Rejoignez-nous

Vaud

Le Conseil d’Etat veut resserrer son action

Publié

,

le

Le Conseil d'Etat vaudois a présenté ce vendredi son bilan de mi-législature et les défis pour 2020-2022. (KEYSTONE/Salvatore Di Nolfi)

Le Conseil d’Etat vaudois veut intensifier ses efforts ces deux prochaines années. Le gouvernement faisait ce midi son bilan de mi-législature. Il conserve sa feuille de route mais va accélérer certains efforts. 

Parmi les mesures réalisées depuis 2017, le Conseil d’Etat se satisfait notamment de l’adoption de la loi pour lutter contre la violence domestique, du renforcement de l’éducation numérique, de l’entrée en vigueur de la RIE 3 et de son volet social ou encore du chômage en forte baisse depuis le début de la législature. À deux ans des élections cantonales, le Conseil d’Etat estime aussi que sa feuille de route est toujours d’actualité et que certains efforts doivent être intensifiés. Nuria Gorrite, présidente du gouvernement vaudois.

Nuria Gorrite
Présidente du Conseil d'Etat vaudois
Nuria Gorrite Présidente du Conseil d'Etat vaudois

À l’heure où certains mouvements de rue demandent des actions rapides pour répondre à l’urgence climatique, le gouvernement tient à rappeler le cadre institutionnel. Béatrice Métraux, future cheffe du Département de l’environnement:

Béatrice Métraux
Conseillère d'Etat, VD
Béatrice Métraux Conseillère d'Etat, VD

Il n’y a pas que le climat qui compte parmi les défis du Conseil d’Etat. Le gouvernement entend promouvoir le « vivre-ensemble », mais le vieillissement de la population s’impose à lui. D’ici à 2040, les plus de 80 ans devraient doubler dans le canton, ce qui va mettre sous pression notamment le système sanitaire. Rebecca Ruiz, conseillère d’Etat en charge de la santé et de l’action sociale:

Rebecca Ruiz
Conseillère d'Etat, VD
Rebecca Ruiz Conseillère d'Etat, VD

Propos recueillis par Donatella Romeo et Charles Super. Le gouvernement présentera son plan climat cantonal le 8 avril prochain. Il annonce aussi le lancement d’une politique d’aide au développement économique redéfinie, avec notamment des investissements dans les cleantechs. Les détails seront dévoilés le 24 février.

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vaud

Soutien de la Grève du climat: PLR et UDC veulent des réponses

Publié

le

La militante suédoise Greta Thunberg avait notamment participé au sommet "Smile for Future" l'an passé à Lausanne. (©KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)
Le PLR et l’UDC vaudois souhaitent clarifier le soutien financier du canton de Vaud accordé à un événement organisé l’été dernier par la Grève du climat à Lausanne. Des interpellations seront déposées mardi prochain au Grand Conseil.

Les deux partis ont réagi aux déclarations du trésorier de la Grève du climat Vaud, qui a expliqué jeudi matin sur les ondes de la RTS que le Service vaudois de la protection de la jeunesse (SPJ) avait versé 10’000 francs pour l’organisation de Smile For Future. Ce sommet d’une semaine avait réuni environ 400 militants climatiques, dont Greta Thunberg, en août dernier à l’Université de Lausanne.

Le PLR Vaud a souligné dans un communiqué que ce type d’aide est encadré par des dispositions légales, exigeant notamment aucune forme de prosélytisme. Des exigences qui, selon le parti, ne sont pas respectées « lorsque l’on sait que la Grève du climat prône la désobéissance civile. »

L’interpellation du PLR Vaud vise à connaître « les motifs de ce soutien financier » mais aussi à savoir si le Conseil d’Etat était au courant de cette aide.

Plus virulente, l’UDC Vaud a critiqué « ce copinage de gauche qui se sert dans la poche du contribuable ». Elle a qualifié la Grève du climat de « société-écran » qui bénéficie « hypocritement du soutien de l’Etat en créant des structures statutaires aptes à obtenir des financements publics », a-t-elle écrit dans son communiqué.

Aide ponctuelle

Interrogé dans La Matinale de la RTS, le trésorier de la Grève du climat Vaud, Kelmy Martinez, a spécifié que ces 10’000 francs avaient « uniquement servi à financer un événement ponctuel », en l’occurrence le sommet Smile For Future. Il a précisé que cet argent n’avait pas été utilisé ensuite pour la campagne de la Grève du climat au Conseil d’Etat.

