Rejoignez-nous

Vaud

Le canton de Vaud veut encourager la lecture

Publié

,

le

Plus de 100'000 personnes ont participé lundi matin à l'opération "Le bruit des pages" dans les écoles vaudoises, comme ici à Nyon. (©Keystone/LAURENT GILLIERON)

Plus de 100'000 livres se sont ouverts en même temps lundi matin dans les établissements scolaires vaudois. Cette opération a lancé une campagne de mobilisation du canton pour (re)donner le goût de la lecture aux jeunes.

Intitulée "Le bruit des pages", l'action s'est déroulée dans les 93 établissements scolaires vaudois. A 10h10 précises, les élèves, mais aussi les enseignants et le personnel de l'administration, ont lu le livre de leur choix durant dix minutes. "L'objectif est d'offrir une respiration dans la journée et d'apprendre le plaisir de découvrir un texte", a expliqué la conseillère d'Etat Cesla Amarelle.

La cheffe du Département de la formation, de la jeunesse et de la culture (DFJC) a elle-même participé à l'opération depuis l'établissement primaire Nyon Léman, où elle a lu quelques pages de "L'Appel de la forêt" de Jack London. "J'ai découvert ce livre à 10 ans et cela a été une vraie révélation", a-t-elle dit avant de s'asseoir au milieu des élèves présents à la bibliothèque de l'école.

Ce genre d'action, qui existe déjà à l'étranger et dans certaines écoles vaudoises, est appelé à se reproduire dans le maximum d'établissements du canton, a poursuivi Mme Amarelle. "Il faut maintenir cette activité de lecture vivante", a-t-elle prôné, soulignant la "tendance lourde" et "préoccupante" qui voit les adolescents se détourner de plus en plus des livres. "Ce sont les 13-16 ans qui sont les plus concernés", a-t-elle précisé.

Toute lecture bienvenue

La ministre socialiste a insisté sur la "place centrale" de la langue écrite. "Le fait de lire et écrire ouvre les portes du savoir et permet d'avoir une autonomie sociale, citoyenne et professionnelle. C'est aussi une forme d'expression culturelle majeure", a-t-elle remarqué.

Outre l'action "Le bruit des pages", Cesla Amarelle a présenté d'autres recommandations faites aux établissements scolaires: coupler deux périodes consécutives de français pour avoir le temps de lire en classe, organiser des ateliers d'écriture créative, développer les bibliothèques et les coins lectures dans les écoles, encourager la pratique du théâtre et de la poésie.

La conseillère d'Etat a aussi insisté sur l'importance du choix des lectures. "Il ne faut pas stigmatiser ceux qui préfèrent lire par exemple une BD ou un site internet. Toute forme de lecture est essentielle", a-t-elle indiqué. Elle a ajouté que pour de nombreux adolescents, le livre était trop souvent perçu comme un simple objet d'étude. "Il faut transmettre cette capacité à aimer un livre", a-t-elle déclaré.

Aussi sur internet

Pour la cheffe du DFJC, les médias sociaux peuvent aussi s'avérer utiles pour autant que leur utilisation soit cadrée. Elle a ainsi cité les exemples de la Twictée (courte dictée sur Twitter) ou de Booktube (partage de coups de coeur littéraires sur Youtube).

Alors que l'illettrisme frappe 10 à 15% de la population adulte en Suisse, le canton de Vaud ne veut pas limiter son action aux seules écoles. Cesla Amarelle a rappelé qu'il était aussi important de soutenir tous les acteurs du livre.

Cela passe notamment par des bourses d'écriture, une aide ponctuelle aux maisons d'édition, un soutien aux manifestations culturelles ou une mise à disposition des livres via les bibliothèques, a-t-elle détaillé.

