Rejoignez-nous

Lausanne

Covid-19: La police lausannoise veille au respect des règles

Publié

,

le

La Police lausannoise enchaîne les patrouilles pour rappeler les règles à la population et sanctionner les récalcitrants. (©KEYSTONE/Laurent Gillieron)
La police lausannoise veille au grain pour faire respecter les consignes face au Covid-19. Elle enchaîne les patrouilles pour rappeler les règles à la population et sanctionner les récalcitrants.

Samedi après-midi par exemple, accompagnée d'un photographe de Keystone-ATS, une patrouille de deux policiers a arpenté le centre-ville de Lausanne, les parcs et le bord du lac. Elle n'y a rencontré que des petits groupes épars, composés de moins de cinq personnes, la limite autorisée.

Lorsque des personnes sont trop proches, les policiers leur demandent s'ils habitent ensemble. Et si ce n'est pas le cas, ils leur rappellent qu'ils doivent se tenir à une distance de deux mètres.

Cette patrouille n'a dû sanctionner aucun badaud samedi après-midi. Il faut dire que les Lausannois étaient très majoritairement restés chez eux, en dépit d'une météo printanière.

Inquiétudes avec les jeunes

Vendredi, la conseillère d'Etat Béatrice Métraux a relevé que la population vaudoise respectait largement les directives. La cheffe du Département de la sécurité a toutefois reconnu "une grande inquiétude" au sujet de certains jeunes, peu soucieux des règles.

"Certains comportements à risque viennent de gens qui se sentent à l'abri. Or tout le monde peut tomber malade et avoir besoin d'une assistance respiratoire", a prévenu sa collègue Nuria Gorrite, présidente du gouvernement vaudois.

Jacques Antenen, commandant de la police cantonale, a expliqué que la mission était compliquée avec certains groupes de jeunes, ceux-ci désignant un "guet" et s'éparpillant dès que la police était en vue.

Depuis le 17 mars, 229 amendes d'ordre ont été délivrées dans le canton de Vaud, selon le dernier pointage publié vendredi. Pour les cas plus graves, la police a procédé à 39 dénonciations, dont plus de la moitié pour des mineurs ou jeunes adultes. "Nous allons sévir de plus en plus", a averti M. Antenen.

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lausanne

Lausanne: locaux occupés au centre en soutien aux sans-abri

Publié

le

Des militants ont investi vendredi en fin de journée un immeuble inoccupé de la Place Bel-Air à Lausanne, avant d'être délogé par la police. KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT
Des militants ont occupé vendredi soir un bâtiment au coin de la place Bel-Air/Mauborget à Lausanne avant de quitter les lieux. La police a contrôlé que plus personne ne se trouvait à l'intérieur du bâtiment.

Les participants répondaient à l'Appel 212 de l'association de défense des sans-abri Sleep-in, qui a exigé récemment du canton le maintien des 212 lits d'hébergement d'urgence liés à la crise du coronavirus.

En présence de policiers, les manifestants, parmi lesquels des militants et sympathisants de la Grève du Climat Vaud, ont déployé des banderoles sur le bâtiment inoccupé depuis longtemps et surnommé la verrue de Bel-Air. "Place à l'alternative" ou "Lausanne bouge encore", pouvait-on y lire.

Les personnes à l'intérieur sont sorties. Elles n'avaient pas l'intention de rester dans le bâtiment, a déclaré un porte-parole de la police municipale, Jean-Philippe Pittet, à Keystone-ATS en fin de soirée.

300 cyclistes

Un peu avant 19h00, la traditionnelle "masse critique"(critical mass) des vendredis de fin de mois, composée d'environ 300 cyclistes, avait bloqué brièvement le carrefour, après s'être déployé dans le centre-ville. Occasionnant des perturbations sur son trajet, elle a poursuivi sa course jusqu'à Ouchy où le cortège s'est dispersé vers 21h00, selon le porte-parole.

Concernant Bel-Air, "en plus d'un lieu d'accueil d'urgence pour les personnes qui se retrouveront à la rue, cet espace occupé se veut un lieu alternatif de cultures, de solidarités et de luttes", a communiqué le mouvement Grève du Climat Vaud. Il dit soutenir cette occupation ainsi que l'Appel 212 de Sleep-in.

Mobilisation requise

"Conscients des réalités matérielles, nous savons qu'il ne sera pas possible d'accueillir dignement des personnes dès lundi, le lieu devant encore être aménagé (eau, électricité, etc). Il sera toutefois ouvert dès maintenant pour venir en aide du mieux que possible", relatait le mouvement.

