Rejoignez-nous

Vaud

Trop tôt pour juger le gouvernement vaudois

Publié

,

le

La crise liée au coronavirus a occupé une bonne partie des interventions, discussions et débat de la première session du Grand Conseil vaudois depuis sa suspension le 13 mars dernier. (©Keystone/LAURENT GILLIERON)
L'action du gouvernement vaudois dans la crise du coronavirus a fait l'objet mardi d'une première évaluation par trois commissions du parlement. Il n'en ressort à ce stade ni dysfonctionnements ni critiques politiques majeurs. Trop tôt pour juger, selon elles.

Lors de la reprise des sessions plénières du Grand Conseil dans la salle de la Marive à Yverdon-les-Bains, les chefs de groupes politiques ont chacun pris la parole après la présentation des rapports des Commissions des finances (COFIN), de gestion (COGES) et thématique de la santé publique (CTSAP). Humilité et prudence ont été les mots-clés de leurs interventions.

Tous ont salué l'action rapide et coordonnée ainsi que l'immense engagement du Conseil d'Etat dans cette période de crise. L'excellente santé financière du canton pour affronter celle-ci a été plusieurs fois mentionnée. Seuls quelques pions politiques ou idéologiques ont été avancés. La plupart ont aussi eu des mots pour les victimes du Covid-19, humaines, sociales et économiques.

Même état d'esprit ensuite lors du débat entre députés pour prendre acte des trois rapports préliminaires d'évaluation, avec çà et là quelques premières piques ou critiques. Le coronavirus a au final occupé environ la moitié des quatre heures de la session prévue mardi après-midi pour cette "rentrée" législative.

Rapport exhaustif cet automne

L'examen préliminaire des trois commissions devait aussi déterminer quelles mesures et quels arrêtés ont une portée limitée dans le temps - et n'auront donc pas à être reconduits - ainsi que d'établir lesquels ont des conséquences allant au-delà de la durée de la situation d'exception générée par la pandémie.

Le Grand Conseil sera invité en principe d'ici la fin juin à se pencher sur les décrets reprenant les arrêtés adoptés et les décisions prises par le Conseil d'Etat depuis le prononcé de l'état de nécessité et déployant des effets au-delà de ce printemps. Et ce n'est que cet automne que le Conseil d'Etat soumettra aux députés un "rapport exhaustif" pour relater la manière dont il a géré la crise du Covid-19 et présenter un bilan de cette gestion de crise.

Plus technique que politique

La COFIN s'est concentrée sur les aspects financiers, voire économiques de la crise. Son rapporteur, Alexandre Berthoud (PLR), a insisté sur le fait qu'il ne s'agissait pas d'un rapport politique à ce stade mais essentiellement technique.

La commission a donc surtout pris acte ou adopté plusieurs crédits annoncés par le gouvernement. Quelque 400 millions de francs sont et seront réservés pour cette crise, selon les comptes 2019, dont 150 millions ont déjà été utilisés pour l'économie (100 millions pour protéger la trésorerie et 50 millions pour le fonds du chômage).

La COGES s'est, elle, intéressée à la mise en place du dispositif de crise et aux limites de l'état de nécessité arrêté par le Conseil d'Etat. Dans ses conclusions, elle dit ne pouvoir "en aucun cas qualifier la gestion de la crise ou apprécier la mise en œuvre et les limites de l'état de nécessité décrété. Ce serait faire preuve d'un manque de recul et d'humilité alors que de nombreuses incertitudes restent encore à affronter".

"Impressions" sanitaires

La CTSAP a pour sa part scruté la gestion de la crise sous l'angle sanitaire. Sans être une commission de surveillance en tant que telle, elle a présenté le plus long rapport et fait le plus état de premières "impressions" avancées. Elle constate notamment que le système de santé vaudois "n'a semble-t-il pas été débordé".

Elle a pointé du doigt la pénurie de matériel, notamment de masques, observée au début de la crise. Cela "nécessitera une analyse et probablement des actions coordonnées entre cantons et Confédération" à l'avenir.

La CTSAP s'est aussi inquiétée que certains EMS se soient retrouvés dans des situations "extrêmement compliquées". Les raisons pour lesquelles la crise semble avoir touché certains établissements plus que d'autres mériteront une analyse approfondie, selon elle. La qualité de la formation du personnel auxiliaire dans les EMS et dans les soins palliatifs devra aussi être interrogée, estime-t-elle.

Encore du travail

À l’heure où le déconfinement se poursuit et que l’économie se remet gentiment en marche, le Conseil d’Etat dit “rester très attentif”. Il y a encore beaucoup de travail.

La Présidente du gouvernement, Nuria Gorrite :

Nuria Gorrite
Présidente du Conseil d'Etat vaudois
Nuria GorritePrésidente du Conseil d'Etat vaudois

Le Grand Conseil vaudois tiendra ses deux prochaines séances à La Marive. Ce sera une semaine sur deux, toujours le mardi : les 26 mai et 9 juin.

