Rejoignez-nous

Lausanne

L’orage de Lausanne a coûté 27 millions

Publié

,

le

La facture des intempéries qui se sont abattues sur Lausanne dans la nuit du 11 au 12 juin a pris l’ascenseur: l’orage a provoqué pour 27 millions de francs de dégâts à ce jour, a indiqué lundi l’ECA, revenant sur un article du Matin Dimanche.

Plus de 3500 demandes d’indemnités sont déjà parvenues à l’Etablissement cantonal vaudois d’assurance (ECA), a déclaré à Keystone-ATS Rafael Stuker, responsable communication de l’ECA. Elles nous parviennent en général rapidement après un événement. On ne devrait plus en recevoir beaucoup de nouvelles, a-t-il ajouté.

Parmi ces 3500, 2500 demandes ont trait au territoire de la commune de Lausanne. Le gros concerne des inondations de sous-sol, de surfaces commerciales, des stocks de marchandises abîmés, des ascenseurs. Tout ce qui était sur le passage de l’eau, note M. Stuker.

Dans un premier temps, les dégâts avaient été estimés à 10 millions de francs. Le responsable a également confirmé que l’événement qui a causé le plus de ravages ces dix dernières années dans le canton était la grêle du 20 juin 2013. Le montant des dégâts avait atteint 110 millions et le nombre de dossiers s’était élevé à 12’000.

 

(KEYSTONE-ATS / PHOTO: VALENTIN FLAURAUD)

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lausanne

Un faux-plafond s’effondre à la Vaudoise aréna

Publié

le

La nouvelle patinoire du Lausanne Hockey Club a été inaugurée fin septembre (archives). (©KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Un faux-plafond de la nouvelle patinoire du Lausanne Hockey Club (LHC) s’est effondré vendredi en milieu de matinée. Une surface de près de 400 mètres carrés est tombée à l’extérieur de l’enceinte, sans faire de blessés graves. Trois ambulances ont été dépêchées sur les lieux, ainsi que des pompiers et des policiers de la gendarmerie cantonale et de la police de l’ouest lausannois.

Vent de panique ce vendredi matin autour de la Vaudoise aréna à Malley-Lausanne. Peu après 10h00, une partie du faux-plafond de la nouvelle patinoire s’est effondré. Près de 400m2 de matériaux se sont affaissés dans une partie extérieure, destinée aux livraisons.

Trois personnes ont été “très légèrement blessées” indique la Police vaudoise.

Le récit de Jean-Jacques Schilt, Président du Conseil d’administration de la Vaudoise aréna :

Jean-Jacques Schilt
Président du CA, Vaudoise aréna
Jean-Jacques Schilt Président du CA, Vaudoise aréna

On l’a entendu, pas de blessés graves dans cet accident survenu ce matin à la Vaudoise aréna. Mais les trois ouvriers qui se trouvaient dans le secteur qui s’est effondré ont eu une sacrée frayeur.

Le Président de la Vaudoise aréna, Jean-Jacques Schilt :

Jean-Jacques Schilt
Président du CA, Vaudoise aréna
Jean-Jacques Schilt Président du CA, Vaudoise aréna

Le Lausanne Hockey Club doit normalement recevoir le HC Ambri-Piotta samedi soir à la Vaudoise aréna. Le sort de la rencontre est suspendu à la décision des ingénieurs et autres enquêteurs, qui devront dire si l’enceinte est accessible suite à l’accident de ce vendredi matin.

Mais Jean-Jacques Schilt l’assure : le public n’a jamais été mis en danger. La sécurité des spectateurs a toujours été assurée :

Jean-Jacques Schilt
Président du CA, Vaudoise aréna
Jean-Jacques Schilt Président du CA, Vaudoise aréna

On le rappelle, la Vaudoise aréna a coûté 230 millions de francs. La partie “patinoire” a été inaugurée la semaine dernière. Les piscines ouvriront début 2021.

