Rejoignez-nous

Vaud

Vaud autorise les votations communales dès le 21 juin

Publié

,

le

Image d'illustration. (©KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)
Les législatifs communaux peuvent à nouveau se réunir dans le canton de Vaud. Et des votations ou élections communales pourront avoir lieu dès le 21 juin. Dans le strict respect des recommandations d'hygiène et de distanciation sociale fixées par l'OFSP.

Le Conseil d'Etat vaudois a assoupli le cadre fixé le 23 mars dernier pour l'exercice des droits politiques. Il a ainsi levé l'interdiction de se réunir prononcée à l'adresse des Conseils communaux et généraux. Une décision "nécessaire" puisque les Chambres fédérales et le Grand Conseil vont se réunir en mai prochain, rappelle jeudi l'Etat de Vaud dans un communiqué.

Les législatifs et leurs commissions peuvent donc à nouveau tenir séance. Mais ceux qui le souhaitent doivent en informer la préfecture, qui s'assurera que les mesures prises respectent les consignes fédérales, précise le Conseil d'Etat.

Scrutins autorisés

Le gouvernement autorise à nouveau la tenue de votations et d'élections communales, ici aussi moyennant le respect des recommandations de l'OFSP, explique-t-il. Ces consignes s'appliqueront également aux campagnes de votation sur le terrain et au dépouillement des bulletins de vote.

Pour l'heure, seul le vote par correspondance est autorisé. L'arrêté du Conseil d'Etat précise que le vote au local ad hoc est interdit. La première date possible pour un scrutin est le 21 juin prochain.

Enfin, le canton a modifié le calendrier des délais concernant le bouclement et l'adoption des comptes communaux 2019. Et il a prolongé les délais impartis aux autorités locales pour modifier la composition de leur conseil communal et de leur municipalité.

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vaud

Les arts de la scène réclament la réouverture des théâtres

Publié

le

Les représentants des métiers des arts de la scène ont formé une longue haie d'honneur devant le lieu de réunion du Grand Conseil vaudois. (©KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Des représentants des métiers des arts de la scène ont mené une action symbolique mardi devant le Grand Conseil vaudois. Ils réclament la réouverture des théâtres, cinémas et autres lieux culturels, au plus tard le 4 janvier.

En début d'après-midi, plus d'une centaine de participants masqués ont formé une haie d'honneur pour accueillir en silence les députés. Sur les pancartes, qu'ils brandissaient, on pouvait lire: "SOS", "Sans culture, le silence" ou "Fini de jouer, on veut travailler".

"Tout un secteur professionnel est en train d'être mis de côté, d'être malmené", explique Claire Nicolas, comédienne, metteuse en scène et membre du mouvement "Sans culture le silence". "C'est un moment de mort de la culture", ajoute-t-elle.

Au-delà de leur "détresse", les professionnels de la scène, les artistes comme les techniciens, réclament davantage de "considération" et d'"attention". "Nous voulons être appréciés à notre juste valeur", ajoute Mme Nicolas.

Les milieux culturels doivent "pouvoir se projeter dans l'avenir. Nous ne pouvons plus rester dans le flou", ajoute-t-elle. Le Jura va rouvrir ses théâtres le 17 décembre. Pourquoi pas ailleurs ?

Assister à un spectacle, dans le respect des règles sanitaires, n'est pas plus dangereux que d'autres activités, comme la fréquentation des transports publics ou de la grande distribution, ajoute-t-elle. Le mouvement a remis une lettre de revendications à transmettre à la conseillère d'Etat Cesla Amarelle. Cette lettre était signée par plus de 730 personnes.

Continuer la lecture

Vaud

Opération WelQome 2 lancée en faveur du tourisme et des commerces

Publié

le

Les conseillers d'Etat Vaudois Philippe Leuba, au centre, Nuria Gorrite, à droite, et Pascal Meyer, à gauche, directeur de QoQa parlent lors de la conférence de presse de lancement de l'opération de soutien à l'économie WelQome 2 à la ferme de Praz-Romond à Puidoux. (©KEYSTONE/Laurent Gillieron)

Le canton de Vaud lance une opération WelQome 2 en guise de soutien au tourisme et aux commerces locaux en période de pandémie. Plus de 900 enseignes sont d'ores et déjà inscrites sur la plateforme mise en ligne mardi.

