Rejoignez-nous

Vaud

Les serpents de Lavaux prennent des vacances

Publié

,

le

Les serpents de Lavaux prennent des vacances. Jusqu’à la fin de l’été, 56 vipères et autres couleuvres ont été déplacées de leurs tas de bois et de pierres de long des voies de chemin de fer.

Une mesure prise pour préserver les reptiles durant les travaux sur la ligne CFF Lausanne – Puidoux-Chexbres… Pour y parvenir, l’ex-régie fédérale a fait appel à l’études et conseils en environnement Hintermann & Weber. Les explications de l’un de ses herpétologues, Johan Schurch :

Johan Schurch
Herpétologue
Johan Schurch Herpétologue

La démarche vise à protéger les serpents, mais aussi les ouvriers. Johan Schurch :

Johan Schurch
Herpétologue
Johan Schurch Herpétologue

L’herpétlogue nous explique quels types de serpents ont été attrapés :

Johan Schurch
Herpétologue
Johan Schurch Herpétologue

Pouvait-il imaginer qu’autant de serpents vivaient près des rails ? Johan Schurch :

Johan Schurch
Herpétologue
Johan Schurch Herpétologue

Les serpents seront relâchés après les travaux, à la fin septembre.

 

 

 

 

 

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vaud

Michel Agnant et Jérôme Christen condamnés

Publié

le

Michel Agnant (à gauche) et Jérôme Christen ont été reconnus coupables d'avoir violé le secret de fonction par le Tribunal de police de Vevey. (©KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Michel Agnant et Jérôme Christen ont bel et bien violé le secret de fonction. Les deux municipaux de Vevey ont été condamnés mercredi à une peine de 10 jours-amende à 80 francs avec sursis pendant deux ans par le Tribunal de police de Vevey (VD).

La présidente du tribunal Anne-Catherine Page a condamné les deux élus de Vevey Libre pour une partie des faits, soit pour la transmission d’informations confidentielles à leur conseiller personnel Christophe Privet. Le procureur avait requis la veille une peine de 40 jours-amende, tandis que les avocats des deux accusés réclamaient l’acquittement.

Michel Agnant et Jérôme Christen étaient jugés pour avoir fourni, à partir de la fin 2017, des documents confidentiels à Christophe Privet, mais aussi à leur avocat et la commission de gestion de la Ville de Vevey. Dans ces deux derniers cas, la juge a estimé qu’il n’y avait pas lieu d’établir une violation du secret de fonction.

Les deux municipaux avaient transmis des procès-verbaux des séances de la municipalité et des documents internes en lien notamment avec l’affaire Girardin (du nom du municipal poursuivi pour gestion déloyale et abus de confiance).

Bonne foi

Mardi durant leur audition, les deux accusés ont affirmé avoir agi de bonne foi. Décrivant une ambiance délétère au sein de l’exécutif veveysan, dans lequel ils étaient incapables de se faire entendre, ils ont expliqué qu’ils avaient préféré s’en référer à des tiers, quitte à transmettre des documents confidentiels.

Pour le procureur Stephan Johner, le duo aurait dû suivre les procédures légales plutôt que d’agir dans l’ombre en contournant la collégialité. Reconnaissant que les faits n’étaient pas graves d’un point de vue pénal, il a néanmoins estimé que les deux élus méritaient une peine.

Concernant cinq autres points litigieux dans cette affaire, les deux élus avaient été blanchis en août dernier, lorsque le procureur avait rendu une ordonnance de classement.

Ajoutées à l’affaire Girardin, les accusations portées à l’encontre de Michel Agnant et Jérôme Christen avaient plongé Vevey dans la crise. Les deux édiles avaient été suspendus de leurs fonctions en décembre 2018 par le Conseil d’Etat, à la demande de la municipalité de Vevey. La prolongation de cette suspension avait toutefois été annulée début octobre par le Tribunal cantonal, qui avait jugé que la décision du gouvernement vaudois dérogeait au principe de proportionnalité. Les deux hommes avaient retrouvé leur poste le 9 octobre au sein du collège.

Continuer la lecture

Vaud

Pompiers : nouveau Commandant pour le SDIS Riviera

Publié

le

Le SDIS Riviera aura un nouveau Commandant. (Photo : SDIS Riviera)

Les Pompiers de la région de Vevey-Montreux ont un nouveau chef.

Le Major Jean-Marc Pittet a été nommé Commandant du SDIS Riviera, au terme d’un processus de sélection soutenu. Onze candidats étaient en lice pour ce poste de Chef de service, vacant depuis le décès soudain ce printemps du Major Cédric Fagherazzi.

