Rejoignez-nous

Vaud

Une meilleure protection pour le Bois de Chênes à Genolier

Publié

,

le

L'Etat de Vaud souhaite améliorer la protection du Bois de Chênes, situé sur les communes de Genolier et Coinsins. (Image prétexte. ©KEYSTONE/DPA/UWE ZUCCHI)

L'Etat de Vaud souhaite mieux protéger le Bois de Chênes sur les communes de Genolier et Coinsins. Il met à l’enquête publique la décision de classement du site naturel, qui doit compléter la réglementation déjà en vigueur.

Le Bois de Chênes bénéficie d'une protection depuis 1966, mais le Département de l'environnement et de la sécurité (DES) estime qu'elle n'est plus suffisante, explique-t-il vendredi. L'objectif consiste à faire mieux cohabiter les usagers de la forêt, en précisant par exemple les cheminements pouvant être empruntés ainsi que les places à feu ou d'accueil pour les classes.

Le Bois de Chênes s'étend sur près de 140 hectares au pied du Jura. Il présente "une très large variété de milieux naturels et abrite une quantité remarquable d'espèces rares et protégées", écrit le DES dans son communiqué. Il ajoute que le site est bordé d'un paysage agricole et viticole "de grande qualité."

Le secteur comporte également de nombreux biotopes, dont plusieurs sont inscrits depuis 2007 à des inventaires fédéraux. Egalement site paysager d'importance nationale et cantonale, le Bois de Chênes abrite aussi depuis 2015 une réserve forestière mixte de quelque 100 hectares.

"Le classement révisé permettra de disposer d'une véritable stratégie de conservation à long terme de ce site d'exception tout en garantissant son accès au public", affirme le DES. La mise à l'enquête court jusqu'au 19 décembre prochain.

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vaud

Bouquet d'aides en faveur des secteurs sinistrés par la pandémie

Publié

le

Le Grand Conseil vaudois veut un soutien plus prononcé à l'économie face à la crise du coronavirus.(archives - KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Le Grand Conseil vaudois a voté mardi un tir groupé d'interventions en faveur des secteurs économiques fortement impactés par la pandémie. Fonds de soutien à 200 millions, subventionnement des loyers commerciaux et des charges sociales: les députés veulent compléter l'aide déjà annoncée par le Conseil d'Etat.

Trois motions et une résolution ont été adressées au gouvernement. Le conseiller d'Etat Philippe Leuba n'y a pas répondu directement. Des mesures seront validées mercredi par le gouvernement, puis rendues publiques dans l'après-midi, a-t-il annoncé en plénum.

Philippe Leuba a assuré que le Conseil d'Etat était parfaitement conscient des menaces qui pèsent sur l'économie ainsi que de l'urgence et de l'importance des aides qu'il convient d'accorder. Il a promis d'agir "vite et massivement". "Vos préoccupations sont pleinement partagées", a-t-il lancé.

Un fonds de soutien

Les demandes des députés concernaient trois domaines en particulier: tout d'abord, la création d'un fonds de soutien à l'économie doté de 200 millions de francs. Il s'agit d'assurer "une certaine pérennité de l'aide", a expliqué Marc-Olivier Buffat (PLR), au nom des groupes PLR, UDC et Vert'libéraux. La motion a été votée à l'unanimité.

La deuxième motion, signée Jean Tschopp (PS), réclame un nouvel accord entre bailleurs, Etat et locataires pour le paiement des baux commerciaux. Ce printemps, un arrangement avait été trouvé où l'indépendant payait 25% du loyer, l'Etat 25% et le propriétaire 50%.

Sans accord, "beaucoup d'indépendants ne se relèveront pas et disparaîtront. Nous devons les aider à passer ce cap en les soulageant de ces charges incompressibles", a expliqué Jean Tschopp. La motion a été votée par 120 voix contre 6 et 7 abstentions.

Cotisations sociales

Le troisième texte, présenté par Stéphane Montangero (PS), demande au canton de s'acquitter des charges sociales des secteurs frappés de plein fouet par la crise, comme la restauration, l'événementiel et les métiers qui y sont liés. Ces cotisations représenteraient 5 à 8 millions par mois rien que pour la restauration.

"L'Etat pourrait prendre à son compte ces cotisations sociales, une sorte de RHT Plus à la vaudoise", a expliqué M. Montangero. Cette motion a été approuvée par 124 voix et 3 abstentions.

Enfin, les députés ont largement voté une résolution, - soit un texte non contraignant contrairement à la motion -, qui demande de donner un "message positif" aux restaurants et d'annoncer leur réouverture progressive "dès que la situation le permettra", a expliqué Alexandre Berthoud (PLR). Un amendement en faveur d'une réouverture le 1er décembre a été écarté.

