Rejoignez-nous

Lausanne

Le garage des ambulances du CHUV transformé en hôpital

Publié

,

le

(KEYSTONE/POOL/Laurent Gillieron)
Porte d'entrée du dispositif hospitalier, le service des urgences du CHUV à Lausanne a dû être adapté. Objectif: être en mesure d'absorber une éventuelle vague de patients touchés par le Covid-19.

"Nous essayons d'avoir toujours deux coups d'avance, démarre le professeur Pierre-Nicolas Carron, chef du service. Ces derniers jours, nous nous sommes beaucoup étendus, en aménageant des espaces ou en créant complètement des infrastructures pour augmenter notre capacité d'accueil." Celle-ci a doublé.

Derrière une porte battante, un couloir de transit est désormais garni d'une alignée de seize lits, chaque place étant pourvue d'oxygène et d'un ordinateur permettant de surveiller l'état du patient.

"C'est un couloir qui a été pensé pour être aménagé très rapidement lors d'épisodes spéciaux, mais c'est la première fois que nous y avons recours et qu'il est vraiment équipé", précise le professeur Carron. Plus loin, une ancienne salle de stockage et de réunion est occupée par douze lits, séparés par des paravents.

Finalement, c'est le garage des ambulances qui a été complètement métamorphosé. Vidé de ses véhicules, il accueille désormais une infrastructure complétée à l'extérieur par une grande tente, et dans laquelle a été aménagé un nouvel espace de prise en charge de dix-huit places.

"C'est une infrastructure digne d'un hôpital suisse, elle aussi équipée en chauffage, en informatique et en oxygène", précise le spécialiste.

Ces nouveaux espaces ne sont pas destinés à accueillir des malades ou des blessés sur une longue durée, ils doivent permettre de libérer d'autres secteurs des urgences.

Baisse d'activité

"Ce sont des endroits où les patients vont rester quelques heures, le temps de prendre une décision sur la prise en charge et le traitement. Même si nous avons reproduit les conditions d'une chambre classique, l'objectif n'est pas de garder des gens dans le couloir pendant la nuit par exemple", explique Pierre-Nicolas Carron.

Surtout, il insiste: "Nous ne faisons pas que du Covid-19. Tous les patients continuent à être pris en charge normalement !"

Un rappel important alors que le service observe une baisse d'activité "de 30% à 50% en fonction des jours par rapport à la moyenne habituelle". Soit 80 à 100 cas quotidiens contre environ 150 à 200 en temps normal.

Peur de déranger

"Nous imaginons plusieurs explications. Certains pensent que nous sommes débordés et ont peur de déranger, d'autres vont peut-être chez leur médecin traitant ou rechignent à venir en milieu hospitalier car ils craignent d'être contaminés. Il y a aussi nettement moins d'activités professionnelles ou sportives et d'événements festifs", envisage le chef des urgences.

Continuer la lecture
1 commentaire

1 commentaire

  1. nathalie boutrouelle

    4 avril 2020 à 12:36

    oui c est juste ,moi j ai des soucis d asthme ,et j ai fait plusieurs crises de forces de fou,j ai appeler les ambulancier géniaux m ont convaincus de monter car mon état était sérieux et je les remercies ,car moi je voulais pas monter de peur de surcharger les urgences mais tous c est bien passer merci a tous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lausanne

Hébergement d'urgence: un toit pour la nuit à Beaulieu

Publié

le

Cet hébergement spartiate est avant tout destiné aux adultes, a expliqué Yan Desarzens, directeur de la Fondation Mère Sofia. (©KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Depuis mardi, les SDF peuvent trouver un toit pour la nuit dans les halles nord de Beaulieu à Lausanne. Un espace de 3000 m2, géré par la Fondation Mère Sofia, a été sommairement aménagé pour accueillir une population précarisée.

Fini le Comptoir suisse et les paysannes vaudoises: les halles nord, vouées à la démolition, accueillent cet hiver des sans-abris. La ville a dû dénicher de nouveaux lieux pour renforcer son dispositif d'hébergement hivernal afin de répondre à la crise sanitaire.

La Fondation Mère Sofia a investi grosso modo un tiers du rez-de-chaussée de l'immense halle. Une surface inhabituelle: "nous sommes passés des 200 m2 de nos locaux de Saint-Martin à environ 3000 m2. C'est gigantesque. Nous n'avons pas l'habitude de fonctionner avec des surfaces aussi grandes", explique son directeur Yan Desarzens à Keystone-ATS.

