce sera le dimanche 7 mars, avec 26 candidats sur les rangs pour décrocher l’un des 7 sièges en jeu.

Afin de vous présenter les enjeux dans la capitale cantonale à majorité rose-rouge-verte, chaque parti a désigné un porte-parole qui vient s’exprimer au micro d’LFM.

Place maintenant aux Verts. Contrairement aux précédentes élections, ils font cavalier seul cette fois pour le premier tour à l’exécutif. Pas d’alliance donc dans un premier temps avec les socialistes.

Aujourd’hui, les Verts possèdent 2 sièges à la Municipalité. Dont celui de Jean-Yves Pidoux, qui a décidé de laisser sa place après 15 ans à la tête des services industriels. Natacha Litzistorf, elle, souhaite briguer un nouveau mandat. La Municipale sortante, en charge du logement et de l’environnement notamment, fait campagne avec deux autres colistiers : Xavier Company, avocat, et Daniel Dubas, spécialiste du développement durable.

Les Verts misent donc sur un ticket composé de 3 personnes, aux profils complémentaires selon la candidate à sa réélection, Natacha Litzistorf :

Natacha Litzistorf
Candidate à la Municipalité de Lausanne pour les Verts
Natacha LitzistorfCandidate à la Municipalité de Lausanne pour les Verts

L’objectif est donc clairement annoncé par les Verts pour cette élection : obtenir 3 sièges à la Municipalité, contre 2 actuellement.

La Municipale sortante et candidate à sa succession, Natacha Litzistorf, croit en la vague verte :

Natacha Litzistorf
Candidate à la Municipalité de Lausanne pour les Verts
Natacha LitzistorfCandidate à la Municipalité de Lausanne pour les Verts

Pour cette élection, les Verts lausannois misent à nouveau sur l’écologie, la préservation de l’environnement ou encore le climat. Des thématiques historiques pour les Verts, mais qui sont pourtant reprises par toutes les formations politiques aujourd’hui.

Pas de quoi inquiéter la candidate verte à la Municipalité, Natacha Litzistorf :

Natacha Litzistorf
Candidate à la Municipalité de Lausanne pour les Verts
Natacha LitzistorfCandidate à la Municipalité de Lausanne pour les Verts

L’une des cibles de cette élection, c’est la majorité rose-rouge-verte qui règne sans partage depuis plusieurs législatures à la Municipalité de Lausanne.

Une majorité dont le bilan est défendu par Natacha Litzistorf :

Natacha Litzistorf
Candidate à la Municipalité de Lausanne pour les Verts
Natacha LitzistorfCandidate à la Municipalité de Lausanne pour les Verts

La Municipale sortante est dans la course pour une réélection le 7 mars prochain. Ses collègues de parti, Xavier Company et Daniel Dubas sont aussi sur les rangs. Face à eux : 23 autres candidats.

Continuer la lecture

Les Sujets à la Une

X