 

Continuer la lecture

Lausanne

Plateforme 10 prend vie : le MCBA ouvre ce week-end

Publié

le

Le Musée cantonal des Beaux-Arts est fin prêt ! Première institution de Plateforme 10 à voir le jour, le MCBA ouvre ses portes au public ce week-end avec son exposition inaugurale. C’est la fin d’un long feuilleton.

Plus de 10 ans après l’échec dans les urnes du projet de Bellerive et 3 ans après la pose de la première pierre, le MCBA s’apprête à se dévoiler au public sur son nouveau site de Plateforme 10, à deux pas de la gare de Lausanne. Les autorités et les équipes du musée étaient réunies ce mardi pour une visite en avant-première du nouveau bâtiment rempli de ses œuvres. Une journée spéciale pour la conseillère d’Etat en charge de la culture, Cesla Amarelle :

Cesla Amarelle
Conseillère d'Etat, VD
Cesla Amarelle Conseillère d'Etat, VD

L’enthousiasme et l’émotion sont partagés par son collègue de gouvernement, le conseiller d’Etat Pascal Broulis :

Pascal Broulis
Conseiller d'Etat, VD
Pascal Broulis Conseiller d'Etat, VD

La fierté est grande pour les équipes du MCBA. Avec ce déménagement de Rumine à Plateforme 10, c’est une vraie renaissance pour l’institution. Le directeur du Musée cantonal des Beaux-Arts, Bernard Fibicher :

Bernard Fibicher
Directeur du MCBA
Bernard Fibicher Directeur du MCBA

Après tant d’années de discussions, d’élaboration, de construction et un intense déménagement, Bernard Fibicher se réjouit d’enfin avoir son musée :

Bernard Fibicher
Directeur du MCBA
Bernard Fibicher Directeur du MCBA

Dès samedi, le public pourra découvrir l’exposition inaugurale « Atlas, cartographie du don ». Elle occupe la totalité des salles du bâtiment et se compose principalement de donations :

Bernard Fibicher
Directeur du MCBA
Bernard Fibicher Directeur du MCBA

Des Dubuffet, un Rodin, des Soulages, des Penone, des Vallotton, les œuvres contemporaines et plus anciennes se mêlent et se répondent au gré des salles et des chapitres de l’exposition. Des œuvres sublimées par ce nouvel écrin. Avec l’inauguration du bâtiment, c’est aussi une nouvelle ambition et même un changement de ligue pour le directeur Bernard Fibicher :

Bernard Fibicher
Directeur du MCBA
Bernard Fibicher Directeur du MCBA

Pour Cesla Amarelle, conseillère d’Etat en charge de la culture, ce bâtiment représente un tournant dans l’approche culturelle du canton :

Cesla Amarelle
Conseillère d'Etat, VD
Cesla Amarelle Conseillère d'Etat, VD

L’ambition dépasse les frontières vaudoises. Les autorités savent que l’inauguration est très observée :

Cesla Amarelle
Conseillère d'Etat, VD
Cesla Amarelle Conseillère d'Etat, VD

Côté chiffres, la construction a coûté quelque 84 millions, dont 34 millions de fonds privés. Le Conseil d’Etat vient par ailleurs de demander au Grand Conseil une enveloppe de 7,6 millions de francs pour la sécurité, une rampe d’accès, un restaurant et la transition numérique.

Continuer la lecture

Lausanne

Le budget lausannois toujours plus dans le rouge

Publié

le

Un contexte financier « fragile ». La Ville de Lausanne présente un nouveau budget dans le rouge, avec un déficit de 47 millions 600 mille francs attendu pour 2020.

Le projet présente un total de charges de 1,8 milliard. Globalement, les charges de fonctionnement sont maîtrisées, avec une hausse de 0,3%. Concernant les revenus, la tendance à la baisse amorcée depuis deux législatures se poursuit, avec moins 0,7% prévus en 2020.

Ecoutez le Syndic de Lausanne, Grégoire Junod :

Grégoire Junod
Syndic, Lausanne
Grégoire Junod Syndic, Lausanne

Pour 2020, les investissements de la Ville devraient s’élever à 194 millions de francs. Certains gros projets en chantier depuis plusieurs années sont à bout touchant, comme le Stade de foot de la Tuilière. Une fois terminés, le répit financier ne sera que de courte durée pour Lausanne.

