Rejoignez-nous

Lausanne

Bonne première année pour Aquatis

Publié

,

le

De nouveaux projets, pédagogiques notamment, sont programmés l'année prochaine (©KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Le musée et aquarium lausannois Aquatis s’en est plutôt bien sorti pour sa première année d’existence. Les chiffres de fréquentation sont jugés corrects et d’autres projets sont prévus, à caractère pédagogique ou scientifique.

Environ 380’000 entrées ont été enregistrées depuis le 21 octobre 2017, selon les chiffres présentés mercredi. C’est moins que les 450’000 entrées espérées lors de l’ouverture de l’aquarium, mais la fréquentation a néanmoins été qualifiée de « très satisfaisante » par Bernard Russi, le patron du groupe BOAS qui gère Aquatis.

« L’été a été très ensoleillé et donc la fréquentation moins importante que prévu », a-t-il justifié. Il n’a pas voulu dévoiler le montant des recettes pour l’année passée, mais il a assuré que le site était économiquement viable.

Pour l’année prochaine, un chiffre de 350’000 à 370’000 visiteurs est visé. Sans donner de détails chiffrés, Bernard Russi a parlé d’un « budget prudent » pour 2019, revu légèrement à la baisse.

Le patron a rappelé que pour cette première année d’exploitation, une dizaine d’années de gestation de projet et de construction avaient été nécessaires. Désormais, il s’agit de préparer les 40 à 50 prochaines années, a-t-il affirmé.

Troisième attraction vaudoise

Pour mémoire, Aquatis est le plus grand musée aquarium d’eau douce en Europe. Il est devenu la troisième attraction la plus visitée en Suisse romande, après le Château de Chilllon et l’usine Cailler. « Je suis un patron heureux », a dit Bernard Russi.

L’ensemble de l’exposition est en train d’être traduite en allemand et en anglais. Le site espère attirer plus de visiteurs de Suisse alémanique et du Tessin, mais aussi de France et du sud de l’Allemagne.

Volonté de sensibiliser

Le musée dit vouloir devenir un « acteur d’envergure » dans la sensibilisation à la thématique de l’eau douce. La volonté d’agir pour éduquer les jeunes et moins jeunes est un des buts affichés du musée. Pour sa première année, 130 écoles l’ont visité et des ateliers pédagogiques ont été mis sur pied.

Une place de jeux à caractère pédagogique va être mise en place pour le printemps 2019. La création d’expositions temporaires, d’un coût d’au moins un demi-million de francs, sera en partie financée par le financement participatif (crowdfunding).

Par la suite, l’idée d’une salle de cinéma destinée à des projections sur l’écologie est dans l’air. Un tournage a également eu lieu cet été en Amazonie pour un film en réalité virtuelle.

Sauvegarde d’espèces

Le musée est aussi présent dans le domaine scientifique. Le centre compte 9’500 poissons pour 244 espèces. Aquatis participe à quatre programmes de sauvegarde d’espèces en danger, par exemple pour le crocodile sacré.

L’aquarium dit avoir déjà collaboré notamment avec les zoos de Zurich, Bâle, Hambourg ou même celui d’Osaka, au Japon. Il devrait normalement devenir membre de l’Association européenne des zoos et aquariums (EAZA) en avril 2019, dans le but de développer différents projets liés aux poissons.

Des projets sont aussi prévus au niveau romand à ce sujet. Adrien Martinotti, superviseur en aquariologie, a expliqué que « 2019 sera une année de construction au niveau des plans de conservation. »

C’est le cas, par exemple, pour l’Apron du Rhône, un poisson uniquement présent dans le Léman et dans le Jura, sensible à la qualité de l’eau de ces régions. Des projets avec les cantons et d’autres organismes devraient ainsi être mis sur pied.

 

(ATS)

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lausanne

27 mios de déficit pour Lausanne en 2018

Publié

le

Un nouveau déficit pour Lausanne. Les comptes 2018 de la Ville se soldent sur une perte de 27,7 millions de francs. C’est trois fois plus qu’en 2017.

Une détérioration qui s’explique notamment par une hausse nette des charges cantonales et, dans le même temps, une baisse des recettes fiscales pour la Ville. L’entrée en vigueur de la RIE3 vaudoise n’est pas étrangère à cette situation. La dette brute augmente aussi pour atteindre 2,53 milliards.

Municipale lausannoise en charge des finances, Florence Germond relativise toutefois la situation financière de la Ville :

Florence Germond
Municipale, Lausanne
Florence Germond Municipale, Lausanne

L’un des facteurs qui impacte les comptes : une baisse des recettes fiscales pour la Ville.