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lausanne

Les travaux du tram Lausanne-Renens débuteront cet automne

Publié

le

Après des années de blocage, le projet de tramway Lausanne-Renens et de Bus à haut niveau de service (BHNS) peut enfin entrer dans leur phase concrète, avec l'entrée en force définitive et complète du permis de construire. (©Keystone/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)
Après des années de blocage devant les tribunaux, la construction du tramway entre Lausanne et Renens devient réalité. Des travaux préparatoires vont débuter cet automne à Renens et à Crissier pour la mise en double sens de l'avenue du 14 Avril. En parallèle, des études pour trouver des solutions alternatives à la controversée rampe routière Vigie-Gonin sont en cours.

La longue procédure juridique du projet du tram Lausanne-Renens avait trouvé son épilogue à fin février dernier. Si le Tribunal administratif fédéral (TAF) avait rejeté deux recours contre la liaison routière Vigie-Gonin et donné son feu vert au défrichement de la forêt du Flon, le gouvernement vaudois avait décidé le même jour de ne pas concrétiser son plan initial, abandonnant ainsi cette rampe et, surtout, préservant la forêt du Flon.

Symbole de la lutte pour la sauvegarde de cette forêt, Guillaume Morand, dit Toto Morand, s'était alors engagé à ne pas recourir contre l'arrêt du TAF, satisfait de la décision de l'Etat de Vaud. Après des années de blocage, le projet de tramway et de Bus à haut niveau de service (BHNS) pouvait donc enfin entrer dans leur phase concrète, avec l'entrée en force définitive et complète du permis de construire.

Quatre à cinq ans de travaux

Les Transports publics de la région lausannoise (tl), le canton et les communes s'engagent côte à côte pour démarrer le chantier le plus rapidement possible, a écrit mardi le Conseil d'Etat dans un communiqué. Dès cet automne, un premier chantier va démarrer dans le secteur de l'avenue du 14 Avril à Renens et de la rue du Jura à Crissier, précise-t-il.

"Ces travaux vont permettre de mettre le trafic routier en double sens sur cet axe pour assurer dans le futur, au tramway et aux bus, une utilisation dédiée au niveau de la Place côté nord de la gare de Renens". Cette première phase de travaux, dite "préparatoire", sera suivie à l'été 2021 par le lancement du chantier du tramway en tant que tel sur le reste du tracé, indique le canton. Il devrait durer environ quatre ans et demi.

En parallèle, les études et les discussions avec les partenaires - milieux économiques et commerçants lausannois - pour identifier des alternatives à l'infrastructure de la rampe Vigie-Gonin au centre-ville se poursuivent, ajoute le gouvernement vaudois.

Le Conseil fédéral a en outre décidé le 19 juin dernier de modifier la concession du tramway Lausanne-Renens pour permettre le prolongement de la ligne jusqu’à Villars-Ste-Croix, annonce l'Etat de Vaud. Celui-ci salue une "heureuse perspective"pour le tramway, "acteur majeur de la mobilité de demain dans le contexte dynamique et en plein essor de la ceinture ouest de la capitale vaudoise".

Continuer la lecture

Vaud

Un nouveau gymnase à Bussigny et des classes provisoires à Etoy

Publié

le

Une partie des bâtiments et des installations sportives de l'école privée GEMS World Academy Switzerland, à Etoy, accueillera des classes gymnasiales dès la prochaine rentrée scolaire. (Image d'archive - ©Keystone/SALVATORE DI NOLFI)
Pour faire face à la croissance démographique et l'attractivité de la filière gymnasiale, le canton de Vaud va ouvrir deux sites de gymnase, l'un temporaire à Etoy pour la prochaine rentrée scolaire et l'autre, nouveau, à Bussigny, pour la rentrée 2021. Ils pourront accueillir ensemble quelque 1000 élèves.

"La croissance démographique du canton alliée aux choix d'orientation des jeunes au sortir de l'école obligatoire ont entraîné une augmentation du nombre d'élèves dans les gymnases vaudois de près de 24% (+2450) depuis 2012", a expliqué mardi le gouvernement vaudois dans un communiqué. La situation de pénurie qui prévalait avant la crise actuelle se trouve aggravée par les effets des mesures prises contre le coronavirus, affirme-t-il.