Le Syndic, Grégoire Junod :

Grégoire Junod
Syndic, Lausanne
Grégoire Junod Syndic, Lausanne

Mais alors que le contexte financier est de plus en plus tendu, Lausanne propose une baisse symbolique de son coefficient d’impôt. L’annonce a été faite ce matin, par la Municipalité in corpore. Au final, c’est une diminution d’un point et demi qui attend les lausannois l’année prochaine.

Les explications de Grégoire Junod, Syndic :

Grégoire Junod
Syndic, Lausanne
Grégoire Junod Syndic, Lausanne

Notez encore que la dette nette de la Ville devrait encore prendre l’ascenseur l’année prochaine, en raison de l’insuffisance d’autofinancement. La dette nette grimpera de 137 millions, pour atteindre 2 milliards 170 millions.

 

Continuer la lecture

Lausanne

La gare de Lausanne prépare sa mue

Publié

le

Les grands travaux de la gare de Lausanne se préparent. Les CFF, le canton de Vaud et la Ville de Lausanne ont présenté le projet et son calendrier ce vendredi matin. La gare doit devenir un véritable « hub de mobilité », important pour Lausanne mais aussi au-delà des frontières vaudoises.

Le nœud ferroviaire lausannois est aujourd’hui saturé. Il doit être adapté à la croissance économique et démographique. Dans le cadre du projet Léman 2030, la gare verra sa capacité doubler pour accueillir 200’000 passagers par jour. Les places assises seront doublées, les trains seront allongés. Pour absorber l’afflux, la gare doit donc être totalement adaptée. Les quais seront étendus à 420 mètres. Les passages inférieurs seront reconstruits et élargis. Les travaux devraient démarrer en novembre 2020. Nuria Gorrite, présidente du Conseil d’Etat et cheffe du Département des infrastructures.

Nuria Gorrite
Présidente du Conseil d'Etat VD
Nuria Gorrite Présidente du Conseil d'Etat VD

Les adaptations se feront donc par étapes afin de garantir l’accessibilité et de réduire les nuisances. Peter Jedelhauser est le directeur du programme Léman 2030

Peter Jedelhauser
Directeur Léman 2030
Peter Jedelhauser Directeur Léman 2030

Le premier quai rénové devrait ainsi voir le jour en 2023. La circulation des trains de 400m de long est prévue à l’horizon 2026. La dernière étape concernera la mise en service du métro m3. Cette gare sera à terme une véritable interface entre tous les moyens de transports :

Nuria Gorrite
Présidente du Conseil d'Etat VD
Nuria Gorrite Présidente du Conseil d'Etat VD

Au-delà du périmètre de la gare, c’est tout le quartier de la gare qui sera métamorphosé. Le quartier des musées Plateforme 10 va prendre ses quartiers à l’ouest. Le quartier de la Rasude va se dresser à l’est. La Ville de Lausanne profite de la dynamique pour remodeler la place de la gare. La municipale lausannoise en charge du logement, de l’environnement et de l’architecture, Natacha Litzistorf :

Natacha Litzistorf
Conseillère municipale, Lausanne
Natacha Litzistorf Conseillère municipale, Lausanne

Les voyageurs et les riverains peuvent se donner une idée des futurs aménagements en visitant l’exposition installée dans le hall central de la gare. Elle est visible jusqu’au 2 octobre. Un visiteur de marque était présent ce vendredi matin pour soutenir les travaux de la gare de Lausanne et peut-être s’en inspirer. Le conseiller d’Etat genevois en charge des infrastructures, Serge Dal Busco :

Serge Dal Busco
Conseiller d'Etat, GE
Serge Dal Busco Conseiller d'Etat, GE

Les informations sur les différents projets de Léman 2030 sont à retrouver sur leman2030.ch

Continuer la lecture

Lausanne

Nouvelle journée de grève du climat

Publié

le

Environ 3500 manifestants se sont retrouvés vendredi matin devant la gare à Lausanne pour une nouvelle édition de la grève du climat. (©KEYSTONE/CYRIL ZINGARO)

Plusieurs milliers de militants ont manifesté vendredi à Lausanne en faveur du climat. Une partie d’entre eux a tenté de bloquer le giratoire de la Maladière, à l’entrée de la ville, où ils ont été stoppés par la police.