Pour une centaine de personnes

Une centaine de SDF peuvent y trouver un abri pour passer la nuit et prendre un repas, dans le respect des règles sanitaires. La capacité maximale peut être portée à 120, au besoin. Mardi, soir d'ouverture, la nouvelle structure a accueilli une vingtaine de personnes.

"C'était très calme, mais c'est toujours comme ça les premiers jours. Il faut quelque temps pour que le bouche-à-oreille fonctionne. Mais cela laisse présager un afflux pour les jours ou semaines à venir", estime M. Desarzens. La structure devrait rester ouverte jusqu'au 30 avril 2021.

Aval du médecin cantonal

L'espace a été équipé de douches et de WC. Il a été subdivisé en trois zones A, B et C séparées par des parois pour éviter des foyers épidémiques en cas de contamination par le coronavirus. Et chaque zone comprend un lieu d'accueil, avec des tables pour boire et manger, ainsi qu'un lieu de repos, avec des chambrées de dix.

"Les lits sont placés à 1,5 mètre les uns des autres, avec les têtes à l'opposé", explique M. Desarzens. Des parois en bois de plus de deux mètres de haut séparent ces chambrées. Dans les zones A et B, les lits seront attribués à la même personne durant plusieurs jours ou semaines. Ce qui lui permettra de laisser ses affaires sur place. Le dispositif a reçu l'aval des services du médecin cantonal.

Spartiate

Cet hébergement spartiate est avant tout destiné aux adultes. "Je l'imagine mal pour des enfants. Je serai très triste de devoir en accueillir", avoue le directeur. D'autres structures sont mieux adaptées, comme les studios d'un immeuble à Isabelle-de-Montolieu, voué à la démolition et également ouvert provisoirement cet hiver.

A Beaulieu, la Protection civile - trois personnes chaque soir - viendra donner un coup de main aux cinq collaborateurs de Mère Sofia qui passent la nuit sur place et tentent de recréer du lien social. Désormais, les sans-abri portent plus volontiers le masque. "Ils sont beaucoup plus attentifs aux règles de sécurité sanitaires", observe Yan Desarzens.

Un infirmier fait partie de l'équipe de nuit. Et il y a une zone prévue pour les personnes symptomatiques. En cas de soupçons de Covid-19, le SDF est emmené à l'Etape où un étage est réservé aux personnes positives. Prochainement, une permanence infirmière devrait passer une à deux fois par semaine dans les structures nocturnes de la ville pour dispenser des soins de premier recours.

Continuer la lecture

Lausanne

Une fausse alarme se déclenche à Lausanne

Publié

le

Un sirène s'est déclenchée à la suite d'un problème technique. Il n'y a aucun danger. (©LFM/REBEIRO)

Une des sirènes d’alarme de la région lausannoise a été déclenchée à tort ce matin. Un problème technique est à l'origine de cette fausse alarme.

C'était une fausse alarme. Certains Lausannois ont pu entendre ce matin une des sirènes d'alarme pour les catastrophes ou situations d’urgence d’origine naturelle, technique ou anthropique. Il s'agissait en fait d'un problème technique qui a déclenché inopinément l'alarme. Selon les autorités, il n’y a aucun risque pour la population.

Continuer la lecture

Lausanne

Le mobilier urbain de Plateforme 10 primé par un magazine

Publié

le

Le mobilier urbain de Plateforme 10, le nouveau quartier des arts lausannois, a été distingué par le magazine alémanique d'architecture et de design Hochparterre. Le bureau Inch Future a reçu le premier prix en catégorie design.

Ce mobilier urbain, dont ses sièges circulaires, est convaincant à tous les niveaux, a estimé le jury. D'abord, il tient compte des besoins des promeneurs et des visiteurs du musée. Ensuite, il garantit une variété d'usages et surprend par sa forme "précise et aléatoire" ainsi que par sa "diversité de surfaces". Enfin, sa production sur place a économisé les distances de transport.

Une installation sise dans les arcades du site a également été primée par le magazine. L'installation de préfiguration "Interactive Replica" du studio INT a reçu le troisième prix, le "Design bronze", indique mercredi Plateforme 10 dans un communiqué.

