Rejoignez-nous

Vaud

Pour l’heure, l’ouvrage sur Jacqueline de Quattro reste interdit

Publié

,

le

C'est cette photo qui figure en couverture du livre de Fabien Dunand (archives). (©KEYSTONE/DOMINIC STEINMANN)

Aucune conciliation n’a été trouvée au sujet du livre à charge consacré à Jacqueline de Quattro. L’ouvrage reste interdit de diffusion en attendant le jugement du Tribunal de l’Est vaudois sur les mesures provisionnelles requises par la conseillère d’Etat.

Le litige porte sur la photo de couverture du livre écrit par Fabien Dunand, intitulé « Une conseillère d’Etat ne devrait pas dire ça ». La ministre vaudoise, absente mercredi au tribunal à Vevey, estime que cette couverture porte à confusion, laissant à penser qu’elle est l’auteure ou qu’elle cautionne ce brûlot.

Mercredi durant l’audience à Vevey, la présidente du tribunal Anne-Catherine Page a tenté de trouver un terrain d’entente entre les deux parties. Sans succès toutefois. Les éditions Attinger ont aussi proposé une nouvelle version de la couverture, toujours avec la photo mais sans le nom de la magistrate. Une proposition écartée par l’avocat de Jacqueline de Quattro, François Roux.

Selon lui, outre le risque de confusion, l’utilisation sans autorisation de cette photo constitue une atteinte au droit à l’image. « On n’agit pas contre le contenu du livre, mais contre sa présentation. Ce n’est pas de la censure », a affirmé Me Roux.

Pour Elie Elkaim, avocat de Fabien Dunand, la photo en question, prise dans le bureau de la ministre, est « strictement publique ». Il a relevé que ce cliché avait été utilisé à d’autres fins, notamment pour des articles de presse. « Cela fait 21 jours que ce livre est censuré. C’est un cas unique en Suisse », a-t-il insisté, dénonçant une attaque contre la liberté d’expression.

Pas un pamphlet

Interrogé sur ses intentions, Fabien Dunand a assuré que son livre n’était « en aucun cas un pamphlet ». Il a dit avoir conçu cet ouvrage « comme un documentaire » en accumulant les faits sur les onze ans passés par Jacqueline de Quattro au Conseil d’Etat. « C’est de l’information commentée », a-t-il jugé, faisant référence à son passé de journaliste, lui qui a été rédacteur en chef de 24 heures.

Me Roux a rétorqué que ce livre ne pouvait pas être assimilé à un article de presse, sachant notamment qu’il vise à être commercialisé. Selon l’avocat, la liberté d’expression n’est aucunement mise en cause. « Il suffit de changer la fourre du livre et il n’y a plus de procès », a-t-il martelé.

Pour Me Elkaim, il y a « une forme d’hypocrisie » à s’attaquer à la couverture alors que, selon lui, c’est le contenu du livre que vise à interdire Jacqueline de Quattro. Il en a profité pour dénoncer le climat actuel « inquiétant » qui règne entre le monde politique et les médias.

Les politiques semblent « soudainement frappés d’hypersensibilité à la critique », a estimé l’avocat, relevant que certains avaient désormais « la gâchette judiciaire facile. » Il faisait notamment référence aux autres actions actuellement en cours entre des médias et des conseillers d’Etat comme Pierre Maudet et Pascal Broulis.

Dans l’attente du jugement

A l’issue des plaidoiries, la présidente du tribunal a annoncé que le jugement serait rendu « dans les meilleurs délais. » Selon les avocats des deux parties, il devrait tomber dans le courant de la semaine prochaine.

Que les mesures provisionnelles soient retenues ou non, la décision pourra faire l’objet d’un recours. Celui-ci devra être déposé dans les 10 jours auprès du Tribunal cantonal.

Environ 400 exemplaires d' »Une conseillère d’Etat ne devrait pas dire ça » ont été commandés par les différents points de vente, pour un premier tirage total de 600 à 700 livres, a précisé Emmanuel Vandelle, directeur des éditions neuchâteloises Attinger, présent à l’audience. Celui-ci a affirmé qu’il n’avait jamais dû solliciter une autorisation pour une photo d’un livre traitant de l’action d’un politicien.