Cette nouvelle journée de grève du climat a réuni environ 3500 personnes devant la gare de Lausanne, vendredi à 10h00. Les rangs se sont toutefois clairsemés lorsque le cortège s’est mis en route, a affirmé un porte-parole de la police lausannoise, interrogé par Keystone-ATS.

La mobilisation semble ainsi avoir été moins importante que lors des précédentes grèves du climat dans la capitale vaudoise. En mars par exemple, ce sont 10’000 personnes qui avaient participé à cette action à Lausanne.

Contrairement aux précédentes grèves, les manifestants ne se sont pas dirigés vendredi vers la place de la Riponne, sur les hauts de la ville, mais en direction du lac. « Climat de révolte », « Nous devons agir », « Respecte la terre, on ne demande pas la lune », pouvait-on lire sur les pancartes. Les militants arboraient également de nombreux dessins.

Figure habituelle des marches pour le climat, Jacques Dubochet, prix Nobel de chimie en 2017, se trouvait en queue de cortège. Le septuagénaire tenait une banderole où il était écrit « Grand-parents pour le climat. »

Bloqués juste avant la Maladière

À l’approche du lac, le cortège s’est scindé en deux. Une partie s’est déplacée vers les pyramides de Vidy, point de chute de la manifestation. D’autres militants, répondant à l’appel d’Extinction Rebellion, ont poursuivi sur l’avenue de Rhodanie en direction du giratoire de la Maladière.

Non sans mal, la police a fini par bloquer le cortège, à une centaine de mètres du rond-point. Vers 13h30, les militants étaient toujours sur place, tandis que la police tentait de négocier leur départ. La circulation n’était pas entravée dans le giratoire.

Extinction Rebellion Lausanne, qui avait occupé le pont Bessières vendredi dernier de 12h00 à 20h00, avait initialement prévu de bloquer trois ponts lausannois vendredi. Le mouvement a toutefois revu ses plans en se rabattant sur le giratoire de la Maladière, un point névralgique en direction de l’autoroute.

Nouvelle approche

Extinction Rebellion a été soutenu vendredi dans son action par le collectif vaudois pour la grève du climat. Celui-ci a en effet indiqué vouloir se mettre, lui aussi, à la désobéissance civile. Une nouvelle approche qu’il justifie par l’échec des discussions avec le gouvernement vaudois.

« Les grévistes vaudois du climat ont décidé d’interrompre leur collaboration active avec le Conseil d’Etat », écrit vendredi le mouvement vaudois pour la grève du climat dans un communiqué. Dénonçant « l’inertie » du monde politique, il affirme « qu’un changement de système paraît de plus en plus inévitable. »

Pour les mois à venir, les militants vaudois annoncent une multiplication des actions « des plus institutionnelles et habituelles aux plus radicales et insolites. » Ils ajoutent vouloir suivre la voie de la désobéissance civile non violente, et disent déjà préparer la « grève générale économique », programmée en Suisse et à l’international le 15 mai prochain.

Cinq rencontres

Depuis le début de leur mouvement, les grévistes du climat ont été reçus à cinq reprises par le gouvernement vaudois. A l’issue de leur ultime rencontre, début septembre, les militants avaient déjà fait part de leur mécontentement, jugeant « inconsistante » la vision des autorités en matière de réchauffement climatique.

Remontée contre l’accusation d’inaction, la présidente du gouvernement vaudois, Nuria Gorrite, avait alors rétorqué que l’Etat consacrait déjà « beaucoup d’argent » à la défense de l’environnement. « L’état d’urgence n’abolit pas le processus démocratique et le respect des institutions que sont le gouvernement et le parlement. Nous prenons acte à regret que les grévistes ne croient pas à ce processus », avait-elle commenté.

Continuer la lecture

Les Sujets à la Une

X