Rejoignez-nous

Vaud

Un postulat demande de pouvoir mieux allaiter au travail

Publié

,

le

Le postulat part du constat que les employeurs méconnaissent la loi et sont peu ouverts à ce que l'employée tire son lait ou allaite, que l'organisation du travail rend difficile de prendre des pauses pour le faire et que les employeurs ne mettent pas à disposition des locaux adéquats. (©KEYSTONE//GAETAN BALLY)

La possibilité d'allaiter sur le lieu de travail doit être assurée pour les mamans qui le souhaitent, tant dans le secteur privé que public. Un postulat socialiste demande au gouvernement vaudois de prendre des mesures pour faciliter cet allaitement.

Le postulat de la députée socialiste Carine Carvalho part du constat que les employeurs méconnaissent la loi et sont peu ouverts à ce que l'employée tire son lait ou allaite, que l'organisation du travail rend difficile de prendre des pauses pour le faire sans compter que les employeurs ne mettent pas à disposition des locaux adéquats pour tirer et garder le lait. Selon la postulante, "ces obstacles semblent plus marqués dans les PME que dans le secteur public".

L'élue de gauche rappelle pourtant que depuis 2014, les travailleuses ont droit à des pauses allaitement rémunérées durant les douze premiers mois de l'enfant en Suisse. Mais ce changement de la législation fédérale, qui inclut la possibilité de rentrer chez soi ou aller à la crèche pour allaiter ou tirer son lait pendant le temps de travail, est resté lettre morte depuis son entrée en vigueur, selon elle.

Concrètement, Mme Carvalho demande au canton de définir d'éventuelles mesures de facilitation de l'allaitement dans les lieux de travail de l'administration cantonale, de définir aussi des mesures visant à mieux informer sur les dispositions légales en la matière. Elle souhaite aussi que le canton établisse et diffuse les bonnes pratiques à mettre en œuvre par les employeurs.

Sur recommandation d'une commission, sans débat, le postulat a été pris en considération par le plénum (62 oui et 42 non). Le texte a donc été renvoyé au Conseil d'Etat, qui a une année pour y répondre.

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vaud

Réutiliser son masque de protection, mode d'emploi

Publié

le

Parmi les différents masques analysés, le chirurgical à usage unique est de loin le plus préjudiciable pour l'environnement. (ARCHIVES - ©KEYSTONE/LEANDRE DUGGAN)

Réutiliser son masque, c’est possible! Une même personne pourrait utiliser son masque jusqu'à dix fois, selon une étude d'Unisanté à Lausanne et de la société de conseil Environmental Action. Mais il faut suivre une procédure bien précise. Mode d'emploi.

Une réutilisation est donc possible, oui, mais seulement si le masque chirurgical est mis à “sécher” durant quelques jours. Ce qui permet de diminuer considérablement la viabilité du virus.

L'avantage de cette pratique est d’abord économique. Cette approche est aussi efficace du point de vue sanitaire et, surtout, elle permet de limiter l'impact sur l'environnement. Un gros problème.

Le Professeur David Vernez, Chef du Département santé au travail et environnement à Unisanté Lausanne. Il a participé à cette étude sur la réutilisation des masques :

Prof David Vernez
Chef du Département santé au travail et environnement à Unisanté Lausanne
Prof David VernezChef du Département santé au travail et environnement à Unisanté Lausanne

Alors qu’au printemps dernier les consignes de l’OFSP appelaient à n’utiliser son masque que durant 4 heures, puis de le jeter, cette étude apporte un autre éclairage.

Mais pour réutiliser son masque de protection, notamment le chirurgical, il faut le laisser “respirer” durant 7 jours.

Explications du Professeur David Vernez :

Prof David Vernez
Chef du Département santé au travail et environnement à Unisanté Lausanne
Prof David VernezChef du Département santé au travail et environnement à Unisanté Lausanne

Notez par ailleurs que les masques en coton faits maison ont un impact environnemental moindre selon cette étude d’Unisanté, avec un bilan carbone divisé par 35. Les masques en coton du commerce ne présentent en revanche pas de réel avantage environnemental, car ils nécessitent la production et le transport de coton vierge.

Continuer la lecture

Vaud

Vaud lance une campagne pour encourager la vaccination

Publié

le

Plus de 180'000 Vaudois ont reçu au moins une dose de vaccin (Image prétexte © KEYSTONE/ANTHONY ANEX)

Le canton de Vaud invite les personnes de 18 ans et plus à se faire vacciner. Une campagne de communication baptisée "#jemevaccine" a démarré jeudi. Elle vise à persuader le plus grand nombre à faire le pas.

La vaccination se fait sur une base volontaire, mais elle est fortement recommandée. Plus tôt la majorité de la population sera immunisée contre le Covid-19, plus tôt les mesures de restrictions pourront être levées, explique l'Etat de Vaud dans un communiqué.

