Rejoignez-nous

Lausanne

Le racisme touche aussi le monde réputé respectueux du sport

Publié

,

le

L'athlète lausannoise Sarah Atcho a témoigné des actes de racisme dont elle est parfois la cible. (Photo : DR)

Si le sport se veut avant tout être un lieu de respect, de solidarité et de collectif, il est aussi un endroit où les actes de racisme ne sont pas rares. Pour la Semaine d’actions contre le racisme et à moins d’une année des Jeux olympiques de la Jeunesse, la Ville de Lausanne a choisi de mettre cette thématique en avant et d’en débattre.

Respect, amitié, collectif, solidarité, dépassement de soi, autant de valeurs nobles que le sport véhicule. Malgré cela, terrains et gradins sont encore souvent le théâtre d’actes de racisme. C’est donc cette thématique que la Ville de Lausanne a décidé de mettre en avant lors de la Semaine d’actions contre le racisme. Chercheuse à l’UNIL et Science Po Paris, Claire Nicolas travaille sur ce sujet. Selon elle, le sport est à la fois un terrain propice à la lutte contre le racisme et un lieu où des stéréotypes racistes se sont construits. Un espace qui reflète la société, mais pas que. Claire Nicolas :

Claire Nicolas
Chercheuse à l’UNIL et Science Po Paris
Claire Nicolas Chercheuse à l’UNIL et Science Po Paris

Le sport est aussi un endroit qui permet de lutter contre le racisme et de faire passer des messages. Un exemple, sûrement parmi les plus connus, Tommie Smith et John Carlos sur le podium des Jeux olympiques de Mexico en 1968. Claire Nicolas :

Claire Nicolas
Chercheuse à l’UNIL et Science Po Paris
Claire Nicolas Chercheuse à l’UNIL et Science Po Paris

Suite à cette action, Tommie Smith et John Carlos seront sommés de quitter les Jeux et seront interdits de compétition pour leur acte militant. Au sacrifice de leur carrière, ils ont fait passer un message, celui de l’égalité et du respect entre tous. Désormais, ils sont un symbole de la lutte contre le racisme.

De la prévention pour lutter contre le racisme

Sarah Atcho, athlète lausannoise spécialiste du sprint, a apporté à l’occasion de ce débat un témoignage fort. Née à Lausanne d’un père ivoirien et d’une mère marocaine, elle a notamment représenté la Suisse aux Championnats du monde et aux Jeux olympiques de Rio. Et de racisme, elle en est la cible. Si bien que parfois, elle a eu de la peine à s’identifier comme une athlète suisse alors même qu’elle a toujours porté le maillot rouge à croix blanche. C’est aux Jeux olympiques – seulement – qu’elle s’est sentie légitime, parce qu’elle avait atteint le plus haut niveau possible. Si elle refuse de se positionner en victime, Sarah Atcho reconnaît qu’elle est la cible de racisme. Moins sur le terrain que de la part de spectateurs. Sarah Atcho :

Sarah Atcho
Athlète lausannoise spécialiste du sprint
Sarah Atcho Athlète lausannoise spécialiste du sprint

Des propos qui ont trouvé écho dans ceux de Geneviève Swedor, ancienne joueuse universitaire de basketball aux USA et Yiting Cao, volleyeuse au LUC Volleyball, également venues témoigner du racisme dont elles ont été victimes. Selon Sarah Atcho, une des solutions est de parler de cette problématique sans en minimiser l’ampleur. Une piste pourrait être une prévention de la part des fédérations sportives. Sarah Atcho :

Sarah Atcho
Athlète lausannoise spécialiste du sprint
Sarah Atcho Athlète lausannoise spécialiste du sprint

Une récente étude mandatée par l’UNESCO à propos du racisme dans le football mentionne en effet la prévention parmi les trois registres de lutte contre le racisme dans le sport. La sanction et l’éducation complètent les moyens concrets d’action.

