Rejoignez-nous

Lausanne

Une pétition pour garder leur appartement

Publié

,

le

Lors de leur conférence de presse, plusieurs habitants ont témoigné de leur situation. A gauche, le conseiller communal Benoît Gaillard les soutient dans leur démarche.

Les immeubles de l’Avenue du Parc-de-la-Rouvraie 4 et de la Route Aloys-Fauquez 26 à Lausanne doivent être rénovés. La gérance a résilié le bail des quelque 247 locataires. Ils demandent à pouvoir rester dans leur appartement le temps des travaux. Une pétition a été lancée.

Une pétition pour garder leur appartement. Les habitants des 160 logements de l’Avenue du Parc-de-la-Rouvraie 4 et de la Route Aloys-Fauquez 26 à Lausanne se mobilisent. En octobre dernier, ils ont reçu une lettre de résiliation de leur bail. En cause, la nécessité de réaliser d’importants travaux de rénovation et de mise aux normes. Deux options leur sont alors offertes : quitter leur appartement dans un délai de trois mois ou signer une convention de départ définitive donnant droit à une prolongation unique d’une année. La grande majorité des locataires s’oppose à ce congé et lance une pétition. Ricardo Amorim, locataire et représentant des habitants :

Ricardo Amorim
Locataire et représentant des habitants
Ricardo Amorim Locataire et représentant des habitants

Contactée, la gérance Wincasa, qui agit pour le compte du propriétaire, affirme que "les travaux qui vont être réalisés ne permettent pas de retenir la variante avec des rocades entre les appartements pour des raisons techniques, financières et de sécurité". Elle ajoute que "la bailleresse propose des services d'accompagnement pour chaque locataire".

Une nouvelle loi

Touché par le sort de ces habitants, Benoît Gaillard, conseiller communal lausannois, les épaule dans leur combat. Il avance que la nouvelle loi sur la préservation et la promotion du parc locatif pourrait faire la différence :

Benoît Gaillard
Conseiller communal lausannois
Benoît Gaillard Conseiller communal lausannois

A ce jour, plus de 2300 personnes ont signé la pétition papier et Internet. Elle sera remise au Conseil communal et à la cheffe du Département des institutions et de la sécurité. Pour Benoît Gaillard, les autorités doivent faire de ce cas un précédent d'application de la nouvelle loi :

Benoît Gaillard
Conseiller communal lausannois
Benoît Gaillard Conseiller communal lausannois

Pour l’heure, une séance de conciliation a été fixée au mois d’avril entre la gérance et les locataires, soutenus par l'Asloca, ce qui leur accorde un petit délai supplémentaire.

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lausanne

Lausanne gagne le label de "Commune en Santé"

Publié

le

La Ville de Lausanne a reçu le label Commune en Santé. (©Laurent Kaczor/Ville de Lausanne)

Lausanne auréolée du label « Commune en Santé ». C’est le Centre universitaire de médecine générale et de santé publique Unisanté qui le lui a décerné. Cette certification représente une reconnaissance officielle de l’engagement de la Ville pour la promotion de la santé et la prévention.

Lausanne certifiée « Commune en Santé ». La capitale vaudoise vient de recevoir ce label de la part du Centre universitaire de médecine générale et de santé publique Unisanté. Elle est, en plus, auréolée de la note maximale de trois étoiles. Cette certification représente une reconnaissance officielle de l’engagement de la Ville pour la promotion de la santé. Onze communes vaudoises la possèdent déjà. Parmi elles, Chavannes-près-Renens, Renens, Ecublens, Gland, Sainte-Croix, Bercher ou encore Montagny-près-Yverdon. Mais Lausanne est la première grande ville romande à recevoir ce label. Myriam Pasche, co-cheffe du Département promotion de la santé et préventions à Unisanté:

Myriam Pasche
Co-cheffe du Département promotion de la santé et préventions à Unisanté
Myriam Pasche Co-cheffe du Département promotion de la santé et préventions à Unisanté