Continuer la lecture

Lausanne

Baisse du prix de l'eau potable à Lausanne

Publié

le

L'eau potable va coûter moins cher à Lausanne. (Image prétexte - ©KEYSTONE/AP/MICHAEL PROBST)

Le prix de l'eau potable va baisser à Lausanne dès le 1er janvier. Le tarif va reculer de 9 centimes par m3 et ainsi passer de 1,92 à 1,83 franc. La baisse a été négociée avec le Surveillant des prix. Elle concerne l'ensemble des 18 communes de l'agglomération lausannoise, soit près de 248'000 habitants.

"Nous avions proposé une baisse de six centimes. Le Surveillant des Prix nous a incités à baisser davantage", a expliqué mercredi à Keystone-ATS le municipal lausannois Pierre-Antoine Hildbrand.

Pour rappel, le prix de l'eau est une taxe et tous les Services de l'eau doivent soumettre leurs tarifs à l'autorité fédérale. Le Surveillant des prix émet une recommandation, dont les communes peuvent s'écarter mais elles doivent alors le faire savoir.

En l'espèce, les deux parties se sont entendues pour l'an prochain mais les discussions vont se poursuivre sur les tarifs de 2022 pour étudier l'éventualité d'une nouvelle baisse. "Il y a des éléments techniques que nous évaluons différemment, comme les investissements à venir", a expliqué M. Hildbrand.

Le service des eaux lausannois doit faire face à plusieurs défis comme la sécurisation de l'approvisionnement, le renouvellement régulier des réseaux et le projet de nouvelle usine à Saint-Sulpice (VD), un investissement de l'ordre de 82 millions de francs. A cela s'ajoute la lutte contre les micropolluants, dont le chlorothalonil.

D'une manière générale, les tarifs lausannois s'avèrent plutôt élevés. "Avec cette baisse, Lausanne, qui est au-dessus de la moyenne suisse, s'en rapproche", a précise le municipal.

La baisse concerne les ménages mais aussi toutes les autres catégories, notamment les maraîchers, les hôpitaux et les EMS. Elle s'applique dans 18 communes, dont Lausanne, Renens et Epalinges.

Continuer la lecture

Lausanne

Les piétons lausannois auront plus de temps pour traverser

Publié

le

Les piétons lausannois auront plus de temps pour traverser. (Photo d'illustration - ©KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

La Ville de Lausanne adapte son système de feux de circulation pour améliorer le confort et la sécurité des piétons. Ceux-ci auront notamment plus de temps pour traverser une route.

L'objectif consiste à prolonger la phase "verte" sur les traversées sensibles (écoles, axes fréquentés du centre-ville) et rallonger la phase "jaune" pour renforcer le sentiment de sécurité, explique lundi la Municipalité lausannoise dans un communiqué.

Le temps moyen d'attente devrait être établi à terme à 30 secondes et le temps maximal à 80 secondes. A la fin 2020, 29 installations auront été mises à jour. Trente autres le seront d'ici une année.

La capitale vaudoise a aussi opté pour la mise au clignotant des feux durant la nuit, une mesure qui vise à fluidifier le trafic et réduire le bruit routier. Après une période test durant le printemps, la mise au clignotant nocturne a été lancée cet été sur 19 installations. Une trentaine d'autres suivront lorsque le 30 km/h de nuit entrera en vigueur à Lausanne, normalement durant le premier semestre 2021.

Moins de feux

Toujours en vue d'apaiser la circulation, les autorités lausannoises veulent encore réduire le nombre d'installations de signalisation lumineuse. La Municipalité dit en avoir déjà supprimé 10%. Sur les 89 installations restantes, plus d'une vingtaine pourrait être abandonnée d'ici 2023.

A terme, "il subsistera un socle de plus d'une trentaine d’installations qui devront être maintenues compte tenu de l'importance stratégique en matière de sécurité, de politique d'accessibilité de la Ville, de charges de trafic et de priorisation des transports publics", écrit la Municipalité dans son communiqué.

Elle précise finalement que son rapport-préavis répond à cinq postulats du Conseil communal ayant trait à cette thématique.

Continuer la lecture

C'était quoi ce titre ?

Les 2 derniers titres

Horoscope du jour

Scorpion

Période décisive sur le plan de vos activités. En effet, vous mettrez tout en place pour un changement de travail ou un plan de recyclage.

Publicité

Les Sujets à la Une

X