M. Martinez, également membre de la Jeunesse socialiste vaudoise, a ajouté qu’il fallait replacer cette aide financière dans un calendrier. « Ce don est intervenu avant qu’on s’engage dans la désobéissance civile dure », a-t-il dit.

Le PLR et l’UDC ont déjà déposé des interpellations mardi dernier au Grand Conseil en lien avec des activistes climatiques. Se référant à un article de 20 minutes, les deux partis ont dit vouloir un éclaircissement sur la situation d’un chef de projet employé par le canton, qui officie aussi comme contact presse pour Extinction Rebellion.

Continuer la lecture

Vaud

Montreux revotera sur le 2m2c

Publié

le

La population de Montreux sera appelée aux urnes pour se prononcer sur la deuxième mouture du projet (archives) (©KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

La population de Montreux (VD) va revoter sur le Centre de congrès (2m2mc). Le Conseil communal a adopté mercredi le nouveau projet de rénovation du bâtiment. Il a décidé dans la foulée de le soumettre au référendum spontané et recommande d’accepter cette deuxième mouture. Le scrutin aura lieu le 17 mai prochain.

Les citoyens montreusiens avaient rejeté le 10 février 2019 lors d’un référendum un projet de rénovation du 2m2c. Le vote avait été annulé par le Conseil d’Etat, car le matériel de vote destiné aux 1397 électeurs étrangers n’avait pas été acheminé en temps voulu. Des recours avaient été déposés, mais la Cour Constitutionnelle avait finalement confirmé début octobre l’annulation du scrutin.

Et étant donné qu’il n’y a pas eu de recours au Tribunal fédéral (TF), la Municipalité a pu aller de l’avant dans ce dossier et présenter un nouveau préavis. Il est le résultat d’une large consultation auprès des partis politiques et comités engagés lors de la première campagne.

Moins cher d’environ 10 millions

Mercredi soir en séance du Conseil communal, les élus de la ville ont d’ailleurs accepté ce projet « bis » par 82 oui, 3 non et 3 abstentions, a indiqué jeudi à Keystone-ATS une porte-parole de la ville, confirmant des informations de plusieurs médias vaudois. Estimé à 78 millions de francs, ce nouveau projet de sécurisation et de rénovation du 2m2c coûtera 10,5 millions de moins que la première mouture refusée il y a un an.

« La diminution du coût aura ses conséquences. Nous ne faisons pas tout le projet tel que présenté, mais nous en gardons l’essentiel, y compris la notion de développement économique, mais surtout la sécurisation et la mise aux normes », résumait l’automne dernier le syndic de Montreux Laurent Wehrli, lors d’une présentation aux groupes de travail.

La deuxième mouture prévoit aussi la création d’une salle pour sociétés locales pour 1,5 million de francs. S’agissant des économies, le projet de restaurant ouvert à l’année sera remplacé par un foyer exploité par un traiteur externe, la jauge du parterre de l’Auditorium Stravinski abaissée de 3500 à 2000 personnes, la rénovation des sanitaires sera abandonnée et le renouvellement d’équipements techniques différé, selon le préavis municipal.

Continuer la lecture

Vaud

Année 2019 faste pour la BCV

Publié

le

Le bénéfice net de la BCV ressort en hausse de 4% sur 2019, à 363 millions de francs, malgré le contexte des taux négatifs (archive (©KEYSTONE/THOMAS DELLEY))

En 2019, tous les voyants sont au vert pour la BCV. La Banque cantonale vaudoise a augmenté ses volumes, ses recettes et sa rentabilité, le tout malgré la pression des taux négatifs. La banque, qui fête cette année son 175e anniversaire, annonce une hausse du dividende et une division de son action par dix pour favoriser les petits porteurs.

La BCV présente ce qu’elle nomme de « très bons résultats », les meilleurs de ces 12 dernières années, les meilleurs de l’histoire de la banque si l’on exclut les années de recapitalisation marquées par des produits extraordinaires. Sur 2019, les revenus sont en hausse de 3% et passent pour la première fois la barre du milliard de francs.Le résultat opérationnel bondit de 4% à 429 millions. Le bénéfice net a gonflé l’an dernier de 4% à 363 millions de francs. Signe des taux négatifs, les dépôts en liquidité augmentent plus vite que les revenus. Chaque franc déposé à la BCV coûte à la banque, quine répercute pas les taux négatifs sur les particuliers ou les PME. Une stratégie qui n’est pour l’instant pas remise en question. Pascal Kiener est le président de la direction générale de la BCV :