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lausanne

Une locomotive du LEB prend feu au Flon

Publié

le

Une locomotive du LEB a pris feu mardi vers 15h45 à la gare du Flon. (Photo : DR)

Un incendie au coeur de Lausanne ce mardi après-midi. Le feu a pris vers 15h45 dans le terminus de la gare du LEB au Flon.

C’est une locomotive du LEB qui a pris feu. provoquant un gros dégagement de fumée. La gare a été évacuée. Il n’y a pas eu de blessé.

Les secours se sont rapidement sur place.  Le feu a été maîtrisé vers 16h15.

La Place de l’Europe a été partiellement fermée au trafic avec des impacts sur les axes voisins, notamment la rue de Genève.

Explications de Michel Gandillon, Officier de Presse au Service de Protection et Sauvetage de Lausanne (SPSL) :

Michel Gandillon
Officier de Presse, SPSL
Michel Gandillon Officier de Presse, SPSL

Notez que cette intervention a nécessité un important dispositif de secours, avec l’engagement de 17 sapeurs-pompiers professionnels et d’une quinzaine de policiers de la police municipale de Lausanne.

Continuer la lecture

Lausanne

Peine de 20 ans pour un voleur assassin

Publié

le

Le Tribunal criminel de l'arrondissement de Lausanne a condamné un Géorgien de 36 ans à 20 ans ferme pour assassinat (photo d'illustration). (©KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Un cambrioleur, qui avait tué un complice à Lausanne en 2012, a été condamné lundi à 20 ans de prison ferme. Le Tribunal criminel de l’arrondissement de Lausanne a suivi en cela les réquisitions du Parquet. L’homme avait agi avec deux comparses toujours en fuite.

Ce Géorgien de 36 ans devra purger une peine de 20 ans de prison pour l’assassinat d’un complice de 52 ans. L’accusé faisait partie d’un réseau de cambrioleurs géorgiens. Sa victime était un Roumain travaillant pour cette bande. Son rôle consistait à héberger les cambrioleurs lors de leurs séjours en Suisse. Il se chargeait aussi de les aider à écouler leur butin.

Faisceau d’indices accablants

D’après l’acte d’accusation, auquel le Tribunal donne tout crédit, le 9 décembre 2012, le malheureux a reçu la visite de l’accusé et de deux comparses. Il a été molesté et ligoté sur son lit. La victime est décédée d’un arrêt cardiaque lors de cette agression, mais d’une manière que l’enquête n’est pas parvenue à établir.

Le trio d’agresseurs avait enfermé le Roumain dans son appartement. Avant de partir, ils avaient mis en place un dispositif visant à bouter le feu à l’appartement, mettant ainsi en danger la vie de la vingtaine d’autres habitants du bâtiment.

Le Tribunal criminel de l’arrondissement de Lausanne a jugé de sa culpabilité et de celles de ses deux complices « sur la base d’un faisceau d’indices ». On citera principalement les traces ADN retrouvées sur les lieux du crime, la position peu naturelle dans laquelle se trouvait le cadavre de la victime lorsque la police l’avait finalement découvert en état de décomposition avancé et le fait que ses objets de valeurs aient été retrouvés sur le prévenu. De plus, les trois assassins avaient beaucoup échangé par téléphone dans la période du drame.

Un accusé abasourdi

Le condamné est un homme marié et père de deux enfants de 11 et 12 ans. Son casier judiciaire comportait déjà des condamnations pour recel, vol et vol avec effraction en Suisse et en Autriche. Le Ministère public avait requis 20 ans de prison à son encontre et la défense l’acquittement.

Le condamné s’est montré abasourdi à l’énoncé du jugement. Il a ensuite pris la parole en roumain pour annoncer via son interprète qu’il allait se lancer dans une grève de la faim pour protester contre ce « verdict injuste ». Son avocat a dix jours pour faire appel.

