Rejoignez-nous

Vaud

Le CHUV cherche 50 femmes prêtes à accoucher chez elles

Publié

,

le

Le CHUV à Lausanne a lancé une étude pour comparer le microbiome des patientes accouchant à la maison avec celui des femmes le faisant à l’hôpital. Il recherche une cinquantaine de futures mamans désireuses de participer et qui donneront naissance à domicile.

« Le CHUV est très intéressé par tous les accouchements physiologiques, raison pour laquelle une maison de naissance va bientôt y voir le jour », explique David Baud, chef du service d’obstétrique du Centre hospitalier universitaire vaudois.

« Les femmes sont de plus en plus nombreuses à penser que les accouchements moins médicalisés, c’est mieux. Dans un hôpital universitaire, nous aimons bien des preuves scientifiques », note le professeur.

Univers idéal?

Son laboratoire part du constat que, quand les mères accouchent à la maison, elles le font parmi une grande diversité de microbes familiers. A l’hôpital, pauvre en bactéries et « inhospitalier », c’est l’inverse.

La naissance à domicile serait-elle ainsi l’univers idéal pour l’avenir de bébé? Etre exposé tôt aux bactéries du milieu familier permettrait-il d’éviter les allergies? Ce sont les questions auxquelles l’étude veut tenter de répondre, explique le chef de la maternité.

Moins d’allergies

Selon des études réalisées aux Pays-Bas où un quart des accouchements se déroulent à domicile, à six ans, les enfants qui sont nés à la maison ont moins d’allergies alimentaires, moins d’eczéma cutané que ceux nés en milieu hospitalier. L’hypothèse est que les bactéries auxquelles ils ont été exposés au début de leur vie ont été beaucoup plus variées qu’à l’hôpital, milieu stérile.

« On pense que le premier contact entre bactéries et système immunitaire va prédéterminer beaucoup de choses pour la vie future », relève M. Baud. Etre confronté très tôt aux bactéries du milieu familier pourrait renforcer le système immunitaire et permettre par exemple d’éviter les allergies.

Si les micro-organismes qui colonisent l’intestin sont bien connus, ce n’est pas le cas de ceux du vagin ou du sperme, à plus forte raison le microbiome qui colonise le bébé à la maison, constate le scientifique. D’où le lancement de cette étude.

Déjà six volontaires

Pour l’heure, six femmes, dont trois qui ont déjà accouché, participent au projet. L’équipe de David Baud recherche encore dans toute la Suisse romande une cinquantaine de volontaires qui souhaitent accoucher à domicile.

La participation se résume à quelques prélèvements très simples du vagin, de la peau de la maman et du bébé, ainsi que des premières selles de ce dernier, afin de découvrir quelles bactéries le colonisent. Les frottis sont récoltés avant et après la naissance.

Ses propres draps

Envoyé par la poste, le matériel est facile à utiliser. Le fonctionnement est expliqué par une sage-femme. Une équipe se rend rapidement sur place dans les deux jours qui suivent l’accouchement pour chercher les prélèvements, précise le professeur.

A terme, l’objectif est d’offrir aux mamans le spectre d’accouchement le plus large possible, du domicile à la césarienne. Peut-être va-t-on découvrir qu’il faut prendre ses propres draps à l’hôpital, imagine-t-il.

La première étape de l’étude a pour but de comparer les microbiomes. Ensuite, l’idée serait de suivre les enfants sur plusieurs années.

Mouiller sa chemise

Force est de constater que dans la recherche, peu de moyens sont consacrés à la recherche dans le domaine de la femme, de la mère et des nouveau-nés, déplore le spécialiste dont le laboratoire finance lui-même l’étude.

Afin de récolter des fonds pour ce projet et d’autres à venir, le professeur va mouiller sa chemise: le 13 octobre, il tentera de boucler le tour du lac Léman à la course. Chacun de ses pas vaudra un franc. Le patron de la maternité ira aussi loin que les dons le permettent. S’il parvient à récolter 180’000 francs, il parcourra les quelque 180 kilomètres de berges du Léman en courant.

