Rejoignez-nous

Vaud

Nidecker poursuit son expansion

Publié

,

le

Les trois freres, Xavier, Henry et Cedric Nidecker posent dans l'entreprise Nidecker, specialisée dans le Snowboard ce vendredi 12 octobre 2018 a Rolle. (©KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Le groupe vaudois Nidecker retrouve la deuxième place du marché mondial du snowboard. L'entreprise familiale, dirigée par trois frères, a repris deux sociétés en Europe et aux Etats-Unis. Avec neuf marques, elle talonne désormais le géant américain Burton.

Nidecker a réalisé récemment deux nouvelles acquisitions après une première en 2016, le californien Flow. Le groupe de Rolle s'est emparé de Rome SDS, basée dans l'Etat du Vermont, et du néerlandais Low Pressure Studio (LPS), maison-mère des marques Bataleon, Lobster, des fixations Switchback et propriétaire de technologies brevetées.

Le montant de ces transactions est resté confidentiel. "Avant la progression du chiffre d'affaires et les avancées technologiques, ces acquisitions servent à nous positionner stratégiquement sur le marché international", indique à AWP Thierry Kunz, directeur du marketing.

L'arrivée de ces marques permettra néanmoins aux recettes de culminer à un nouveau pic, selon Henry Nidecker, aîné des frères et directeur général du groupe. "L'acquisition représente 30% du chiffre d'affaires global." Après le rachat, Rome a été fusionné dans LPS.

Vive croissance

Détenue entièrement par la famille, la société ne publie pas ses résultats, mais revendique une hausse de 400% de ses revenus au cours des dernières années, dont la moitié en croissance organique. "La marque Nidecker représente 12% du chiffre d'affaires. Le reste est couvert par des marques que nous avons créées ou rachetées depuis 2006", affirme Henry Nidecker, 32 ans.

Ce développement a permis au groupe de gravir de nouveaux sommets après ceux atteints durant l'âge d'or du snowboard, dans les années 90. "Même si à l'époque Nidecker était déjà numéro deux mondial, le groupe ne vendait pas autant de produits qu'actuellement", précise le directeur général.

Lorsque le phénomène snowboard connaît son envol au milieu des années 80, l'entreprise - conduite alors par Henri, le père - prend le téléphérique en marche et rencontre un succès phénoménal. La tendance s'essouffle peu à peu au tournant du nouveau millénaire. Le ski revient à la mode, dopé par l'invention du carving.

Production abandonnée

Nidecker manque alors de s'enliser dans la poudreuse. "Il y avait un problème stratégique. L'entreprise faisait du développement, de la production et de la distribution. Nous avions plein de métiers différents ce qui nous empêchait d'exceller dans un domaine précis", explique le directeur général.

Sous l'impulsion de Henry, Xavier (30 ans) et Cédric Nidecker (26 ans), le groupe familial va négocier ce virage difficile, dès 2006, principalement en abandonnant la production. "C'était un crève-coeur pour le père. Du temps d'Henri, le groupe Nidecker était un fabricant avant d'être une marque. Aujourd'hui, c'est l'inverse", raconte Thierry Kunz.

Bien qu'il n'occupe plus de fonction dirigeante, Henri Nidecker, le père, reste impliqué dans les affaires du groupe.

Approche multimarques

L'approche multimarques va changer la donne. La ligne Yes, créée en 2009, va rencontrer un succès immédiat. Elle sera suivie par d'autres, notamment Jones, spécialiste des "splitboard" (planches séparables). "Chaque marque correspond à un type d'utilisateur, ce qui nous permet de couvrir l'ensemble du marché", selon M. Kunz. Les acquisitions constituent l'étape suivante.

Par ailleurs, Nidecker a externalisé la production de ses planches, fixations, chaussures et autres accessoires dans 17 pays, principalement la Tunisie, Dubaï, la Chine et Taïwan. Le domaine recherche et développement est resté dans le canton de Vaud.

Le groupe emploie environ 100 employés, dont une trentaine à Rolle, un quart à Amsterdam et le reste aux Etats-Unis.

Selon le directeur général, le groupe est en mesure de disputer la place de numéro un mondial à Burton, sans toutefois en faire une priorité. "Dans les snowboards haut de gamme, nous sommes déjà les premiers."

Entreprise fondée en 1887

Fondé en 1887, Nidecker s'est transformé en exploitant des marques de snowboards après avoir fabriqué tout au long de son histoire des traîneaux, des skis de fond et nautiques puis des snowboards, à partir de 1984. Le groupe vend plus de 500'000 produits par an.

(ATS)

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vaud

La Ville de Morges va revoir son projet de centre aquatique

Publié

le

La population morgienne attend depuis une vingtaine d'années la construction d'une piscine couverte sur sa commune. Ici, le syndic de Morges Vincent Jaques. (Image d'archive - ©KEYSTONE/Valentin Flauraud))
Il faudra sans doute attendre encore quelques années avant qu'un centre aquatique voit le jour à Morges. Attentive aux critiques, la Municipalité a décidé mardi de "réexaminer en profondeur" le projet régional et surtout son mode de financement. Elle va donc retirer son préavis lors du prochain Conseil communal.