Il appelle ses militants et toute la population à se "mobiliser et à apporter son soutien en amenant du mobilier, du matériel de nettoyage, de la nourriture, des matelas et des couvertures". Il demande aussi à la conseillère d'Etat Rebecca Ruiz ​des ​mesures rapides pour un maintien permanent des 212 lits d'accueil​.

Pour rappel, le dispositif mis en place à Lausanne depuis début avril et prévu jusqu'à fin mai offre 212 places d'accueil réparties sur six sites. En plus des lieux d'accueil de nuit existants (La Marmotte, Le Sleep-In, le Répit et L'Etape), la Ville a ouvert à la mi-mars 40 places supplémentaires à la salle de gymnastique du Bugnon et 50 places au sein du Bâtiment administratif de la Pontaise.

Continuer la lecture

Lausanne

La piscine de Bellerive ouvrira le 13 juin

Publié

le

La piscine de Bellerive à Lausanne sera l'une des premières à ouvrir dans le canton de Vaud, le 13 juin. (Image d'archive - @Keystone/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

A la suite des décisions du Conseil fédéral du 27 mai, les piscines extérieures se préparent à leur ouverture annuelle.

A Lausanne, celle de Bellerive ouvrira le 13 juin et celle de Montchoisi le 24 juin, indique la Ville sur son site internet. Les piscines de quartier restent, elles, fermées jusqu'à nouvel avis.

La commune de Prilly a, elle aussi, annoncé une date, le 20 juin. Mais dans l'ensemble, peu de piscines vaudoises ont déjà agendé leur date d'ouverture. Celle-ci devrait s'échelonner entre la mi-juin et début juillet.

L'Association des piscines romandes et tessinoises (APRT), qui compte 120 membres propriétaires au total de 135 établissements, a établi un guide des mesures de protection pour les exploitants de piscines. Il émet des consignes sur les files d'attente à l'entrée, l'espacement sur les pelouses, les marquages, le nombre de personnes par bassin, d'éventuels systèmes de réservation, etc.

Continuer la lecture

Lausanne

Déchets dans le Léman: Lausanne lance une campagne de prévention

Publié

le

Quelques 55 tonnes de plastique se retrouvent chaque année dans le Léman. Il s'agit de déchets non dégradables qui restent dans l'environnement, sauf à faire l'objet de nettoyage spécifique, pour 10'000 ans environ (archives). Keystone/JEAN-CHRISTOPHE BOTT
La Ville de Lausanne lance une campagne de sensibilisation visant à éviter les déchets polluants dans les eaux du lac Léman. Chaque année, ce sont en effet près de 55 tonnes de déchets plastiques qui finissent dans le lac et qui y restent longtemps.

"A l'heure du déconfinement progressif qui se met en place, les Lausannoises et les Lausannois vont retrouver les plaisirs offerts par le lac: baignade, navigation, balades sur les rives et sur le Léman", écrit jeudi la Municipalité dans un communiqué. "Le moment est bien choisi pour rappeler à tous les usagers du lac et de ses rives que 'le lac n'est pas une poubelle'", titre de la campagne que lancent les autorités via le Service de l'eau.

Elle s'articule en deux volets, explique la Ville. D'une part, des panneaux seront posés dans les ports d'Ouchy et de Vidy sur le thème des déchets plastiques dans les eaux. Sur la base d'un visuel mêlant des animaux lacustres et des déchets plastiques, les affiches rappellent l'ampleur du problème: 55 tonnes de plastique se retrouvent chaque année dans le Léman.

Il s'agit de déchets non dégradables qui restent dans l'environnement, sauf à faire l'objet de nettoyage spécifique, pour 10'000 ans environ. Près des 12 milliards de particules de plastique flottent à la surface du lac ou à faible profondeur, rappelle la Municipalité.

D'autre part, il s'agit de les sensibiliser aux déchets qui finissent trop souvent dans les toilettes. Lingettes désinfectantes, masques chirurgicaux, cotons-tiges, médicaments, tampons hygiéniques ou encore préservatifs se retrouvent trop souvent dans les toilettes, bouchent les canalisations, endommagent les installations d'épuration ou polluent les milieux naturels.

Continuer la lecture

Lausanne

La cathédrale de Lausanne aura de nouveaux bancs en 2022

Publié

le

Le prototype du futur banc qui meublera la Cathédrale de Lausanne à l'horizon 2022. Ce banc est dote d’un dossier réversible afin d’orienter le public soit en direction du choeur, soit dans la direction opposée, face a l'orgue. Issus d?une technologie d'assemblage développée par l'EPFL, les 78 exemplaires nécessaires aux 460 places assises de la nef seront réalisés entièrement en bois de chêne des forêts de l'Etat de Vaud, pour un budget de 300'000 francs. (KEYSTONE/Laurent Gillieron)
La cathédrale de Lausanne va changer d'allure en 2022. Les chaises centenaires disposées dans sa nef seront remplacées par 78 nouveaux bancs. Budget de l'opération: 300'000 francs.