Continuer la lecture

Vaud

Un morceau de ville à un demi-million de francs à Chavannes-près-Renens

Publié

le

Le "Campus santé" sera composé de 2 bâtiments. (©CÔTES DE LA BOURDONNETTE)

Il aura fallu près de 12 ans pour faire naître ce projet ! Un nouveau quartier universitaire et urbain d'une dizaine d'hectares verra le jour à Chavannes-près-Renens dès 2024.

Situé près de l'Université de Lausanne, ce quartier est baptisé “les Côtes de la Bourdonnette". Il accueillera à terme environ 2500 étudiants, habitants et emplois. On y trouvera notamment un campus santé, des logements pour étudiants ou encore une extension de la HEP. Coût total du projet : un demi-milliard de francs.

Il aura fallu le temps, mais le plan d’affectation pour ce projet d’envergure est finalement mis à l’enquête publique.

Pascal Broulis, Conseiller d’Etat vaudois en charge des finances et des constructions :

Pascal Broulis
Conseiller d'Etat vaudois
Pascal Broulis Conseiller d'Etat vaudois

Au coeur de ce quartier : le futur “Campus santé”. Constitué de deux bâtiments principaux, il offrira "un pôle de compétences et de référence nationale dans le domaine de la formation des professions de la santé". Et il réunira plusieurs partenaires.

La Conseillère d’Etat vaudoise en charge de la formation, Cesla Amarelle :

Cesla Amarelle
Conseillère d'Etat vaudoise
Cesla Amarelle Conseillère d'Etat vaudoise

Le “Campus santé”, ainsi que les futurs logements pour 500 étudiants verront le jour fin 2024.

Un quatrième bâtiment est par ailleurs à l'étude. Il abritera l'extension de la Haute Ecole pédagogique (HEP), située à Lausanne. Il permettra d'augmenter sa capacité de 3000 à 3400 étudiants dès 2025, année de sa mise en service.

Aussi des logements "traditionnels"

Enfin, le nord de ce nouveau quartier universitaire et urbain sera dédié aux logements et aux équipements scolaires et parascolaires, avec un accent important mis sur les espaces verts et publics. Au total, près de 600 logements seront réalisés et accueilleront environ 1300 habitants et emplois. Le budget est estimé à 300 millions de francs. Le début des travaux est prévu en 2023 pour une fin en 2025.

Continuer la lecture

Vaud

Le plan OPair doit être étendu à l'ensemble du canton

Publié

le

La pollution de l'air est un problème de santé publique majeur (Image symbolique - KEYSTONE/EPA CTK/LIBOR ZAVORAL)

Le Grand Conseil vaudois a pris acte mardi du Plan des mesures OPair de l'agglomération Lausanne-Morges. Plusieurs députés ont demandé que ce plan de lutte contre la pollution de l'air soit étendu à l'ensemble du canton. La conseillère d'Etat Béatrice Métraux a expliqué que différentes démarches étaient en cours.

La pollution de l'air cause quelque 3000 décès prématurés par an en Suisse. "Ce n'est pas anodin, c'est grave", a dit mardi le député Raphaël Mahaim (Verts), qui a déploré le "manque d'ambition" du plan OPair, "instrument privilégié" de lutte contre la pollution de l'air.

Le député a demandé que ce plan de mesures soit étendu à l'ensemble du canton. "Pour certains polluants, il faut réfléchir à l'échelle la plus large possible. Sinon on se prive d'un levier d'action", a-t-il regretté. A ses yeux, le document propose "certaines avancées" et pose des "jalons intéressants", mais il "laisse à désirer quant à ses effets concrets".

Plus énergiques

"La pollution de l'air est un problème de santé publique majeur qui nécessiterait des mesures plus énergiques", a appuyé Hadrien Buclin (Ensemble à Gauche et POP). "Ces 3000 décès par an nous préoccupent et vont probablement s'intensifier avec le réchauffement climatique", a ajouté le Vert'libéral Blaise Vionnet.

Le plan OPair doit s'étendre à tout le canton: "cela devrait aller de soi depuis des années", a ajouté Philippe Vuillemin (PLR). Il faut que le canton dispose d'un outil pour prendre les "décisions adéquates" dans sa lutte "difficile" contre la pollution de l'air.

Message reçu

Béatrice Métraux a expliqué qu'elle avait "bien entendu les préoccupations" des députés. "La pollution atmosphérique ne s'arrête pas à la limite des 26 communes de l'agglomération Lausanne-Morges", a-t-elle reconnu.

Le Conseil d'Etat poursuit ses actions pour réduire les émissions polluantes à l'échelle du canton, a-t-elle expliqué. Une analyse poussée de ces émissions est prévue pour 2023. Elle débouchera "probablement" sur une extension du plan OPair au niveau cantonal, "mais il faut d'abord avoir les résultats des mesures", a-t-elle insisté.