Continuer la lecture

Lausanne

Un faux-plafond s’effondre à la Vaudoise aréna

Publié

le

La nouvelle patinoire du Lausanne Hockey Club a été inaugurée fin septembre (archives). (©KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Un faux-plafond de la nouvelle patinoire du Lausanne Hockey Club (LHC) s’est effondré vendredi en milieu de matinée. Une surface de près de 400 mètres carrés est tombée à l’extérieur de l’enceinte, sans faire de blessés graves. Trois ambulances ont été dépêchées sur les lieux, ainsi que des pompiers et des policiers de la gendarmerie cantonale et de la police de l’ouest lausannois.

Vent de panique ce vendredi matin autour de la Vaudoise aréna à Malley-Lausanne. Peu après 10h00, une partie du faux-plafond de la nouvelle patinoire s’est effondré. Près de 400m2 de matériaux se sont affaissés dans une partie extérieure, destinée aux livraisons.

Trois personnes ont été “très légèrement blessées” indique la Police vaudoise.

Le récit de Jean-Jacques Schilt, Président du Conseil d’administration de la Vaudoise aréna :

Jean-Jacques Schilt
Président du CA, Vaudoise aréna
Jean-Jacques Schilt Président du CA, Vaudoise aréna

On l’a entendu, pas de blessés graves dans cet accident survenu ce matin à la Vaudoise aréna. Mais les trois ouvriers qui se trouvaient dans le secteur qui s’est effondré ont eu une sacrée frayeur.

Le Président de la Vaudoise aréna, Jean-Jacques Schilt :

Jean-Jacques Schilt
Président du CA, Vaudoise aréna
Jean-Jacques Schilt Président du CA, Vaudoise aréna

Le Lausanne Hockey Club doit normalement recevoir le HC Ambri-Piotta samedi soir à la Vaudoise aréna. Le sort de la rencontre est suspendu à la décision des ingénieurs et autres enquêteurs, qui devront dire si l’enceinte est accessible suite à l’accident de ce vendredi matin.

Mais Jean-Jacques Schilt l’assure : le public n’a jamais été mis en danger. La sécurité des spectateurs a toujours été assurée :

Jean-Jacques Schilt
Président du CA, Vaudoise aréna
Jean-Jacques Schilt Président du CA, Vaudoise aréna

On le rappelle, la Vaudoise aréna a coûté 230 millions de francs. La partie “patinoire” a été inaugurée la semaine dernière. Les piscines ouvriront début 2021.

 

Continuer la lecture

Lausanne

Plateforme 10 prend vie : le MCBA ouvre ce week-end

Publié

le

Le Musée cantonal des Beaux-Arts est fin prêt ! Première institution de Plateforme 10 à voir le jour, le MCBA ouvre ses portes au public ce week-end avec son exposition inaugurale. C’est la fin d’un long feuilleton.

Plus de 10 ans après l’échec dans les urnes du projet de Bellerive et 3 ans après la pose de la première pierre, le MCBA s’apprête à se dévoiler au public sur son nouveau site de Plateforme 10, à deux pas de la gare de Lausanne. Les autorités et les équipes du musée étaient réunies ce mardi pour une visite en avant-première du nouveau bâtiment rempli de ses œuvres. Une journée spéciale pour la conseillère d’Etat en charge de la culture, Cesla Amarelle :

Cesla Amarelle
Conseillère d'Etat, VD
Cesla Amarelle Conseillère d'Etat, VD

L’enthousiasme et l’émotion sont partagés par son collègue de gouvernement, le conseiller d’Etat Pascal Broulis :

Pascal Broulis
Conseiller d'Etat, VD
Pascal Broulis Conseiller d'Etat, VD

La fierté est grande pour les équipes du MCBA. Avec ce déménagement de Rumine à Plateforme 10, c’est une vraie renaissance pour l’institution. Le directeur du Musée cantonal des Beaux-Arts, Bernard Fibicher :