Ces chaises en vannerie, qui datent de 1912, sont certes "vénérables", mais elles ne sont plus adaptées aux besoins en matière de confort et d'utilisation, a expliqué la conseillère d'Etat Christelle Luisier, en charge des affaires religieuses. En compagnie de son collègue Pascal Broulis, elle a dévoilé jeudi à la presse un prototype des futurs bancs.

Ceux-ci ont la particularité d'avoir un dossier réversible. Le public pourra ainsi être orienté face au choeur de la cathédrale ou dans la direction opposée face à l'orgue. Mme Luisier a en effet rappelé que la cathédrale lausannoise, l'une des plus visitées de Suisse (475'000 visiteurs en 2019), accueillait de nombreux concerts.

Les 78 bancs de quatre ou six places permettront d'accueillir 460 personnes dans la nef, comme jusqu'ici avec les chaises. Celles-ci seront conservées en stock pour les événements avec davantage de public, sachant que l'édifice peut recevoir jusqu'à 1000 personnes assises.

Bois et fabricant vaudois

Les bancs seront fabriqués en bois de chêne issu des forêts de l'Etat de Vaud, a relevé Pascal Broulis. Le mandat de réalisation a été confié à l'entreprise lausannoise GAB Manufacture, qui sera associée à un designer de l'Ecole cantonale d'art de Lausanne (ECAL). "Nous avons privilégié les filières courtes", a souligné le ministre en charge du patrimoine bâti.

Pascal Broulis a rappelé que le remplacement de ces chaises avait donné lieu à un débat "très intense" en 2012 devant le Parlement vaudois et qu'un premier projet avait dû être abandonné. Le nouveau projet a été initié au printemps 2019, avant d'être validé en octobre par le Grand Conseil. Il s'agit désormais d'abattre les arbres et de fabriquer les bancs. Leur inauguration est prévue pour les Fêtes de Pâques 2022.

Le remplacement des chaises s'intègre dans les travaux de restauration de la cathédrale annoncés l'été dernier. Programmés jusqu'en 2024 pour un coût de 10,1 millions de francs, ils visent notamment à prendre soin des façades de la tour du transept sud, qui souffre de dégradations. Des échafaudages sont actuellement en montage sur cette façade sud.

A noter qu'une seconde étape de restauration et conservation sera ensuite menée sur l'édifice gothique, construit entre 1170 et 1235. Ces travaux auront lieu entre 2024 et 2029 pour un montant d'environ 10 millions de francs également.

Continuer la lecture

Lausanne

Des militants d'Extinction Rebellion manifestent à vélo

Publié

le

Des cyclistes manifestent à vélo en bloquant la Place Saint-François. (KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)
Près de 200 militants d'Extinction Rebellion (XR) ont manifesté à vélo mardi entre Beaulieu et St-François pour une ville de Lausanne "durable et responsable". Ils ont notamment exigé de prendre des mesures urgentes pour respecter l'Accord de Paris sur le climat.

Les manifestants se sont réunis masqués et en musique vers 17h30 devant le Palais de Beaulieu qui accueille les réunions du Conseil communal lausannois, a constaté Keystone-ATS. Ils ont ensuite observé cinq minutes de silence "pour la planète qui se meurt".

Vers 18h00, le cortège s'est déplacé en direction de la place St-François, encadré par la police, autour de laquelle ils ont circulé un bon quart d'heure. La circulation a été bloquée dans ce secteur et donc quelque peu perturbée, mais il n'y a pas eu de débordement ni d'incident particulier.

Les activistes du mouvement de désobéissance civile en lutte contre l'effondrement écologique et le réchauffement climatique ont lancé il y a une semaine leur campagne "Lausanne ville vivante". Ils avaient accueilli les membres du Conseil communal avec un rassemblement à Beaulieu aussi, remettant une lettre de revendications à la présidente du législatif lausannois.

Ils militent pour éliminer le trafic automobile privé de Lausanne d'ici à 2025 tout en suggérant des pistes d'alternatives en matière de mobilité et de transports urbains. Ils revendiquent aussi la mise sur pied, cette année encore, d'une Assemblée citoyenne qui déciderait des mesures à prendre pour atteindre la neutralité carbone d'ici à 2025.

 

Continuer la lecture

Les Sujets à la Une

X