Pour mémoire, la cheffe du Département de l’environnement et du territoire (DTE) et Fabien Dunand sont déjà en conflit dans le cadre du feuilleton opposant le promoteur immobilier Bernard Nicod au groupe Orllati. L’ancien journaliste, qui a accusé la ministre de conflits d’intérêt dans cette affaire, est poursuivi pour diffamation et calomnie.

(KEYSTONE-ATS)

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vaud

Nyon vote ce dimanche sur l’extension des horaires des commerces

Publié

le

Faut-il prolonger l’ouverture des commerces le samedi en Ville de Nyon? C’est la question à laquelle doivent répondre les habitants ce dimanche.

Ils doivent se prononcer sur le nouveau Règlement sur les jours et heures d’ouverture des commerces, accepté au printemps dernier par le Conseil communal, mais combattu par un référendum populaire lancé par la gauche et le syndicat UNIA.

Le texte en votation propose d’autoriser les magasins à ouvrir leurs portes jusqu’à 19h00 le samedi, au lieu de 18h00 actuellement. En clair de s’aligner aux pratiques déjà en vigueur en périphérie nyonnaise.

Une mesure qui émane et qui est fermement demandée par la SIC, la Société industrielle et commerciale de Nyon et environs, qui regroupe près de 200 membres.

Il en va de la survie à long terme des enseignes du centre-ville.

Sa Présidente, Marisa Benedetto :

Marisa Benedetto
Présidente, SIC
Marisa Benedetto Présidente, SIC

Malgré des négociations et des compensations proposées aux employés, la mesure n’a pas plus à la gauche et aux syndicats qui ont lancé le référendum. Prolonger l’ouverture d’une heure n’est pas nécessaire.

Ecoutez Komla Kpogli, secrétaire syndical à UNIA Vaud :

Komla Kpogli
Secrétaire syndical, UNIA
Komla Kpogli Secrétaire syndical, UNIA

Les habitants de Nyon diront ce dimanche s’ils acceptent de prolonger l’ouverture des commerces de 18h00 à 19h00 le samedi en Ville de Nyon.

Continuer la lecture

Vaud

Une initiative pour mieux protéger la jeunesse

Publié

le

Des lois et des structures adaptées. C’est ce que réclame l’initiative populaire lancée par le Collectif pour une meilleure protection des jeunes vaudois. L’association s’est créée dans le sillage des dysfonctionnements signalés l’an dernier au SPJ après l’affaire du père abuseur d’Yverdon.

« Il faut un coup de sac » au SPJ. Propos tenus en conférence de presse par Véronique Hurni, ancienne députée vaudoise et ancienne juge au Tribunal des mineurs. « Nos enfants, les familles et professionnels du Canton de Vaud ont besoin de lois et de structures adaptées », c’est le titre complet de cette initiative publiée ce vendredi dans la feuille des avis officiels. Selon les initiants, se basant sur divers témoignages, le risque existe que des dysfonctionnements comme ceux relevés au sein du SPJ l’an dernier se reproduisent. Ils souhaitent les éviter. Pour ce faire, le comité d’initiative demande une entière révision et adaptation de la loi sur la protection des mineurs. Il souhaite que l’Etat s’entoure des professionnels dans ce processus. Mais le comité ne liste pas de revendication précise pour cette réforme. Sa porte-parole, Sandra Pernet :

Sandra Pernet
Porte-parole, comité d'initiative
Sandra Pernet Porte-parole, comité d'initiative

Pour régler les cas de conflits, les initiants réclame par contre la création d’un tribunal de la famille afin d’accélérer les procédures judiciaires :

Sandra Pernet
Porte-parole, comité d'initiative
Sandra Pernet Porte-parole, comité d'initiative

