Rejoignez-nous

Vaud

Nouvelle répartition des dicastères à Montreux

Publié

,

le

La nouvelle répartition des dicastères entrera en vigueur le 1er mars (photo prétexte). CREDIT: KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT
Après l'élection complémentaire de décembre, la municipalité de Montreux a procédé à une nouvelle répartition des dicastères. La nouvelle élue, Irina Gote, dirigera le service de la voirie, des espaces verts ainsi que les ressources humaines. La socialiste prendra ses fonctions le 1er mars.

Olivier Gfeller (PS), actuellement à la tête de la voirie, des espaces verts et de l'action sociale, prendra la tête du service des finances et du centre informatique, a annoncé jeudi la ville. Il conservera la fonction de délégué à l'action sociale régionale au sein du comité de l'ARAS. Les autres dicastères ne sont pas modifiés.

La municipalité de Montreux a basculé à gauche en décembre. Irina Gote a devancé de justesse le candidat PLR Florian Despond. Elle s'est emparée du siège du sortant Pierre Rochat (PLR).

 

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lausanne

Plus de 30 événements culinaires au menu de Lausanne à Table

Publié

le

Des dizaines d'événements décalés, gourmands et inédits animeront Lausanne et ses environs jusqu'en décembre. (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Le festival dédié à la gastronomie Lausanne à Table a détaillé le programme de sa 10e édition. Dégustation de caracs ou encore yoga et brunch, la manifestation regroupe plus de 30 événements culinaires jusqu'au mois de décembre.

Pour ouvrir le bal: un "Caracathon" ou le premier marathon du carac, qui réunit dix boulangeries-pâtisseries lausannoises. Il a débuté le 1er juin et affiche déjà complet jusqu'à la fin du mois. Le gagnant du prix du meilleur carac sera dévoilé le 6 juillet, indiquent mardi les organisateurs de Lausanne à Table.

Le festival continuera de proposer une dizaine d'événements décalés et gourmands à Lausanne et ses environs. Il met un point d'honneur à valoriser les artisans avec, par exemple, des ateliers d'initiation à l'apiculture pendant lesquels les participants pourront confectionner du miel.

Lausanne à Table sera aussi l'occasion de s'asseoir à une table et de déguster des plats accompagnés de la bière lausannoise "la Nébuleuse" dans le cadre des "Beer Dinners".

Quant au Miam Festival, annoncé en mai dernier, les organisateurs ont été contraints de l'annuler en raison des conditions sanitaires actuelles. Cet événement devait se dérouler du 1er au 4 juillet avec des foodtrucks disséminés dans les parcs lausannois.

https://www.lausanneatable.ch/

Continuer la lecture

Vaud

Le CHUV restera au service de l'Etat

Publié

le

Un compromis "constructif" a été accepté mardi par les députés vaudois pour garantir l'avenir public du CHUV (Archives © Keystone/KEYSTONE POOL REUTERS/DENIS BALIBOUSE)

Le CHUV à Lausanne restera au service de l'Etat de Vaud. Les parlementaires ont accepté mardi un contre-projet du gouvernement à une initiative PLR visant à autonomiser l'établissement hospitalier. Il renforce le rôle du Parlement et crée un Conseil stratégique.

L'initiative "Pour une gouvernance moderne du CHUV" de la députée PLR Florence Bettschart-Narbel avait été acceptée par 73 voix contre 65 non en juin 2019, à la suite d'un débat-fleuve tendu. Son texte prévoyait que le Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV) ne soit plus un service de l'Etat, mais un établissement public de droit autonome et qu'il soit doté d'un conseil d'administration.

La conseillère d'Etat en charge de la santé et du CHUV, Rebecca Ruiz, avait alors averti que le gouvernement élaborerait un contre-projet à cette initiative. Elle avait insisté, entre autres, sur le fait que le lien entre le Conseil d'Etat et le CHUV ne signifiait pas un manque d'autonomie de gestion du CHUV.

Dans l'hémicycle, les Verts, les socialistes et Vaud libre avaient dit tout le mal qu'ils pensaient d'une autonomisation, selon eux tout sauf nécessaire et qui ouvre la voie à une privatisation, du moins de certaines activités de l'hôpital. Un alinéa permettant au CHUV de déléguer des activités de soins, y compris aux établissements privés qui sont reconnus d'intérêt public ou non, avait fâché des députés.

"Compromis constructif"

Mardi, tant la commission chargée d'étudier le contre-projet que plusieurs députés ont salué un "compromis constructif", "satisfaisant", une "solution adéquate" et même une "paix des braves" après le débat houleux de l'époque. Le contre-projet a été établi en concertation avec les initiants libéraux-radicaux, qui ont donc retiré leur initiative.