Mais plus que de dresser des lauriers, le label donne des pistes d’amélioration. La municipale lausannoise Natacha Litzistorf dit en avoir pris note pour la suite:

Natacha Litzistorf
Municipale de Lausanne, en charge du logement, de l'environnement et de l'architecture
Natacha Litzistorf  Municipale de Lausanne, en charge du logement, de l'environnement et de l'architecture

79 catégories composées de 250 mesures en matière de promotion de la santé et de prévention ont été validées par Unisanté. Parmi elles, les actions en faveur des seniors et des enfants, la campagne contre les perturbateurs endocriniens ou le harcèlement de rue ou encore la politique agricole urbaine. Grégoire Junod, syndic de Lausanne, se réjouit de l'obtention de ce label qui offre un état des lieux de la situation lausannoise:

Grégoire Junod
Syndic de Lausanne
Grégoire Junod Syndic de Lausanne

Le poids des villes en matière de santé publique

Pour obtenir ce label, un grand nombre de critères sont passés au crible. Myriam Pasche:

Myriam Pasche
Co-cheffe du Département promotion de la santé et préventions à Unisanté
Myriam Pasche Co-cheffe du Département promotion de la santé et préventions à Unisanté

Et si l’impact des villes en matière de santé publique peut paraître périphérique, c’est une erreur de penser ainsi, selon Myriam Pasche:

Myriam Pasche
Co-cheffe du Département promotion de la santé et préventions à Unisanté
Myriam Pasche Co-cheffe du Département promotion de la santé et préventions à Unisanté

La santé publique n’est pas un des domaines de compétences spécifiques communales, mais une donnée transversale. C’est là une des difficultés de son application, selon Grégoire Junod:

Grégoire Junod
Syndic de Lausanne
Grégoire Junod Syndic de Lausanne

Pour autant, recevoir un label « Commune en Santé » en temps de pandémie, n’est-ce pas un peu ironique ? C’est la question posée à Grégoire Junod:

Grégoire Junod
Syndic de Lausanne
Grégoire Junod Syndic de Lausanne

Développé par Promotion Santé Valais, le label "Commune en Santé" est proposé dans les cantons de Vaud, Genève, Fribourg, Jura et du Valais.

Continuer la lecture

Lausanne

400 élèves d'une école professionnelle évacuée

Publié

le

Le dispositif a pu être levé en début d'après-midi, après plusieurs heures de fouille. (KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Une fausse alerte à la bombe a entrainé mercredi matin l'évacuation de l'Ecole professionnelle commerciale de Lausanne. Environ 400 élèves ont dû quitter leurs classes.

"L'alerte a été signalée vers 08h00. Une évacuation a été ordonnée et les 400 élèves sont sortis dans le calme", explique Sébastien Jost, porte-parole de la police de Lausanne. Un important dispositif a été mis en place, impliquant notamment un périmètre de sécurité.

Une vingtaine de policiers ont été engagés. Les agents lausannois ont reçu l'appui de l'unité de déminage de la police cantonale afin de procéder à la fouille et au contrôle du bâtiment. Le dispositif a été levé vers 13h45, a précisé la police lausannoise.

Une enquête est en cours pour retrouver l'auteur de la fausse alerte. La police rappelle que cette personne s'expose à des poursuites pénales, notamment pour menaces alarmant la population.

Continuer la lecture

Lausanne

Près de 11'000 interventions pour le SPSL en 2020

Publié

le

En mai 2020, les pompiers lausannois étaient intervenus pour évacuer un but de football après un match où près de 1000 jeunes avaient bravé une interdiction de rassemblement. (©KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

A Lausanne, les services de secours et de sauvetage n'ont pas chômé en 2020. Ils ont réalisé près de 11'000 interventions d'urgence. Les pompiers ont été un peu moins sollicités durant le semi-confinement du printemps. Le nombre de jours de service des astreints à la protection civile (PCi) a, lui, quadruplé.

