Rejoignez-nous

Vaud

Unia Vaud et Migros Vaud se battent sur l’extension des horaires

Publié

,

le

Bras de fer entre Unia Vaud et Migros Vaud. En cause, selon le syndicat, le non respect des obligations légales de consultation du personnel pour l’extension des horaires de centres commerciaux.

Il s’agit de ceux de Bussigny, Crissier, Ecublens, Epalinges, Oron et Pully. Unia a présenté des courriers et autres documents à la presse lundi, échangés avec le géant orange, ou reçus par les employés. Certains centres commerciaux verraient ainsi leurs horaires augmenter de plusieurs heures par semaine, pour finir à 20h. Les petits commerces dans les centres commerciaux Migros sont aussi concernés. Les explications d’Yves Defferrard, co-secrétaire régional d’Unia Vaud :

Yves Defferrard
Co-secrétaire régional d’Unia Vaud
Yves Defferrard Co-secrétaire régional d’Unia Vaud

Le syndicat ne compte pas en rester là. Il prévoit des actions fortes si l’extension d’horaire entre en vigueur, comme l’a annoncé Migros, au 20 novembre. Yves Defferrard :

Yves Defferrard
Co-secrétaire régional d’Unia Vaud
Yves Defferrard Co-secrétaire régional d’Unia Vaud

Unia souligne encore que les employés de Migros auraient reçu l’ordre de ne pas contacter le syndicat. Migros, qui n'a pour l'heure pas donné suite à nos demandes d'interview.

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vaud

Coronavirus - Vaud se défend de vacciner trop lentement

Publié

le

Vaud a jusqu'ici atteint ses objectifs en matière de vaccination, avec en moyenne 1400 injections par jour.(Vaud a jusqu'ici atteint ses objectifs en matière de vaccination, avec en moyenne 1400 injections par jour. (© KEYSTONE/CYRIL ZINGARO KEYSTONE/CYRIL ZINGARO)

Les autorités vaudoises se défendent d'avancer plus lentement que d'autres cantons dans la vaccination face au Covid-19. Elles disent miser sur une montée progressive avec, parmi les nouvelles annonces, l'ouverture à terme d'un grand centre de vaccination à Beaulieu.

"Ce n'est pas un concours de beauté!", a déclaré Oliver Peters, responsable du plan vaudois de vaccination, critiquant les comparaisons effectuées ces derniers jours entre cantons. Tandis que certains cantons ont rapidement administré leurs premières doses, d'autres comme Vaud le font de manière calculée, a-t-il expliqué vendredi lors d'une conférence de presse.

"Nous voulons toujours être en mesure de pouvoir donner la deuxième dose", nécessaire à une bonne efficacité du vaccin, a indiqué M. Peters. Il a raconté avoir reçu des appels de certains cantons qui, partis trop vite, n'arrivaient plus à assurer les deuxièmes rendez-vous.

Le responsable a surtout mis en garde face à "une rupture des stocks" qui pourrait intervenir début mars, au vu de la planification actuelle de livraisons prévue par la Confédération. La baisse de production et de livraison du vaccin de Pfizer est notamment en cause.

Oliver Peters
Chef comité pilotage vaccination
Oliver Peters Chef comité pilotage vaccination

Beaulieu réquisitionné

"Faute de vaccins disponibles, nous ne pouvons pas actuellement aller plus vite", a renchéri Denis Froidevaux, chef de l'Etat-major cantonal de conduite. Il a notamment relevé que l'ouverture d'un nouveau grand centre de vaccination, sur le site de Beaulieu à Lausanne, avait dû être retardée.

Ce centre pourrait toutefois devenir opérationnel en trois à cinq jours lorsque les vaccins seront suffisamment nombreux. A pleine capacité, il tournera à 2000 vaccinations par jour, contre 1100-1200 par jour pour celui du CHUV. Deux autres centres dans les régions de Montreux et Echallens pourront aussi ouvrir à terme.