Les dons récoltés sur www.onestepforlife.com vont intégralement à la Fondation pour le perfectionnement et la recherche en gynécologie-obstétrique. Agréée par le CHUV et créée en 1992, elle a notamment pour but de faire démarrer les projets, avant un financement éventuel par le Fonds national de la recherche.

www.onestepforlife.com

(ATS / Keystone – JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vaud

Zakaria, premier militant du climat à passer devant la justice

Publié

le

Une soixantaine de personnes ont manifesté devant le Tribunal des mineurs à Lausanne. (Photo : RB)

C’est le premier activiste du climat à être jugé dans le canton de Vaud. Zakaria D., 17 ans, membre actif du mouvement était convoqué mardi après-midi au Tribunal des mineurs de Lausanne.

Une convocation pour « empêchement d’accomplir un acte officiel ». Lors de la Grève du climat le 15 mars dernier, il s’était introduit avec d’autres manifestants dans les locaux des Retraites Populaires à Lausanne. Malgré les demandes de la Police, ils étaient restés assis dans le hall d’entrée de la société. Zakaria a finalement été dénoncé à la justice.

Non pas selon lui par les Retraites Populaires, mais par la Police.

Ecoutez Zakaria, interrogé quelques minutes avant son audience au Tribunal :

Zakaria D.
Militant de la Grève du Climat
Zakaria D. Militant de la Grève du Climat

Pour soutenir Zakaria, une soixantaine de militants du climat et des membres de partis d’extrême gauche ont protesté devant le tribunal des mineurs.

Selon eux, malgré cette tentative de répression politique menée par les autorités, pas question d’arrêter leur lutte pour le climat.

Jordan Willemin, Président des jeunes POP vaudois :

Jordan Willemin
Président, Jeunes POP vaudois
Jordan Willemin Président, Jeunes POP vaudois

Continuer la lecture

Vaud

Trois morts dans un drame familial à Apples, dont un enfant

Publié

le

Trois personnes, dont un enfant de 13 ans, ont été retrouvées mortes lundi soir 17 juin à Apples. (©KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Trois personnes sont décédées lundi soir 17 juin dans un drame familial à Apples, dont un enfant de 13 ans. Une enquête a été ouverte pour établir les circonstances exactes de ce drame.

C’est un voisin qui a avisé la centrale d’engagement et de transmission (CET) de la police cantonale vaudoise lundi soir vers 21h45. Il s’inquiétait de ne plus avoir de nouvelles de ses voisins, ce qui n’était pas normal. Rapidement dépêchés sur place, les gendarmes ont découvert trois corps, soit un homme et une femme ainsi qu’un enfant de 13 ans.

Selon un communiqué de la Police, il s’agit de ressortissants belges et la thèse du drame familial est privilégiée.

Le procureur de service a été renseigné et s’est rendu sur place. Sous sa direction, les investigations sont menées afin de déterminer les circonstances exactes de ce drame. Elles sont conduites par les inspecteurs de la division criminelle et la brigade scientifique de la police de sûreté.

Ce drame a nécessité l’intervention de deux médecins du centre universitaire de médecine légale (CURML), de 4 patrouilles de la gendarmerie, de la police scientifique, de la division criminelle de la police de sûreté ainsi que l’équipe de soutien d’urgence (ESU).

Continuer la lecture

Vaud

Orages : les dégâts pourraient atteindre 20 millions

Publié

le

Les Sapeurs-Pompiers ont réalisé plus de 400 interventions depuis samedi soir. (Photo : Facebook SDIS Région Venoge)

Vaud a été durement frappé par les intempéries ce week-end. Le violent orage de samedi soir a provoqué d’innombrables inondations, des arbres ont été cassés par le vent, la grêle a ravagé des cultures et la foudre a aussi fait son lot de dégâts. Les dégâts pourraient avoisiner les 20 millions de francs.

Rien que pour le canton de Vaud, ce sont plusieurs centaines d’interventions des Pompiers qui ont été nécessaires suite à cet épisode météo, court, mais très violent. Les Pompiers qui sont d’ailleurs toujours à l’œuvre par endroit, notamment dans la région de Cossonay-Penthalaz. L’une des zones les plus touchées, avec jusqu’à 40 litres d’eau au mètre carré tombé en 2 heures.

