Rejoignez-nous

Vaud

« Très bon bilan » pour le 52e Montreux Jazz Festival

Publié

,

le

A la veille de la clôture du festival de Montreux, Mathieu Jaton tire un bilan très positif de la 52e édition. Le pari de la nouvelle « House of Jazz » est réussi et certains concerts au Stravinski se sont révélés exceptionnels, en premier lieu celui de Nick Cave.

Interrogé vendredi par Keystone-ATS, le patron du festival n’a pas caché sa satisfaction à l’issue des deux semaines de manifestation. « Une météo merveilleuse. La House of Jazz – la nouveauté 2018 – qui a rencontré le succès et des concerts mémorables. »

En lévitation

« J’ai pris plusieurs claques cette année. Le concert jeudi de Nick Cave & The Bad Seeds était phénoménal. Il est dans mon top 10 de Montreux. On est en lévitation et on a de la peine à redescendre ensuite », raconte Mathieu Jaton. Jack White a aussi séduit: « J’aime son univers qui permet de se perdre. »

Les autres scènes, Lab et Club, ont vécu des moments inoubliables, selon le responsable du festival, à l’instar de la prestation de Gregory Porter. « Pourquoi n’avez-vous pas fait ça plus tôt? », lui ont demandé des gens séduits par le nouvel « écrin », la House of Jazz. « C’était donc une bonne idée », se félicite Mathieu Jaton.

Impact du foot

Question budget, 28 millions de francs tout de même, « on est dans les clous », affirme-t-il. La fréquentation atteint 240’000 amateurs, davantage que l’année dernière. Mais en retrait par rapport à 2016 qui avait culminé à 250’000 spectateurs. Les raisons sont simples: le Mondial de foot et une première semaine hors des vacances scolaires.

« Le foot, on le sent très fortement. Les soirs de matchs, le site de Montreux est calme », reconnaît Mathieu Jaton. Les amateurs de ballon rond regardent dans une fan zone et ne viennent pas, même après le match. Montreux a vendu malgré tout 95’000 billets cette année, soit 4000 de plus que l’an dernier.

Offre démentielle

Le festival de Montreux est celui qui a le moins augmenté ses prix en Suisse ces dix dernières années, affirme le boss des lieux. Avec des prix pour le Stravinski qui vont de 80 à 135 francs en places debout, il juge que les tarifs restent acceptables, en tenant compte notamment de la qualité d’écoute.

Mais le marché des festivals est « tendu, avec une offre démentielle en Suisse. C’est clairement saturé et cela oblige Montreux à travailler sur ses valeurs: créativité, liberté musicale, cohérence de la programmation », donne Mathieu Jaton comme exemples.

Créer les nouvelles légendes

Une jeune génération d’artistes est en train de prendre le relais. « Nous devons créer les nouvelles légendes », alors que des grands noms ont disparu. Montreux pense aussi aux prochaines années en matière d’infrastructures.

Les travaux pour le centre de congrès devraient commencer à l’issue de l’édition 2020 et durer 18 mois. Il faudra donc trouver des solutions pour 2021, avec « une formule extraordinaire ».

A Montreux

La manifestation compte bien néanmoins rester dans sa ville. « Ce site a une valeur cruciale. » D’ici là, rendez-vous du 28 juin au 13 juillet 2019, avec deux dates déjà à noter: les 29 et 30 avec Elton John.

 

(ATS / KEYSTONE – VALENTIN FLAURAUD)

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vaud

La Fête du 100e des jeunesses se prépare à Savigny

Publié

le

C’est la dernière ligne droite. Les préparatifs du 100e anniversaire de la Fédération vaudoise des Jeunesses campagnardes battent leur plein à Savigny. Le coup d’envoi des festivités sera donné le 3 juillet.

LFM INFO : Le 100ème FVJC se prépare à Savigny

La Fête du Savigny 2019 100ème FVJC se déroulera du 3 au 21 juillet à Savigny. 130'000 personnes sont attendues durant 3 semaines. Les organisateurs annoncent un budget de 3 millions de francs.