La Municipale lausannoise en charge des finances, Florence Germond :

Florence Germond
Municipale, Lausanne
Florence Germond Municipale, Lausanne

Florence Germond se dit aussi « agacée » de la situation financière de la Ville. Surtout lorsque le canton de Vaud boucle ses comptes largement dans le vert :

Florence Germond
Municipale, Lausanne
Florence Germond Municipale, Lausanne

Continuer la lecture

Lausanne

Une balade lausannoise sous le trait de 24 bédéistes romands

Publié

le

"Lausanne imaginée" réunit 24 bédéistes, essentiellement romands, dont Cosey qui signe la couverture. Le Vernissage a eu lieu à la Maison de Mon-Repos. (Photo: D.R)

« Lausanne imaginée ». Une bande-dessinée. 24 auteurs. Autant de styles pour un cadeau. Celui que la commune offrira désormais aux jeunes Lausannois qui célébreront leur 18e anniversaire.

Lausanne sous l’œil des bédéistes. La Municipalité vernissait ce matin le cadeau qu’elle offrira désormais à tous les jeunes Lausannois célébrant leur 18e anniversaire. La BD « Lausanne imaginée » réunit le travail inédit de 24 bédéistes, essentiellement romands, qui racontent leur lien à la capitale vaudoise. Planches au pastel, au crayon, à l’encre ou numériques, autant de formes d’expression qui se côtoient et invitent à la redécouverte de Lausanne. Mettre en avant le 9e art pour ce cadeau aux nouveaux citoyens n’a rien du hasard. Grégoire Junod, syndic de Lausanne :

Grégoire Junod
Syndic de Lausanne
Grégoire Junod Syndic de Lausanne

« Lausanne imaginée » est signée, entre autres, par les bédéistes Eric Buche, Aurélie Tièche, Julien Cachemaille, Fanny Vaucher, Tom Tirabosco, Adrienne Barman, Jean-Christophe Menu, Matthieu Pellet, Hélène Becquelin ou encore Cosey qui a réalisé la couverture. Ensemble, ils offrent une balade dans Lausanne, de la Palud, à la Gare en passant par le bord du Lac, la Riponne ou Sauvablin. Une BD qui rend hommage à la richesse culturelle de Lausanne. Grégoire Junod, syndic de la ville :

Grégoire Junod
Syndic de Lausanne
Grégoire Junod Syndic de Lausanne

La statue de la Justice, un bateau sur le lac, la cathédrale, le Learning Center, des mouettes composent le visage d’une jeune fille. C’est la couverture signée par Cosey pour la BD. Un ouvrage qui vient souligner le lien fort de la commune avec le 9e art. Que ce soit au travers de son festival BDFIL, de son Centre BD ou de son fonds patrimonial parmi les plus riches d’Europe. Une mise en avant inconcevable il y a quelques années encore selon le bédéiste Cosey :

Cosey
Bédéiste
Cosey Bédéiste

La BD « Lausanne imaginée » ne sera pas mise en vente en librairie, les auteurs ayant renoncé à leurs droits. En revanche, des exemplaires seront à disposition en prêt dans les Bibliothèques de la Ville.

Continuer la lecture

Lausanne

Cible de menaces anonymes, le CHUV porte plainte

Publié

le

Le CHUV dépose plainte après des envois anonymes. (Photo archives: KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Attaquée par des menaces anonymes, la direction du CHUV a décidé de porter plainte. Elle dénonce « une campagne orchestrée » et affirme qu’elle ne tolérera pas de tels agissements.

Visée par des menaces anonymes, la direction du CHUV décide de porter plainte. Les attaques portent sur de nombreux thèmes, comme les finances, les ressources humaines ou « les ambitions sans limites de la direction ». Le directeur général adjoint Oliver Peters a également été personnellement ciblé.

Pour le CHUV, il s’agit « d’une campagne orchestrée » utilisant des méthodes « inacceptables » contre lesquelles il est nécessaire de réagir « vigoureusement ». La direction du CHUV a ainsi déposé plainte auprès du Ministère public pour tentative de violence ou de menace contre les autorités et les fonctionnaires, subsidiairement de contrainte. Elle souligne être ouverte à la critique et « au débat rationnel », mais défendra l’intégrité de ses collaborateurs et de l’hôpital.

Le premier message signé « Collectif SOS hôpital » remonte au 7 décembre. Il est adressé aux députés vaudois, membres de la Commission thématique de la santé publique. Ces mêmes élus doivent rendre prochainement un rapport sur le plan stratégique 2019-2023 du CHUV. Trois autres missives ont suivi. La dernière étant adressée à la presse et annonçant un suicide au CHUV. C’est ce qui a décidé l’institution à communiquer sur ces menaces. Pierre-François Leyvraz, directeur général du CHUV :

Pierre-François Leyvraz
Directeur général du CHUV
Pierre-François Leyvraz Directeur général du CHUV

Un vif débat se déroule en effet actuellement sur la gouvernance du CHUV. D’un côté, ceux qui ne veulent pas changer le système actuel, avec un lien direct entre l’hôpital et le chef du département de la santé. De l’autre ceux qui estiment qu’une nouvelle gouvernance est nécessaire et qui parlent d’autonomisation du CHUV. Rappelons également que deux changements d’importance vont avoir lieu à la tête du CHUV : Pierre-François Leyvraz prendra sa retraite à la fin de l’année et Pierre-Yves Maillard quittera le Conseil d’Etat en mai. C’est Rebecca Ruiz qui reprendra le département de la santé.