En discussion depuis 2008, dévoilé fin 2018 et devisé à 65 millions de francs, le projet devait être financé en partie par la Ville de Morges et une trentaine de communes du district de Morges (Centre Aquatique Région Morges SA). Le centre est prévu sur le site du Parc des sports, à l'entrée ouest de la ville, au bord du lac.

Il prévoit des bassins extérieurs et intérieurs, des toboggans, des plongeoirs, des espaces ludiques, un spa, un fitness et des restaurants. Son ouverture était initialement agendée pour 2022.

Plusieurs reproches

"La Municipalité de Morges souhaite améliorer le projet régional de centre aquatique. En particulier, le mode de financement doit être approfondi, et le préavis sera par conséquent retiré lors du prochain Conseil communal. Elle veut, par cette démarche forte, consolider le projet", écrit la Ville mardi dans un communiqué. Elle se dit "attentive aux échos qui lui sont parvenus ces derniers mois".

Principaux reproches: un projet titanesque, trop ambitieux, mais qui ne comporte pas de bassin olympique couvert - requête de très longue date de la population morgienne -, la crainte d'un prix d'entrée trop cher ou encore le risque de voir le camping passablement réduit.

Référendum ambigu

Des critiques avaient déjà été émises par des conseillers communaux en 2018, certains demandant même l'abandon du projet. En début d'année, un groupe de citoyens a récolté suffisamment de signatures pour lancer un référendum sur le nouveau Plan partiel d'affectation (PPA) du terrain du Parc des sports, voté en 2018 par le législatif morgien et qui prévoit notamment un parking souterrain de 640 places. Le scrutin est agendé le 27 septembre prochain.

Face à ce référendum qui sème la confusion entre l'affectation du sol, au sens strict, et les projets futurs devant ensuite recevoir encore l'aval du Conseil communal, la décision de la Municipalité vise aussi à "clarifier les enjeux liés" à cette votation. "Des enjeux qui dépassent largement le cadre d'un seul projet à l'étude", souligne-t-elle.

La Ville assure toutefois que le projet régional de centre aquatique "va continuer à prendre forme, avec un calendrier réajusté et un esprit collaboratif avec les communes partenaires. Cette nouvelle de phase de travail doit permettre à la Municipalité de déposer, "en temps voulu", un nouveau préavis auprès du Conseil communal.

Continuer la lecture

Lausanne

Grosse panne d'électricité à Lausanne

Publié

le

Le quartier de la gare a été touché par une importante panne d'électricité. (Image d'archive - ©KEYSTONE/Laurent Gillieron)
Les quartiers du sud-est de Lausanne privés de courant depuis 14h15 mardi en raison d'un incendie dans un poste de transformation de haute tension à Bellefontaine sont à nouveau alimentés depuis 17h20. Le feu a été vite maîtrisé par les pompiers.

Tous les quartiers concernés reçoivent à nouveau l'électricité du réseau, a indiqué en début de soirée à Keystone-ATS Jean-Yves Pidoux, municipal lausannois en charge des Services industriels de Lausanne (SIL).

Il avait auparavant précisé qu'il s'agissait "d'une très grosse panne", "plusieurs centaines et peut-être plus de 1000 bâtiments" étant concernés. Selon lui, l'incendie au poste de transformation est certainement dû un accident.

Continuer la lecture

Vaud

Masques obligatoires pour les gymnasiens vaudois

Publié

le

Les gymnasiens devront porter des masques à la rentrée. (©KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)
Les élèves des gymnases et des écoles professionnelles du canton de Vaud devront arborer un masque à la rentrée du 24 août. Le port du masque, jusqu'ici recommandé, est obligatoire dès que la distance de 1,5 mètre ne peut être respectée. L'obligation ne concerne pas les plus jeunes, qui fréquentent l'école obligatoire.

Dans les gymnases et écoles professionnelles, le port du masque est obligatoire dès le 10 août pour la session d'examens et dès le 24 août pour la reprise des cours en effectifs complets. La mesure concerne les élèves, les enseignants et le personnel administratif et technique, annonce vendredi le canton dans un communiqué.

Cette obligation s'applique à l'intérieur des établissements, mais aussi dans les cours d'école, lorsque la distance de 1,5 mètre ne peut pas être respectée. En résumé, la plupart du temps.

Théoriquement, les élèves pourraient tomber le masque lorsqu'une poignée d'entre eux occupe une salle suffisamment grande. "A l'échelle du canton, peu de classes correspondent à cette configuration", souligne un porte-parole. Mais ce serait possible pour un enseignant, se tenant face à ses élèves à plus de 1,5 mètre.