"Nous avons pris très au sérieux les changements proposés par l'initiative et avons fait un pas vers une gouvernance plus partagée. Je suis contente de cette solution au service de l'intérêt général plutôt qu'au service d'une logique privée", a dit Mme Ruiz devant le plénum.

Tous les groupes parlementaires ont accepté d'entrer en matière sur ce préavis et l'ont ensuite largement accepté, par 128 voix pour, aucune voix contre et cinq abstentions.

Intermédiaire entre CHUV et DSAS

Le CHUV est directement sous la houlette du Département de la santé et de l'action sociale (DSAS). Avec le contre-projet adopté, les services de Mme Ruiz garderont donc la main mais l'Etat lâche clairement du lest.

Concrètement, il donne le pouvoir à la Commission des finances (COFIN) du Grand Conseil de se prononcer une fois par législature sur le programme pluriannuel des investissements de 1 à 8 millions de francs et, une fois par année, sur tous les investissements concernés. Jusqu'ici, les investissements de 1 à 8 millions étaient de la compétence seule du gouvernement.

Le contre-projet prévoit aussi l'instauration d'un Conseil stratégique du CHUV. Cet organe de réflexion et de prospective nommé pour cinq ans sera un intermédiaire entre le CHUV et le DSAS. Il sera chargé de préaviser le plan stratégique de l'hôpital auprès de l'exécutif et du législatif.

Il comptera un maximum de neuf personnalités issues des domaines de la médecine et des soins, des nouvelles technologies, de l'organisation hospitalière, des humanités et de l'éthique, de la défense des patients et de la durabilité. Sa composition sera de la compétence du Conseil d'Etat et devra être ratifiée par le Parlement.

Il remplace ainsi, avec un mandat plus clairement défini, le Conseil du CHUV actuellement prévu dans la législation, mais qui ne se réunit plus depuis plusieurs années. Ce nouvel "ancrage légal" du Conseil stratégique a notamment plu au groupe PLR du plénum.

Continuer la lecture

Lausanne

Lausanne renforce la surveillance de ses institutions culturelles

Publié

le

A l'instar du Béjart Ballet Lausanne, les institutions culturelles subventionnées seront régulièrement auditées à Lausanne (Archives © KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Eclaboussée par l'affaire du Béjart Ballet, la Ville de Lausanne veut renforcer le contrôle de ses institutions culturelles subventionnées. Des audits RH seront régulièrement menés et une cellule indépendante sera créée pour gérer les cas de harcèlement.

Comme cela se fait déjà en matière de finances ou de gouvernance, un audit lié aux ressources humaines (RH) est désormais prévu tous les quatre ans, annonce mardi la capitale vaudoise.

Il sera mené auprès des institutions culturelles subventionnées majoritairement par la Ville à hauteur de plus de 500'000 francs par an. Sont concernés: le Théâtre de Vidy, l'Opéra, l'Orchestre de Chambre, le Béjart Ballet, l'Arsenic, le Petit Théâtre, Les Docks et le Festival de la Cité.

Ces audits devront "prévenir et détecter les risques de mal-être au travail, analyser les outils et le fonctionnement en matière de gestion RH, et permettre à l'ensemble du personnel de s'exprimer grâce à des sondages de satisfaction et des enquêtes sur le climat de travail", précise un communiqué.

Il est également prévu d'accompagner ces institutions dans la mise à jour de leur règlement interne ou de leur charte du personnel. Une "cellule externe de confiance" doit aussi être créée pour permettre au personnel d'être soutenu et entendu de façon confidentielle, notamment pour les questions de harcèlement.

Le SSRS salue

Pas encore validé, ce dispositif a été mis en consultation auprès du Syndicat suisse romand du spectacle (SSRS) et des associations professionnelles.

Secrétaire générale du SSRS, Anne Papilloud a dit "saluer" les mesures présentées mardi par la Ville de Lausanne, même si elle n'a pas encore pu les consulter en détail. Contactée par Keystone-ATS, elle a notamment jugé "essentielle" la nomination d'une personne de confiance vers laquelle pourrait se tourner le personnel du monde culturel.

Selon Mme Papilloud, il est également "très sain" que les audits touchent désormais les aspects RH, et pas seulement les questions de finances ou de gouvernance.

A sa connaissance, Lausanne serait la première ville romande à instaurer un tel dispositif. "Genève est aussi en train d'y réfléchir", a-t-elle précisé.

Discussions accélérées

De telles réflexions étaient menées depuis plusieurs semaines à Lausanne, notamment après le dépôt d'un postulat socialiste en novembre dernier sur le harcèlement dans le milieu culturel. Les démarches ont toutefois été accélérées depuis la fin mai et l'éclatement de l'affaire du Béjart Ballet Lausanne (BBL).