Autre point de l’initiative, la constitution d’une commission neutre pour recevoir et traiter les plaintes qui concernent la prise en charge des mineurs par les structures de l’Etat. Selon les initiants, l’Etat est aujourd’hui juge et partie :

Sandra Pernet
Porte-parole, comité d'initiative
Sandra Pernet Porte-parole, comité d'initiative

Au-delà de la loi, l’initiative demande aussi l’adaptation des structures d’accueil. Le comité dénonce la situation observée aujourd’hui dans certains foyers :

Sandra Pernet
Porte-parole, comité d'initiative
Sandra Pernet Porte-parole, comité d'initiative

Dernier point de l’initiative, que l’aide sociale et éducative hors-murs soit renforcée dans les villes avec le soutien de l’Etat.

Le texte a jusqu’à fin janvier pour récolter 12’000 signatures. À noter qu’une manifestation de soutien se déroulera samedi 28 septembre à 11h à Lausanne.

 

Continuer la lecture

Vaud

Le Vacherin nouveau est arrivé

Publié

le

La saison du Vacherin Mont-d'Or s'étend de septembre à avril. (Photo : capture d'écran/myvalleedejoux.ch)

C’est l’un des événements de l’année à la Vallée de Joux : la Fête du Vacherin Mont-d’Or. La 23ème édition aura lieu ce samedi 21 septembre 2019, dès 9 heures, aux Charbonnières, berceau de ce fromage emblématique.

La manifestation marque le lancement du produit pour la saison 2019-2020. Elle coïncide aussi avec la désalpe des troupeaux.

De quoi en faire une grande fête avec un programme copieux.

Cédric Paillard, Directeur de l’Office du Tourisme de la Vallée de Joux :

Cédric Paillard
Directeur, Office du Tourisme de la Vallée de Joux
Cédric Paillard Directeur, Office du Tourisme de la Vallée de Joux

Premier fromage à avoir obtenu le label AOP en Suisse, le Vacherin Mont-d’Or est un fromage à pâte molle de production saisonnière. Il est toujours accompagné de sa boîte en épicéa. On le mange cru ou cuit au four. Selon les documents d’archives, les premiers Vacherins Mont-d’Or ont été produits aux Charbonnières autour de 1845.

Quoi qu’il en soit, aujourd’hui, c’est un moteur économique pour la Vallée de Joux et sa région.

Cédric Paillard :

Cédric Paillard
Directeur, Office du Tourisme de la Vallée de Joux
Cédric Paillard Directeur, Office du Tourisme de la Vallée de Joux

Au total, 9 fromagers produisent du Vacherin Mont-d’Or labellisé. Et 3 les affinent. À la Vallée de Joux, mais pas que…

Cédric Paillard, Directeur de l’Office du Tourisme de la Vallée de Joux :

Cédric Paillard
Directeur, Office du Tourisme de la Vallée de Joux
Cédric Paillard Directeur, Office du Tourisme de la Vallée de Joux

Et l’interprofession du Vacherin Mont-d’Or confirme : près de 600 tonnes sont produites chaque année.

La Fête du Vacherin Mont-d’Or, 23ème édition, c’est ce samedi dès 09h00 à la Vallée de Joux, aux Charbonnières.

Continuer la lecture

Vaud

Lancement d’un projet pilote de justice restaurative

Publié

le

Les rencontres se tiendront à la prison des Léchaires, à Palézieux (archives). (©KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Mettre face-à-face agresseurs et victimes pour amener l’auteur à prendre conscience des conséquences de ses actes et aider la victime à surmonter son traumatisme: le canton de Vaud lance un projet pilote de justice restaurative avec de jeunes adultes.

La justice restaurative – parfois aussi appelée justice restauratrice – permet d’échanger, d’établir un dialogue. Différentes formes existent: Vaud a opté pour le « dialogue restauratif », qui se fera dès cet automne sur une base volontaire avec des jeunes adultes de 18 à 22 ans incarcérés à la prison des Léchaires, à Palézieux.