Pascal Kiener
CEO, BCV
Pascal Kiener CEO, BCV

Les bons résultats 2019 incitent la BCV à augmenter son dividende. Elle proposera à l’Assemblée générale de le porter à 36 francs par action, contre 35 aujourd’hui. La banque proposera aussi un split de son action. Celle-ci sera divisée par 10 pour favoriser notamment les petits porteurs :

Pascal Kiener
CEO, BCV
Pascal Kiener CEO, BCV

En conférence de presse, Pascal Kiener a aussi affirmé que la division de l’action ne préfigurait pas un désengagement de l’Etat, principal actionnaire. À noter que pour 2020, la BCV s’attend à des résultats dans la continuité, pour autant que la conjoncture ne se détériore pas. La banque a notamment l’œil sur la situation du coronavirus, qui impactera l’économie d’une manière ou d’une autre :

Pascal Kiener
CEO, BCV
Pascal Kiener CEO, BCV

À ce stade, la banque a perçu un ralentissement dans le financement du négoce, mais faible, la Chine n’étant pas le débouché principal. L’activité de crédit des PME pourrait toutefois être concernée à l’avenir, pour les sociétés dépendantes de l’Asie.

Continuer la lecture

Vaud

Nuitées hôtelières en hausse l’an dernier sur sol vaudois

Publié

le

La Fête des vignerons de Vevey a contribué à l'augmentation des nuitées hôtelières dans le canton de Vaud l'an dernier. (Archives/KEYSTONE/BOTT JEAN-CHRISTOPHE)

Le canton de Vaud a enregistré davantage de nuitées hôtelières l’an dernier. Elles ont frôlé les trois millions, affichant une hausse pour la septième année consécutive.

L’année 2019 a permis de comptabiliser 2’959’356 nuitées sur sol vaudois, en progression de 1,6% sur un an, montre jeudi l’Office du tourisme du canton (OTV). Lausanne et Montreux Riviera sont restées les destinations les plus prisées avec respectivement 1’291’966 et 757’733 nuitées.

La demande suisse a été soutenue (+2,7%) et correspond à 45% de l’ensemble des nuitées vaudoises. L’OTV note que la clientèle nationale est sensible aux campagnes marketing en lien notamment avec l’oenotourisme et les activités hivernales. La Fête des vignerons de Vevey a aussi contribué au bon résultat enregistré en 2019.

L’évolution des nuitées en provenance d’Amérique du Nord a aussi été positive avec une forte hausse de 22,7% (159’057 nuitées), ce qui place le marché américain en troisième position derrière la Suisse et la France. Les hôtes chinois et russes ont aussi été plus nombreux. A l’inverse, la tendance est à la baisse pour la France (-5,1%), les pays du Golfe (-21%) ou l’Inde (-2,4%).

Pour Andreas Banholzer, directeur de l’OTV, la nouvelle hausse des nuitées hôtelières « démontre que le canton de Vaud est une destination dynamique qui renouvelle son offre touristique », relève-t-il, cité dans le communiqué. Il se réjouit que le canton puisse recevoir « toujours plus d’événements favorisant le tourisme de loisirs et d’affaires. »

Continuer la lecture

Vaud

Nissan va fermer son siège européen de Rolle

Publié

le

Le processus de fermeture du site de Rolle commence en 2020 et sera terminé en 2022 indique Nissan. (AP Photo/Eugene Hoshiko, File)

Nissan va quitter Rolle (VD). Le constructeur automobile japonais, qui avait déjà coupé dans ses effectifs ces derniers mois, a décidé de fermer définitivement son siège européen situé sur La Côte.

« On va fermer Rolle complètement. Le processus commence en 2020 et sera terminé en 2022 », a annoncé Gianluca de Ficchy, directeur de Nissan Europe, cité par l’AFP à l’issue d’un point presse dans les locaux du groupe à Montigny-le-Bretonneux près de Paris.

« Avoir deux sièges, un en France et un en Suisse, n’était pas très efficace. On a décidé de tout mettre ensemble pour avoir plus d’efficacité sur un seul siège en France », a poursuivi le dirigeant.

Le constructeur, qui avait déjà supprimé 50 postes l’an dernier à Rolle, emploie encore quelques dizaines de personnes en terre vaudoise, contre environ 800 à son siège parisien.

En difficulté sur le marché européen, Nissan a globalement réduit de 1300 personnes ses effectifs sur le Vieux continent sur les douze derniers mois pour atteindre le chiffre de 15’300 collaborateurs.

Continuer la lecture

C'était quoi ce titre ?

Les 2 derniers titres

Horoscope du jour

Bélier

La journée commencera assez mal, mais s’améliorera au fur et à mesure qu’elle se déroulera. Soyez philosophe !

Publicité

Les Sujets à la Une

X