Rejoignez-nous

Vaud

Le tracé de la Venoge bientôt modifié

Publié

,

le

La Conseillère d'Etat Jacqueline de Quattro a présenté le futur tracé de la Venoge, dans la zone du Bois de Vaux.

La Venoge s’apprête à prendre un nouveau virage. L’Etat de Vaud a fait le point ce jeudi sur l’avancement des travaux de renaturation de la rivière menés dans le Bois de Vaux, près de Penthalaz. Débuté en février, ce chantier est entré dans une phase déterminante. 

La fin des travaux est proche entre Lussery-Villars et Penthalaz. Après avoir permis l’assainissement complet des décharges de la Chavanne et du Bois de Vaux dans le courant de l’été, le chantier entamé au début de l’année, porte désormais sur l’excavation du futur lit de la Venoge.

L’intervention, conduite sur six hectares, vise à déplacer le tracé du cours d’eau sur un tronçon de 600 mètres. Avec pour objectif de lui donner plus d’espace. Fini donc le tracé rectiligne bien connu des habitants de la région.

Olivier Stauffer, chef de la section Revitalisation des cours d’eau à la Direction générale vaudoise de l’environnement :

Olivier Stauffer
Chef section revitalisation des cours d'eau, DGE
Olivier Stauffer Chef section revitalisation des cours d'eau, DGE

Grâce à ce futur lit plus “naturel”, les crues de la Venoge seront mieux absorbées dans le secteur. La faune et la flore devraient aussi y trouver leur compte.

Jacqueline de Quattro, Conseillère d’Etat en charge de l’environnement :

Jacaqueline de Quattro
Conseillère d'Etat, VD
Jacaqueline de Quattro Conseillère d'Etat, VD

Ce chantier à 1 million 200 mille francs devrait s’achever en fin d’année, avec la dérivation du tracé de la Venoge entre Lussery-Villars et Penthalaz. Il s’inscrit dans le cadre du Plan de protection de la Venoge.

D’autres interventions seront menées ces prochains mois, notamment entre le Moulin de Lussery et la zone industrielle de Daillens. Un projet de réaménagement de la Venoge à son embouchure dans le lac Léman est aussi à l’étude.

La totalité devrait dépasser les 20 millions de francs, injectés par le canton et la Confédération.

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lausanne

Premier match du Lausanne-Sport attendu en novembre à la Tuilière

Publié

le

Le stade de 12'000 places devrait être inauguré avant la fin de l'année. (©KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)
Les travaux ont repris au stade de la Tuilière à Lausanne, après une interruption due au Covid-19. Ces jours, le gazon synthétique est en train d'être posé. La future enceinte devrait accueillir un premier match du FC Lausanne-Sport en novembre prochain.

"La remise des clés était prévue en mai. On a pris du retard, car le propriétaire, la ville de Lausanne, a décidé d'arrêter le chantier pendant plusieurs mois lors de la crise du Covid-19", explique mercredi à Keystone-ATS Patrice Iseli, chef du Service des sports.

Le stade de 12'000 places, un des projets phare de "Métamorphoses", devrait être inauguré avant la fin de l'année. "On attend prochainement une planification fine de la part des architectes. On espère y tenir un premier match officiel dans le courant du mois de novembre", précise M. Iseli. Avec en principe un LS de retour en Super League, dans l'élite du football suisse.

Vert et bleu

Sur place, des employés spécialisés s'activent pour dérouler le gazon synthétique. Dans les gradins, une partie des sièges sont en place et offrent un camaïeu de bleus, aux couleurs du LS. "On va avoir un stade magnifique. Un petit bijou", promet Patrice Iseli.

Mais du travail reste à faire dans la tribune principale, notamment l'aménagement des locaux d'accueil (loges, restaurant) et ceux destinés aux sportifs (vestiaires) et à leur staff.

Naturelle ou synthétique

Au départ, Ineos, qui a racheté le LS en 2017, souhaitait équiper le stade d'une pelouse naturelle de dernière génération. Il a finalement opté pour du gazon synthétique car son projet de centre d'entraînement - qui aurait déchargé la Tuilière - avance plus lentement que prévu. Pas facile, en effet, de trouver un terrain dans la région.

"On peut utiliser davantage un terrain en gazon synthétique. On peut s'y entraîner tous les jours", explique Patrice Iseli. De plus, une pelouse artificielle supporte mieux les aléas de la météo: elle est plus facile à déneiger - le stade est situé sur les hauts de la ville - et on peut y jouer sous la pluie. Techniquement, la Tuilière pourrait toutefois être reconvertie en pelouse naturelle lorsque l'ensemble des infrastructures du club seront terminées.