Depuis le 26 avril, Vaud a ouvert la vaccination aux 18 ans et plus. Désormais, plus de 180'000 Vaudois ont reçu une dose au moins du vaccin et plus de 140'000 autres ont pris rendez-vous, sur environ 625'000 personnes qui remplissent les conditions d'éligibilité.

Le canton précise que des rendez-vous sont actuellement disponibles. Et que de nouvelles plages sont régulièrement ouvertes pour les prochaines semaines.

Continuer la lecture

Vaud

Plusieurs mois de travaux en gare de Clarens

Publié

le

La gare de Clarens (VD) sera en travaux jusqu'en décembre 2022 (Photo d'illustration © KEYSTONE/GAETAN BALLY)

La gare de Clarens entre en travaux le 10 mai. Prévus jusqu'en décembre 2022 et budgétisés à 6,7 millions de francs, ils doivent notamment permettre de relever les quais et d'adapter les rampes d'accès.

"Le quai 1 sera rehaussé à la hauteur standard de 55 centimètres sur toute sa longueur, tout comme le quai 2, qui sera équipé d’une nouvelle marquise", précisent mercredi les CFF dans un communiqué. Des travaux d'entretien des installations électriques et des voies ferrées auront également lieu dans le périmètre de la gare. La plus grande partie des travaux aura lieu de jour.

Continuer la lecture

Lausanne

La Ville de Lausanne lance sa bière "officielle"

Publié

le

La Bière de Lausanne est née. (©KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Lausanne avait son vin ou encore son chocolat. Et il y a désormais la bière de la Ville. Au terme d’un concours réunissant 4 candidats, c’est la Brasserie du Lance Pierre qui a été désignée pour brasser la toute nouvelle “Bière de Lausanne”.

Fondés en 2014 par trois amis d’enfance, les locaux de production du Lance Pierre sont situés à la Rue de la Tour.

La Bière de la Ville de Lausanne, une première pour une cité en Suisse, sera donc blonde et non-filtrée. 12’000 litres devraient être produits en 2 ans. Afin de favoriser les circuits courts, tous les ingrédients, orge ou autres levures, sont “made in Lausanne”, ou presque.

La Municipale Natacha Litzistorf :

Natacha Litzistorf
Municipale lausannoise
Natacha LitzistorfMunicipale lausannoise

La Bière de Lausanne se veut “fruitée”, “rafraîchissante” et “légèrement houblonnée”.

Simon Good, co-fondateur de la brasserie du Lance Pierre et à l’origine de cette Bière de la Ville :

Simon Good
Brasseur et co-fondateur de la Brasserie du Lance Pierre
Simon GoodBrasseur et co-fondateur de la Brasserie du Lance Pierre

12’000 litres de cette Bière de Lausanne seront donc produits ces deux prochaines années. L’opération pourrait être renouvelée. Le breuvage sera commercialisé directement par la Brasserie du Lance Pierre. Cette bière sera aussi proposés dans certains bars et restaurants, mais aussi dans tous les édicules gérés par la Ville. Pas encore définitif, son prix devrait tourner autour des CHF 4,50.

De gauche à droite : Simon Good, Brasseur du Lance Pierre, Ana Leni Frei, Graphiste qui a réalisé l'étiquette, Lucien Genoud, co-fondateur de Levatura et Natacha Litzistorf, Municipale lausannoise. (©KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Continuer la lecture

Vaud

A 15 ans, dans une voiture volée, il tente de semer la police

Publié

le

La police voulait contrôler un conducteur au comportement suspect (Image prétexte © KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

La police a pris en chasse une voiture vers 03h00 lundi entre Savigny et les Monts-de-Pully (VD). La course-poursuite s'est terminée contre une glissière de sécurité. Le conducteur et son passager, tous deux âgés de 15 ans, ont été emmenés à l'hôpital.

Des agents observaient le trafic à Savigny lorsqu'ils ont remarqué un conducteur au comportement suspect. La patrouille a suivi ce véhicule - feux bleus et avertisseurs acoustiques allumés - dans le but d'effectuer un contrôle, explique mercredi la police vaudoise.

Le jeune conducteur a accéléré et une course-poursuite s'est engagée. Peu avant un virage serré, aux Monts-de-Pully, il a perdu la maîtrise de sa voiture, laquelle est entrée en collision avec une glissière de sécurité. Blessés, le conducteur et son passager ont été interpellés et emmenés en ambulance au CHUV à Lausanne. Leur pronostic vital n'est pas engagé, a précisé la police.

Après vérifications, les enquêteurs ont pu déterminer que le véhicule et les plaques avaient été volés quelques jours auparavant. Les deux jeunes gens sont domiciliés dans la région lausannoise. La présidente du Tribunal des mineurs a ouvert une enquête pénale. La route cantonale a été fermée jusque vers 08h30 pour les besoins de l'enquête.

Continuer la lecture

C'était quoi ce titre ?

Les 2 derniers titres

Horoscope du jour

Verseau

Vous l’aimez ? Dites-le lui et donnez libre cours à vos élans de passion, les astres soutiennent vos élans passionnés.

Publicité

Les Sujets à la Une

X