Rejoignez-nous

Emmenez-moi

Les poèmes de Karmacadabra – du 28 mai au 1er juin

Publié

,

le

Lundi – Le Zubial

«Imaginez que vous êtes lui. Imaginez que vous vous donnez le droit d’être furieusement heureux.
Imaginez une seconde que vous n’êtes plus l’otage de vos peurs, que vous acceptez les vertiges de vos contradictions.
Imaginez que vos désirs gouvernent désormais votre existence, que vous avez réappris à jouer, à vous couler dans l’instant présent.
Imaginez que vous savez tout à coup être léger sans être jamais frivole.
Imaginez que vous êtes résolument libre, que vous avez rompu avec le rôle asphyxiant que vous croyez devoir vous imposer en société. Que vous avez quitté toute crainte d’être jugé.
Imaginez que votre besoin de faire vivre tous les personnages imprévisibles qui sommeillent en vous soit enfin à l’ordre du jour.
Imaginez que votre capacité d’émerveillement soit intacte, qu’un appétit tout neuf, virulent, éveille en vous mille désirs engourdis et autant d’espérances inassouvies.
Imaginez que vous allez devenir assez sage pour être enfin imprudent.
Imaginez que la traversée de vos gouffres en vous inspire plus que de la joie.»

– Alexandre Jardin, Le zubial


Mardi – ÊTRE RESPONSABLE DE NOTRE BONHEUR (1)

Il n’y a pas de meilleure recette pour être malheureux que d’attendre que les autres fassent notre bonheur.

Quand nous attendons que les autres devinent nos besoins, nos désirs, nos attentes, nous achetons un passeport direct pour être déçus et malheureux. Les autres ne sont pas là pour répondre à nos attentes. NOUS sommes là pour répondre à NOS attentes, nos besoins, nos désirs.

Nous voulons des fleurs? Nous nous en achetons! Nous voulons que les autres prennent soin de nous? Nous prenons soin de nous. Nous aimerions que les autres nous demandent comment nous allons et qu’on nous écoute réellement? Et si nous nous écoutions, nous? Et si nous allions voir en nous comment nous allons, pour de vrai?

Ce n’est pas la responsabilité des autres de nous aimer. C’est la nôtre. Il n’y a pas de meilleure recette pour être heureux que d’apprendre à faire nous-mêmes notre bonheur, en répondant nous-mêmes à nos besoins et nos désirs. Tout ce qui viendra des autres en plus, ce seront des cadeaux que nous apprécierons davantage parce que nous ne les attendions plus.

L’attente crée le manque, la responsabilité crée la liberté.


Mercredi – ÊTRE RESPONSABLE DE NOTRE BONHEUR (2)

Puisque chacun de nous est responsable de son propre bonheur, cela signifie aussi que nous ne sommes pas responsables du bonheur des autres.

Trop souvent, nous voulons tellement que les autres soient heureux, (et si possible grâce à nous !) que nous faisons tout ce que nous croyons important pour eux pour qu’ils soient heureux; mais il reste que nous partons toujours de nos propres perceptions à nous.

Ce que nous croyons qu’ils ont besoin pour être heureux, 1 : ce n’est pas nécessairement ce dont ils ont vraiment besoin, car qui sommes-nous pour savoir mieux qu’eux ce qui les rend heureux? Et 2 : ce n’est pas à nous à leur donner ce qu’ils ont besoin pour être heureux, c’est à eux d’aller le chercher et de se le donner.

En réalité, si l’autre veut être heureux, il doit d’abord le vouloir! Si nous pensons à sa place, comment peut-il savoir ce qui le rend heureux? Parfois, en voulant trop en faire pour l’autre, nous risquons de l’étouffer et nous nous épuisons. Nous l’empêchons peut-être de puiser dans ses propres ressources pour évoluer.

Pour être heureux, il faut non seulement le vouloir mais aussi le décider! Si l’autre n’a pas encore décidé d’être heureux, peu importe tous les efforts que nous y mettrons, rien ne le rendra vraiment heureux tant que ce ne sera pas son propre choix. Notre responsabilité n’est pas de rendre les autres heureux; nous pouvons les y accompagner mais nous ne pouvons pas le faire pour eux.

La vérité, c’est qu’en étant responsable de notre propre bonheur, nous favorisons chez l’autre la prise de conscience qu’il est lui aussi responsable de son propre bonheur.


Jeudi – ÊTRE RESPONSABLE DE NOTRE BONHEUR(3)

Maintenant, puisque chacun de nous est responsable de son propre bonheur, cela ne veut pas dire que nous ne devons pas contribuer au bien-être de l’autre lorsque c’est possible.

Il ne s’agit pas de devenir égocentrique ni d’être indifférent à l’autre. Au contraire, parce que nous prenons soin de nous-mêmes d’abord et que nous nous accordons ce qu’il faut pour être heureux, nous avons davantage le désir d’avoir des attentions pour l’autre, mais sans attente.