Gepostet von LFM – La Radio am Dienstag, 23. April 2019

 

Sur la place qui accueillera les 3 semaines de fête et de sport, plusieurs bâtiments sont déjà sortis de terre. Des constructions provisoires, érigées par la centaine de membres de l’organisation. Tous sont bénévoles.

Le Président de la Fête du 100ème à Savigny, Mathias Dupertuis :

Mathias Dupertuis
Président, Savigny 2019
Mathias Dupertuis Président, Savigny 2019

La Fête du 100e anniversaire de la FVJC se déroulera du 3 au 21 juillet à Savigny. 130’000 personnes sont attendues durant 3 semaines. Les organisateurs annoncent un budget de 3 millions de francs.

Cela fait plus d’une année et demi que les préparatifs ont commencé.

Mathias Dupertuis, Président d’organisation :

Mathias Dupertuis
Président, Savigny 2019
Mathias Dupertuis Président, Savigny 2019

 

Programme et infos : savigny2019.ch

Continuer la lecture

Lausanne

27 mios de déficit pour Lausanne en 2018

Publié

le

Un nouveau déficit pour Lausanne. Les comptes 2018 de la Ville se soldent sur une perte de 27,7 millions de francs. C’est trois fois plus qu’en 2017.

Une détérioration qui s’explique notamment par une hausse nette des charges cantonales et, dans le même temps, une baisse des recettes fiscales pour la Ville. L’entrée en vigueur de la RIE3 vaudoise n’est pas étrangère à cette situation. La dette brute augmente aussi pour atteindre 2,53 milliards.

Municipale lausannoise en charge des finances, Florence Germond relativise toutefois la situation financière de la Ville :

Florence Germond
Municipale, Lausanne
Florence Germond Municipale, Lausanne

L’un des facteurs qui impacte les comptes : une baisse des recettes fiscales pour la Ville.

La Municipale lausannoise en charge des finances, Florence Germond :

Florence Germond
Municipale, Lausanne
Florence Germond Municipale, Lausanne

Florence Germond se dit aussi « agacée » de la situation financière de la Ville. Surtout lorsque le canton de Vaud boucle ses comptes largement dans le vert :

Florence Germond
Municipale, Lausanne
Florence Germond Municipale, Lausanne

Continuer la lecture

Vaud

Pour l’heure, l’ouvrage sur Jacqueline de Quattro reste interdit

Publié

le

C'est cette photo qui figure en couverture du livre de Fabien Dunand (archives). (©KEYSTONE/DOMINIC STEINMANN)

Aucune conciliation n’a été trouvée au sujet du livre à charge consacré à Jacqueline de Quattro. L’ouvrage reste interdit de diffusion en attendant le jugement du Tribunal de l’Est vaudois sur les mesures provisionnelles requises par la conseillère d’Etat.

Le litige porte sur la photo de couverture du livre écrit par Fabien Dunand, intitulé « Une conseillère d’Etat ne devrait pas dire ça ». La ministre vaudoise, absente mercredi au tribunal à Vevey, estime que cette couverture porte à confusion, laissant à penser qu’elle est l’auteure ou qu’elle cautionne ce brûlot.

Mercredi durant l’audience à Vevey, la présidente du tribunal Anne-Catherine Page a tenté de trouver un terrain d’entente entre les deux parties. Sans succès toutefois. Les éditions Attinger ont aussi proposé une nouvelle version de la couverture, toujours avec la photo mais sans le nom de la magistrate. Une proposition écartée par l’avocat de Jacqueline de Quattro, François Roux.

Selon lui, outre le risque de confusion, l’utilisation sans autorisation de cette photo constitue une atteinte au droit à l’image. « On n’agit pas contre le contenu du livre, mais contre sa présentation. Ce n’est pas de la censure », a affirmé Me Roux.