Quant aux accusations sur les compétences du directeur général adjoint Oliver Peters, le directeur général du CHUV Pierre-François Leyvraz les balaie fermement :

Pierre-François Leyvraz
Directeur général du CHUV
Pierre-François Leyvraz Directeur général du CHUV

Continuer la lecture

Lausanne

Uber Eats s’attaque à Lausanne

Publié

le

Testé dans un premier temps sur l'agglomération genevoise, le service de livraison à domicile du géant internet américain tente de prendre pied à Lausanne. (archive) (©KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Le service de livraison de repas à domicile d’Uber Eats est désormais disponible à Lausanne. « Après le lancement réussi à Genève », la capitale vaudoise représente la deuxième étape de l’extension en Suisse annoncée en novembre dernier.

L’application Uber Eats est en activité dès ce mardi à Lausanne, pour des livraisons « en moins de 30 minutes ». Les livraisons se font par des coursiers indépendants à vélo, vélo électrique ou en scooter. Au prix de la commande s’ajoutent des frais de livraison de 4,90 francs, comme à Genève.

Uber Eats s’est associée à Lausanne avec une cinquantaine d’enseignes et restaurants locaux, parmi lesquels un géant de la restauration rapide, y compris à Renens.

« Les restaurants partenaires pourront accroître leur visibilité et servir des clients à leur domicile ou sur leur lieu de travail de manière simple et efficace », relève Kamilla Lambotte, responsable opérationnelle pour Uber Eats en Suisse. Mme Lambotte a constaté, d’une façon générale, « une croissance rapide de la demande en dehors des horaires traditionnels de repas, notamment le matin ou tard le soir ».

 

(KEYSTONE-ATS)

Continuer la lecture

Lausanne

Climat: un défilé de 8000 personnes à Lausanne

Publié

le

Quelque 8000 manifestants "chauds pour le climat" ont manifesté samedi dans les rues de Lausanne. Avant qu'elle ne démarre, la police a intercepté du matériel destiné à des dégradations en ville. (©KEYSTONE/VALENTIN FLAURAUD)

Quelque 8000 personnes ont participé samedi à Lausanne à la 4e marche pour le climat. Avant qu’elle ne démarre, la police a intercepté du matériel destiné à des dégradations et retenu une dizaine de personnes.

Les organisateurs avaient annoncé vouloir mener plusieurs « actions positives » permettant de se réapproprier la ville tout au long de la marche: notamment peindre des espaces pour les cyclistes et piétons et lutter contre l’invasion publicitaire en recouvrant des affiches.

Samedi, la police de Lausanne a mené une action préventive en contrôlant et identifiant des gens avec du matériel suspect, afin de garantir le bon déroulement de la manifestation. Elle a saisi huit caddies, 25 litres de peinture, et 13 sprays, ainsi que du matériel destiné à être utilisés dans le cadre de dégradations, a détaillé Raphaël Pomey, porte-parole de la police de Lausanne.

Sitting à Montbenon

Peu après 15h00, le cortège, composé d’enfants, de jeunes et de moins jeunes, est parti sans les personnes contrôlées. Les manifestants se sont arrêtés devant le Tribunal de Montbenon. Ils ont fait un sitting pour réclamer la « libération de leurs camarades ».

Les négociations en ce sens avec la police ont abouti. Les personnes en question ont pu rejoindre le défilé qui a repris en direction de la place de la Riponne. Symbole de la manifestation, un arbre à rêves a été planté sur la place en face du Palais de Rumine sous la forme d’un petit pommier.

Pour le reste, la manifestation s’est déroulée sereinement. « Plus chaud, plus chaud que le climat », « oui, oui oui à l’écologie, non à la pollution » ont scandé les participants. Ils portaient des dizaines de pancartes rappelant l’urgence climatique et demandant des actions rapides.

Lors de la première grève du climat en Suisse, le 18 janvier dernier, Lausanne avait réuni plus de 8000 jeunes dans ses rues. Au deuxième épisode, le samedi 2 février, 10’000 personnes s’étaient mobilisées. Le vendredi 15 mars, 10’000 élèves et apprentis avaient défilé pour la planète.

(KEYSTONE-ATS)

Continuer la lecture

C'était quoi ce titre ?

Les 2 derniers titres

Horoscope du jour

Gémeaux

La critique est facile, mais l’art est difficile... Laissez les imbéciles dire ce qu’ils veulent et continuez votre chemin, imperturbablement.

Publicité

Les Sujets à la Une

X