Rejoignez-nous

Lausanne

Un stand ProSpeciaRara au lieu du marché à Sauvabelin

Publié

,

le

ProSpecieRara cherche à sauvegarder la biodiversité agricole. (Image prétexte - ©KEYSTONE)

Le 8e marché d'automne de ProSpecieRara, prévu le 13 septembre à Sauvabelin, est annulé en raison du coronavirus. A la place, un stand permettra aux intéressés de se renseigner sur les variétés anciennes et de découvrir des recettes à base de produits oubliés. Rendez-vous samedi matin sur la place de l'Europe, à Lausanne.

La ville de Lausanne y présentera son projet Jardins de poche, dernier-né de ses projets nature, indique un communiqué. La population est invitée à créer un jardin au pied d'un arbre, sur un talus ou dans des bacs placés sur des places ou des trottoirs.

En clair, dans un espace aujourd'hui entretenu par la ville et pour lequel il est possible d'obtenir un permis de végétaliser d'une durée d'un an, renouvelable. Ces Jardins de poche sont cultivés avec des fleurs indigènes, des herbes aromatiques, des légumes ou des petits fruits.

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lausanne

L'Auberge de Sauvabelin échappe finalement à la démolition

Publié

le

Construit en bois en 1891, le "pavillon restaurant" de Sauvabelin (à gauche), appelé l'Auberge, a connu plusieurs transformations à travers les années. Il a failli être voué à la démolition. (©Ville de Lausanne)

L'Auberge de Sauvabelin sur les hauts de Lausanne ne sera pas détruite. Confrontée à de nombreuses critiques et une pétition, la Municipalité a décidé de rénover l'établissement historique. Pour ce faire, la Ville va mettre sur pied un processus participatif avec la population.

Rétropédalage sur l’avenir de l’Auberge de Sauvabelin à Lausanne. Située sur les hauts de la ville, elle ne sera finalement pas détruite, mais rénovée. En mai 2019, la Municipalité de Lausanne annonçait sa volonté de « déconstruire » ce lieu « devenu vétuste et en rupture avec le bord des berges renaturées du lac ». À la place devait naître un espace de pique-nique. Municipale en charge de l’environnement et de l’architecture, Natacha Litzistorf reconnaît qu’il y a eu une incompréhension :

Natacha Litzistorf
Municipale en charge de l’environnement et de l’architecture, Lausanne
Natacha Litzistorf  Municipale en charge de l’environnement et de l’architecture, Lausanne

Ce sont les arguments patrimoniaux et émotionnels des opposants qui ont convaincu la municipale.

Natacha Litzistorf
Municipale en charge de l’environnement et de l’architecture, Lausanne
Natacha Litzistorf  Municipale en charge de l’environnement et de l’architecture, Lausanne

L'annonce de la démolition de l'Auberge de Sauvabelin avait créé beaucoup de remous en 2019 : recours, pétitions, interpellation urgente, alors même que la décision faisait suite à une étude citoyenne. Ce changement de plan, est-il un aveu d’échec de l’étude ?

Natacha Litzistorf
Municipale en charge de l’environnement et de l’architecture, Lausanne
Natacha Litzistorf  Municipale en charge de l’environnement et de l’architecture, Lausanne

Pour l’avenir de l’Auberge de Sauvabelin, rien n’est gravé dans le marbre ; une démarche participative va être mise sur pied et le Conseil communal devra se prononcer plusieurs fois encore. A l’heure actuelle, la Municipalité envisage de conserver le corps principal de l’ancien chalet, complété par une extension contemporaine en bois et verre.

Natacha Litzistorf
Municipale en charge de l’environnement et de l’architecture, Lausanne
Natacha Litzistorf  Municipale en charge de l’environnement et de l’architecture, Lausanne

Conséquence : la réalisation des travaux n’est pas envisagée avant décembre 2022. Quant au budget, aucun montant n’est encore avancé par les autorités. En 2019, la démolition et l’installation de la place de pique-nique avaient été devisées à 900'000 francs. C’était d’ailleurs un argument économique avancé par la Municipalité.

Natacha Litzistorf
Municipale en charge de l’environnement et de l’architecture, Lausanne
Natacha Litzistorf  Municipale en charge de l’environnement et de l’architecture, Lausanne

Continuer la lecture

Lausanne

La Ville de Lausanne aménage des espaces d'allaitement au travail

Publié

le

Trois espaces d'allaitement de ce type ont été aménagés dans l'administration communale lausannoise, à la Place Palud, au Flon et à Chauderon. (@Ville de Lausanne)

La Ville de Lausanne promeut l'allaitement au travail. Elle a inauguré cette semaine trois salles d'allaitement destinées à ses collaboratrices de retour de congé maternité. La capitale vaudoise met aussi à disposition du public un espace extérieur dédié à l'allaitement, signalé d'un pictogramme.