Contacté ce lundi après-midi, le Colonel François Iff, Inspecteur cantonal pour les Sapeurs-Pompiers, parle d’une situation exceptionnelle :

Col François Iff
Inspecteur cantonal vaudois, Sapeurs-Pompiers
Col François Iff Inspecteur cantonal vaudois, Sapeurs-Pompiers

48 heures après cet orage, difficile encore de chiffrer précisément le nombre d’interventions réalisées par les services de secours sur le territoire vaudois. Mais rien que pour les Pompiers, ce sont plusieurs centaines de missions qui auront été nécessaires.

Le Colonel François Iff, Inspecteur cantonal vaudois pour les Pompiers :

Col François Iff
Inspecteur cantonal vaudois, Sapeurs-Pompiers
Col François Iff Inspecteur cantonal vaudois, Sapeurs-Pompiers

Nyon qui a été la première région sur sol vaudois à être touchée par l’orage. Avec dès 17h00 samedi soir des torrents d’eau en pleine Ville de Nyon et des inondations de caves en série. Les Communes voisines de Crans-près-Céligny et de Prangins ont aussi été durement touchées.

Les Pompiers du SDIS Nyon-Dôle ont rapidement été sollicités, avec des dizaines d’alarmes en quelques minutes. Mais difficile de tout gérer.

Le Commandant du SDIS Nyon-Dôle, le Major Pierre-Yves Corthésy :

Maj Pierre-Yves Corthésy
Commandant, SDIS Nyon-Dôle
Maj Pierre-Yves Corthésy Commandant, SDIS Nyon-Dôle

Au total, le SDIS Nyon-Dôle a réalisé plus de 70 missions.

Autre région fortement touchée : celle de Cossonay. Ici, les Pompiers du SDIS Région Venoge ont réalisé plus d’une centaine d’interventions. Et tout en haut de la pyramide, le centre de traitement des alarmes de l’ECA Vaud, le 118, qui a été fortement sollicité. La centrale a été rapidement prise d’assaut par plusieurs centaines d’appels de sinistrés. Qui ont parfois dû patienter un certain temps au téléphone.

Le Colonel François Iff, Inspecteur cantonal des Sapeurs-Pompiers vaudois :

Col François Iff
Inspecteur cantonal vaudois, Sapeurs-Pompiers
Col François Iff Inspecteur cantonal vaudois, Sapeurs-Pompiers

Contacté lundi, l’ECA Vaud tire un premier bilan des dégâts provoqués par cet orage. Depuis dimanche, ce sont 250 sinistres qui ont été annoncés à l’Etablissement cantonal vaudois d’assurance. Des dégâts d’inondations, dégâts liés au vent, à la foudre et à la grêle. Mais ce n’est que le début, l’assurance s’attend à en recevoir 10 fois plus dans les prochains jours.

Jean-François Dutruy, responsable du service des sinistres à l’ECA Vaud :

Jean-François Dutruy
Resp. service des sinistres, ECA Vaud
Jean-François Dutruy Resp. service des sinistres, ECA Vaud

L’ECA Vaud invite les sinistrés à réagir et à se manifester rapidement. Si vous avez subi des dégâts suite à l’orage de ce week-end, des inondations notamment, vous pouvez vous rendre sur eca-vaud.ch pour faire votre déclaration de sinistre en ligne. Et il y a une marche à suivre avec tous les détails.

🚨 ⛈ ORAGES – UNE CENTAINE D'INTERVENTIONS ☔️🚨Samedi 15 juin 2019, un violent orage a touché la région de…

Gepostet von SDIS Région Venoge am Sonntag, 16. Juni 2019

La région nyonnaise a été fortement touché par les orages dès 17h. Le SDIS Nyon-Dôle a dû faire face à quelques 70 interventions. Comme une bonne partie du canton a également été impacté, il n’a pas été facile pour les sinistrés de contacter les services de secours. Une soixantaine de sapeurs-pompiers des sites de Nyon, de St-Cergue et de Genolier appuyés par des collègues de Gland-Serine ont travaillé d’arrache pied pour traiter toutes ces interventions.

