Rejoignez-nous

Vaud

Une jeune femme perd la vie sur la route près de Moudon

Publié

,

le

Une conductrice de 20 ans a perdu la vie mardi sur la route près de Moudon (VD). Sa voiture a dévié sur la chaussée opposée (Photo symbolique © Keystone/LAURENT GILLIERON)

Une jeune automobiliste a perdu la vie mardi sur la Route de Berne, à la hauteur de Moudon (VD), après avoir percuté un véhicule qui roulait en sens inverse. La victime est une Suissesse âgée de 20 ans, a annoncé la police vaudoise en soirée.

Alors qu'elle circulait en direction de Payerne (VD), pour une raison indéterminée, l'automobiliste a laissé son véhicule dévier sur la chaussée opposée. Elle a percuté frontalement une voiture circulant en direction de Lausanne.

Le médecin appelé sur place n’a pu que constater le décès de la jeune femme. L’automobiliste de l’autre véhicule impliqué a été gravement blessé. Ses jours ne sont toutefois pas en danger. Les circonstances de l'accident ne sont pour l’heure pas clairement établies.

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vaud

10'000 personnes ont défilé pour crier leur colère à Lausanne

Publié

le

Les militantes se sont réunies à près de 8000 dans les rues de Lausanne pour manifester leur colère envers les autorités. (©KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Les militantes ont donné de la voix lundi à Lausanne. Elles étaient plusieurs milliers à défiler pour crier entre autres leur indignation face à la décision du Parlement fédéral de hausser l'âge de la retraite des femmes à 65 ans.

"Il y a en a assez des inégalités, ensemble il faut lutter!" chantaient les militantes à l'unisson. La foule a commencé sa marche à 18h00 à la place rebaptisée Saint-Françoise pour l'occasion. Elle a ensuite terminé son parcours à la place de la Riponne aux alentours de 20h00.

Tout comme en 1991, l'événement a mobilisé des femmes dans toute la Suisse romande, de Genève à Delémont, en passant par Neuchâtel. A Lausanne, elles étaient plus de 10'000, selon les estimations de Keystone-ATS et 8'000, selon le service presse de la police municipale, à arborer le rose et le violet en signe de protestation contre les inégalités dont elles sont victimes.

Faire passer un message

Bruyantes et décidées, les manifestantes ont brandi d'innombrables pancartes et bannières. De "Petit salaire = petite rente" jusqu'à "A défaut de nous faire jouir, il faut nous soutenir", les militantes n'ont pas manqué de créativité pour faire passer leur message.

Sous la chaleur écrasante, tous les styles ou presque se côtoyaient. Seins nus, visage couvert de paillettes ou harnais en cuir: les femmes n'ont pas hésité à défier les codes vestimentaires le temps d'une journée.

Quant aux slogans, ils étaient multiples: "Après le 14 juin, on ne lâchera rien", "Quand une personne dit non, c'est pas oui, c'est non", mais aussi plus explosif: "Fière.xs, venère.xs et pas prêt.e.xs de se taire!", ou encore "Nous détestons la police!".

Sensibiliser dès le plus jeune âge

De manière générale, les militantes dénonçaient les inégalités salariales, l'augmentation de l'âge de la retraite à 65 ans ou encore les abus sexuels sur le lieu de travail. "C'est important pour moi de sensibiliser mes petites soeurs au sexisme et aux autres inégalités", a confié une jeune femme, venue accompagnée de trois enfants. "Elles vont certainement être confrontées à des violences de la part d'hommes cisgenres".

Le cortège s’est terminé sans débordement. Sur le parcours, des façades de bâtiments ont néanmoins été souillées par des jets de peinture et des tags. Deux vitrines ont été abîmées et un caisson de la Société générale d’affichage cassé, a relevé la police en soirée. Reste aussi qu'une grande partie des manifestants ne portaient pas de masque.

Continuer la lecture

Lausanne

Reprise des promenades estivales des Guides d'accueil

Publié

le

Les promenades estivales des Guides d’Accueil de Lausanne raconteront l'histoire de certains arbres de Montbenon. (ARCHIVES - ©KEYSTONE/CHRISTIAN MERZ)

Les Guides d'accueil du Mouvement des aînés (MdA) vont reprendre leurs visites à Lausanne. Dès samedi et jusqu'au 14 septembre, ils proposent dix promenades à thème gratuites. Une inscription est cependant nécessaire pour en profiter. Parmi les nouveautés, des balades dominicales.

