Rejoignez-nous

Vaud

Lourdes peines dans le drame de St-Légier

Publié

,

le

Le Tribunal de l'est vaudois a condamné le mari et la fille de la victime à respectivement 18 et 20 ans de prison ferme. Ils sont reconnus coupables d'assassinat et d'atteinte à la paix des morts (photo d'illustration). (©KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Le verdict est tombé jeudi dans l’affaire de l’assassinat d’une septuagénaire fin 2016 à son domicile de la Riviera vaudoise. Son mari et leur fille unique écopent respectivement de 18 et 20 ans de prison fermes.

Le Vaudois de 81 ans, accusé d’avoir assassiné son épouse de 70 ans, en la frappant avec une clé de démontage de roue de voiture, dans la nuit du 11 au 12 décembre 2016 à leur domicile de St-Légier (VD) a été condamné à 18 ans de prison ferme jeudi à Vevey. La fille unique du couple, écope quant à elle de 20 ans ferme.

Sa responsabilité a malgré tout été jugée "légèrement diminuée" par le Tribunal. Cette femme de 41 ans, "à la personnalité histrionique", a en effet subit toute son enfance des maltraitances physiques et psychologiques de la part de sa mère. Comme son père, elle est reconnue coupable d’assassinat et d’atteinte à la paix des morts.

Ambiance familiale incestuelle

Le Tribunal est convaincu que ce duo père et fille, entretenant des "liens fusionnels d’interdépendance" dans "une famille à l’ambiance incestuelle", aurait frappé mortellement ensemble la disparue. Il ne s’agit donc pas de l’accident consécutif à une énième crise de colère de la victime, décrit par son mari mais plutôt d’un acte prémédité des jours à l’avance.

Le Tribunal de l’Est vaudois a suivi les réquisitions du Ministère public. Les juges mettent en avant le fait que père et fille ont tous deux participé à des recherches internet plusieurs jours avant leur passage à l’acte. Ces recherches étaient notamment relatives aux différentes façons de faire disparaître un corps. D’autres, réalisées via un site de géolocalisation, concernaient le ravin des Monts-de-Corsier (VD) où ils avaient caché le corps de leur victime.

Avec culot et sang-froid

Le cadavre avait en effet été ligoté et introduit dans un réservoir d’eau scellé de sangles, lequel avait été ensuite rempli de mousse expansive. Mais ce n’est que le soir du 16 décembre que le duo avait jeté ce container dans le ravin boisé et isolé.

Le lendemain après-midi, père et fille ont mis en scène le suicide de leur victime en abandonnant son automobile à Chessel (VD) au bord du Rhône. Et enfin, le soir même, la fille du couple annonçait la fausse disparition de sa mère à la gendarmerie de Rennaz. "Elle a agi avec culot et sang-froid" et a aussi fait preuve lors du procès "d’émotions théâtrales", a relevé le Tribunal pour justifier la peine de 20 ans. Les juges ont aussi ordonné à la quadragénaire de suivre un traitement psychiatrique en détention.

Le corps de la retraitée avait été retrouvé dans un état de décomposition avancé cinq mois plus tard par un promeneur.

Mobile financier

Le Tribunal a estimé que les accusés avaient agi avec "détermination, perfidie, froideur, cruauté" et par appât du gain. La disparue entretenait avec eux des relations névrotiques, dominatrices et malsaines. Elle était la seule propriétaire du domicile conjugal et menaçaient régulièrement de couper les vivre à son mari et à sa fille ou de déshériter cette dernière qui dépendait d’elle financièrement.

Les avocats de la défense vont faire appel de ces condamnations.

(KEYSTONE-ATS)

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vaud

Pas de reprise pour la plupart des cours présentiels en Haute école

Publié

le

Malgré l'autorisation du Conseil fédéral de mener des enseignements en présentiel à partir du 8 juin, le mode à distance va perdurer pour la fin du semestre pour la majorité des enseignements des Hautes écoles vaudoises, dont l'UNIL (photo symbolique). Keystone/CHRISTIAN BRUN
Malgré l'autorisation du Conseil fédéral de mener des enseignements en présentiel à partir du 8 juin, le mode à distance va perdurer pour la fin du semestre pour la majorité des enseignements des Hautes écoles vaudoises, a indiqué vendredi le canton. Seuls les cours qui n'ont pu être donnés à distance et qui sont indispensables auront lieu en présentiel.

L'idée est de ne pas perturber les enseignements actuellement organisés à distance alors que les sessions d'examen vont bientôt commencer, explique le Département en charge de la formation (DFJC) dans un communiqué. S'agissant des examens, l'application de la décision fédérale permet la tenue des épreuves qui ne peuvent avoir lieu qu'en mode présentiel, rappellent les services de Cesla Amarelle.