Pour le premier volet, l'été dernier, 15 millions étaient sur la table. Désormais, 20 millions sont à disposition, dont deux millions pris sur le solde de WelQome 1. Ces 20 millions devraient générer un chiffre d'affaires global de 60 millions de francs, ont annoncé mardi les conseillers d'Etat Nuria Gorrite et Philippe Leuba, accompagnés du patron de Qoqa Pascal Meyer.

"On renouvelle un partenariat public-privé innovant qui a fait ses preuves", explique le canton dans un communiqué. La première opération Welqome, entre juin et septembre, a généré la vente de plus de 350'000 bons et induit plus de 40 millions de chiffre d'affaires via la plateforme de vente en ligne gérée par Qoqa.

Pour rappel, l'achat de bons donne au client un rabais de 20%. Le prestataire reçoit pour sa part une plus-value de 10%. Les secteurs concernés sont les loisirs, la culture, l'hébergement, la restauration, les produits du terroir, les vignerons et les transports publics. Dès le 15 décembre, il sera possible d'acheter des abonnements annuels Mobilis à prix "très réduits", une manière de soutenir les utilisateurs fidèles, a expliqué Nuria Gorrite.

Pour Welqome 2, un effort particulier sera fait pour que les participants labellisent leurs enseignes avec un visuel clair afin de donner plus de visibilité à l'action. L'opération prendra fin lorsque l'enveloppe aura été épuisée, au plus tard en août 2021.

Continuer la lecture

Vaud

Sept millions pour réaménager la RC 76, proche des hautes écoles

Publié

le

Le réaménagement de la RC 76 proche du futur Campus santé près de la Bourdonnette et des Hautes écoles a été validé mardi par les députés vaudois pour un montant de près de 7 millions. (Image d'archive - ©KEYSTONE/CHRISTIAN BRUN)

Le Grand Conseil vaudois a accepté à la quasi-unanimité mardi de libérer un crédit de 6,9 millions pour financer les travaux de réaménagement de la route RC 76 entre l’avenue du Léman à Chavannes-près-Renens et la limite territoriale de Lausanne, près de la Bourdonnette. Les travaux débuteront en mars 2021 et se prolongeront jusqu’en été 2024.

Le parlement a accepté la proposition par 116 voix pour, quatre abstentions et une opposition. Le développement urbain programmé le long de cet itinéraire proche des hautes écoles est particulièrement important, a souligné le député PLR Jean-François Cachin.

La commune de Chavannes est satisfaite de ce projet, alors que vont se développer deux plans de quartier gigantissimes ("en Dorigny", et "les Côtes de la Bourdonnette"), sur ce qui est aujourd'hui constitué de champs, a relevé l'un de ses habitants, le socialiste Alexandre Rydlo. Il s'est dit content du passage à 50 km/h de cette route aujourd'hui de transit, proche des futures sorties d'autoroute de Chavannes et d'Ecublens.

Selon la Verte Alice Genoud, il s'agit d'un projet exemplaire en termes de concertation avec les associations ATE et Pro Vélo: il prévoit une place pour tous, tant pour les vélos, que les piétons, les transports publics et les voitures. Un atout important pour le secteur qui deviendra assez dense avec les futures Campus Santé, logements pour étudiants et commerces qui y sont prévus.

Dans la foulée, le Grand Conseil vaudois a également d'accorder un crédit-cadre de 10 millions pour financer les travaux d'entretien de plusieurs routes du canton.

Continuer la lecture

Vaud

Un homme interpellé grâce à un faux profil de la police

Publié

le

Les prédateurs contactent leurs proies adolescentes sur internet. (Image prétexte - ©KEYSTONE/CHRISTIAN BEUTLER)

La police vaudoise a interpellé un homme de 39 ans qui avait donné rendez-vous à une ado pour entretenir des actes d'ordre sexuels. Derrière le profil internet de la jeune fille de 13 ans se trouvait en fait un inspecteur de police.

Les polices suisses et la prévention suisse de la criminalité (PSC) ont lancé mardi une campagne nationale pour la prévention du "grooming". Ce phénomène, appelé aussi "cybergrooming" ou "pédopiégeage", consiste, pour un adulte, à rechercher le contact avec un mineur dans le but de lui faire des avances sexuelles.

Majeur, mais plus jeune

C'est précisément ce qui s'est passé dans le cas vaudois. L'homme de 39 ans, domicilié à Genève, est entré en contact avec la pseudo-ado sur une plateforme de discussion sur internet. Il s'est fait passer pour un homme majeur, mais plus jeune.