Les sujets sont très variés, allant des murs décorés de Lausanne aux pérégrinations de femmes pour obtenir le droit de vote, en passant par plusieurs personnages de la Révolution vaudoise ou le bucolisme du Parc de Valency, écrit le MdA dans un communiqué.

Egalement au programme, du théâtre. Un duo de guides accueillera un public assis à l’intérieur de la cathédrale pour leur conter la prodigieuse vie du Dr Samuel-Auguste Tissot à travers la mémoire de son ancien homme de confiance. D'autres rapporteront des "histoires d'arbres" de l’allée de Montbenon.

Forme de reconnaissance envers le personnel médical, l’histoire des divers bâtiments hospitaliers complètera cette offre de visites thématiques. Pour toutes ces balades, les enfants sont bienvenus, rappelle le communiqué.

Les guides d'accueil du MdA sont des amoureux de Lausanne qui font découvrir la ville et son histoire aux touristes et aux habitants. Ils abordent la petite comme la grande histoire.

Continuer la lecture

Suisse

Les femmes descendent dans la rue et se mobilisent pour l'égalité

Publié

le

Le 14 juin 1991, il y a pile trente ans, les femmes s'étaient massivement mobilisées pour demander des actions concrètes en faveur de l'égalité. (Image d'archives - ©KEYSTONE/STR)

Les Suissesses se mobilisent une nouvelle fois le 14 juin. Au coeur des revendications: la bataille contre le relèvement de l'âge de la retraite, des hausses de salaires et une protection contre les violences sexistes et sexuelles.

Cinquante ans après l'introduction du suffrage féminin, quarante ans après l'inscription du principe d'égalité dans la Constitution, trente ans après la première grève des femmes, et deux ans après la grève féministe de 2019, "les revendications restent valables", dénoncent les militantes dans leur appel à manifester.

Les collectifs de la grève féministe se mobiliseront au niveau national à trois occasions lundi. Des pique-niques et des stands sont organisés dès midi. Le second point fort se situe à 15h19 précise, "au moment (de la journée) où les femmes" commencent à travailler gratuitement du fait des inégalités salariales", écrivent les collectifs. Une action nationale suivie des cortèges et manifestations sera enfin lancée dès 18h00.

Inégalité salariale

D'autres actions sont prévues tout au long de la journée, initiées par les différents collectifs cantonaux: pique-niques dans les parcs de Genève et à Delémont, stands et lectures féministes à Neuchâtel, La Chaux-de-Fonds ou Fribourg, promenade "inclusive" à Bienne, animations dans le canton de Vaud, notamment à Lausanne, Yverdon, Nyon et Vevey.

L'adoption de la loi sur l'égalité date d'il y a 25 ans. Pourtant l'inégalité salariale s'est creusée, estime les collectifs. La pandémie a une fois de plus montré que le travail des femmes n'est ni reconnu ni rémunéré correctement, dénoncent les militantes.

Avec des meilleurs salaires et une reconnaissance du travail des femmes, "il n’y aurait pas tant d’inégalités à la retraite, et donc moins de femmes précarisées", soulignent-elles.

Continuer la lecture

Lausanne

Règles sanitaires: trois tenanciers d'un bar lausannois acquittés

Publié

le

Une vue de la terrasse du bar Great Escape à Lausanne, surplombant la place de la Riponne (Archives © Keystone/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

La justice vaudoise a acquitté vendredi trois tenanciers du bar lausannois Great Escape accusés de non-respect des règles sanitaires liées au Covid-19 lors d'une soirée d'octobre dernier. Selon elle, il n'y a pas eu contravention à l'Ordonnance sur les mesures destinées à lutter contre l'épidémie de Covid-19 en situation particulière.

L'accusation concernait une soirée du 3 octobre 2020 et non pas la soirée, un mois plus tard, du 3 novembre et qui avait fait grand bruit. Le Tribunal de police de l'arrondissement de Lausanne n'a donc pas suivi le réquisitoire du Ministère public concluant à une contravention des règles sanitaires liées au coronavirus.

Le président du tribunal a reconnu "un jugement clément qui ne doit pas être pris comme une généralité mais comme un cas particulier". L'avocate des prévenus s'est dite "très heureuse" de cet acquittement. "Nous avons été entendus sur toute la ligne".