S'équiper à leurs frais

Les enseignants et le personnel scolaire se verront remettre deux masques chirurgicaux par jour. Les élèves en recevront également lors des examens d'août, puis pendant les deux premières semaines de cours. Dès le 7 septembre, les élèves devront s'équiper à leurs frais. Les masques continueront à être fournis au personnel scolaire.

Les masques doivent être en bon état, de préférence chirurgicaux. Il est "très vivement recommandé" que les modèles en tissu portent l'étiquette "Testex Community Mask", conformément aux recommandations du médecin cantonal, précise le canton.

Combler les lacunes

A la rentrée, des mesures d'appui et de soutien seront proposées aux élèves pour combler les lacunes dues au semi-confinement. Cela concerne aussi bien l'école obligatoire que le post-obligatoire.

Partout, les gestes barrière et les mesures d'hygiène restent de rigueur. A l'école obligatoire, l'enseignement se déroulera dans des classes aux effectifs complets. Le port du masque devient obligatoire pour les enseignants si la distance minimum avec les élèves ou entre adultes ne peut pas être respectée.

Dans les écoles, les cours reprennent en présentiel, en effectifs complets. En fonction des circonstances sanitaires, des quarantaines de classes ou d'établissements pourront être ordonnées par le médecin cantonal, précise le communiqué de presse.

Continuer la lecture

Lausanne

EPFL: deux nouvelles bourses pour des recherches sur le Covid

Publié

le

Deux projets de recherche de l'EPFL liés au coronavirus viennent de décrocher un financement fédéral auprès du Fonds national suisse (FNS). (©(AP PHOTO/KIRSTY WIGGLESWORTH)
Deux projets de recherche de l'EPFL liés au coronavirus viennent de décrocher un financement fédéral auprès du Fonds national suisse (FNS). Le premier concerne le profilage sérologique, le second vise à créer un petit appareil portable permettant un dépistage rapide du virus. Ils reçoivent chacun un montant de l'ordre du million de francs.

Le Laboratoire de caractérisation du réseau biologique de Sebastian Maerkl va mettre en place un profilage sérologique à grande échelle du Covid-19 à l'aide de nano-essais immunologiques microfluidiques à haut débit, explique vendredi l'EPFL dans un communiqué. Les recherches se feront en collaboration avec l'équipe de la professeure Isabella Eckerle, des HUG à Genève,

Il existe un manque d'innovation en matière de diagnostic dans le domaine des virus émergents, explique la Haute Ecole. De nouvelles technologies à haut débit, peu coûteuses et largement accessibles, sont nécessaires "de toute urgence", selon le chercheur.

Le second projet, emmené par la professeure Sandrine Gerber, est interdisciplinaire. Il vise à développer un petit appareil portable permettant d'identifier le coronavirus dans les aéroports, les gares et les autres lieux où un dépistage rapide et à un stade précoce est souhaité.

Ce biocapteur ultra sensible devrait permettre de s'affranchir de l'utilisation de réactifs coûteux. Et il ne serait plus nécessaire de recourir à des équipements d'analyse sophistiqués et à du personnel spécialisé. Outre Mme Gerber, le projet est porté par Igor Stefanini de la Haute école spécialisée de la Suisse italienne et Francesco Bertoni de l’Université de la Suisse italienne.

Ces deux recherches font partie de 28 projets soutenus par le FNS pour un total de 18,6 millions de francs. Le PNR 78, sur le Covid-19, a été lancé à la fin avril et doit durer deux ans.

Continuer la lecture

Vaud

Un épisode caniculaire ces prochains jours dans le canton

Publié

le

En période de canicule, il faut boire sans attendre d'avoir soif. (©KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)
Une période de canicule va s'installer dès samedi et jusqu'à mercredi au moins. Cette vague de chaleur peut entraîner des conséquences graves pour la santé. Il faut se protéger de la chaleur, bien s'hydrater et porter une attention particulière aux personnes âgées, aux jeunes enfants et aux malades chroniques, rappelle le médecin cantonal vaudois.

Ces prochains jours, les températures vont atteindre 33-34 degrés, avec un taux d'humidité en hausse. Les concentrations d'ozone augmenteront, ce qui constitue un facteur aggravant pour la santé, explique jeudi un communiqué.

En période de canicule, il convient de se protéger de la chaleur en restant chez soi et en évitant les activités physiques aux heures les plus chaudes. Il faut préserver la fraîcheur du logement en fermant stores et fenêtres le jour et en les ouvrant la nuit.

Il est recommandé de boire régulièrement, sans attendre d'avoir soif. Et d'appeler un médecin en cas de malaise. Les règles d'hygiène pour prévenir le Covid restent valables, comme la distanciation physique, le lavage des mains et le port du masque.

Continuer la lecture

C'était quoi ce titre ?

Les 2 derniers titres

Horoscope du jour

Balance

Un flair remarquable vous guide… Faites-lui confiance, quelles que soient vos affaires, elles réussiront.

Publicité

Les Sujets à la Une

X