Jean-Marc Pittet, 44 ans, instructeur fédéral, n’est pas un inconnu dans le milieu de la défense incendie. Cadre à l’ECA, il assume depuis une dizaine d’année la responsabilité de la formation pour l’ensemble des sapeurs- pompiers du Canton de Vaud.

Marié et père de trois enfants, il est établi avec sa famille à Territet, commune de Montreux. Après une formation d’employé de commerce, il a progressivement
occupé des fonctions à responsabilités, notamment d’encadrement d’équipes, dans le domaine des assurances sociales avant de mettre son expérience au service des sapeurs-pompiers en 2010.

L’on ne sait pas encore quand le nouveau Commandant entrera en fonction.

 

🚒 NOMINATION DU FUTUR COMMANDANT DU SDIS RIVIERA[🗞 Communiqué de presse 📰] L'Association Sécurité Riviera (ASR), dont…

Gepostet von SDIS Riviera am Dienstag, 12. November 2019

Continuer la lecture

Vaud

40 jours-amende avec sursis requis contre Agnant et Christen

Publié

le

Les municipaux veveyans Michel Agnant (à gauche) et Jérôme Christen comparaissent ce mardi devant le tribunal de police. Ils sont accusés d'avoir violé le secret de fonction. (©KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Les municipaux veveysans Michel Agnant et Jérôme Christen ont comparu ce mardi devant le Tribunal de police à Vevey (VD) pour avoir transmis des documents internes à des tiers. Le procureur a requis 40 jours-amende avec sursis pour chacun des deux élus de Vevey Libre.

Les deux hommes sont accusés de violation du secret de fonction. Certes, les faits ne sont pas graves d’un point de vue pénal et les conséquences modestes, a résumé le procureur Stephan Johner, mais « ils méritent tout de même une peine ».

De son avis, il aurait été possible pour le duo de suivre les procédures légales dont il disposait plutôt que d’agir dans l’ombre. Et de balayer l’argument de l’état de nécessité. « Le but était de contourner la collégialité (….) Et la collégialité est un des fondements de notre système politique, de nos autorités », a-t-il argué.

Aquittement souhaité

Du côté des avocats des deux municipaux, on a insisté sur le climat délétère, le dialogue rompu et la situation de tension dans laquelle se trouvait l’exécutif depuis septembre 2017. « Il n’y avait déjà plus de collégialité. C’était une situation exceptionnelle », a plaidé le conseil de Jérôme Christen.

Et l’avocat de Michel Agnant de renchérir: les personnes qui ont obtenu certains documents étaient triées sur le volet. Tous deux souhaitent l’acquittement de leurs clients. Le jugement est attendu pour mercredi après-midi.

Secret de fonction

Pour rappel, le Parquet a renvoyé les deux hommes devant le Tribunal de police de l’arrondissement de l’Est vaudois pour violation du secret de fonction dans deux situations précises.

Dès septembre 2017, se plaignant d’une mauvaise retranscription du contenu des séances de Municipalité, ils ont ainsi remis des procès-verbaux de séances de Municipalité à leur conseiller politique, également secrétaire parlementaire du groupe PDC-Vaud Libre au Grand Conseil, afin d’obtenir son avis.

Dans la même veine, insatisfaits de la gestion de certains dossiers par l’exécutif, les deux élus ont pris contact avec un avocat. Ils lui ont alors fourni des documents confidentiels sur lesquels le conseil s’est basé pour établir un avis de droit en janvier 2018.

Cet avis et certains documents internes en lien avec l’affaire Girardin – du nom d’un municipal socialiste poursuivi pour gestion déloyale et abus de confiance – ont ensuite été transmis à la commission de gestion de la Ville à l’insu de la Municipalité qui a dénoncé les faits.

Cinq points classés

Sur cinq autres points litigieux, le procureur Stephan Johner a rendu une ordonnance de classement. Après avoir été suspendus en décembre 2018, les deux élus de Vevey Libre ont réintégré l’exécutif en octobre dernier.

Continuer la lecture

Vaud

Le canton de Vaud veut encourager la lecture

Publié

le

Plus de 100'000 personnes ont participé lundi matin à l'opération "Le bruit des pages" dans les écoles vaudoises, comme ici à Nyon. (©Keystone/LAURENT GILLIERON)

Plus de 100’000 livres se sont ouverts en même temps lundi matin dans les établissements scolaires vaudois. Cette opération a lancé une campagne de mobilisation du canton pour (re)donner le goût de la lecture aux jeunes.

Intitulée « Le bruit des pages », l’action s’est déroulée dans les 93 établissements scolaires vaudois. A 10h10 précises, les élèves, mais aussi les enseignants et le personnel de l’administration, ont lu le livre de leur choix durant dix minutes. « L’objectif est d’offrir une respiration dans la journée et d’apprendre le plaisir de découvrir un texte », a expliqué la conseillère d’Etat Cesla Amarelle.