Gepostet von SDIS Nyon-Dôle am Samstag, 15. Juni 2019

Gepostet von SDIS de la Plaine de l'Orbe am Montag, 17. Juni 2019

 

Continuer la lecture

Lausanne

Les TL inaugurent la très olympique ligne 24

Publié

le

Michel Joye, directeur des Transports publics de la région lausannoise, Virginie Faivre, présidente du comité d'organisation des JOJ 2020, Claudia et Thomas Bach, président du CIO, Nuria Gorrite, présidente du Conseil d'Etat vaudois, Grégoire Junod, syndic de Lausanne, Florence Germond, municipale lausannoise en charge de la mobilité et des finances, Christophe Jemelin, responsable de l'unité Développement de l'Offre des TL. (Photo: D.R.)

La ligne 24 fait son entrée dans l’offre des transports publics lausannois. Depuis aujourd’hui, ce nouveau parcours relie la Bourdonnette à la tour Haldimand, ce qui en fait un peu une ligne olympique puisque le siège du CIO et le Musée olympiques sont desservis.

Une nouvelle ligne de bus à Lausanne. 24, c’est son numéro. Depuis aujourd’hui, ce nouveau parcours relie la Bourdonnette à la tour Haldimand. Un total de douze arrêts qui vont donc longer le lac. La ligne dessert des points d’intérêts majeurs, comme l’Université de Lausanne, la zone de loisirs de Vidy, la piscine de Bellerive, le port d’Ouchy ou encore le Musée Olympique. Autant de points d’attraction qui vont attirer des passagers très divers. Christophe Jemelin, responsable de l’unité Développement de l’Offre des TL :

Christophe Jemelin
Responsable de l'unité Développement de l'Offre des TL
Christophe Jemelin Responsable de l'unité Développement de l'Offre des TL

Parmi les points de desserte, l’arrêt « Siège du CIO » qui, comme son nom l’indique, est situé devant le nouveau siège du Comité Olympique qui sera inauguré dimanche. Avoir une liaison de bus au pas de la porte, une chance selon le président du CIO Thomas Bach :

Thomas Bach
Président du CIO
Thomas Bach Président du CIO

Sur les 12 dessertes, sept nouveaux arrêts ont été construits. Tous répondent aux normes pour les personnes à mobilité réduite.

C’est aussi sur cette ligne que roule le nouveau et premier bus à moteur hybride des TL. Christophe Jemelin, responsable de l’unité Développement de l’Offre des TL :

Christophe Jemelin
Responsable de l'unité Développement de l'Offre des TL
Christophe Jemelin Responsable de l'unité Développement de l'Offre des TL

Concernant cette ligne 24 encore. Un demi-million de voyageurs annuels est attendu. Des réflexions ont d’ores et déjà lieu avec l’Est lausannois pour, à moyen terme, potentiellement prolonger le parcours.

Continuer la lecture

Vaud

Grève des femmes : à vivre avec les reportages de la rédaction

Publié

le

La Conseillère fédérale Simonetta Sommaruga (en rouge) est entourée des 5 femmes du Conseil d'Etat vaudois et d'élèves du Gymnase du Bugnon. (Photo : RB)

Aujourd’hui 14 juin, les femmes se mettent en grève. En grève pour l’égalité de traitement et des chances. A l’image de ce qu’il se passe dans le reste du pays, des centaines d’actions ont lieu dans tout le canton en vue de la grande marche organisée le soir à Lausanne. 

Le coup d’envoi de la Grève des Femmes a été donné depuis la cathédrale de Lausanne. Pour la première fois de l’Histoire, ce sont des femmes qui ont crié l’heure entre 22h et 2h du matin. En 614 ans, cela n’était jamais arrivé. Quatre guettes ont été nommées pour l’occasion. Donatella Romeo les a suivies :

Reportage
Guettes de la cathédrale de Lausanne
Reportage Guettes de la cathédrale de Lausanne

Promesses des autorités, le recrutement du guet de la cathédrale et de son équipe de remplaçants sera désormais ouvert aux femmes.

Sapeurs-pompiers #SPSL en prévention pour l'illumination de la cathédrale à l'occasion de la journée Grève des femmes !#noussommespre #sapeurspompiers (C)2019 {Eric Jaquerod}

Gepostet von Eric Jaquerod am Freitag, 14. Juni 2019

 


 

Une nuit « agitée »

D’autres actions se sont déroulées durant la nuit à Lausanne. Un feu de joie a notamment été allumé sur la place de la Riponne, où les femmes présentes ont été invitées à brûler des objets symboliques. Certaines ont lancé dans le brasier leur soutien-gorge, d’autres des cravates, a rapporté un photographe de l’agence de presse Keystone-ATS, présent sur place.