Pour mémoire, un premier audit a révélé des dysfonctionnements au sein de l'Ecole-atelier, entraînant les licenciements de son directeur et de sa régisseuse, ainsi que la fermeture de l'école pour une année au moins. A la suite de nouvelles allégations, concernant cette fois-ci la compagnie elle-même, le Conseil de fondation du BBL a lancé un audit global. Les médias ont notamment rapporté des témoignages faisant état de pression psychologique et de harcèlement sexuel.

Continuer la lecture

Vaud

Les élus plébiscitent le gouvernement sur la politique climatique

Publié

le

Le Plan climat vaudois et la stratégie du gouvernement pour la protection du climat ont été présentés il y a presque une année, le 24 juin 2020 (Archives © Keystone/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Les parlementaires vaudois ont plébiscité mardi le gouvernement sur la politique climatique et énergétique du canton. Ils devaient se prononcer sur des rapports et réponses du Conseil d'Etat à pas moins de six postulats et trois interpellations. Les explications et intentions de l'exécutif, traitées en bloc, ont convaincu les députés à l'unanimité pour la plupart des neuf interventions.

Ces postulats et interpellations ont globalement tous trouvé leurs réponses dans le Plan climat cantonal, présenté il y a presque une année, le 24 juin 2020. Vaud vise la neutralité carbone en 2050 avec, dans un premier temps, une réduction des émissions de gaz à effet de serre de 50 à 60% d'ici 2030 (par rapport à 1990).

Les postulats concernaient un quota d'arbres supplémentaires dans les villes et villages du canton, des instructions concrètes à fournir aux acteurs institutionnels de l'adaptation au réchauffement climatique, la compensation carbone dans le canton, l'inclusion de la santé dans la politique climatique ou encore la volonté d'avoir des véhicules de transports publics propres.

Les interpellations ciblaient, elle, l'offre du trafic ferroviaire international nocturne, les voyages d'études en train plutôt qu'en avion ainsi que le préfinancement des ressources pour le climat et le patrimoine naturel.

Un seul rapport n'a pas trouvé grâce aux yeux des élus, celui concernant un postulat demandant l'instauration d'une journée cantonale pour le climat. Le gouvernement est prié de donner un complément de réponse sur sa stratégie précise de communication et d'actions pour faire partager la problématique du climat à la population.

Continuer la lecture

Vaud

Une nouvelle variante pour la future jonction de Chavannes

Publié

le

Cette illustration de la future jonction de Chavannes doit servir de base de travail pour les études de projet. (©FORSTER-PAYSAGE)

La réalisation de la jonction autoroutière de Chavannes-près-Renens se précise. Une convention a été signée ce mardi entre la Confédération, le canton de Vaud et la commune de l’Ouest lausannois. Étape importante en vue de la suppression du goulet d’étranglement de Crissier, cette jonction de Chavannes a toutefois été revue et adaptée pour éviter les oppositions.

Le nouveau projet comprend désormais une couverture végétalisée de près de 150 mètres, s’intègre dans le paysage et intègre toute une série d’aménagements de mobilité de douce. Cette solution, appelée “variante colline” n’est en fait qu’une base de travail, qui devra servir lors des futures études de projets.

Mais quoi qu’il en soit, les grandes lignes sont tracées pour que ce projet puisse susciter l’adhésion des habitants.

Nuria Gorrite, Conseillère d’Etat vaudoise en charge des infrastructures :

Nuria Gorrite
Présidente du Conseil d'Etat vaudois
Nuria GorritePrésidente du Conseil d'Etat vaudois

Cette nouvelle jonction de Chavannes est devisée à 100 millions de francs, dont 65 à la charge de la Confédération, 35 pour l’Etat de Vaud et 1 million pour la Commune.

Et elle est surtout plus adaptée que la première variante mise à l'enquête fin 2018.

Stefano Coraducci, chef de filiale à l’Office fédéral des routes :

Stefano Coraducci
Chef de filiale à l’OFROU
Stefano CoraducciChef de filiale à l’OFROU

Avec 4 bretelles, il sera possible de rentrer et sortir de l’autoroute à Chavannes-près-Renens, dans les deux sens de circulation.

Cette jonction doit aussi permettre de supprimer tout ou partie du trafic de transit dans les quartiers alentours. Un vrai problème à l’heure actuelle selon le Syndic de Chavannes-près-Renens, Jean-Pierre Rochat :

Jean-Pierre Rochat
Syndic de Chavannes-près-Renens
Jean-Pierre RochatSyndic de Chavannes-près-Renens

Si tout se passe sans encombre, la nouvelle jonction de Chavannes sera mise à l’enquête publique d’ici 2024. Elle pourrait être opérationnelle en même temps que la nouvelle jonction d’Ecublens, probablement en 2030.

Tous projets confondus, la suppression du goulet d'étranglement de Crissier est devisée à plus d’un milliard de francs.

Continuer la lecture

Les Sujets à la Une

X