Nous donnons plus facilement, parce que nous nous sommes donné à nous d’abord, et parce que nous n’attendons pas que l’autre nous donne en retour. Nous sommes libérés; ce n’est plus une obligation que nous nous faisons de donner ou de prendre soin de l’autre, c’est un désir sincère qui émerge de l’Amour.

Puisque nos besoins sont comblés par nous-mêmes, et que nous n’attendons plus que l’autre les comble, alors, vient le goût de prendre soin de l’autre, de contribuer dans une certaine mesure à ce qu’il trouve lui-même son bonheur, s’il l’a décidé.

Et nous aurons alors le souci de ne jamais plus le faire ni à notre détriment ni contre son gré.

Diane Gagnon


Vendredi

Quand on souffre beaucoup, qu’on est très malheureux, on se coupe du monde. On ne lui trouve plus d’intérêt, et il nous semble indifférent, presque offensant. Mais il va pourtant, à sa manière, nous aider ou nous sauver.

Plus on souffre et plus on doit s’assurer de rester en lien avec tout ce qui nous entoure. La souffrance est toujours aggravée et prolongée par la rupture et l’éloignement, la rétraction sur nous-mêmes.

Entraînement : lorsque je me sens malheureux, continuer de rester sensible à la beauté du monde.

Même si elle ne me soulage pas, même si elle ne m’aide pas tout de suite. À un moment, tout basculera et elle me sauvera.

Christophe André

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Emmenez-moi

Six ans à vélo autour du monde avec Pascal Bärtschi

Publié

le

Un homme, un vélo, un rêve : un tour du monde de presque 6 ans, 100’000 km parcourus à la force du mollet, des rencontres, des paysages, de découverte en découverte. L’aventure, la liberté. Une expérience inoubliable…

Pascal Bärtschi est parti un beau jour de novembre 2012 avec son vélo… il ne rentrera que 6 ans plus tard après avoir traversé 59 pays! Partage, découverte, dépassement de soi, nature, et un livre pour raconter cela, Pascal Bärtschi est notre invité.

Pascal Bärtschi - 1/3
6 ans à vélo autour du monde
Pascal Bärtschi - 1/3 6 ans à vélo autour du monde

Pascal Bärtschi - 2/3
6 ans à vélo autour du monde
Pascal Bärtschi - 2/3 6 ans à vélo autour du monde

Pascal Bärtschi - 3/3
6 ans à vélo autour du monde
Pascal Bärtschi - 3/3 6 ans à vélo autour du monde

Résumé : 

« Imaginez un monde où le temps ne serait que synonyme de météo. Pas de montre, pas d’horaires, pas de stress. Seulement le soleil qui rythme vos journées. Croyez-moi, ce monde existe, j’y ai vécu pendant presque six ans. Quel meilleur moyen que la bicyclette pour vivre cette aventure ? Voyager à une vitesse humaine à la rencontre de l’autre, de soi, voilà toute la clé de cette expérience. Des plaines verdoyantes du Yellowstone aux paysages arides d’Atacama. Des ours placides d’Alaska aux éléphants affamés de Zambie. De la fraîcheur de l’altiplano bolivien à la fournaise du désert de Gobi. J’ai appris au fil de ma route à écouter, ressentir et vivre le présent. Notre planète offre une richesse culturelle, géologique et animalière captivante. Loin des idées reçues, j’ai découvert un monde tolérant d’une générosité insoupçonnée. Parti à 32 ans de mon petit village suisse pour réaliser mon rêve à la force du mollet, il m’aura fallu plus de 100’000 km pour m’épanouir pleinement. À travers ce récit je veux transmettre mes émotions, mes joies, mes peines mais surtout vous faire prendre conscience que chacun peut vivre ses rêves s’il s’en donne les moyens. »

« Six ans à vélo autour du monde » – Editions Favre

Continuer la lecture

Emmenez-moi

« Les trois ténors » au théâtre de Montreux-Riviera

Publié

le

Nous recevons la directrice du théâtre de Montreux-Riviera pour nous parler de la comédie jouée en ce moment : « Les 3 Ténors »

Paris, 1936. Dans une suite du Palace Le Ritz, le producteur, Jean-Charles Camus, avec l’aide de son éternel assistant, gendre et  » ténors par accident  » Maximilien Cuénod, mettent la touche finale à ce qui sera  » Le concert du siècle  » !

À l’approche fatidique du lever de rideau, la réussite de l’événement pourrait être menacée par Tito Merelli, le célèbre et explosif ténor italien et son épouse Maria, car leur fougueuse relation transformera l’atmosphère en drame digne des meilleures tragédies opératiques ! Nous ajouterons leur fille Mimi, un jeune et talentueux ténor, une Cantatrice russe et un certain Beppo, chasseur à l’hôtel.

Khany Hamdaoui - 1/3
Théâtre Montreux-Riviera
Khany Hamdaoui - 1/3 Théâtre Montreux-Riviera

Khany Hamdaoui - 2/3
Théâtre Montreux-Riviera
Khany Hamdaoui - 2/3 Théâtre Montreux-Riviera

Khany Hamdaoui - 3/3
Théâtre Montreux-Riviera
Khany Hamdaoui - 3/3 Théâtre Montreux-Riviera

Continuer la lecture

Emmenez-moi

Nez Rouge : Mission maison !