A Bâle, le logo de la grève a été projeté sur la tour Roche, le plus haut bâtiment de Suisse, a communiqué le syndicat Unia. De nombreuses autres opérations sont prévues tout au long de la journée dans l’ensemble du pays.

La grève est annoncée comme « multiforme et globale », sachant qu’elle interviendra sur les lieux de travail, de vie, de formation et de consommation. « Elle sera adaptée aux possibilités de chacune: croiser les bras un moment ou toute la journée, déranger au lieu de ranger, occuper l’espace public », mentionne l’appel à la grève.

 


 

Forte mobilisation attendue

La grève se veut aussi décentralisée. L’organisation est assurée par une vingtaine de collectifs régionaux, auxquels s’ajoutent des groupes centrés sur des thématiques spécifiques. Les syndicats seront aussi à l’oeuvre durant toute la journée.

Toutes les femmes de Suisse sont invitées à cesser de travailler à 15h24, heure à partir de laquelle elles ne sont plus payées, selon les statistiques de la différence salariale entre femmes et hommes.

Les principales manifestations se dérouleront en fin de journée, comme à Delémont (dès 16h45), Bienne (16h45), Genève (17h), Sion (17h30), Lausanne (18h00), Neuchâtel (18h00) ou Fribourg (18h30). Sur leur site internet, les organisatrices disent s’attendre à une mobilisation « de grande ampleur ».

La presse suisse parle abondamment de la thématique. Le Temps a pour sa part décidé de laisser des cases blanches là où une journaliste devait écrire un article. Le Bot der Urschweiz a quant à lui été rebaptisé la « Botín der Urschweiz ».

Date symbolique

Les origines du mouvement sont multiples, entre persistance des violences sexistes, maintien des discriminations salariales, non-reconnaissance du travail domestique ou domination du modèle patriarcal. « Nous voulons l’égalité dans les faits et nous voulons décider nous-mêmes de nos vies », souligne l’appel à la grève, adopté le 10 mars dernier par les assises nationales à Bienne.

La date du 14 juin n’a pas été choisie au hasard. Elle fait référence à la votation fédérale du 14 juin 1981 qui a approuvé l’article constitutionnel sur l’égalité entre femmes et hommes. Dix ans plus tard, le 14 juin 1991, les femmes suisses avaient déjà fait grève et impliqué 500’000 personnes dans tout le pays.

« Puisque l’on ne nous écoute toujours pas, nous allons faire entendre nos revendications », affirment les organisatrices de cette nouvelle grève dans un manifeste.


 

Les quotidiens romands parlent abondamment de la grève des femmes dans leurs éditions de vendredi. La plupart se sont parés de violet, la couleur du mouvement.

« Suissesses en colère », écrit 24 heures en une. Le quotidien vaudois illustre sa première page avec le dessin d’une femme en violet sur fond jaune, poing dressé en l’air. Plus sobre, la Tribune de Genève titre « Une journée de grève pour exiger l’égalité » avec la photo de manifestantes vêtues en violet.

20 Minutes titre « Hall of femmes » en référence à l’expression anglophone « Hall of fame », temple de la renommée en français. Du côté de Neuchâtel, Arcinfo propose la photo d’une foule de femmes en première page avec le titre « Respect ».

Le Journal du Jura opte lui pour un dessin de presse humoristique, montrant une mère en train d’accoucher à 15h24, heure symbolique à laquelle les femmes ne sont plus payées par rapport aux hommes. « L’étoffe des héroïnes » lance quant à lui le Quotidien jurassien.

Un dessin orne également la une de La Liberté, celui d’une femme en gants de boxe. « Pour que la lutte porte ses fruits », titre le journal fribourgeois. « Grève féministe Jour G », renchérit Le Courrier, qui a abandonné sa traditionnelle couleur rouge pour le violet.