L'année a été dense pour le Service de protection et sauvetage de la ville de lausanne (SPSL). En janvier, l'ensemble du service a été engagé dans le cadre de "Lausanne en Jeux" et sur les différents sites des Jeux olympiques de la Jeunesse (JOJ). Et, dès février, il a rempli de nombreuses missions en lien avec la pandémie de Covid-19.

Aussi la PCi

La protection civile, via ses organisations régionales de Lausanne-District, Ouest lausannois et Lavaux-Oron, a réalisé plus de 200 missions au sein des hôpitaux, des EMS et au centre funéraire de Montoie. En coordination avec le service social de la ville, elle est aussi intervenue auprès des personnes précarisées.

Son nombre de jours de service a quadruplé par rapport à 2019, pour atteindre les 20'255 jours. Cette hausse est en grande partie due aux prestations fournies dans le cadre du Covid-19, a expliqué à Keystone-ATS Michel Gandillon, remplaçant du chef de la division communication.

Pompiers et ambulanciers

Les sapeurs-pompiers sont intervenus à 1790 reprises, en léger recul (-9,1%) en raison du semi-confinement du printemps. "Il y avait moins de monde sur les routes, dans les entreprises. L'activité tournait au ralenti", rappelle M. Gandillon. Les ambulanciers ont effectué 9049 interventions d'urgence et de sauvetage (+ 1,9%).

Les secours ont pris des mesures organisationnelles de manière à éviter au maximum les quarantaines et les cas de Covid-19 dans leurs effectifs. "Chez les pompiers par exemple, ceux qui entrent ne croisent plus ceux qui sortent. Nous essayons de limiter au maximum les contacts", explique M. Gandillon. Un soin tout particulier est accordé à la désinfection du matériel.

Il y a eu "quelques cas" de Covid-19 chez les ambulanciers et les sapeurs-pompier. "Mais nous avons toujours pu assurer les interventions. Nous n'avons pas eu besoin de demander de l'aide ailleurs", a ajouté le porte-parole.

Continuer la lecture

Lausanne

La zone piétonne du quartier "Pré-du-Marché" sera étendue

Publié

le

La zone piétonne du quartier Pré-du-Marché sera étendue. Une desserte en boucle entre le chemin des Cèdres, la rue Saint-Roch et le nord de la rue Pré-du-Marché est prévue pour le trafic routier. (ARCHIVES - ©KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

La Municipalité de Lausanne a décidé d’étendre la zone piétonne de la rue Pré-du-Marché. Différents aménagements viseront à augmenter la convivialité du quartier. Le premier coup de pioche aura lieu en février prochain pour une mise en service agendée à l’été 2022.

Afin de faire suite aux requêtes des riverains, la Ville s’est engagée début 2019 dans un projet de piétonisation du quartier, indique-t-elle lundi dans un communiqué. La démarche s’est articulée autour d’un processus participatif.

La zone piétonne sera étendue jusqu’au carrefour avec la rue Saint-Roch et sur l’entier de la rue du Clos-de-Bulle. Le sol sera pavé et complété par des bandes lisses pour les fauteuils roulants et poussettes. De nouveaux bancs et des terrasses étendues apporteront confort et convivialité, selon la Ville. Enfin, un jeu d’eau, des arbres majeurs et de la végétation basse animeront le nouvel espace.

L’accessibilité cycliste est garantie et l’offre en stationnement vélo renforcée. En dehors du secteur piétonnier, le schéma de circulation du quartier évoluera de pair avec une desserte en boucle entre le chemin des Cèdres, la rue Saint-Roch et le nord de la rue Pré-du-Marché.

La Ville profitera des travaux prévus en surface pour améliorer les réseaux souterrains. Les accès aux commerces et à la place de jeux seront maintenus, de même que les accès riverains vers les parkings privés.

