Rejoignez-nous

Santé

Directeur de l'Hôpital de Rennaz, Pascal Rubin jette l'éponge

Publié

,

le

(KEYSTONE/Jean-Christophe Bott)
Pascal Rubin, le directeur général de l'Hôpital Riviera-Chablais (HRC) à Rennaz (VD), démissionne. A la tête d'un établissement dans la tourmente financière, il dit jeter l'éponge en raison des attaques personnelles qui se sont multipliées à son encontre.

Les discussions autour de la situation financière et de la gouvernance de l'HRC "ont atteint un tel degré de personnalisation qu'elles ne permettent plus un examen sérieux sur le fond", a relevé jeudi Pascal Rubin dans une déclaration écrite. Il a estimé que l'avenir de l'établissement "ne peut se résumer à des combats de personnes."

Le nouvel hôpital de Rennaz, qui a accueilli ses premiers patients en novembre dernier, enchaîne les difficultés depuis plusieurs mois. Et notamment financières: un déficit de 17,9 millions de francs est attendu pour 2019, au lieu des 6 millions de perte budgétés. Une garantie d'emprunt complémentaire vient de lui être octroyée en urgence par les cantons de Vaud (pour 60 millions) et du Valais (20 millions) pour assurer sa viabilité financière à court terme.

Surcoûts et retards liés au déménagement, problèmes de mise en oeuvre et revenus hospitaliers inférieurs aux attentes ont été avancés pour justifier l'ampleur de la perte. Plusieurs voix se sont aussi élevées contre la gouvernance de l'établissement, qui a notamment dû composer avec des démissions en cascade et des problèmes d'absentéisme depuis son inauguration.

"Pacte de confiance" à recréer

Les syndicats avaient notamment exigé en début de semaine un renouvellement immédiat de la direction, l'accusant d'une "dérive autoritaire et inopérante." Autant dire que ces mêmes syndicats se sont réjouis du départ de Pascal Rubin. "C'est une bonne et sage décision compte tenu de la situation", a commenté Thierry Lambelet du syndicat Syna, contacté par Keystone-ATS.

S'exprimant aussi au nom des syndicats SSP, SCIV ainsi que de l'Association suisse des infirmières et infirmiers, il a évoqué "une étape symboliquement très forte", ajoutant toutefois que le départ du directeur n'allait pas régler tous les problèmes. "C'est tout un état d'esprit qui doit être changé" au niveau de la direction, a souligné M. Lambelet, précisant qu'il fallait "recréer un pacte de confiance."

De son côté, la conseillère d'Etat vaudoise en charge de la santé Rebecca Ruiz a pris acte de la démission de Pascal Rubin. "Avec ma collègue (valaisanne) Esther Waeber-Kalbermatten, nous sommes en contact avec le conseil d'établissement pour assurer la continuité de l'HRC", a-t-elle indiqué, sans vouloir faire davantage de commentaires.

Audits en cours

Concernant la succession de Pascal Rubin, cela se fera "dans les meilleurs délais", a écrit le conseil d'établissement de l'HRC dans son communiqué. Il a dit regretter les attaques personnelles à l'encontre de son ex-directeur, tout en le remerciant pour le travail accompli depuis 10 ans. Nommé directeur de l'Hôpital Riviera en 2010, puis de l'HRC en janvier 2014, Pascal Rubin "a mis en oeuvre les étapes structurantes indispensables" pour la création de l'établissement de Rennaz, qui a permis de regrouper cinq sites hospitaliers de la région.

Tant l'hôpital valdo-valaisan que Pascal Rubin s'en sont tenus jeudi à des déclarations écrites. lls n'ont pas voulu faire d'autres commentaires, sachant que deux audits sont en cours. Ceux-ci ont été ordonnés par les cantons de Vaud et du Valais pour faire la lumière sur la situation de l'établissement. Des premiers rapports sont attendus pour le début de l'été.

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Suisse

Hausse des infections: Berset appelle les cantons à agir

Publié

le

Face à la hausse alémanique des infections au coronavirus, Alain Berset appelle les cantons à agir. (©KEYSTONE/Peter Klaunzer)

A trois semaines de Noël, la situation de la Suisse face au coronavirus est à nouveau "très inquiétante", selon Alain Berset. En baisse en novembre, les infections stagnent désormais, voire augmentent Outre-Sarine. Le ministre en appelle aux cantons concernés.

Après une "bonne évolution" durant plusieurs semaines, où le nombre de nouveaux cas de Covid-19 diminuait de moitié toutes les deux semaines, cette baisse est en train de s'arrêter à un niveau élevé de 4000 à 5000 cas par jour, constate le conseiller fédéral. La Suisse n'atteindra donc pas l'objectif qu'elle s'était fixée de réduire les infections quotidiennes à 1000 pour Noël, a-t-il déploré face aux médias réunis jeudi à Muttenz (BL).