Partenariat inédit

Globalement, les travaux ont coûté quelque 76,6 millions de francs aux pouvoirs publics, dont cinq millions seront payés par le canton, sous réserve de l'approbation du Grand Conseil. Ineos, qui gèrera l'ensemble du site, y a en outre investi "un montant significatif, qui n'est pas communiqué", ajoute le chef du Service des sports.

La ville de Lausanne et le groupe pétrolier britannique basé à Rolle (VD) ont conclu un partenariat public-privé inédit. "Il n'en existe pas d'autre en Suisse à ma connaissance", confie M. Iseli.

La ville est propriétaire de l'infrastructure mais a confié au club un mandat de gestion pour 15 ans. A Neuchâtel, par exemple, la ville est propriétaire du stade et s'occupe aussi de sa gestion.

Avenir de la Pontaise

Le championnat de Super League devrait reprendre à la mi-septembre. En attendant la fin des travaux, le LS jouera à la Pontaise, qu'il partagera avec le Stade Lausanne Ouchy. Quid de l'avenir de l'ancienne Pontaise qui était vouée à la démolition ? Tout reste ouvert mais il est assuré qu'elle restera en fonction jusqu'à la Fête fédérale de gymnastique en 2025.

Récemment, une commission scientifique a proposé de classer cette enceinte historique en note 1, la plus élevée. Une réflexion est en cours quant à une possible réaffectation. Reste à savoir comment l'intégrer - tout ou partie - au futur écoquartier prévu sur le site.

 

©KEYSTONE/LAURENT GILLIERON

 

©KEYSTONE/LAURENT GILLIERON

 

©KEYSTONE/LAURENT GILLIERON

 

©KEYSTONE/LAURENT GILLIERON

Continuer la lecture

Vaud

Naissance de cinq louveteaux dans le Jura vaudois

Publié

le

Au moins cinq louveteaux sont nés ces dernières semaines dans le Jura vaudois. (ARCHIVES - ©KEYSTONE/ZOO ZUERICH)
La naissance d’au moins cinq louveteaux a été constatée récemment dans le Jura vaudois, dans la région du Marchairuz. Suite à une récente attaque, le canton de Vaud poursuit les opérations de suivi du canidé et d’accompagnement des éleveurs.

Les recherches conduites par le Département de l’environnement et de la sécurité (DES) ont permis d’attester que la meute située dans la région du Marchairuz s’est reproduite pour la deuxième année consécutive depuis 2019. La naissance d’au moins cinq louveteaux a été confirmée par le biais de pièges vidéo en date du 23 juillet, selon un communiqué du DES publié mardi.

Mesures de protection

Quatre loups de taille adulte sont également observés actuellement dans cette région. Une attaque par cette meute s’est par ailleurs produite jeudi dernier sur un troupeau de vaches allaitantes. Celle-ci n’a heureusement pas provoqué de dommages au bétail.

Des mesures de protection sont en cours de test avec les éleveurs concernés dans la région du Marchairuz pour prévenir toute éventuelle nouvelle attaque.

En application du Plan loup de la Confédération, le DES assure un suivi attentif de la situation dans le canton. Il s'appuie sur les surveillants permanents de la faune et de leurs partenaires, notamment les surveillants de la faune auxiliaires et la Fondation KORA, spécialisée dans l'écologie des carnivores et la gestion de la faune sauvage.

Chiens en laisse

En collaboration avec Prometerre, Agridea et la Fondation Jean-Marc Landry, l'Etat a par ailleurs renforcé l’accompagnement qu’il assure pour la protection des troupeaux dans le Jura vaudois.

Le canton rappelle par ailleurs que les chiens doivent être tenus en laisse dans les pâturages occupés par du bétail. Dans la mesure du possible, il recommande aux promeneurs avec un chien, même tenu en laisse, d’éviter les pâturages occupés par du bétail.

Continuer la lecture

Lausanne

Deux enfants mineurs interpellés pour l'incendie de Malley

Publié

le

Deux mineurs de 10 et 12 ans ont avoué être les auteurs de l'incendie qui a détruit une bâtisse en bois du terrain d'aventures de Malley mardi dernier au chemin de la Prairie à Lausanne. (©SPSL/ERIC JAQUEROD)
Deux mineurs, âgés de 10 ans et 12 ans, ont été identifiés comme les auteurs de l'incendie qui a détruit les bâtisses en bois du terrain d’aventure de Malley mardi dernier à Lausanne. Selon eux, le sinistre était accidentel. Ils ont été déférés au Tribunal des mineurs du canton de Vaud.

L’enquête a permis d’exclure un incendie d’origine technique, a communiqué la police de Lausanne mardi. Les investigations menées par les inspecteurs ont conduit à l’identification de deux auteurs potentiels mineurs. Les deux enfants de 10 et 12 ans ont finalement reconnu être à l’origine de cet incendie, tout en précisant que celui-ci était accidentel.