Continuer la lecture

Elections communales VD 2021

L'UDC axe sa campagne sur l'emploi et le respect des lois

Publié

le

Responsable presse de la campagne UDC Lausanne, Fabrice Moscheni a présenté vendredi le programme politique pour les communales du 7 mars, axé sur l'emploi et la sécurité (archives - KEYSTONE/CYRIL ZINGARO)

L'UDC lausannoise a présenté vendredi son programme politique en vue des élections communales du 7 mars. Elle défend deux axes prioritaires: l'emploi et le respect des lois. Elle lance cinq candidats à la Municipalité et quatorze candidats au Conseil communal.

A ce jour, le parti n'est jamais parvenu à entrer dans l'exécutif lausannois et son meilleur score au législatif est de quatorze sièges. C'est donc avec une ambition modeste que l'UDC se présente à ce scrutin communal dans la capitale vaudoise.

"Notre ambition se situe plus au niveau de nos idées et propositions", a affirmé devant la presse Fabrice Moscheni, conseiller communal, responsable presse de la campagne, ex-président de l'UDC Vaud et lui-même candidat à la Municipalité. "Nous voulons une ville de Lausanne durable économiquement, financièrement et socialement", a-t-il résumé.

"Les deux fils rouges seront l'emploi et le respect des lois, deux thèmes oubliés par l'actuelle majorité de gauche. Nous voulons particulièrement soutenir les commerçants et les indépendants, mal représentés par l'exécutif lausannois", explique-t-il.

Tolérance zéro face aux dealers

Parmi les mesures économiques en tête de liste: permettre aux commerces locaux qui le désirent de rester ouverts le jeudi et le vendredi jusqu'à 21h00 et offrir la gratuité des transports publics le samedi sur présentation d'un ticket de caisse d'un commerce lausannois.

S'agissant de la sécurité, deux propositions retiennent l'attention. L'UDC Lausanne veut punir les insultes aux forces de l'ordre par une amende automatique de 500 francs. Elle souhaite aussi mettre en place une politique de tolérance zéro face aux dealers et à la petite criminalité. Le parti dénonce la "politique schizophrène" de la Ville en la matière.

"Il faut une réponse judiciaire plus rapide à l'infraction et une interdiction de périmètre", détaille Valentin Christe, conseiller communal, ex-président de cet organe et candidat à la Municiaplité.

A contre-courant sur la mobilité

Le parti s'affiche à contre-courant sur la mobilité par rapport aux autres partis. Il veut non pas supprimer des places de parc mais en créer 1000 dans toute la ville. Il veut aussi stopper le développement "anarchique" des pistes cyclables. "Halte à l'hystérie anti-voiture", scande-t-il.

Son programme de législature 2021-2026 prévoit encore par exemple une baisse de 10% de la rémunération des élus ainsi qu'une diminution de l'impôt communal de trois points. Il s'agit de rendre le pouvoir d'achat aux citoyens et de s'opposer à la création ou l'augmentation de taxes, selon les responsables.

Quid des questions climatiques, environnementales et énergétiques, peu présentes dans le programme? "Ces thèmes-là ne sont pas oubliés. Ils sont traités via nos mesures sur l'emploi et l'économie", assure M. Moscheni. "Nous ne voulons pas d'une écologie castratrice mais d'une écologie optimiste, où l'évolution technologique permet de résoudre les problèmes climatiques", dit-il.

Aux côtés de MM. Moscheni et Christe, les trois autres candidats à la Municipalité sont Patrizia Mori, spécialiste de questions bancaires et financières, Nicola Di Giulio, enquêteur de police et vice-président du conseil communal, et Yohan Ziehli, juriste, collaborateur scientifique à l'UDC Suisse et vice-président de l'UDC Vaud.

Continuer la lecture

C'était quoi ce titre ?

Les 2 derniers titres

Horoscope du jour

Poisson

Bonne période sur le plan financier en ce moment. Vous n'avez aucun souci à vous faire de ce côté-là !

Publicité

Les Sujets à la Une

X