En déplacement à Bâle-Campagne pour y visiter un hôpital et un centre de tests avec les autorités, le ministre de la santé a rappelé que la baisse enregistrée en novembre était principalement due aux cantons romands. Véritables "hotspots" de la 2e vague de coronavirus, ils ont fermé restaurants et bars jusqu'à la mi-décembre. Genève a même fermé les magasins non alimentaires.

Agir vite pour garantir la "voie suisse"

En Suisse alémanique, la baisse a été plus lente et les nouvelles infections augmentent même à nouveau dans plusieurs cantons. "C'est d'autant plus dangereux que l'on part d'un niveau élevé", met en garde Alain Berset. Restaurants et bars ne sont toutefois fermés qu'à Bâle-Ville depuis la semaine dernière.

"Il faut agir rapidement lorsque le nombre d'infections augmente pour empêcher une hausse massive", a lancé le ministre de la santé à l'adresse des cantons concernés, appelés à "jouer leur rôle". La "voie suisse" des restrictions sans confinement est à ce prix. Dans le cas contraire, la société, le système de santé et l'économie en pâtiront. "Nous ne pouvons pas nous le permettre."

La situation actuelle est d'autant plus préoccupante en prévision du shopping et des Fêtes de Noël qui constituent "un gros défi". Rien qu'un évènement festif pourrait actuellement mener à une explosion des cas d'infections, a souligné le socialiste qui a toutefois exclu que le Conseil fédéral reprenne la main à ce stade.

Domaines skiables

Concernant l'ouverture ou non des domaines skiables pendant les Fêtes, Alain Berset a rappelé que les cas d'infections étaient déjà en train d'augmenter dans les cantons touristiques (alémaniques). "Où en serons-nous à Noël si ça continue ainsi?!", s'est-il exclamé. Et d'évoquer le risque de dégâts d'image pour la Suisse, si des touristes européens viennent s'infecter dans les stations helvétiques.

Le Fribourgeois a toutefois tenu à saluer la qualité des concepts de protection réalisés par les domaines skiables. "Il faut maintenant qu'ils soient appliqués scrupuleusement", a-t-il martelé.

Les discussions avec les cantons touristiques et les domaines skiables continuent. Jeudi, l'association des domaines skiables de Suisse centrale s'est dite prête à lancer la saison et à mettre en oeuvre des mesures supplémentaires. Une décision du Conseil fédéral sur des mesures de protection durant les Fêtes est attendue vendredi au plus tôt.

Continuer la lecture

Virus COVID-19

Le Royaume-Uni, 1er pays à approuver le vaccin Biontech/Pfizer

Publié

le

(Photo prétexte ©EPA/WILL OLIVER)

Le Royaume-Uni est le premier pays au monde à autoriser le vaccin contre le Covid-19 de l'allemand BioNTech et du géant américain Pfizer, qui sera disponible dans le pays dès "la semaine prochaine", a annoncé le gouvernement britannique mercredi.

"Le gouvernement a accepté aujourd'hui la recommandation de l'Agence indépendante de réglementation des médicaments et des produits de santé (MHRA) d'approuver l'utilisation du vaccin contre le Covid-19 de Pfizer / BioNTech.", a déclaré un porte-parole du ministère de la Santé, indiquant que "le vaccin sera disponible dans tout le Royaume-Uni à partir de la semaine prochaine."

"Le Royaume-Uni est le premier pays au monde à disposer d'un vaccin approuvé cliniquement" s'est félicité dans un tweet le ministre de la Santé Matt Hancock.

Ce feu vert des autorités britanniques "fait suite à des mois d'essais cliniques rigoureux et d'une analyse approfondie des données par des experts MHRA qui ont conclu que le vaccin répondait à ses normes strictes de sécurité, de qualité et d'efficacité", a indiqué le porte-parole du ministère.

Les résultats des tests à grande échelle de ce vaccin ont montré une efficacité à 95%.

"Le NHS est prêt à commencer la vaccination au début de la semaine prochaine", a déclaré M. Hancock. Parmi les personnes prioritaires pour recevoir le vaccin figurent les résidents des maisons de retraite, le personnel soignant, les personnes âgées et les personnes les plus vulnérables.

Le patron de Pfizer a lui salué dans un communiqué un "moment historique".

De son côté, l'Agence européenne des médicaments (EMA) a annoncé mardi qu'elle tiendrait une réunion extraordinaire le 29 décembre "au plus tard" pour donner, ou pas, son feu vert à la commercialisation du vaccin contre le Covid-19 de Pfizer et BioNTech.