Pas avec victime directe

Cet espace d’échanges réunira des auteurs de crimes et délits avec des victimes de faits similaires, et non avec leur victime directe, a expliqué jeudi Sylvie Bula, cheffe du Service pénitentiaire. Ce projet pilote s’inspire de ce qui se pratique à l’étranger, en Belgique et au Canada, mais aussi à la prison de Lenzburg (AG).

Comme à Lenzburg, le canton travaillera en collaboration avec le « Forum suisse de justice restaurative », qui sera chargé d’entendre les agresseurs et les victimes susceptibles d’y prendre part. Des groupes comptant deux à six détenus et un nombre comparable de victimes seront formés. Encadrés par des professionnels, ils se réuniront à huit reprises, au rythme de deux heures par semaine.

Eviter la spirale délictueuse

Un premier bilan sera tiré au premier trimestre 2020. L’objectif est que ces jeunes n’entrent pas dans une spirale délictueuse. La conseillère d’Etat Béatrice Métraux reconnaît que les effets de la justice restaurative ne sont pas établis scientifiquement, mais des études parlent d’une baisse du taux de récidive de 7 à 10%.

« Les auteurs n’ont pas toujours une pleine vision des conséquences de leurs actes sur une victime en chair et en os. La justice restaurative permet de les responsabiliser, de leur faire prendre conscience qu’il y a des personnes qui ont souffert et souffrent encore. Cela permet d’avancer dans le travail sur le délit et l’empathie », a expliqué Sylvie Bula.

Victimes entendues

Du côté des victimes, la démarche leur permet de se faire entendre. Les victimes n’ont pas toujours eu l’opportunité de témoigner. « Elles ont envie d’être entendues et reconnues comme victimes. Des victimes m’écrivent et me disent: il a été condamné et moi ? », a expliqué la cheffe du Département des institutions et de la sécurité.

La participation à ces dialogues restauratifs n’aura aucun effet sur l’exécution de la peine. Pas question d’espérer une réduction, a averti Mme Métraux. Le nouvel outil s’adresse en priorité aux auteurs de brigandages, de lésions corporelles ou de vols par effraction.

Béatrice Métraux souligne que la justice restaurative n’est pas un « positionnement politique », mais une « mission » donnée par le programme de législature et les assises de la chaîne pénale. « On ne peut pas éternellement construire de nouvelles prisons. Il faut aussi trouver d’autres pistes », a-t-elle ajouté. L’expérience ne nécessite pas de base légale particulière et le financement est estimé à 3500 francs seulement.

Continuer la lecture

Vaud

Vers une nouvelle loi pour encadrer la prostitution

Publié

le

Le Grand Conseil a commencé son examen du projet loi sur la prostitution. Les députés sont entrés en matière à l’unanimité ce mardi après-midi.

Ce projet doit remplacer la loi actuelle vieille de 15 ans. La nouvelle législation doit mieux protéger les travailleuses et travailleurs du sexe et les informer sur leurs droits et leurs devoirs. Pour ce faire, le gouvernement propose 2 changements majeurs. La conseillère d’Etat Béatrice Métraux

Béatrice Métraux
Conseillère d'Etat, VD
Béatrice Métraux Conseillère d'Etat, VD

Les députés sont entrés en matière à l’unanimité marrdi après-midi sur le projet de loi. Pour la conseillère d’Etat Béatrice Métraux, malgré les amendements en discussion, la volonté de protéger les travailleuses et travailleurs du sexe est unanime.

Béatrice Métraux
Conseillère d'Etat, VD
Béatrice Métraux Conseillère d'Etat, VD

Les débats doivent se poursuivre au Grand Conseil. À noter que la prostitution de rue relève pour sa part de la compétence communale. Dans le canton, elle concerne de ce fait essentiellement la Ville de Lausanne.

Continuer la lecture

C'était quoi ce titre ?

Les 2 derniers titres

Horoscope du jour

Sagittaire

Un petit souci et c’est comme si le ciel vous tombait sur la tête !!! Regardez autour de vous, vous êtes bien plutôt bien loti comparé à d’autres !

Publicité

Les Sujets à la Une

X