Dans l'attente des constructions en cours à Burier (+19 classes) et Payerne (+19 classes) notamment, la location des locaux déjà équipés s'est imposée comme la solution la plus rapide à mettre en œuvre, écrit le canton. Deux occasions se sont présentées: l'une sur la commune d'Etoy, à la suite de la fermeture de l'Ecole privée GEMS, et l'autre sur la commune de Bussigny, nécessitant le réaménagement d'une partie des locaux du centre administratif "Business Village".

Etoy rattaché à Nyon

Les services compétents étudient actuellement les adaptations nécessaires pour que la partie est du bâtiment d'Etoy puisse accueillir, dès la rentrée d'août 2020, entre dix et douze classes et leurs salles spéciales pour environ 250 élèves. Celles-ci seront rattachées au Gymnase cantonal de Nyon et supervisées par celui-ci pour l'année scolaire 2020-2021.

Pour cette période de transition, le loyer et les coûts d'exploitation font l'objet d'une demande de crédit supplémentaire de 2,8 millions de francs au budget 2020, sans compter l'engagement du personnel enseignant et administratif estimé à environ 20 postes équivalent temps plein.

Bussigny: près de 14 millions de francs

Sur le site "Business Village" en pleine restructuration, l'Etat de Vaud établira le nouveau Gymnase cantonal de Bussigny. Avec le soutien de la commune de Bussigny, associée au projet, il louera une surface d’environ 9000 m2 pour une durée de dix ans au moins et financera une partie des travaux d'aménagement du propriétaire.

Le Conseil d'Etat sollicite pour ce faire un crédit d'ouvrage de 13,95 millions de francs auprès du Grand Conseil. Pour la rentrée d'août 2021, ce nouveau gymnase pourra accueillir jusqu'à 800 élèves, répartis entre 30 salles de classe, treize salles de sciences et douze autres salles spéciales.

Avant la mise en fonction de la ligne de tram entre Renens et Villars-St-Croix, le site du gymnase sera relié par les lignes de transports publics urbains 17 à Renens-Gare et 91 à Bussigny-Gare. Un renfort de ces lignes de bus et un décalage des horaires de cours sont prévus pour assurer une bonne desserte qui profitera aussi à la population.

En parallèle, le canton de Vaud poursuit ses travaux pour implanter de nouveaux gymnases cantonaux à Aigle et Echallens, rappelle-t-il.

Continuer la lecture

Vaud

Morges accueille la biopharma Incyte

Publié

le

Le Syndic de Morges Vincent Jaques se réjouit de l'arrivée d'Incyte dans sa commune. (ARCHIVES - ©KEYSTONE/VALENTIN FLAURAUD)
Morges accueille Incyte sur son sol. La société biopharmaceutique a inauguré lundi soir son nouveau siège européen à la Rue Docteur-Yersin.

Ce nouveau site est appelé Campus Léman. Il est situé dans l'ancien bâtiment de Pasta Gala, l'ex-usine à pâtes de Coop fermée en 2014. Le groupe américain accueillera plus de 150 employés dans ses nouveaux locaux. Ces collaborateurs d’Incyte seront notamment chargés de la réglementation, du développement clinique ainsi que des opérations commerciales et techniques.

L’implantation de la biopharma sur les bords du Léman a notamment été soutenue par les autorités vaudoises et le service de développement économique du canton.

La Ville de Morges y a aussi contribué. Ecoutez la satisfaction du Syndic, Vincent Jaques :

Vincent Jaques
Syndic de Morges
Vincent Jaques Syndic de Morges

La Ville de Morges salue donc l’arrivée d’Incyte sur son sol. Même si accueillir des multinationales n’est pas son objectif numéro 1.

