Rejoignez-nous

Lausanne

8ème finale du Défi Vélo

Publié

,

le

La finale du Défi Vélo se déroulait mercredi, pour la première fois simultanément à Lausanne et à Berne. Les classes se sont disputées la victoire au cours d’une course mêlant orientation et animations. Explications avec Benoît Perrenoud, coordinateur romand pour l’action Défi Vélo :

Benoît Perrenoud
Coordinateur romand pour l’action Défi Vélo
Benoît Perrenoud Coordinateur romand pour l’action Défi Vélo

Même si le nombre de participants a légèrement diminué cette année, les chiffres restent tout de même encourageants. Benoît Perrenoud :

Benoît Perrenoud
Coordinateur romand pour l’action Défi Vélo
Benoît Perrenoud Coordinateur romand pour l’action Défi Vélo

C’était aussi l’occasion de faire le point sur les difficultés de circuler à vélo et les prochains aménagements prévus à Lausanne. David Payot, municipal lausannois en charge de l’enfance, de la jeunesse et des quartiers :

David Payot
Municipal lausannois
David Payot Municipal lausannois

Propos recueillis par Alessia Merulla.

A noter que c’est la classe 1M02 du Gymnase d’Auguste-Piccard à Lausanne qui a remporté cette finale du Défi Vélo. Les équipes de la 1M04 et de la 1M01 du Gymnase lausannois du Bugnon sont montées sur le podium à la 2e et 3e place.

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lausanne

RestoBox veut remplacer les contenants à usage unique

Publié

le

Susan Sax, présidente de GastroLausanne, et la municipale Natacha Litzistorf présentent les récipients consignés de la ville. (©KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT
La Ville de Lausanne s’associe avec GastroLausanne pour encourager l’utilisation de récipients réutilisables pour la restauration à l’emporter. Les deux partenaires lancent une campagne qui vise à éliminer les contenants à usage unique. Sous le slogan: « RestoBox Lausanne, Emporter futé ».

Lausanne veut s’affranchir des contenants à usage unique de la restauration à l’emporter. Avec GastroLausanne, la Ville lance une campagne qui vise à promouvoir les contenants réutilisables. Restobox, c’est le nom de cette initiative durable et volontaire. Parmi un réseau de restaurateurs partenaires, des contenants réutilisables consignés sont désormais mis à disposition des clients. Ces plats, propres ou sales, peuvent être ensuite rapportés chez n’importe quel membre participant. Pour l’heure, 138 restaurateurs font partie de ce réseau lausannois sur les 383 membres que compte GastroLausanne. Susan Sax, présidente de la faîtière :

Susan Sax
Présidente de GastroLausanne
Susan Sax Présidente de GastroLausanne

Patronne du Vidy Lunch Café, Susan Sax a lancé ce système dans son établissement il y a 5 ans. Elle reconnaît que les débuts n’ont pas été simples, mais ce nouveau travail en réseau peut être une force:

Susan Sax
Présidente de GastroLausanne
Susan Sax Présidente de GastroLausanne

Prendre part à cette initiative demande quelques efforts de la part des restaurants, take away ou boulangeries. Susan Sax:

Susan Sax
Présidente de GastroLausanne
Susan Sax Présidente de GastroLausanne

Reconnaissables à leur couleur aubergine, les contenants sont fabriqués en Suisse et sont résistants aux machines industrielles de lavage. Natacha Litzistorf, municipale lausannoise en charge du développement durable:

Natacha Litzistorf
Municipale lausannoise en charge du développement durable
Natacha Litzistorf Municipale lausannoise en charge du développement durable

RestoBox permet de responsabiliser tant les consommateurs que les restaurateurs pour Natacha Litzistorf :

Natacha Litzistorf
Municipale lausannoise en charge du développement durable
Natacha Litzistorf Municipale lausannoise en charge du développement durable

Grands absents pour l’heure de la liste des participants, les géants de la restauration rapide. Natacha Litzistorf:

Natacha Litzistorf
Municipale lausannoise en charge du développement durable
Natacha Litzistorf Municipale lausannoise en charge du développement durable

« RestoBoxLausanne, Emporter futé », c’est le slogan de cette initiative. Relevons enfin que les restaurants participants se sont également engagé à servir les clients dans leur contenant personnel s’ils le souhaitent. La liste peut être consultée sur lausanne-restobox.ch.

Continuer la lecture

Lausanne

Après la décision du TAF, le projet de tram va de l’avant

Publié

le

Projet de terminal du tram Lausanne-Renens à la place de l'Europe (images de synthèse).

Attendue depuis des mois, la décision du Tribunal administratif fédéral (TAF) sur l’avenir de la forêt du Flon est tombée. Cette décision permet au futur tramway Lausanne-Renens d’aller de l’avant. Un point de presse est prévu en début d’après-midi.