 

(RB avec KEYSTONE-ATS)

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vaud

Les arènes d'Avenches vont fermer 5 ans

Publié

le

Les arènes d'Avenches vont devoir fermer entre 2022 et 2027 pour des travaux de restauration. (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Un nouveau Musée romain pour 2028 et des arènes fermées durant 5 ans pour cause de restauration: le canton de Vaud a présenté vendredi ses projets pour Avenches, d'un montant global estimé à quelque 75 millions de francs.

L'amphithéâtre de la capitale de l'Helvétie romaine sera fermé à partir de l'automne 2022 pour une réouverture partielle en 2027. Le site souffre d'une usure avancée qui nécessite "des interventions lourdes", a annoncé le conseiller d'Etat Pascal Broulis devant la presse à Avenches.

Après des chutes de pierres en 2017, plusieurs autres altérations sont apparues ces dernières années, a relevé le ministre en charge du patrimoine bâti et archéologique. Devenus indispensables, les travaux visent principalement à restaurer le portail, les voûtes sous la tour, les gradins et le mur du podium.

Jusqu'à 30 millions

Le chantier devrait coûter entre 23 et 30 millions de francs. Une fourchette relativement large car "nous ne savons pas encore réellement ce que nous allons découvrir", a reconnu Pascal Broulis, en référence notamment au travail en sous-sol qui devra être entrepris.

Dans un premier temps, une demande de crédit d'étude de 1,33 million de francs sera soumise prochainement au Grand Conseil.

Deux festivals touchés

Conséquence de cette fermeture, les deux festivals à se dérouler dans l'amphithéâtre, Rock Oz'Arènes et Avenches Tattoo, devront se trouver un autre site après leur édition 2022. Un soutien leur sera apporté, en vue par exemple d'un éventuel déménagement en attendant la réouverture des arènes, a indiqué la ministre de la culture Cesla Amarelle.

"Ces travaux ne constituent pas une surprise et nous espérons qu'ils puissent se faire le plus vite possible", a commenté Olivier Magnin, président du conseil de fondation de Rock Oz'Arènes, contacté par Keystone-ATS.

Il a dit "saluer" la décision du Conseil d'Etat de permettre encore l'édition 2022 des festivals et de les intégrer à un groupe de travail. "J'espère que nous trouverons ensemble des solutions. Pour l'instant, tout est ouvert", a-t-il relevé.

Du côté d'Avenches Tattoo, le directeur Ludovic Frochaux a aussi estimé qu'il était trop tôt pour dessiner l'après 2022. "Nous allons prendre le temps d'analyser la situation", a-t-il indiqué.

Musée en 2028

Outre des arènes restaurées, Avenches devrait bénéficier en 2028 d'un nouveau Musée romain, attendu de longue date. "Le musée actuel est à l'étroit dans sa tour médiévale de 1838. Il ne peut pas rendre compte de l'ampleur des collections", a rappelé Cesla Amarelle.

Plusieurs crédits d'études ont déjà été adoptés et les terrains qui doivent accueillir le nouveau musée, situés légèrement en dehors du bourg, ont été pré-réservés. Prochaines étapes: le concours de projet en 2022, l'établissement du Plan d'affectation cantonal (PAC) en 2023 et la mise à l'enquête publique en 2024.

Le crédit d'ouvrage, estimé à 51 millions de francs, devrait être validé en 2025. Après les fouilles archéologiques, les travaux pourraient débuter en 2026 pour une ouverture du musée en 2028.

Le projet prévoit de regrouper sur un seul site le Musée romain, mais aussi un laboratoire de conservation-restauration, un dépôt archéologique, une bibliothèque ainsi que des espaces publics et culturels.

Mise en réseau

"Cet outil moderne permettra de valoriser notre patrimoine auprès de tous les publics", a relevé Cesla Amarelle. La conseillère d'Etat, également en charge de l'éducation, a aussi rappelé l'importance d'un tel musée pour les sorties scolaires.

A noter encore que le canton de Vaud va mettre en réseau ses différents sites et musées romains qui, outre Avenches, se trouvent à Lausanne-Vidy, Nyon, Orbe, Yverdon et Pully. Dès cet été, un dépliant et une plateforme en ligne seront dédiés notamment à des parcours de visite.

Continuer la lecture

Vaud

Vaud: retour du public dans les législatifs communaux

Publié

le

Le public pourra à nouveau assister aux séances des conseils communaux. (©KEYSTONE/LAURENT GILLIERON).

Le public est à nouveau autorisé à assister aux débats des législatifs communaux dans le canton de Vaud. Les conditions fixées par le droit fédéral s'appliquent: soit une limite au tiers des capacités, le port du masque et la distanciation physique.