La cheffe du Département de la formation, de la jeunesse et de la culture (DFJC) a elle-même participé à l’opération depuis l’établissement primaire Nyon Léman, où elle a lu quelques pages de « L’Appel de la forêt » de Jack London. « J’ai découvert ce livre à 10 ans et cela a été une vraie révélation », a-t-elle dit avant de s’asseoir au milieu des élèves présents à la bibliothèque de l’école.

Ce genre d’action, qui existe déjà à l’étranger et dans certaines écoles vaudoises, est appelé à se reproduire dans le maximum d’établissements du canton, a poursuivi Mme Amarelle. « Il faut maintenir cette activité de lecture vivante », a-t-elle prôné, soulignant la « tendance lourde » et « préoccupante » qui voit les adolescents se détourner de plus en plus des livres. « Ce sont les 13-16 ans qui sont les plus concernés », a-t-elle précisé.

Toute lecture bienvenue

La ministre socialiste a insisté sur la « place centrale » de la langue écrite. « Le fait de lire et écrire ouvre les portes du savoir et permet d’avoir une autonomie sociale, citoyenne et professionnelle. C’est aussi une forme d’expression culturelle majeure », a-t-elle remarqué.

Outre l’action « Le bruit des pages », Cesla Amarelle a présenté d’autres recommandations faites aux établissements scolaires: coupler deux périodes consécutives de français pour avoir le temps de lire en classe, organiser des ateliers d’écriture créative, développer les bibliothèques et les coins lectures dans les écoles, encourager la pratique du théâtre et de la poésie.

La conseillère d’Etat a aussi insisté sur l’importance du choix des lectures. « Il ne faut pas stigmatiser ceux qui préfèrent lire par exemple une BD ou un site internet. Toute forme de lecture est essentielle », a-t-elle indiqué. Elle a ajouté que pour de nombreux adolescents, le livre était trop souvent perçu comme un simple objet d’étude. « Il faut transmettre cette capacité à aimer un livre », a-t-elle déclaré.

Aussi sur internet

Pour la cheffe du DFJC, les médias sociaux peuvent aussi s’avérer utiles pour autant que leur utilisation soit cadrée. Elle a ainsi cité les exemples de la Twictée (courte dictée sur Twitter) ou de Booktube (partage de coups de coeur littéraires sur Youtube).

Alors que l’illettrisme frappe 10 à 15% de la population adulte en Suisse, le canton de Vaud ne veut pas limiter son action aux seules écoles. Cesla Amarelle a rappelé qu’il était aussi important de soutenir tous les acteurs du livre.

Cela passe notamment par des bourses d’écriture, une aide ponctuelle aux maisons d’édition, un soutien aux manifestations culturelles ou une mise à disposition des livres via les bibliothèques, a-t-elle détaillé.

Continuer la lecture

Vaud

L’Etat interdit les « arrangements » entre Médecins et laboratoires

Publié

le

Terminés les petits arrangements entre médecins et laboratoires. L’Etat de Vaud et la Société vaudoise de médecine rappellent et précisent les pratiques économiques admises entre les médecins prescripteurs d’analyses médicales et les laboratoires qui les effectuent.

Depuis plusieurs mois, les contrôles effectués par le canton ont mis en lumière des petites magouilles. Genève a aussi découvert certaines pratiques douteuses. Pour fidéliser les médecins, des laboratoires leur reversaient une somme d’argent en fonction du nombre d’analyses réalisées dans leurs structures.

Des pratiques peu déontologiques qui seront désormais formellement interdites.

La Conseillère d’Etat vaudoise en charge de la santé, Rebecca Ruiz :

Rebecca Ruiz
Conseillère d'Etat, VD
Rebecca Ruiz Conseillère d'Etat, VD

Président de la Société vaudoise de Médecine, le Dr Philippe Eggimann tient toutefois à rassurer : ces pratiques douteuses ne concernant de loin pas tous les médecins du canton :

Dr Philippe Eggimann
Président, SVM
Dr Philippe Eggimann Président, SVM

Notez que les analyses en laboratoire ont représenté 4,4% du montant total des coûts de la santé pris en charge par la LAMal en 2018 sur sol vaudois.

Dès l’année prochaine, les Médecins qui ne respecteront pas les nouvelles consignes seront sanctionnés. De la sanction administrative, jusqu’à la suspension définitive de pratiquer sont prévues.

Continuer la lecture

C'était quoi ce titre ?

Les 2 derniers titres

Horoscope du jour

Poisson

Dans vos activités, des problèmes vont se poser. Or, même s’ils vous surprennent, sachez que vous êtes bien armé pour les résoudre…

Publicité

Les Sujets à la Une

X