La Haute Cour a formellement rejeté le recours contre la liaison routière Vigie-Gonin, donnant son feu vert à un défrichement de la forêt du Flon. Mais cette décision intervient alors que la donne politique a changé.

L’automne dernier, le quotidien 24 heures avait annoncé l’abandon de la rampe Vigie-Gonin, qui devait sonner le glas de la forêt. Les autorités avaient refusé de confirmer cette information tant que la décision du TAF n’était pas tombée. Un point de presse est désormais annoncé à 14h00 en présence de la conseillère d’Etat Nuria Gorrite et de représentants de la ville de Lausanne.

La décision de la Haute Cour permet au projet de tramway entre Lausanne et Renens d’aller de l’avant. Et ceci, selon toute vraisemblance, sans raser la forêt du Flon.

Conditions remplies

Dans son arrêt publié mercredi, le TAF souligne pourtant que les conditions légales pour autoriser le défrichement de la forêt sont remplies. Cette coupe « n’occasionnera pas d’atteinte sérieuse à l’environnement et respecte le principe de la proportionnalité ». En outre, elle sera compensée sur le territoire même de la commune de Lausanne. Pour les juges de Saint-Gall, la réalisation de la liaison routière Vigie-Gonin impose un passage par la forêt du Flon.

Cette rampe routière s’inscrivait dans le Projet d’agglomération Lausanne-Morges (PALM) qui prévoit notamment la circulation en site propre du nouveau tram t1 entre Renens-Gare et Lausanne. Afin de libérer la rue de Genève, il était prévu en effet de détourner le trafic routier par la rampe Vigie-Gonin.

Saga judiciaire

En février 2018, le TAF avait estimé que la liaison n’avait pas été régulièrement approuvée par l’Office fédéral des transports (OFT) car cet aménagement routier ne relevait pas de sa compétence. L’autorisation de défrichement était donc également contraire au droit.

En mai 2019, le Tribunal fédéral avait admis le recours des Transports publics lausannois (TL). Il concluait au contraire que Vigie-Gonin s’inscrivait dans le cadre d’un projet de transports publics plus vaste et relevait donc bel et bien de la compétence de l’OFT.

La décision du TAF n’est pas définitive et peut être encore attaquée devant le Tribunal fédéral.

Continuer la lecture

Lausanne

Une micro-ferme sur les terres agricoles du campus lausannois

Publié

le

Avoir plusieurs hectares de terres arables sur un campus universitaire n'est pas courant. C'est le cas à l'UNIL et l'EPFL. CREDIT: UNIL/EPFL

Une micro-ferme voit le jour sur les terres agricoles du campus universitaire de Lausanne. La Ferme de Bassenges a été confiée à un collectif de jeunes agriculteurs. Leur démarche associera maraîchage, arboriculture et élevage en cycle fermé.

Peu de gens le savent, mais le campus de l’EPFL et de l’UNIL dispose d’une ferme, tout à l’ouest au lieu-dit Bassenges, comprenant plusieurs bâtiments et des terres agricoles (environ 75’000 m2). A la suite du décès de l’exploitant en 2017, l’EPFL et l’UNIL ont lancé en 2019 un appel d’offre pour « un projet durable, apte à sensibiliser la communauté universitaire aux grands enjeux écologiques et alimentaires », indiquent-ils mardi dans un communiqué.

Le jury, composé de représentants de l’EPFL de l’UNIL, des communes de Lausanne et Ecublens et d’agriculteurs, a porté son choix sur le projet d’un collectif. Ses membres sont agriculteurs, ingénieurs agronomes ou en environnement et gestionnaires. Ils ont présenté un dossier qui dessine les contours d’une « micro-ferme agroforestière de polyculture-élevage », selon le communiqué.

Les principes agronomiques que les fermiers appliqueront au domaine s’appuient sur l’agriculture biologique et la biodynamie. Grandes cultures, arboriculture, maraîchage et élevage composeront le quotidien du groupe, dont les membres habiteront sur place, dans l’ancienne maison d’habitation, rénovée, précisent l’EPFL et l’UNIL. Quelque 500 arbres, dont 250 fruitiers (pommes, poires, cerises, pêches, abricots, etc), et des haies vives (aubépines, sureau, églantiers) ont été plantés.

Animaux et basse-cour

Premiers animaux à avoir rejoint le site, des brebis paissent déjà sur le domaine. Deux chevaux et un âne aideront les fermiers au travail du sol, tandis qu’un couple de cochons valorisera les sous-produits du maraîchage et de la production de fromage de brebis. Une basse-cour viendra compléter le cheptel.