Bernard Fibicher
Directeur du MCBA
Bernard Fibicher Directeur du MCBA

Après tant d’années de discussions, d’élaboration, de construction et un intense déménagement, Bernard Fibicher se réjouit d’enfin avoir son musée :

Bernard Fibicher
Directeur du MCBA
Bernard Fibicher Directeur du MCBA

Dès samedi, le public pourra découvrir l’exposition inaugurale « Atlas, cartographie du don ». Elle occupe la totalité des salles du bâtiment et se compose principalement de donations :

Bernard Fibicher
Directeur du MCBA
Bernard Fibicher Directeur du MCBA

Des Dubuffet, un Rodin, des Soulages, des Penone, des Vallotton, les œuvres contemporaines et plus anciennes se mêlent et se répondent au gré des salles et des chapitres de l’exposition. Des œuvres sublimées par ce nouvel écrin. Avec l’inauguration du bâtiment, c’est aussi une nouvelle ambition et même un changement de ligue pour le directeur Bernard Fibicher :

Bernard Fibicher
Directeur du MCBA
Bernard Fibicher Directeur du MCBA

Pour Cesla Amarelle, conseillère d’Etat en charge de la culture, ce bâtiment représente un tournant dans l’approche culturelle du canton :

Cesla Amarelle
Conseillère d'Etat, VD
Cesla Amarelle Conseillère d'Etat, VD

L’ambition dépasse les frontières vaudoises. Les autorités savent que l’inauguration est très observée :

Cesla Amarelle
Conseillère d'Etat, VD
Cesla Amarelle Conseillère d'Etat, VD

Côté chiffres, la construction a coûté quelque 84 millions, dont 34 millions de fonds privés. Le Conseil d’Etat vient par ailleurs de demander au Grand Conseil une enveloppe de 7,6 millions de francs pour la sécurité, une rampe d’accès, un restaurant et la transition numérique.

Continuer la lecture

Lausanne

Le budget lausannois toujours plus dans le rouge

Publié

le

Un contexte financier « fragile ». La Ville de Lausanne présente un nouveau budget dans le rouge, avec un déficit de 47 millions 600 mille francs attendu pour 2020.

Le projet présente un total de charges de 1,8 milliard. Globalement, les charges de fonctionnement sont maîtrisées, avec une hausse de 0,3%. Concernant les revenus, la tendance à la baisse amorcée depuis deux législatures se poursuit, avec moins 0,7% prévus en 2020.

Ecoutez le Syndic de Lausanne, Grégoire Junod :

Grégoire Junod
Syndic, Lausanne
Grégoire Junod Syndic, Lausanne

Pour 2020, les investissements de la Ville devraient s’élever à 194 millions de francs. Certains gros projets en chantier depuis plusieurs années sont à bout touchant, comme le Stade de foot de la Tuilière. Une fois terminés, le répit financier ne sera que de courte durée pour Lausanne.

Le Syndic, Grégoire Junod :

Grégoire Junod
Syndic, Lausanne
Grégoire Junod Syndic, Lausanne

Mais alors que le contexte financier est de plus en plus tendu, Lausanne propose une baisse symbolique de son coefficient d’impôt. L’annonce a été faite ce matin, par la Municipalité in corpore. Au final, c’est une diminution d’un point et demi qui attend les lausannois l’année prochaine.

Les explications de Grégoire Junod, Syndic :

Grégoire Junod
Syndic, Lausanne
Grégoire Junod Syndic, Lausanne

Notez encore que la dette nette de la Ville devrait encore prendre l’ascenseur l’année prochaine, en raison de l’insuffisance d’autofinancement. La dette nette grimpera de 137 millions, pour atteindre 2 milliards 170 millions.

 

Continuer la lecture

C'était quoi ce titre ?

Les 2 derniers titres

Horoscope du jour

Balance

Magnifique journée, amenant des satisfactions d'argent. Il faut avouer que vous vous en êtes donné la peine ! Donc ça paie !

Publicité

Les Sujets à la Une

X