Mardi dernier vers 20h30, les services de secours avaient été alertés suite à l’incendie des constructions en bois du terrain d’aventure de Malley. Malgré l’intervention rapide des sapeurs-pompiers professionnels du service protection et sauvetage Lausanne (SPSL), les bâtisses ont subi d’importants dégâts. Aucun blessé n’était à déplorer.

Inauguré il y a deux ans, le site est propriété de la Ville de Lausanne. Il propose un accueil libre des enfants dès six ans. En été, il organise des semaines thématiques. Selon 24 heures, le dôme de la Caravane des quartiers devrait bientôt permettre d'accueillir à nouveau des enfants sur ce terrain.

Continuer la lecture

Vaud

Procès Guignard: 3 ans de prison, dont 18 mois ferme

Publié

le

Archives (KEYSTONE/Laurent Gillieron)
Philippe Guignard a été condamné à une peine ferme par le Tribunal correctionnel du Nord vaudois. Reconnu coupable notamment d'escroquerie par métier, l'ancienne star de la pâtisserie a écopé mardi de 3 ans de prison, dont 18 mois ferme.

Philippe Guignard a été condamné pour avoir grugé seize personnes entre 2011 et 2013 avec un projet immobilier dans son fief à Orbe. Il avait en réalité détourné leur argent, plus de 3,2 millions de francs, pour éponger des dettes personnelles et celles de sa société, alors aux abois.

Outre l'escroquerie par métier, le célèbre pâtissier a été reconnu coupable de gestion déloyale aggravée et gestion fautive par le Tribunal correctionnel du Nord vaudois, délocalisé pour l'occasion à Renens.

La peine prononcée par la Cour est identique à celle requise par le Ministère public.

Egalement renvoyés devant la justice, deux de ses comparses ont été condamnés mardi pour complicité d'escroquerie. Ils ont écopé de peines avec un sursis complet: 24 mois pour un notaire retraité et 20 mois pour un financier.

Le quatrième homme jugé dans cette affaire, un promoteur immobilier, a été sanctionné avec une peine de 12 mois avec sursis pour gestion déloyale aggravée et gestion fautive.

Ce procès-fleuve s'est étalé sur huit jours à Renens. Outre le stratagème d'escroquerie, il a mis en lumière la chute de Philippe Guignard. Autrefois star des fourneaux et patron de plusieurs établissements renommés, mais aussi président du Lausanne-Sport, l'homme a tout perdu en quelques années. Il est aujourd'hui ruiné, malade et condamné à de la prison ferme.

Continuer la lecture

Vaud

Les Verts vaudois veulent lutter contre la chaleur en ville

Publié

le

Afin de lutter contre les effets des canicules, les Verts vaudois préconisent d'arboriser les espaces publics. (©KEYSTONE/LEANDRE DUGGAN)
Les Verts vaudois veulent des mesures concrètes contre les effets du réchauffement dans les villes. Ils éditent un guide destiné aux collectivités et promettent d'intervenir dans les conseils communaux.

Le parti écologiste a présenté lundi son action visant à réduire l'impact des fortes chaleurs sur la population. Il souhaite que les communes s'adaptent aux canicules estivales qui semblent devenir désormais la norme en mettant en oeuvre des politiques.

Les populations vulnérables dans leur santé, en particulier les personnes âgées, sont les premières à souffrir de la canicule dans les villes. En outre, les grandes chaleurs sont accompagnées d'orages violents susceptibles de causer des dommages importants, soulignent les Verts.

Mesures concrètes

Parmi les mesures préconisées, figure l'arborisation des espaces publiques, ainsi que la réduction des surfaces goudronnées ou bétonnées, notamment. "La perméabilisation des sols doit être rétablie", explique Catherine Roulet à Keystone-ATS. La conseillère communale au Mont-sur-Lausanne et coanimatrice du groupe Îlot de chaleur des Verts cite la pose de pavés en croisillons dans les parkings, la végétalisation des cours d'école ou encore des règles plus contraignantes pour l'abattage des arbres, par exemple.

Le parti entend intervenir à la rentrée dans de nombreux conseils communaux afin de demander aux autorités de prendre des mesures pour lutter contre les effets des canicules. "Le Mont est un bon exemple, indique Catherine Roulet, car de nombreux projets sont en cours et il vaut mieux anticiper que de corriger après coup."

Continuer la lecture

C'était quoi ce titre ?

Les 2 derniers titres

Horoscope du jour

Taureau

Ne négligez pas certains points litigieux dans une affaire qui pourrait s’avérer lucrative. Demandez l’avis de spécialistes.

Publicité

Les Sujets à la Une

X