Pour mémoire, quatre centres sont déjà actifs en terre vaudoise au CHUV à Lausanne, Yverdon, Morges et Gland. Deux autres ouvriront lundi à Payerne et Rennaz.

Il est également prévu, dès la semaine prochaine, d'impliquer les médecins traitants lors d'une phase pilote, a annoncé la conseillère d'Etat Rebecca Ruiz. Les pharmacies, CMS et autres cliniques privées viendront aussi s'ajouter progressivement au dispositif.

Quant aux équipes mobiles, elles continuent leur mission dans les quelque 200 EMS du canton, où toutes les deuxièmes doses devraient avoir été administrées entre le 5 et le 15 mars.

Objectif atteint

"Nous attendons impatiemment de tourner à plein régime dans tout le canton", a poursuivi Rebecca Ruiz. Elle a affirmé, elle aussi, qu'il n'était actuellement pas possible d'aller plus vite. "Notre dispositif s'adapte à la rareté des ressources", a-t-elle dit.

La ministre de la santé s'est toutefois réjouie d'avoir pu, jusqu'ici, "largement atteindre" les objectifs fixés en début de campagne de vaccination. Ces dix derniers jours, 1400 injections par jour ont pu en moyenne être effectuées, alors que le canton voulait en faire 1000 par jour lors de cette phase de démarrage.

Rebecca Ruiz, tout comme sa collègue Béatrice Métraux, a reconnu que quelques couacs avaient émaillé les premières vaccinations vaudoises, principalement pour la prise de rendez-vous. "Nous comprenons les réactions négatives et corrigeons quotidiennement notre dispositif", a affirmé Mme Métraux. Elle a demandé à la population de "s'armer de patience" et de réaliser "le défi logistique immense" que représente cette campagne de vaccination.

Continuer la lecture

Elections communales VD 2021

L'UDC axe sa campagne sur l'emploi et le respect des lois

Publié

le

Responsable presse de la campagne UDC Lausanne, Fabrice Moscheni a présenté vendredi le programme politique pour les communales du 7 mars, axé sur l'emploi et la sécurité (archives - KEYSTONE/CYRIL ZINGARO)

L'UDC lausannoise a présenté vendredi son programme politique en vue des élections communales du 7 mars. Elle défend deux axes prioritaires: l'emploi et le respect des lois. Elle lance cinq candidats à la Municipalité et quatorze candidats au Conseil communal.

A ce jour, le parti n'est jamais parvenu à entrer dans l'exécutif lausannois et son meilleur score au législatif est de quatorze sièges. C'est donc avec une ambition modeste que l'UDC se présente à ce scrutin communal dans la capitale vaudoise.

"Notre ambition se situe plus au niveau de nos idées et propositions", a affirmé devant la presse Fabrice Moscheni, conseiller communal, responsable presse de la campagne, ex-président de l'UDC Vaud et lui-même candidat à la Municipalité. "Nous voulons une ville de Lausanne durable économiquement, financièrement et socialement", a-t-il résumé.

"Les deux fils rouges seront l'emploi et le respect des lois, deux thèmes oubliés par l'actuelle majorité de gauche. Nous voulons particulièrement soutenir les commerçants et les indépendants, mal représentés par l'exécutif lausannois", explique-t-il.

Tolérance zéro face aux dealers

Parmi les mesures économiques en tête de liste: permettre aux commerces locaux qui le désirent de rester ouverts le jeudi et le vendredi jusqu'à 21h00 et offrir la gratuité des transports publics le samedi sur présentation d'un ticket de caisse d'un commerce lausannois.

S'agissant de la sécurité, deux propositions retiennent l'attention. L'UDC Lausanne veut punir les insultes aux forces de l'ordre par une amende automatique de 500 francs. Elle souhaite aussi mettre en place une politique de tolérance zéro face aux dealers et à la petite criminalité. Le parti dénonce la "politique schizophrène" de la Ville en la matière.