Le canton travaille en outre à un plan d'action pour les particules les plus fines (PM2.5). Là aussi, "il faut d'abord identifier qui émet et quoi", a-t-elle expliqué.

 

Continuer la lecture

Vaud

Le canton appelle la population à s'engager bénévolement

Publié

le

Avec le bénévolat, Vaud entend à la fois renforcer la capacité en ressources humaines du domaine du social et de la santé et donner la possibilité à la population de montrer sa solidarité en s'engageant en faveur des plus vulnérables (archives - KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Le canton de Vaud a lancé mardi un appel à la population pour s'engager bénévolement pendant la pandémie du coronavirus. Il s'agit de venir en aide ponctuellement ou pour une plus longue durée aux institutions sociosanitaires, aux administrations communales, aux institutions publiques et parapubliques ainsi qu'aux associations et groupes d'entraide de proximité.

En collaboration avec l'association Bénévolat-Vaud, le Département de la santé et de l'action sociale (DSAS ) a mis en place un processus de recherche et de gestion de bénévoles, indique mardi le gouvernement. Les volontaires n'ont pas besoin de disposer d'une formation spécifique.

Le soutien sera apporté à des organisations vaudoises actives auprès des personnes atteintes dans leur santé, vulnérables ou isolées. Les tâches vont de la préparation et la livraison de repas, à la gestion administrative en passant par l'aide pour les courses ou le soutien à des résidents d'institutions. Bénévolat-Vaud fera le lien entre les bénévoles et les organisations demandeuses.

Continuer la lecture

Vaud

La région Riviera-Chablais aura un nouveau journal

Publié

le

La presse vaudoise va s'étoffer avec l'arrivée en 2021 d'un nouveau journal pour la région Riviera-Chablais (image prétexte - KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Un nouveau journal débarque dans la région Riviera-Chablais début 2021. Il se présentera sous la forme d'un hebdomadaire payant et d'un tout-ménage mensuel. Au moins 6 journalistes et un rédacteur en chef seront engagés en vue aussi d'une collaboration avec 24 heures.

"La disparition du Régional (ndlr: qui a déposé le bilan en mai dernier) a laissé un grand vide. Ce nouveau projet est né à partir de là", explique mardi Armando Prizzi, le directeur et fondateur du nouveau titre, interrogé par Keystone-ATS.

Entrepreneur de la région, M. Prizzi distribuait Le Régional avant sa disparition. Il a repris une partie des équipes (vente, administration, graphisme) de l'ancien titre. "En ce qui concerne la rédaction, des discussions sont en cours", relève-t-il. Les collaborateurs seront basés à Vevey et Aigle.

Le premier tout-ménage, tiré à 85'000 exemplaires, sera distribué le 4 février. Concernant l'hebdomadaire, il se présentera en grand format - dit berlinois - et proposera deux éditions de 16 à 20 pages, l'une consacrée à la Riviera et l'autre au Chablais vaudois et valaisan. "D'ici trois ans, l'objectif est d'arriver à 8000 abonnés", indique M. Prizzi.

Aide indirecte des communes

Le titre s'appellera "Riviera votre région" ou "Chablais votre région", en fonction du domicile de l'abonné. Il sera édité par une société en voie de création, "Riviera Chablais SA".

Celle-ci bénéficiera d'un capital de 600'000 francs, poursuit M. Prizzi. Il précise qu'il cherche encore des investisseurs privés, voire des donateurs, pour boucler le financement et assurer "un coussin de sécurité".

Les communes de la région ont aussi été approchées, mais pour apporter une aide indirecte via le placement d'annonces ou d'avis officiels. "J'espère qu'elles joueront le jeu", relève M. Prizzi.

Partenariat avec 24 heures

Le nouveau journal bénéficiera aussi du soutien de Tamedia, notamment autour d'un partenariat avec 24 heures, en main de l'éditeur zurichois. "L'objectif consiste à ce que ce nouveau titre local, au plus près de sa région, puisse fournir du contenu à 24 heures", explique Christine Gabella, déléguée de la direction Tamedia pour la Suisse romande.

Elle rappelle que cette pratique est déjà à l'oeuvre depuis plusieurs années avec le Journal de Morges. "Nous sommes convaincus de la pertinence de ce type de partenariat durable entre un titre cantonal fort et des acteurs locaux", ajoute Mme Gabella.

Selon elle, les synergies entre les deux titres seront surtout journalistiques. Tamedia va certes participer financièrement au lancement du nouveau journal, mais uniquement comme un actionnaire "très minoritaire", note Mme Gabella.

Continuer la lecture

C'était quoi ce titre ?

Les 2 derniers titres

Horoscope du jour

Sagittaire

Période féconde en tout point de vue. Laissez-vous aller, parlez clairement, et le reste va suivre sans effort…

Publicité

Les Sujets à la Une

X