Continuer la lecture

Suisse

L'OFSP précise sa stratégie sur la vaccination contre le Covid

Publié

le

(Image prétexte ©Oxford University Pool via AP)

Les autorités fédérales veulent vacciner en priorité les personnes à risques et le personnel qui les entoure. Un plan d'action a été établi bien que les trois vaccins acquis par la Suisse ne soient pas encore validés. En Suisse romande, la circulation du coronavirus ralentit.

La stratégie de vaccination a pour objectif de diminuer les cas sévères, de maintenir les capacités du système de santé et de réduire les conséquences sociales et économique de la maladie, a expliqué Virginie Masserey, cheffe de la section contrôle de l'infection de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP), lors d'un point presse mardi.

Des groupes cibles prioritaires pour la vaccination ont été définis en conséquence. Les personnes à risques, le personnel soignant ainsi que celui d'encadrement des personnes à risques en font partie. Les contacts étroits des personnes à risque et les individus dans les institutions collectives présentant un risque marqué d'infection (prisons, foyers) constituent également des groupes cibles, a indiqué Christoph Berger, président de la Commission fédérale pour les vaccinations.

Les femmes enceintes ne font pas partie des groupes prioritaires, a-t-il répondu à un journaliste. Lorsque les personnes prioritaires auront été vaccinées, tous les individus qui le souhaitent pourront être vaccinés s'il reste suffisamment de doses.

Dans un premier temps, l'OFSP ne vise pas l'immunité du groupe ou l'élimination du virus car "nous ne savons pas si c'est possible", a précisé Virginie Masserey.

L'armée en charge de la livraison

L'armée se chargera d'acheminer le vaccin depuis le fabricant jusqu'aux cantons, qui s'occuperont ensuite de l'administrer à la population. Elle est actuellement en mesure de stocker des doses limitées du vaccin, et pourra prendre en charge l'ensemble des doses d'ici la fin de l'année.

La mise en place de centres de vaccination dans les cantons est planifiée pour 2021, a indiqué Rudolf Hauri, président de l'association des médecins cantonaux. Lorsque beaucoup de doses seront à disposition, les pharmacies devraient aussi pouvoir fournir des vaccins après en avoir obtenu l'autorisation.

Validation par Swissmedic

Avant de pouvoir lancer le plan de vaccination, les trois vaccins acquis par la Suisse doivent d'abord être validés par Swissmedic. Pour l'heure, l'institut ne dispose pas de toutes les informations nécessaires pour délivrer une autorisation. Il manque encore des données sur la sécurité, l'efficacité et la qualité.

L'acceptation de vaccins aussi rapidement développés exige une grande confiance dans les fabricants et les autorités de contrôle. Il est donc important d'examiner de très près les effets sur les différents groupes de personnes, a indiqué Claus Bolte, chef de la division autorisation chez Swissmedic.

L'approvisionnement en vaccins se déroule comme prévu, a déclaré Virginie Masserey. Les 13 millions de doses réservées jusqu'à présent suffisent pour 6 millions de personnes, car chaque personne a besoin de deux doses. Le vaccin devrait arriver par étapes au cours du premier semestre 2021. Il sera gratuit et non obligatoire.

Le Mouvement de liberté suisse (MLS) a lancé mardi une initiative populaire contre l'obligation de se faire vacciner. Ses auteurs souhaitent que les personnes qui refusent de se faire vacciner ne subissent aucun préjudice social ou professionnel. Selon Mme Masserey, il n'y aura cependant pas de vaccination générale obligatoire.

Une stagnation à un haut niveau

La situation sur le front du coronavirus s'améliore, a annoncé Virginie Masserey. La charge sur les hôpitaux reste cependant élevée, ils comptent 496 personnes hospitalisées en soins intensifs en raison du Covid-19.

Grâce aux lits de soins intensifs créés, on peut compter en Suisse sur 250 places de réserve. L'incidence nationale sur 14 jours de contaminations pour 100'000 habitants diminue, elle s'élève désormais à 610. La circulation du virus baisse rapidement dans les cantons romands. L'écart d'incidence entre les différents cantons suisses a d'ailleurs tendance à diminuer, les incidences varient entre 334 et 831 infections pour 100'000 habitants ces 14 derniers jours.

Le pays compte mardi 3802 cas supplémentaires en 24 heures. 107 décès supplémentaires sont à déplorer et 226 malades ont été hospitalisés.