Le Temps montre un dessin où plusieurs hommes sont représentés, mais aucune femme. « Un genre vous manque, et tout un journal est dépeuplé », titre le quotidien. Son édition de vendredi est parsemée de cases blanches, là où une journaliste devait écrire un article.

 


 

Plus d’une centaine de manifestantes ont bloqué vendredi matin à Lausanne le pont Bessières rebaptisé passerELLE Nicole Niquille. Face aux Retraites populaires, elles ont dénoncé un système de rentes conçu pour les hommes.

Sur fond musical, les participantes à la grève des femmes, en majorité jeunes, ont commencé leur blocage vers 8h30, presque au pied de la cathédrale. Pour l’occasion, le pont avait pris le nom de la célèbre alpiniste fribourgeoise.

Avec le système des retraites actuel, les femmes sont « très dépendantes des conjoints », a dénoncé Marine Ehemann, coordinatrice de la grève pour le syndicat SSP. C’est « minimaliste » et « ça ne permet pas aux femmes de vivre », selon la militante qui remet en cause « ce modèle masculin ».

Une affichette collée sur un pilier du pont rappelait qu’une soixantaine de rues portent à Lausanne des noms de personnes illustres, mais que seulement trois d’entre elles sont des femmes. Aujourd’hui, « elles sortent de l’ombre et sont dans la rue ». Le blocage doit prendre fin vers 9h30.


 

A Lausanne,  une flash mob « chorale » à eu lieu à la gare CFF à 10h vendredi matin.

L’hymne des femmes a été chanté par des centaines de voix dans et devant le hall principal de la gare.

Romain Felley y était :

Chorale Grève des Femmes
Gare de Lausanne
Chorale Grève des Femmes Gare de Lausanne


 

Autre événement ce vendredi matin : la présence de Simonetta Sommaruga à Lausanne. La Conseillère fédérale est venue échanger avec une classe du Gymnase du Bugnon, site de l’Ours. Des jeunes qui font partie des lauréats du concours « Toutes 1 Histoire ».

120’000 élèves et étudiants vaudois, de la 1P au post-obligatoire, étaient invités à produire une vidéo d’une minute. Avec comme fil de rouge : discuter du rôle et de la place des femmes en 2019. Une centaine de court-métrages ont ainsi été réalisés pour dénoncer les inégalités, briser les clichés, combattre les injustices, rire ou s’émouvoir de la société et de son fonctionnement.

Co-lauréats du concours, des gymnasiennes du Bugnon ont reçu ce vendredi matin la visite de la Ministre Simonetta Sommaruga et des 5 femmes du Conseil d’Etat vaudois. Au programme : des échanges, sans barrières.

La Conseillère d’Etat en charge de la formation, de la jeunesse et de la culture, Cesla Amarelle :

Cesla Amarelle
Conseillère d'Etat, VD
Cesla Amarelle Conseillère d'Etat, VD

Les gymnasiens présents ont aussi pu discuter avec Simonetta Sommaruga. La Conseillère fédérale qui a notamment relevé l’exception vaudoise : celle d’avoir 5 femmes pour 7 sièges au gouvernement cantonal.

Simonetta Sommaruga
Conseillère fédérale
Simonetta Sommaruga Conseillère fédérale

 


 

Des manifestations ont eu lieu dans l’ensemble de la Suisse et du canton. A Lausanne, Vevey, Renens, Morges, Yverdon ou encore Nyon, des collectifs ont organisé des points de rendez-vous et d’animation dans de nombreuses villes et villages, mais aussi dans les entreprises.

Résumé de cette journée et rencontre avec les manifestantes de Morges et Lausanne.

Reportage
Le 14 juin à Lausanne et Morges
Reportage Le 14 juin à Lausanne et Morges


Point d’orgue de cette journée, le grand rassemblement qui avait lieu à Lausanne dès 18h. Dès milliers de femmes et d’hommes solidaires ont participé à la marche.

(DR/RF/RB/KEYSTONE-ATS)

Continuer la lecture

C'était quoi ce titre ?

Les 2 derniers titres

Horoscope du jour

Lion

Phase épatante sur le plan de votre affirmation personnelle. Les constellations sont de votre côté et vous apportent une aide efficace.

Publicité

Les Sujets à la Une

X