Si les trois responsables de l'établissement sis sur l'esplanade de la Riponne ont comparu devant un tribunal, c'est qu'ils avaient fait opposition à une ordonnance pénale rendue en novembre dernier. Après instruction, le procureur avait condamné les prévenus à 500 francs d'amende, convertibles en cinq jours de prison en cas de non-paiement dans les délais. A ces 500 francs s'ajoutaient encore 200 francs de frais de justice pour chacun d'eux.

Aucune intention de mal faire

Les faits reprochés datent donc du 3 octobre 2020 après minuit. Selon l'acte d'accusation, "les tenanciers ont toléré que des clients consomment leurs boissons debout, sans porter de masque correctement".

Le procureur affirmait aussi que "deux employés œuvrant derrière le bar trinquaient avec des clients en se tenant à une distance inférieure à 1,5 m les uns des autres sans porter de masque correctement et que certaines tables étaient situées à moins de 1,5 m les unes des autres".

Dans sa plaidoirie, l'avocate des prévenus a insisté sur le fait qu'aucune infraction pénale n'avait été commise. Elle a expliqué que la disposition interdisant d'être debout au bar avait été introduite le 18 octobre seulement.

Elle a aussi rappelé que l'établissement effectuait un traçage systématique de ses clients. Pour elle, à aucun moment les tenanciers n'ont intentionnellement manqué à leur obligation et donc ne sont pas punissables pour les infractions citées. Ils ont même engagé des moyens et du personnel pour faire respecter les normes sanitaires, a-t-elle plusieurs fois répété.

Autre soirée dans le viseur de la justice

La justice s'intéresse par ailleurs aussi à la soirée du 3 novembre 2020, qui avait fait polémique à la veille de la fermeture générale imposée aux établissements publics. Une vidéo avait rapporté des images du pub plein à craquer avec près de 300 clients déchaînés, dont la plupart ne portaient pas le masque. Le pub s'était fait dénoncer aux autorités cantonales par le municipal lausannois de la sécurité Pierre-Antoine Hildbrand.

Cette soirée fait l'objet de deux procédures pénales: l'une sous la conduite du Ministère public de Lausanne, toujours en cours, et l'autre sous la responsabilité de la police cantonale du commerce qui a sanctionné le Great Escape de quatre mois de fermeture. Le restaurant-bar devrait d'ailleurs rouvrir ses portes le 17 juin.

Continuer la lecture

Lausanne

Lausanne: quais fermés au trafic motorisé pendant l'été

Publié

le

Les quais seront à nouveau réservés à la mobilité douce cet été à Lausanne (Archives © KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Comme l'été dernier, les quais d'Ouchy et de Belgique à Lausanne seront fermés à la circulation le week-end, du 26 juin au 21 septembre. La capitale vaudoise a pris cette décision en se basant sur une enquête de satisfaction réalisée auprès de 4600 personnes.

Selon cette enquête, menée ce printemps par un bureau indépendant, 70% des usagers souhaitent une nouvelle fermeture des quais à la circulation les week-ends pendant la période estivale, indique Florence Germond, conseillère municipale en charge de la mobilité, citée vendredi dans un communiqué.

La Ville de Lausanne introduira la fermeture des quais d'Ouchy et de Belgique du 26 juin au 21 septembre, depuis l'avenue d'Ouchy jusqu'à la Tour Haldimand, le samedi de 10h00 à 22h00 et le dimanche de 08h00 à 22h00. Ils resteront accessibles aux piétons, aux cyclistes et aux trottinettes.

Contrairement à l'année dernière, l'accès aux sites sera également fermé au bus. "Il est essentiel pour nous que la sécurité des usagers soit assurée au mieux et la cohabitation difficile avec les bus a été relevée par de nombreuses personnes dans le cadre de l'enquête de satisfaction", soulève Pierre-Antoine Hildbrand, conseiller municipal en charge de la police lausannoise. A cet effet, la ligne 24 sera déviée sur l'avenue d'Ouchy.

Le sondage s'adressait également aux acteurs économiques et culturels, fortement impactés par la crise du coronavirus. Il a été mené sous forme d'entretiens individuels avec les commerçants et les restaurateurs du secteur ainsi qu'auprès des associations.

Si les entreprises situées à l'extérieur de la zone concernée par la fermeture ont montré une certaine réticence face à cette initiative, la majorité des commerces situés à l'est de l'avenue d'Ouchy l'accueille avec enthousiasme. Ceux-ci voient la fermeture des quais comme un avantage en matière d'attractivité économique.

Continuer la lecture

Les Sujets à la Une

X