Pour Elie Elkaim, avocat de Fabien Dunand, la photo en question, prise dans le bureau de la ministre, est « strictement publique ». Il a relevé que ce cliché avait été utilisé à d’autres fins, notamment pour des articles de presse. « Cela fait 21 jours que ce livre est censuré. C’est un cas unique en Suisse », a-t-il insisté, dénonçant une attaque contre la liberté d’expression.

Pas un pamphlet

Interrogé sur ses intentions, Fabien Dunand a assuré que son livre n’était « en aucun cas un pamphlet ». Il a dit avoir conçu cet ouvrage « comme un documentaire » en accumulant les faits sur les onze ans passés par Jacqueline de Quattro au Conseil d’Etat. « C’est de l’information commentée », a-t-il jugé, faisant référence à son passé de journaliste, lui qui a été rédacteur en chef de 24 heures.

Me Roux a rétorqué que ce livre ne pouvait pas être assimilé à un article de presse, sachant notamment qu’il vise à être commercialisé. Selon l’avocat, la liberté d’expression n’est aucunement mise en cause. « Il suffit de changer la fourre du livre et il n’y a plus de procès », a-t-il martelé.

Pour Me Elkaim, il y a « une forme d’hypocrisie » à s’attaquer à la couverture alors que, selon lui, c’est le contenu du livre que vise à interdire Jacqueline de Quattro. Il en a profité pour dénoncer le climat actuel « inquiétant » qui règne entre le monde politique et les médias.

Les politiques semblent « soudainement frappés d’hypersensibilité à la critique », a estimé l’avocat, relevant que certains avaient désormais « la gâchette judiciaire facile. » Il faisait notamment référence aux autres actions actuellement en cours entre des médias et des conseillers d’Etat comme Pierre Maudet et Pascal Broulis.

Dans l’attente du jugement

A l’issue des plaidoiries, la présidente du tribunal a annoncé que le jugement serait rendu « dans les meilleurs délais. » Selon les avocats des deux parties, il devrait tomber dans le courant de la semaine prochaine.

Que les mesures provisionnelles soient retenues ou non, la décision pourra faire l’objet d’un recours. Celui-ci devra être déposé dans les 10 jours auprès du Tribunal cantonal.

Environ 400 exemplaires d' »Une conseillère d’Etat ne devrait pas dire ça » ont été commandés par les différents points de vente, pour un premier tirage total de 600 à 700 livres, a précisé Emmanuel Vandelle, directeur des éditions neuchâteloises Attinger, présent à l’audience. Celui-ci a affirmé qu’il n’avait jamais dû solliciter une autorisation pour une photo d’un livre traitant de l’action d’un politicien.

Pour mémoire, la cheffe du Département de l’environnement et du territoire (DTE) et Fabien Dunand sont déjà en conflit dans le cadre du feuilleton opposant le promoteur immobilier Bernard Nicod au groupe Orllati. L’ancien journaliste, qui a accusé la ministre de conflits d’intérêt dans cette affaire, est poursuivi pour diffamation et calomnie.

(KEYSTONE-ATS)

Continuer la lecture

Lausanne

Une balade lausannoise sous le trait de 24 bédéistes romands

Publié

le

"Lausanne imaginée" réunit 24 bédéistes, essentiellement romands, dont Cosey qui signe la couverture. Le Vernissage a eu lieu à la Maison de Mon-Repos. (Photo: D.R)

« Lausanne imaginée ». Une bande-dessinée. 24 auteurs. Autant de styles pour un cadeau. Celui que la commune offrira désormais aux jeunes Lausannois qui célébreront leur 18e anniversaire.