"Il faut une réponse judiciaire plus rapide à l'infraction et une interdiction de périmètre", détaille Valentin Christe, conseiller communal, ex-président de cet organe et candidat à la Municiaplité.

A contre-courant sur la mobilité

Le parti s'affiche à contre-courant sur la mobilité par rapport aux autres partis. Il veut non pas supprimer des places de parc mais en créer 1000 dans toute la ville. Il veut aussi stopper le développement "anarchique" des pistes cyclables. "Halte à l'hystérie anti-voiture", scande-t-il.

Son programme de législature 2021-2026 prévoit encore par exemple une baisse de 10% de la rémunération des élus ainsi qu'une diminution de l'impôt communal de trois points. Il s'agit de rendre le pouvoir d'achat aux citoyens et de s'opposer à la création ou l'augmentation de taxes, selon les responsables.

Quid des questions climatiques, environnementales et énergétiques, peu présentes dans le programme? "Ces thèmes-là ne sont pas oubliés. Ils sont traités via nos mesures sur l'emploi et l'économie", assure M. Moscheni. "Nous ne voulons pas d'une écologie castratrice mais d'une écologie optimiste, où l'évolution technologique permet de résoudre les problèmes climatiques", dit-il.

Aux côtés de MM. Moscheni et Christe, les trois autres candidats à la Municipalité sont Patrizia Mori, spécialiste de questions bancaires et financières, Nicola Di Giulio, enquêteur de police et vice-président du conseil communal, et Yohan Ziehli, juriste, collaborateur scientifique à l'UDC Suisse et vice-président de l'UDC Vaud.

Continuer la lecture

Vaud

Nouvelle aide pour les établissements fermés à Vevey

Publié

le

Les autorités veveysannes veulent octroyer des aides supplémentaires aux entreprises fermées en raison du coronavirus (Archives © KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

La Municipalité de Vevey souhaite attribuer une aide supplémentaire de 750'000 francs aux établissements de la ville fermés durant la deuxième vague du coronavirus. Cette aide, qui doit compléter celle apportée par le canton de Vaud, consiste en une indemnité forfaitaire versée à fonds perdu de 5000 francs maximum par établissement.

Le Conseil communal devra encore donner son feu vert lors de sa séance du 28 janvier, précisent vendredi les autorités veveysannes dans un communiqué. Si la mesure est acceptée, tous les commerces contraints partiellement ou totalement à la fermeture entre le 1er septembre et le 31 décembre 2020 seront contactés.

Jusqu'ici à Vevey, une enveloppe totale de 2,5 millions de francs a été validée pour soutenir l'économie locale durant la première vague de la pandémie. Sur les 105 demandes déposées à ce jour, 73 entreprises ont bénéficié de cette aide et un montant total de près d'un million de francs leur a été versé. Vingt-six dossiers sont encore en cours de traitement.

Continuer la lecture

Vaud

Un foyer de contamination découvert dans un hôtel de Villars

Publié

le

Un cluster a été détecté dans la station vaudoise de Villars. (©KEYSTONE/LEANDRE DUGGAN)

Un foyer de contamination au coronavirus a été découvert dans un hôtel de la station vaudoise de Villars-Gryon (VD). Treize employés ont été testés positifs, mais aucun client.

Après la confirmation mercredi des treize cas positifs au sein du personnel de l'hôtel "RoyAlp", une équipe mobile a été dépêchée jeudi matin sur place et y a effectué des tests rapides, permettant de constater qu'aucun client n'a été touché, a indiqué jeudi soir l'état-major de conduite du canton de Vaud dans un communiqué. La soixantaine de clients avait préventivement été mise en quarantaine.

Les personnes ayant fréquenté l'hôtel la semaine précédente seront contactés afin qu'elles effectuent une "auto-surveillance intensive". Selon de premiers constats, la protection des clients a pu être garantie grâce au respect du plan de prévention, d'après le communiqué.