Vincent Jaques, Syndic de Morges :

Vincent Jaques
Syndic de Morges
Vincent Jaques Syndic de Morges

Notez qu’Incyte a déjà investi 100 millions fin 2017 pour installer son nouveau site de production à Yverdon-les-Bains.

Continuer la lecture

Vaud

Un déficit de 12 millions pour la Fête des Vignerons

Publié

le

Les recettes de billetterie de la Fête des Vignerons correspondent à un chiffre d'affaires réalisé de 71% pour un objectif fixé à 85%. Le taux de remplissage des représentations nocturnes est de 94%, celui des diurnes de 71%, selon la Confrérie. (Image d'archive - ©Keystone/VALENTIN FLAURAUD)
Longtemps évalué à 15 millions de francs, le déficit de la Fête des vignerons 2019 a finalement pu être limité à 11,8 millions, selon les comptes définitifs publiés mardi matin. Le coût total de la manifestation de Vevey s'élève, lui, à près de 106 millions de francs.

Le total des recettes est d'environ 94 millions de francs et le total des charges de 105'905'776 francs exactement, a indiqué la Confrérie des vignerons dans un communiqué. L'excédent de charges de 11'846'568 francs est intégralement assumé par la Confrérie des Vignerons. Tous les créanciers de la Fête des vignerons 2019 sont honorés ou leurs factures provisionnées, relève le communiqué.

"Je ne peux pas me satisfaire de comptes déficitaires (...) En revanche au vu de la situation de quasi-surendettement que l'on pouvait craindre, je suis aujourd'hui à demi soulagé", a réagi François Margot, abbé-président de la Confrérie des vignerons, sur les ondes de la RTS. Il dit avoir "bon espoir" qu'une nouvelle fête puisse avoir lieu dans "20 ou 30 ans".

Coup de pouce de l'Etat

Si la Confrérie des vignerons, organisatrice de la manifestation, a pu limiter les pertes, c'est grâce à l'aide du canton de Vaud et la contribution de prestataires de service et de fournisseurs. Et elle ne s'en cache pas: "Il est à noter que des remises ou rabais ont été consentis par de nombreux fournisseurs et prestataires. L'ensemble des prestations de sécurité susceptibles d'en bénéficier ont fait l'objet d'une exonération par l'Etat de Vaud".

Sur la RTS, M. Margot a précisé que les rabais des gros fournisseurs ou prestataires, de 5% environ en moyenne, ont permis d'économiser "plusieurs centaines de milliers de francs".

Le Conseil d'Etat a décidé d'exonérer la Confrérie d'un montant de 1,9 million de francs. Ce montant représente notamment les salaires de policiers, de gendarmes ou de pompiers présents pendant la fête. S'agissant des frais de sécurité non exonérables, soit un peu plus de 2 millions de francs, ils ont été entièrement réglés par la Confrérie, avait précisé lundi le canton.

L'Etablissement cantonal d'assurance (ECA) a suivi la décision des autorités vaudoises en renonçant à environ 140'000 francs. Les factures des organisations régionales de protection civile, ainsi que celle de l'Association sécurité Riviera restent encore en suspens.

Parmi d'autres créanciers, la municipalité de Vevey a récemment annoncé qu'elle renonçait à un peu plus de 100'000 francs. Le solde de sa facture, soit quelque 485'000 francs, se fera par un remboursement via une baisse de loyer du bâtiment du Musée historique qui appartient à la Confrérie. Le conseil communal doit encore donner son aval.

Diurnes mitigées

Les comptes arrêtés au 31 décembre 2019 de la Fête des vignerons, qui s'est tenue du 18 juillet au 11 août 2019, confirment aussi définitivement que les représentations du spectacle n'ont pas affiché complet.