Le Conseil d'Etat vaudois a décidé de rouvrir l'accès du public aux séances de conseils communaux et généraux. Cette mesure permettra aux citoyens qui s'y intéressent de pouvoir à nouveau suivre ces séances, notamment les cérémonies d'installation des nouvelles autorités, a annoncé jeudi le gouvernement.

La mesure sera effective dès sa publication officielle, soit dès mardi prochain, a précisé à Keystone-ATS Jean-Luc Schwaar directeur des affaires institutionnelles et des communes. Cette décision ne concerne pas le Grand Conseil, qui s'organise librement.

Continuer la lecture

Vaud

Réutiliser son masque de protection, mode d'emploi

Publié

le

Parmi les différents masques analysés, le chirurgical à usage unique est de loin le plus préjudiciable pour l'environnement. (ARCHIVES - ©KEYSTONE/LEANDRE DUGGAN)

Réutiliser son masque, c’est possible! Une même personne pourrait utiliser son masque jusqu'à dix fois, selon une étude d'Unisanté à Lausanne et de la société de conseil Environmental Action. Mais il faut suivre une procédure bien précise. Mode d'emploi.

Une réutilisation est donc possible, oui, mais seulement si le masque chirurgical est mis à “sécher” durant quelques jours. Ce qui permet de diminuer considérablement la viabilité du virus.

L'avantage de cette pratique est d’abord économique. Cette approche est aussi efficace du point de vue sanitaire et, surtout, elle permet de limiter l'impact sur l'environnement. Un gros problème.

Le Professeur David Vernez, Chef du Département santé au travail et environnement à Unisanté Lausanne. Il a participé à cette étude sur la réutilisation des masques :

Prof David Vernez
Chef du Département santé au travail et environnement à Unisanté Lausanne
Prof David VernezChef du Département santé au travail et environnement à Unisanté Lausanne

Alors qu’au printemps dernier les consignes de l’OFSP appelaient à n’utiliser son masque que durant 4 heures, puis de le jeter, cette étude apporte un autre éclairage.

Mais pour réutiliser son masque de protection, notamment le chirurgical, il faut le laisser “respirer” durant 7 jours.

Explications du Professeur David Vernez :

Prof David Vernez
Chef du Département santé au travail et environnement à Unisanté Lausanne
Prof David VernezChef du Département santé au travail et environnement à Unisanté Lausanne

Notez par ailleurs que les masques en coton faits maison ont un impact environnemental moindre selon cette étude d’Unisanté, avec un bilan carbone divisé par 35. Les masques en coton du commerce ne présentent en revanche pas de réel avantage environnemental, car ils nécessitent la production et le transport de coton vierge.

Continuer la lecture

Vaud

Vaud lance une campagne pour encourager la vaccination

Publié

le

Plus de 180'000 Vaudois ont reçu au moins une dose de vaccin (Image prétexte © KEYSTONE/ANTHONY ANEX)

Le canton de Vaud invite les personnes de 18 ans et plus à se faire vacciner. Une campagne de communication baptisée "#jemevaccine" a démarré jeudi. Elle vise à persuader le plus grand nombre à faire le pas.

La vaccination se fait sur une base volontaire, mais elle est fortement recommandée. Plus tôt la majorité de la population sera immunisée contre le Covid-19, plus tôt les mesures de restrictions pourront être levées, explique l'Etat de Vaud dans un communiqué.

Depuis le 26 avril, Vaud a ouvert la vaccination aux 18 ans et plus. Désormais, plus de 180'000 Vaudois ont reçu une dose au moins du vaccin et plus de 140'000 autres ont pris rendez-vous, sur environ 625'000 personnes qui remplissent les conditions d'éligibilité.

Le canton précise que des rendez-vous sont actuellement disponibles. Et que de nouvelles plages sont régulièrement ouvertes pour les prochaines semaines.

Continuer la lecture

Vaud

Plusieurs mois de travaux en gare de Clarens

Publié

le

La gare de Clarens (VD) sera en travaux jusqu'en décembre 2022 (Photo d'illustration © KEYSTONE/GAETAN BALLY)

La gare de Clarens entre en travaux le 10 mai. Prévus jusqu'en décembre 2022 et budgétisés à 6,7 millions de francs, ils doivent notamment permettre de relever les quais et d'adapter les rampes d'accès.

"Le quai 1 sera rehaussé à la hauteur standard de 55 centimètres sur toute sa longueur, tout comme le quai 2, qui sera équipé d’une nouvelle marquise", précisent mercredi les CFF dans un communiqué. Des travaux d'entretien des installations électriques et des voies ferrées auront également lieu dans le périmètre de la gare. La plus grande partie des travaux aura lieu de jour.

Continuer la lecture

C'était quoi ce titre ?

Les 2 derniers titres

Horoscope du jour

Verseau

Ce matin, un peu de sport… Rien de tel pour passer une bonne journée. Vous serez requinqué et heureux !

Publicité

Les Sujets à la Une

X