« Notre intention est véritablement de fonctionner en cycle fermé », explique Baptiste Calliari, maraîcher et membre du collectif. « Nous produirons sur le domaine le fourrage et la litière pour les animaux. En retour, ceux-ci nous fourniront la fumure dont nous aurons besoin pour les champs ».

Les produits de la ferme – légumes et fromages de brebis la première année, fruits, céréales et autres à plus long terme – seront vendus directement à la ferme, voire sous forme de paniers ou auprès des restaurateurs du campus.

« Dès l’appel à projet, notre intention était que les terres du campus servent aussi de laboratoire vivant et de vitrine aux réflexions que la société se doit aujourd’hui de mener quant à son mode d’agriculture et d’alimentation », relève Benoît Frund, vice-recteur de l’UNIL en charge de la durabilité sur le campus. Le collectif travaillera en toute indépendance, sous la forme d’une société à responsabilité limitée.

 

Continuer la lecture

Lausanne

Un quotidien extraordinaire au mudac à Lausanne

Publié

le

Le mudac invite à une déambulation onirique dans les différentes pièces d'une maison regorgeant d'objets hors du commun. CREDIT: KEYSTONE/LAURENT GILLIERON

Le mudac à Lausanne invite à une déambulation onirique dans les différentes pièces d’une maison qui regorge d’objets hors du commun. Une manière de rendre hommage à la maison Gaudard, le bâtiment historique qui abrite l’institution depuis 20 ans. L’exposition « Extraordinaire! » est à voir jusqu’au 1er juin.

Pour sa dernière exposition avant le déménagement à Plateforme 10, le quartier des arts proche de la gare, le mudac expose une sélection d’objets fonctionnels et extraordinaires. On y rencontre des bulles de savon figées en lustre, une robe en fil de laiton crochetée à la main ou un lapin taxidermisé à rebrousse-poil.

Le visiteur plonge dans un univers où la fonction est remise en question. Une râpe géante sert de paravent dans la cuisine. Le salon abrite une chaise en branches de saule qui a lentement poussé – entre 2012 et 2016 – dans un champ du centre de l’Angleterre.

Les oeuvres sont démesurées ou minuscules, ludiques, bestiales, végétales, dérangeantes ou merveilleuses. Elles sont présentées dans un décor en carton recyclé. Le scénographe, Sébastien Guenot, a imaginé que le lieu était habité par des esprits, les gardiens des huit salles d’exposition. Pour les écouter, des boîtes sont dispersées dans tout le musée.

Près de la gare

Le mudac, actuellement installé près de la cathédrale, emménagera en 2022 sur le site de Plateforme 10. Le Musée cantonal des Beaux-Arts y a ouvert ses portes en octobre dernier. La construction du bâtiment qui abritera le mudac (design) et le musée de l’Elysée (photographie) sera terminée en 2021. La remise des clés est prévue pour octobre 2021.

Un an plus tôt, en octobre 2020, le mudac organisera une fête pour célébrer ses 20 ans. Il s’agira du premier des 20 événements qui marqueront le compte à rebours jusqu’à l’ouverture du nouveau musée, en 2022. Une manière aussi de rester présent sur la scène culturelle.

 

Continuer la lecture

Lausanne

Frédéric Recrosio nommé codirecteur du théâtre Boulimie

Publié

le

Le théâtre Boulimie à Lausanne a nommé un nouveau tandem à sa direction. L’institution dédiée à l’humour sera gérée par Frédéric Recrosio, l’une des figures les plus connues de l’humour en Suisse romande, et Marion Houriet, une spécialiste en gestion culturelle.

Le binôme, qui travaille ensemble depuis plusieurs années, remplace Kaya Güner et Frédéric Gérard. Tous deux avaient annoncé leur départ en septembre dernier après avoir officié pendant près de sept ans comme codirecteurs.

La nouvelle direction entrera en fonction le 1er juillet prochain, mais participera dès avril à la préparation de la saison 2020/2021, précise mercredi le théâtre dans un communiqué.

Pour le Conseil de fondation, présidé par l’ancien conseiller aux Etats Luc Recordon, Boulimie sera désormais axé sur « la création et l’accueil d’acteurs ou de troupes divers du domaine de l’humour, pour des périodes allant de quelques jours à trois semaines. »

A l’origine, Boulimie était le titre d’un spectacle de cabaret présenté à l’Université de Lausanne, puis le nom d’une troupe qui a joué pour l’Expo 64 et créé des spectacles qui ont essaimé dans toute la Suisse romande. Boulimie s’est ensuite installé en 1970 au centre de Lausanne, où sa vocation consiste « à la défense et l’illustration de l’humour sous toutes ses formes. »

Continuer la lecture

Les Sujets à la Une

X