Sont concernés par cette décision l'Université de Lausanne (UNIL), la Haute Ecole pédagogique (HEP), la Haute école de Santé Vaud (HESAV), la Haute école d'art et de design de Lausanne (ECAL), la Haute école d'ingénierie et de gestion du canton de Vaud (HEIG-VD), la Haute école de la santé La Source, la Haute école de travail social et de la santé Lausanne (HETSL) et la Haute école de Musique Vaud-Valais-Fribourg (HEMU).

Elles avaient suspendu l'enseignement présentiel dès le 16 mars pour le reprendre à distance aussitôt ou dès la semaine suivante, à la suite de la crise du coronavirus. Cela représente quelque 25'000 étudiants, selon le DFJC.

Continuer la lecture

Vaud

Le Service de protection de la jeunesse (SPJ) se transforme

Publié

le

L'évolution du SPJ vaudois intervient en lien avec la réforme à venir du Tribunal cantonal qui vise à mettre en œuvre l'audition systématique des enfants dans les procédures judiciaires les concernant (photo symbolique). Keystone/FABRICE COFFRINI
La nouvelle gouvernance du Service vaudois de protection de la jeunesse (SPJ) se précise. A partir du 1er septembre prochain, le SPJ se transforme en Direction générale de l'enfance et de la jeunesse (DGEJ). Ce changement permet de concrétiser la mise en œuvre des droits de l'enfant (Convention de l'ONU des droits de l'enfant (CDE), ONU) dans le canton.

"Avec cette étape importante, les politiques de l'Etat sont coordonnées dans le respect systématique du principe de l'intérêt supérieur de l'enfant dans les procédures internes de l'administration", a indiqué vendredi le gouvernement vaudois.

Les missions de protection et de prévention sont renforcées par la mise en place de la DGEJ qui devient un partenaire fort des directions générales de l’enseignement obligatoire (DGEO) et postobligatoire (DGEP), en délivrant notamment des prestations socioéducatives en milieu scolaire dans le cadre du "Concept 360°", explique le canton.

Nouvelles synergies

Cette réorganisation stratégique entraîne le transfert de l'Unité de promotion de la santé et de prévention en milieu scolaire (UPSPS) à cette nouvelle direction générale. "Ce changement favorisera de nouvelles synergies avec la protection du climat scolaire, la prévention et le traitement des situations de harcèlement et la promotion de la santé des élèves et des jeunes en formation", précise le Conseil d'Etat.

Le droit de l'enfant d'être entendu et de participer aux procédures qui le concernent va aussi en bénéficier, souligne le gouvernement. La volonté de créer des outils en collaboration avec les foyers et les familles d'accueil pour que la parole de l'enfant soit recueillie, entendue et prise en considération en est un exemple.

Cette évolution intervient en lien avec la réforme à venir du Tribunal cantonal qui vise à mettre en œuvre l'audition systématique des enfants dans les procédures judiciaires les concernant.

Rapport Rouiller de 2018 très critique

Le SPJ évolue vers une nouvelle gouvernance depuis un audit de la Cour des Comptes en mars 2016. Le rapport Rouiller de septembre 2018, pointant du doigt les graves erreurs du SPJ à la suite d'une affaire d'un père abuseur dans le canton, avait encore accéléré cette mue.

L'ancien juge fédéral Claude Rouiller avait jugé intolérable la manière dont le SPJ avait, pendant vingt ans, laissé une fratrie de huit enfants dans un milieu familial propice aux abus en tous genres. Le chef du SPJ de l'époque avait quitte son poste à la suite de ce rapport et de cette affaire.

Continuer la lecture

On Parle De Vous

La Protection civile vaudoise est mobilisée depuis 100 jours

Publié

le

Le Commandant de la Protection civile vaudoise, le Colonel Louis-Henri Delarageaz. (©KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)
C’est un cap symbolique atteint aujourd’hui par la Protection civile vaudoise : celui des 100 jours d’engagement dans la crise du coronavirus. Plusieurs milliers d'astreints ont été envoyés sur le terrain, pour soutenir les hôpitaux, les EMS ou d'autres secteurs fortement sollicités. Entretien avec le Commandant de la PCi vaudoise, Louis-Henri Delarageaz, à quelques jours de la fin de l'opération "Corona".

Depuis mars, ce sont plus de 5’500 astreints qui ont été engagés, pour plus de 65’000 jours de service. Ce qui représente, en moyenne, 12 jours de travail par personne. Tous les effectifs disponibles des ORPC du canton ont été sollicités.

D’abord présents sur les marchés pour faire respecter les nouvelles normes sanitaires, puis dans les hôpitaux, les EMS ou encore pour aider à l’hébergement des sans-abris, les femmes et les hommes de la Protection civile ont été sur tous les fronts. Au pic de la crise, ce sont même 1’500 astreints qui ont été engagés par jour.

Mais aujourd’hui, la situation est revenue “presque” à la normale. Seule une soixantaine de membres de la PC sont encore sur le terrain. La fin de l’opération est proche.