La Municipalité vient d'aménager ces trois espaces adaptés, qu'elle a voulu "intimes et confortables", indique-t-elle vendredi dans un communiqué. Ces trois pôles ont été ouverts dans l'administration communale à la Place Palud, au Flon et à Chauderon. Chaque salle est équipée d'un fauteuil confortable, d'une table à langer et d'un petit frigo, précise la Ville.

Celle-ci a également décidé de rendre sa règlementation encore plus favorable à l'allaitement au travail. Elle offre désormais à ses collaboratrices la possibilité de choisir le moment qui leur convient le mieux pour allaiter ou tirer leur lait, que ce soit en début, milieu ou fin de journée.

Par cet assouplissement, les autorités lausannoises visent à augmenter le nombre de collaboratrices qui maintiennent l'allaitement de leur enfant après leur reprise du travail, répondant ainsi à des enjeux importants de santé publique. Il s'agit aussi de favoriser leur réintégration dans la vie professionnelle.

Afin de faciliter aussi l'allaitement maternel en ville, le Bureau lausannois pour les familles met à disposition du public un espace dédié, signalé au moyen d'un pictogramme, ajoute encore la Municipalité. Différents liens ont par ailleurs été noués avec des établissements publics (bibliothèques et musées) et privés (restaurants) pour les inciter à jouer le jeu en offrant un lieu dédié et reconnaissable en affichant un pictogramme.

Continuer la lecture

Lausanne

Le premier directeur de Plateforme 10 sera Patrick Gyger

Publié

le

Plateforme 10 a trouvé son premier directeur en la personne de Patrick Gyger. (Image d'archives - ©KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Patrick Gyger sera le premier directeur général de la Fondation Plateforme 10 à Lausanne. Ce Vaudois de 49 ans va diriger le nouveau pôle muséal à partir du 1er janvier prochain.

Formé en lettres à l'Université de Lausanne, M. Gyger a dirigé de 1999 à 2010 la Maison d'Ailleurs, le musée de la science-fiction à Yverdon, indique mardi l'Etat de Vaud. Il a ensuite pris la tête de Lieu Unique à Nantes en France, un centre de culture contemporaine et pluridisciplinaire.

En 2017, son travail lui a valu d'être nommé Chevalier de l'ordre des Arts et des Lettres par le ministère français de la culture et de la communication.

Désigné par le Conseil d'Etat vaudois, M. Gyger a été retenu parmi 50 postulations nationales et internationales. "Après plus de 22 années passées à diriger et faire rayonner des lieux culturels, il a non seulement les qualités, mais surtout l'envie de développer le site de Plateforme 10 et de lui donner une identité culturelle forte et multidisciplinaire", poursuit le communiqué.

Pour mémoire, Plateforme 10 accueille déjà le Musée cantonal des Beaux-Arts (MCBA) depuis octobre 2019. Le Musée de la photographie de l'Elysée et celui du Musée de design et d'arts appliqués contemporain (mudac) le rejoindront en 2022.

Continuer la lecture

Lausanne

Un lifting à 4,3 millions prévu pour la Pontaise

Publié

le

Le lifting du Stade de la Pontaise doit permettre de réaliser des travaux notamment destinés à assurer la tenue d’Athletissma jusqu’en 2026.(Image d'archive - ©KEYSTONE/Alexandra Wey)

La Ville de Lausanne souhaite offrir un lifting à 4,3 millions de francs au stade de la Pontaise pour garantir la tenue d'Athletissima jusqu'en 2026. Au-delà de cette date, l'avenir du stade n'est pas encore connu: il sera démoli ou réaffecté.

Un peu moins de 4,3 millions. C’est le coût du lifting que prévoit la Municipalité de Lausanne pour le Stade de la Pontaise. Il doit permettre de réaliser des travaux notamment destinés à assurer la tenue d’Athletissma jusqu’en 2026. Il s’agit aussi d’accueillir dans de bonnes conditions la Fête fédérale de gymnastique en 2025 ou Stade-Lausanne-Ouchy qui, dès le déménagement du Lausanne-Sport au nouveau stade de la Tuilière en novembre, va s'installer à la Pontaise. Deux types de travaux sont prévus : ceux de sécurité et ceux pour les athlètes. Patrice Iseli, chef du Service des sports de la Ville de Lausanne :

Patrice Iseli
Chef du Service des sports, Ville de Lausanne
Patrice Iseli Chef du Service des sports, Ville de Lausanne

Que des travaux indispensables. C’est ce que se sont accordé à souligner les autorités lausannoises et le patron d’Athletissima. Ils n’ont pas manqué non plus de souligner le caractère urgent de ces travaux. Car s’ils ne sont pas menés à bien, Athletissima risque de ne plus pouvoir faire partie de l’IAAF Diamond League. Patrice Iseli:

Patrice Iseli
Chef du Service des sports, Ville de Lausanne
Patrice Iseli Chef du Service des sports, Ville de Lausanne

Le projet prévoit notamment d'allonger la piste d'échauffement intérieure, d'agrandir l'anneau de course, de créer une seconde infirmerie et d'aménager un nouveau local antidopage. Une modernisation de l'ensemble de l'alimentation électrique est aussi prévue. Si tous les clubs qui gravitent autour du stade en seront bénéficiaires, c’est Athletissima qui en a impérativement besoin. Jacky Delapierre, patron d’Athletissima :

Jacky Delapierre
Patron d’Athletissima
Jacky Delapierre Patron d’Athletissima

Ce crédit d'ouvrage, qui sera prochainement soumis au Conseil communal, doit permettre de réaliser "des travaux indispensables" pour l'avenir à court terme du stade. D’un montant articulé il y a quelques années encore à 7,6 millions, la facture est désormais d’un peu moins de 4,3 millions. Il a donc fallu faire des concessions. Jacky Delapierre :

Jacky Delapierre
Patron d’Athletissima
Jacky Delapierre Patron d’Athletissima

Et urgence, il y a. C’est ce qu’affirme Jacky Delapierre :

Jacky Delapierre
Patron d’Athletissima
Jacky Delapierre Patron d’Athletissima

Si ces travaux doivent permettre de conserver la Pontaise jusqu'en 2026, son avenir reste flou pour la suite. Elle qui était dévolue à la démolition pourrait être sauvée par un classement des monuments. La décision est attendue dans le courant de l’année prochaine. De fait, le futur lieu d’accueil d’Athletissima au-delà de cette date est également flou. On retrouve Jacky Delapierre :

Jacky Delapierre
Patron d’Athletissima
Jacky Delapierre Patron d’Athletissima

Relevons enfin que ces travaux doivent permettre d’accueillir dans de bonnes conditions la Fête fédérale de gymnastique en 2025. Ils doivent également profiter aux différents usagers du stade, comme le FC Stade-Lausanne-Ouchy qui, dès le déménagement du Lausanne-Sport au nouveau stade de la Tuilière en novembre, va s'installer à la Pontaise.

Un classement potentiel de la Pontaise

Stade de 1954, la Pontaise aurait dû initialement être détruite pour y construire des logements du projet Métamorphose. Sauf qu'une commission scientifique cantonale a proposé en juin dernier de classer l'enceinte. La Pontaise pourrait ainsi être sauvée. Un fait nouveau qui n’est pas sans conséquence pour Lausanne. Oscar Tosato, municipal lausannois en charge des sports:

Oscar Tosato
Municipal en charge des sports, Lausanne
Oscar Tosato Municipal en charge des sports, Lausanne

Quelques pistes pour l’heure uniquement: construction de logements qui intègrent l'anneau du stade, espace pour une patinoire et des courts de tennis, création d'un parc public. Mais une décision de principe de la municipalité n'est pas attendue avant la décision cantonale et donc l'été 2021. Un statu quo temporaire qui a également un impact sur le Stade de Coubertin. Un vaste projet devait en faire le nouvel antre d'Athletissima. Oscar Tosato :

Oscar Tosato
Municipal en charge des sports, Lausanne
Oscar Tosato Municipal en charge des sports, Lausanne

Continuer la lecture

Lausanne

Un Luna Park avec masque

Publié

le

Il faut porter le masque pour participer au Luna Park cette année à Lausanne. (©KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

L'édition 2020 du Luna Park à Lausanne a vécu son premier week-end. Déplacée de mai à septembre, la fête foraine a été maintenue malgré la recrudescence des cas de Covid-19. Le port du masque y est obligatoire pour les plus de 12 ans.

Le masque n'était d'abord que recommandé. Il a toutefois été rendu obligatoire dès vendredi, suite à une décision du médecin cantonal vaudois, comme le rapporte 20 minutes.

Dimanche après-midi, la consigne était majoritairement respectée sur et autour des attractions, a constaté Keystone-ATS. Pour rappeler les règles sanitaires, des panneaux ont été posés et des annonces sont régulièrement diffusées par haut-parleur. Du désinfectant est également proposé à tous les stands.

Annulé fin avril, le Luna Park 2020 a été reprogrammé du 9 au 27 septembre. Les forains y sont toutefois moins nombreux que d'habitude sur la place de Bellerive.

Continuer la lecture

C'était quoi ce titre ?

Les 2 derniers titres

Horoscope du jour

Sagittaire

Vous, assez cool d’ordinaire, vous allez durcir le ton : plus exigeant, plus directif, vous ne laisserez rien passer…

Publicité

Les Sujets à la Une

X