Lausanne sous l’œil des bédéistes. La Municipalité vernissait ce matin le cadeau qu’elle offrira désormais à tous les jeunes Lausannois célébrant leur 18e anniversaire. La BD « Lausanne imaginée » réunit le travail inédit de 24 bédéistes, essentiellement romands, qui racontent leur lien à la capitale vaudoise. Planches au pastel, au crayon, à l’encre ou numériques, autant de formes d’expression qui se côtoient et invitent à la redécouverte de Lausanne. Mettre en avant le 9e art pour ce cadeau aux nouveaux citoyens n’a rien du hasard. Grégoire Junod, syndic de Lausanne :

Grégoire Junod
Syndic de Lausanne
Grégoire Junod Syndic de Lausanne

« Lausanne imaginée » est signée, entre autres, par les bédéistes Eric Buche, Aurélie Tièche, Julien Cachemaille, Fanny Vaucher, Tom Tirabosco, Adrienne Barman, Jean-Christophe Menu, Matthieu Pellet, Hélène Becquelin ou encore Cosey qui a réalisé la couverture. Ensemble, ils offrent une balade dans Lausanne, de la Palud, à la Gare en passant par le bord du Lac, la Riponne ou Sauvablin. Une BD qui rend hommage à la richesse culturelle de Lausanne. Grégoire Junod, syndic de la ville :

Grégoire Junod
Syndic de Lausanne
Grégoire Junod Syndic de Lausanne

La statue de la Justice, un bateau sur le lac, la cathédrale, le Learning Center, des mouettes composent le visage d’une jeune fille. C’est la couverture signée par Cosey pour la BD. Un ouvrage qui vient souligner le lien fort de la commune avec le 9e art. Que ce soit au travers de son festival BDFIL, de son Centre BD ou de son fonds patrimonial parmi les plus riches d’Europe. Une mise en avant inconcevable il y a quelques années encore selon le bédéiste Cosey :

Cosey
Bédéiste
Cosey Bédéiste

La BD « Lausanne imaginée » ne sera pas mise en vente en librairie, les auteurs ayant renoncé à leurs droits. En revanche, des exemplaires seront à disposition en prêt dans les Bibliothèques de la Ville.

Continuer la lecture

Vaud

La croissance vaudoise devrait ralentir en 2019

Publié

le

Le canton de Vaud n’échappera pas au ralentissement mondial.

En 2018, la croissance du PIB vaudois s’est montée à 2.8%, soutenue notamment par la chimie, la pharma, l’industrie des machines ou les services. Cependant des signes de ralentissement sont attendus pour 2019. Les prévisions de croissance sont déjà abaissées d’1,8 à 1,6%. Jean-Pascal Baechler, de l’Observatoire BCV de l’économie vaudoise.

Jean-Pascal Baechler
Observatoire BCV de l'économie vaudoise
Jean-Pascal Baechler Observatoire BCV de l'économie vaudoise

Le ralentissement de la croissance en 2019 est la faute notamment des tensions internationales, entre la Chine et les Etats-Unis, ou au niveau européen, qui impactent aussi la Suisse. Fortement exportateur, Vaud est touché par les soubresauts de l’économie mondiale. Mais le marché intérieur devrait permettre de maintenir la croissance cette année. Guy-Philippe Bolay, directeur adjoint de la Chambre vaudoise du commerce et de l’industrie.

Guy-Philippe Bolay
Directeur adjoint, CVCI
Guy-Philippe Bolay Directeur adjoint, CVCI

Reste que la situation économique globale arrive désormais en tête des préoccupations des entreprises membres de la CVCI :

Guy-Philippe Bolay
Directeur adjoint, CVCI
Guy-Philippe Bolay Directeur adjoint, CVCI

L’économie vaudoise devrait malgré tout rester plus forte que la moyenne suisse en 2019. Une embellie est attendue pour 2020 avec une prévision de croissance à 1,9%.

Continuer la lecture

C'était quoi ce titre ?

Les 2 derniers titres

Horoscope du jour

Poisson

Vous vous attachez à vos buts coûte que coûte, en partant du principe qu'on ne fait pas d'omelette sans casser d'œufs. Restez cool quand même !

Publicité

Les Sujets à la Une

X