Le Colonel Louis-Henri Delarageaz, Commandant de la Protection civile vaudoise :

Col Louis-Henri Delarageaz
Commandant de la Protection civile vaudoise
Col Louis-Henri Delarageaz Commandant de la Protection civile vaudoise

On s’en rappelle, le canton de Vaud a ordonné mi-mars la mobilisation immédiate de sa protection civile. Face à la rapidité de l’évolution de la pandémie, tout s’est accéléré très vite. Et la Protection civile a dû faire face à l’urgence de la situation.

Le Commandant de la PCi vaudoise, Louis-Henri Delarageaz :

Col Louis-Henri Delarageaz
Commandant de la Protection civile vaudoise
Col Louis-Henri Delarageaz Commandant de la Protection civile vaudoise

Les astreints ont donc été envoyés rapidement sur le terrain pour appuyer, par exemple, la pharmacie cantonale. Mais aussi dans les hôpitaux et les EMS. Et là, le personnel de la PC a dû retrousser ses manches : il n’était pas, ou peu formé au domaine des soins.

Louis-Henri Delarageaz, Commandant de la Protection civile vaudoise :

Col Louis-Henri Delarageaz
Commandant de la Protection civile vaudoise
Col Louis-Henri Delarageaz Commandant de la Protection civile vaudoise

Au total, les astreints de la PCi ont effectué plus de 600 missions depuis la mi-mars. D’ici la fin de l’opération “Corona” le 30 juin prochain, elle devrait avoir réalisé 70’000 jours de service. Le coût estimé de son intervention se monte à 3,5 millions de francs, dont un million pour le canton de Vaud. Le reste est à la charge de la Confédération.

Selon un premier bilan dressé par le Conseil d’Etat mi-mai, l'engagement de la PCi a donné satisfaction à plus de 90% des bénéficiaires. Une analyse plus fine du travail réalisé est en cours.

Continuer la lecture

Vaud

Réouverture des mines de sel de Bex samedi

Publié

le

Le train souterrain entrant dans la galerie du site touristique des mines de sel de Bex (VD) sera de nouveau accessible au public dès samedi (archives). Keystone/JEAN-CHRISTOPHE BOTT
Après trois mois de fermeture, les mines de sel de Bex (VD) rouvrent au public dès samedi.

Le nombre de visiteurs pouvant être accueilli simultanément sera réduit de moitié dans un premier temps, ont informé vendredi les responsables dans un communiqué. Ceux-ci ont prévu de nouvelles activités, tel un rallye pour le jeune public.

Chaque visiteur se verra par ailleurs remettre un bon de fidélité lui permettant de venir découvrir les nouveautés prévues dès la saison 2021, indiquent les responsables. Des milliers de billets dégriffés sont mis en vente sur le site internet, ajoutent-ils.

Continuer la lecture

Vaud

Plusieurs piscines vaudoises annoncent leur ouverture dès samedi

Publié

le

Passé les ultimes nettoyages et préparatifs, de nombreuses piscines vaudoises sont prêtes à ouvrir dès samedi et courant juin. Keystone/JEAN-CHRISTOPHE BOTT
Après l'annonce des ouvertures des piscines de Bellerive (13 juin) et Montchoisi (24 juin) à Lausanne ainsi qu'à Prilly (20 juin), d'autres piscines vaudoises annoncent leur ouverture courant juin. C'est le cas notamment de celles de Nyon, Yverdon-les-Bains et Vevey-Corseaux et Montreux qui ouvrent dès samedi. La piscine de Renens ouvrira lundi et celle de La Sarraz le 13 juin.

Cette ouverture tant attendue des baigneurs ne se fera pas sans prescriptions sanitaires liées au coronavirus. Les plans de protection prévoient dans l'ensemble d'éviter la concentration de personnes. Dans les bassins, une distance de deux mètres devra être respectée entre chaque nageur. Les vestiaires et les douches resteront fermés, à l'exception de deux trois cabines hommes/femmes.

Certaines piscines vont aussi restreindre le nombre de personnes admises, en fonction de la surface dont elles disposent. D'autres mettront également en place un système de comptage avec transmission des informations sur leur site internet et celui des communes concernées.

A Nyon par exemple, la piscine de Colovray limitera sa fréquentation à 1400 personnes, celle de Montreux entre 200 et 500 personnes, suivant la météo. A La Sarraz, il sera possible de profiter des bassins uniquement pour une demi-journée (10h-15h ou 15h-20h).

L'Association des piscines romandes et tessinoises (APRT), qui compte 120 membres propriétaires au total de 135 établissements, a établi un guide des mesures de protection pour les exploitants de piscines. Il émet des consignes sur les files d'attente à l'entrée, l'espacement sur les pelouses, les marquages, le nombre de personnes par bassin, d'éventuels systèmes de réservation, etc.

Continuer la lecture

C'était quoi ce titre ?

Les 2 derniers titres

Horoscope du jour

Bélier

Vous voulez qu’on vous aime, qu’on vous le dise et qu’on vous le prouve. Cessez de chercher à ce qu'on vous décroche la lune !!!

Publicité

Les Sujets à la Une

X