Au total, 375'000 billets ont été vendus, dont 20'000 pour la répétition générale payante, pour un objectif fixé à 400'000. Les recettes de billetterie correspondent ainsi à un chiffre d'affaires réalisé de 71% pour un objectif fixé à 85%.

Les comptes détaillés montrent en l'occurrence clairement que la vente de billets des spectacles en journée a été le point faible de cette édition 2019. Le taux de remplissage des représentations nocturnes est de 94%, celui des diurnes de 71% seulement, selon le communiqué.

Retombées économiques

L'impact direct de la manifestation est évalué à 189 millions de francs et l'impact indirect à 138 millions de francs. Au total, ce sont 327 millions de francs de retombées économiques qui ont été générées, soit plus de trois fois le coût total de l'événement, explique aussi la Confrérie se basant sur une étude menée par PricewaterhouseCoopers.

Compte tenu des résultats définitifs, "le constat peut déjà être dressé que les fonds propres de la Confrérie des vignerons se voient réduits de l'excédent de charges qu'elle a provoqué", écrit encore la Confrérie. "Le solde du capital encore à disposition après absorption du résultat négatif de la Fête des Vignerons 2019 permet d'envisager le financement des frais d'exploitation de la Confrérie des Vignerons pour les prochains exercices".

"Des mesures touchant à son fonctionnement devront être prises, avec l'aval de l'Assemblée générale des Consoeurs et Confrères, pour en assurer la pérennité", avertit déjà la Confrérie. "A long terme, la perspective est également de reconstituer les fonds propres".

Continuer la lecture

Vaud

Vaud: 15 ans de prison pour le magnétiseur

Publié

le

Le jugement du magnétiseur-abuseur a été prononcé dans les locaux du Tribunal cantonal vaudois. (Photo d'illustration - ©KEYSTONE/CHRISTIAN MERZ)
Un ancien gendarme français de 66 ans, sévissant du côté d’Orbe (VD), a trompé et abusé sexuellement au moins 18 jeunes femmes sous couvert de les soigner. Ses juges l’ont condamné lundi soir à 15 ans de prison ferme à Lausanne.

Le magnétiseur-abuseur, père de trois grands enfants et qui s’est installé en Suisse en 2000, a été condamné par le Tribunal criminel de l'arrondissement du Nord vaudois. Il est principalement reconnu coupable de viol, acte d’ordre sexuel avec des personnes dépendantes ou incapables de discernement, contrainte sexuelle, extorsion par métier, usure par métier, chantage et abus de détresse.

L’ancien gendarme était jugé pour avoir escroqué et abusé sexuellement pas moins de dix-huit jeunes femmes. Soit un total d’une trentaine d’infractions qui se sont étalés sur une dizaine d’années et ont pris fin avec son arrestation en novembre 2018.

Un prévenu impassible

Le procureur Laurent Contat avait requis 15 ans de prison ferme à l’encontre du "gourou sexuel" à l’issue d’un procès fleuve qui s’était étalé sur une semaine. Le représentant du Ministère public n’avait cependant pas demandé de mesure d’internement mais une interdiction d’exercer de dix ans. Il a été entendu également sur ce point.

L’homme devra aussi verser près de 150'000 francs de tort moral à ses victimes. A l’énoncé du verdict, le sexagénaire, qui n’a toujours concédé que des attouchements "thérapeutiques" ou de rapports sexuels consentis, est apparu impassible. En sortant de la salle, il a toutefois lancé un ironique : "Merci à tous, merci Monsieur le Président !"

Plusieurs de ses victimes se sont quant à elles montrées émues aux larmes. Le procès était délocalisé au Tribunal cantonal de l’Hermitage à cause de la pandémie de Covid-19.

Continuer la lecture

C'était quoi ce titre ?

Les 2 derniers titres

Horoscope du jour

Gémeaux

Quelqu’un de votre entourage vous dissimule certaines choses ? Au lieu de ressasser tout ça, demandez-lui.

Publicité

Les Sujets à la Une

X