Lors du chat, la "jeune fille" a d'emblée précisé qu'elle n'était âgée que de 13 ans, précise la police. "Il était conscient de son âge. Mais assez rapidement, la teneur du chat est partie sur des échanges à connotation sexuelle", relate Olivia Cutruzzola, cheffe de la section prévention criminelle à la police vaudoise.

Après un bref échange, l'homme lui a proposé une rencontre afin qu'elle lui prodigue une fellation contre rémunération. Un rendez-vous a été fixé près de Renens, où les policiers l'ont cueilli, puis placé en détention préventive pour tentative d'actes d'ordre sexuel. Les investigations se poursuivent pour établir l'entier de son activité délictueuse.

Clip vidéo de prévention

Dans sa campagne, la PSC met en garde contre ce "grooming" dont l'objectif est souvent le même: amener un enfant ou un adolescent à pratiquer des actes sexuels sur soi, afin de pouvoir ensuite exercer un chantage avec ces images intimes, faire usage de la contrainte, voire même amener le jeune à accepter une rencontre réelle. Un clip vidéo de prévention est visible en ligne.

Les prédateurs se font passer pour des adolescents ou de jeunes adultes. Ils repèrent leurs proies sur internet dans des jeux, chat ou médias sociaux. Ils gagnent leur confiance en se découvrant des intérêts communs et cherchent à devenir le "confident idéal". La PSC rappelle qu'il faut rester vigilant et qu'il ne faut jamais se fier à quelqu'un qu'on ne connaît que sur internet.

Cadre strict

Depuis 2012, la police est autorisée à mener des recherches préliminaires secrètes sur internet afin de prévenir la commission de délits graves. "Cela nous permet de travailler sous couverture sur internet, mais les règles sont strictes. Seuls les enquêteurs de la cellule cyber-pédophilie de la brigade criminelle y sont habilités et ils ne doivent pas instiguer à la commission d'un délit", a ajouté Mme Cutruzzola.

Continuer la lecture

Culture

Paléo étudie trois options pour l'été prochain

Publié

le

Paléo et son président Daniel Rossellat diront en mars sous quelle forme se tiendra l'édition 2021 du festival. (Image d'archive - ©KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Les organisateurs de Paléo diront début mars sous quelle forme se tiendra le festival l'été prochain à Nyon (VD). Trois options sont actuellement envisagées: un festival presque normal, une annulation comme l'été dernier ou un format remanié.

Avec ce troisième scénario, Paléo pourrait se dérouler avec des festivaliers assis sur des sièges numérotés avec des jauges entre 3500 et 5000 personnes, indique lundi son patron Daniel Rossellat, confirmant à Keystone-ATS une information du quotidien La Côte.

"Cela ne serait pas un Paléo en version réduite, mais un tout autre projet", précise-t-il. La durée du festival pourrait aussi être allongée.

Le fondateur du plus grand open air de Suisse reconnaît toutefois que de nombreuses questions restent en suspens. "Actuellement, c'est un festival d'incertitudes", remarque-t-il. Pour prendre une décision, "le point de bascule se situe début mars, au plus tard le 10", ajoute-t-il.

Daniel Rossellat explique que si les règles sanitaires actuelles devaient peu évoluer ces prochains mois, Paléo serait à nouveau annulé. En revanche, avec les directives qui étaient encore en vigueur en septembre, une variante du festival pourrait être envisagée. Pour l'organisation d'un Paléo "proche de la normale", il dit notamment miser sur l'arrivée d'un vaccin et la mise en place de règles sanitaires beaucoup plus souples.

Maintenir des compétences

Daniel Rossellat affirme que Paléo est prêt à prendre un risque financier. "Je préfère avoir un projet enthousiasmant qui perd de l'argent plutôt que de ne rien faire, et de toute façon perdre de l'argent. On ne veut pas rester dans le rôle du spectateur", relève-t-il.

L'objectif d'avoir un festival l'été prochain, même différent, consiste notamment à garder toute une série de compétences autour de la manifestation (artistes, techniciens, sociétés locales, etc) et à maintenir la motivation des collaborateurs. "L'humain doit passer avant les considérations financières", assure-t-il.

L'autre grand festival vaudois, le Montreux Jazz, devrait aussi se prononcer à la fin de l'hiver. Là aussi, plusieurs hypothèses sont examinées et constamment adaptées selon l'évolution de la pandémie et des décisions politiques.

Continuer la lecture

C'était quoi ce titre ?

Les 2 derniers titres

Horoscope du jour

Gémeaux

Vous avez particulièrement le vent en poupe… Votre indépendance est appréciée de même que vos idées les plus extravagantes !

Publicité

Les Sujets à la Une

X