Quant aux employés testés positifs, ils ont été placés en isolement. Deux d'entre eux au moins ont été infectés au variant britannique du virus. Une partie de leurs collègues a été mise en quarantaine pour une durée de dix jours.

L'état-major cantonal de conduite indique qu'aucun autre cluster n'a été détecté dans la station vaudoise mais que les services du médecin cantonal restent attentifs à l’apparition d’autres cas positifs qui feront l’objet d’une analyse approfondie. Le médecin cantonal a informé l’Office fédéral de la santé publique (OFSP).

Continuer la lecture

Suisse Romande

Des kilos de fruits et légumes sauvés de la poubelle à Penthalaz

Publié

le

A la centrale de Penthalaz, les fruits et légumes seront triés et lavés avant d'être redistribués par les associations régionales aux personnes dans le besoin. (©Fabio Baranzini/Table Couvre-toi)

Une nouvelle plateforme pour récupérer des fruits et légumes plus vendables, mais parfaitement comestibles. C’est ce que s’apprête à ouvrir le 1er mai l’association Table Couvre-toi sur le site Venoge Parc à Penthalaz. Des associations d'entraide de toute la Romandie vont en profiter.

Une nouvelle plateforme pour récupérer des fruits et légumes plus vendables, mais parfaitement comestibles. C’est ce que s’apprête à ouvrir l’association Table Couvre-toi sur le site Venoge Parc à Penthalaz. But de l’organisation: sauver des denrées de la destruction et les redistribuer à des personnes touchées par la pauvreté. Grâce à un partenariat avec Coop, ce sont des fruits et légumes provenant de toute la Romandie qui vont être redistribués. Alex Stähli, directeur de Table Couvre-toi:

Alex Stähli
Directeur de Table Couvre-toi
Alex Stähli Directeur de Table Couvre-toi

L'idée est de trier, laver et reconditionner des aliments qui ne sont plus vendables sur les étales, mais qui sont néanmoins tout à fait comestibles.

Alex Stähli
Directeur de Table Couvre-toi
Alex Stähli Directeur de Table Couvre-toi

Déjà éprouvé plusieurs fois en Suisse allemande, ce projet baptisé Hub Suisse occidentale a un potentiel important en matière d'anti-gaspillage alimentaire.

Alex Stähli
Directeur de Table Couvre-toi
Alex Stähli Directeur de Table Couvre-toi

Les produits seront distribués par des organisations d'aide alimentaire partenaires. Parmi elles: Table Suisse, CARL Lausanne, les Cartons du Cœur Vaud, Partage à Genève ou Tables du Rhône en Valais. L’ambition de l’association : faire de cette plateforme de transbordement, une centrale pour toute la Romandie. Et si c’est Penthalaz qui a été choisi pour l’accueillir, ce n’est pas par hasard.

Alex Stähli
Directeur de Table Couvre-toi
Alex Stähli Directeur de Table Couvre-toi

Table Couvre-toi s’est par ailleurs entouré d’un autre partenaire local en ce qui concerne une partie de la main d’œuvre de la plateforme.

Alex Stähli
Directeur de Table Couvre-toi
Alex Stähli Directeur de Table Couvre-toi

Soulignons enfin que le potentiel anti-gaspillage est là: selon l'association, 300 tonnes par an de fruits et légumes pourraient être sauvées de la poubelle et nourrir des personnes qui en ont besoin. L’équivalent de près de 2 millions de francs de produits frais. A terme, elle espère trouver de nouveaux partenaires et d’autres types de denrées à redistribuer. A Penthalaz, jusqu’à 600 à 700 tonnes de nourriture par an pourraient être gérées d’ici 3 à 5 ans. Coût de cette première étape: quelque 200'000 francs investis par l’association.

Continuer la lecture

C'était quoi ce titre ?

Les 2 derniers titres

Horoscope du jour

Vierge

Au programme de ce lundi : des bonnes informations, des joies et la remise en œuvre d’un projet qui était passé à la trappe…

Publicité

Les Sujets à la Une

X