La diminution du nombre de nouvelles infections, en particulier en Suisse romande, montre que les mesures introduites fonctionnent, a indiqué Mme Masserey. Mais en Suisse, le nombre de nouvelles admissions à l'hôpital et de décès en raison du coronavirus semble stagner à haut niveau, ce qui est inquiétant.

L'OFSP a également indiqué que le nombre de tests effectué restait modeste (19'777 ces dernières 24 heures). Une nouvelle campagne pour encourager la population à se faire tester sera lancée.

Continuer la lecture

Vaud

Les arts de la scène réclament la réouverture des théâtres

Publié

le

Les représentants des métiers des arts de la scène ont formé une longue haie d'honneur devant le lieu de réunion du Grand Conseil vaudois. (©KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Des représentants des métiers des arts de la scène ont mené une action symbolique mardi devant le Grand Conseil vaudois. Ils réclament la réouverture des théâtres, cinémas et autres lieux culturels, au plus tard le 4 janvier.

En début d'après-midi, plus d'une centaine de participants masqués ont formé une haie d'honneur pour accueillir en silence les députés. Sur les pancartes, qu'ils brandissaient, on pouvait lire: "SOS", "Sans culture, le silence" ou "Fini de jouer, on veut travailler".

"Tout un secteur professionnel est en train d'être mis de côté, d'être malmené", explique Claire Nicolas, comédienne, metteuse en scène et membre du mouvement "Sans culture le silence". "C'est un moment de mort de la culture", ajoute-t-elle.

Au-delà de leur "détresse", les professionnels de la scène, les artistes comme les techniciens, réclament davantage de "considération" et d'"attention". "Nous voulons être appréciés à notre juste valeur", ajoute Mme Nicolas.

Les milieux culturels doivent "pouvoir se projeter dans l'avenir. Nous ne pouvons plus rester dans le flou", ajoute-t-elle. Le Jura va rouvrir ses théâtres le 17 décembre. Pourquoi pas ailleurs ?

Assister à un spectacle, dans le respect des règles sanitaires, n'est pas plus dangereux que d'autres activités, comme la fréquentation des transports publics ou de la grande distribution, ajoute-t-elle. Le mouvement a remis une lettre de revendications à transmettre à la conseillère d'Etat Cesla Amarelle. Cette lettre était signée par plus de 730 personnes.

Continuer la lecture

Vaud

Opération WelQome 2 lancée en faveur du tourisme et des commerces

Publié

le

Les conseillers d'Etat Vaudois Philippe Leuba, au centre, Nuria Gorrite, à droite, et Pascal Meyer, à gauche, directeur de QoQa parlent lors de la conférence de presse de lancement de l'opération de soutien à l'économie WelQome 2 à la ferme de Praz-Romond à Puidoux. (©KEYSTONE/Laurent Gillieron)

Le canton de Vaud lance une opération WelQome 2 en guise de soutien au tourisme et aux commerces locaux en période de pandémie. Plus de 900 enseignes sont d'ores et déjà inscrites sur la plateforme mise en ligne mardi.

Pour le premier volet, l'été dernier, 15 millions étaient sur la table. Désormais, 20 millions sont à disposition, dont deux millions pris sur le solde de WelQome 1. Ces 20 millions devraient générer un chiffre d'affaires global de 60 millions de francs, ont annoncé mardi les conseillers d'Etat Nuria Gorrite et Philippe Leuba, accompagnés du patron de Qoqa Pascal Meyer.

"On renouvelle un partenariat public-privé innovant qui a fait ses preuves", explique le canton dans un communiqué. La première opération Welqome, entre juin et septembre, a généré la vente de plus de 350'000 bons et induit plus de 40 millions de chiffre d'affaires via la plateforme de vente en ligne gérée par Qoqa.

Pour rappel, l'achat de bons donne au client un rabais de 20%. Le prestataire reçoit pour sa part une plus-value de 10%. Les secteurs concernés sont les loisirs, la culture, l'hébergement, la restauration, les produits du terroir, les vignerons et les transports publics. Dès le 15 décembre, il sera possible d'acheter des abonnements annuels Mobilis à prix "très réduits", une manière de soutenir les utilisateurs fidèles, a expliqué Nuria Gorrite.

Pour Welqome 2, un effort particulier sera fait pour que les participants labellisent leurs enseignes avec un visuel clair afin de donner plus de visibilité à l'action. L'opération prendra fin lorsque l'enveloppe aura été épuisée, au plus tard en août 2021.

Continuer la lecture

C'était quoi ce titre ?

Les 2 derniers titres

Horoscope du jour

Capricorne

Il se peut que vous rencontriez de l’hostilité dans votre job. Restez-y insensible et la situation se calmera d’elle-même.

Publicité

Les Sujets à la Une

X