Publié

le

Nous recevons Domenico Deluca, le président de la section Nord-Vaudois de Nez Rouge.

Durant la période des fêtes de fin d’année, ils sillonnent les routes de notre pays pour la 30e année consécutive. Ils? Elles ? Ce sont bien entendu nos bénévoles, qui s’engagent symboliquement autant que concrètement dans notre campagne nationale de sécurité routière. Chaque bénévole est à la fois un exemple, un porteur du message de prévention et un multiplicateur (diffusion au niveau professionnel, familial, social), et véhicule (en plus des utilisateurs) une image sympathique de l’Opération Nez Rouge.

Domenico Deluca - 1/3
Nez rouge
Domenico Deluca - 1/3 Nez rouge

Domenico Deluca - 2/3
Nez rouge
Domenico Deluca - 2/3 Nez rouge

Domenico Deluca - 3/3
Nez rouge
Domenico Deluca - 3/3 Nez rouge

Continuer la lecture

Emmenez-moi

Les paysans s’unissent dans un manifeste

Publié

le

Uniterre, organisation paysanne Suisse, a lancé un Manifeste paysan ce 28 novembre.

Ce manifeste dénonce le libre marché qui détruit, dans le monde entier, la paysannerie et le climat. Dénoncer l’incohérence des politiques qui, d’un côté, parlent de crise climatique, environnement, développement durable et de l’autre, continuent à signer des accords de libre-échange qui vont faciliter les importations de produits agricoles et détruire l’agriculture suisse.

Le dernier exemple en date étant l’accord de libre-échange avec le Mercosur (4 pays d’Amérique Latine : Brésil, Argentine, le Uruguay et le Paraguay) que la Suisse a signé le 23 août 2019.

Cela met en concurrence les paysannes et paysans suisses à qui on demande des exigences de plus en plus strictes en matière de développement durable et de bien-être animal avec des importations bon marché, où les normes sociales et écologiques sont parfois douteuses et bien moins exigeantes.

Présentation du manifeste avec Berthe Darras, ingénieure agronome, membre d’Uniterre.

Barthe Darras - Manifeste Paysan - 1/3
uniterre.ch
Barthe Darras - Manifeste Paysan - 1/3 uniterre.ch

Barthe Darras - Manifeste Paysan - 2/3
uniterre.ch
Barthe Darras - Manifeste Paysan - 2/3 uniterre.ch

Barthe Darras - Manifeste Paysan - 3/3
uniterre.ch
Barthe Darras - Manifeste Paysan - 3/3 uniterre.ch

Continuer la lecture

Emmenez-moi

s’engager aujourd’hui avec le Noël solidaire

Publié

le

Pourquoi s’engager aujourd’hui ? Réponses avec la 13ème édition du Marché de Noël solidaire et avec Najia Trottet, chargée de promotion pour ce bel événement !

Du 12 au 14 décembre, 40 ONG, actives en Suisse comme à l’étranger, se rassembleront au Flon à Lausanne pour vous proposer un Noël engagé. Le Marché de Noël solidaire est en effet le rendez-vous incontournable de fin d’année pour la société civile mettant un point d’honneur à rendre ce monde plus viable. Un événement co-organisé par Pôle Sud et la Fedevaco.

Le Marché de Noël solidaire offrira une visibilité à de nombreuses causes et engagements, dont le dénominateur commun appelle à davantage de solidarité, de justice et de durabilité. Ainsi, cette édition donnera la parole à celles et ceux qui s’engagent, notamment à travers un sondage déjà en ligne et tout au long de l’événement par diverses activités. Son objectif est de dessiner les contours des différents moteurs poussant les individus de la société civile à créer le changement.

Najia Trottet - 4/5
13ème édition du Noël solidaire
Najia Trottet - 4/5 13ème édition du Noël solidaire

 » url= »https://vod.infomaniak.com/redirect/mediaonecontactsa_1_vod/folder-48129/mp3-476/lfm-emmenezmoi-herosordinaires_19-12-05-16-22-00_aodlfm.mp3″]

Najia Trottet - 2/5
13ème édition du Noël solidaire
Najia Trottet - 2/5 13ème édition du Noël solidaire

Najia Trottet - 3/5
13ème édition du Noël solidaire
Najia Trottet - 3/5 13ème édition du Noël solidaire

Najia Trottet - 4/5
13ème édition du Noël solidaire
Najia Trottet - 4/5 13ème édition du Noël solidaire

Najia Trottet - 5/5
13ème édition du Noël solidaire
Najia Trottet - 5/5 13ème édition du Noël solidaire

Continuer la lecture

C'était quoi ce titre ?

Les 2 derniers titres

Horoscope du jour

Poisson

Allez ! Cessez de douter de vos choix et continuez sur la même voie. Votre courage va se révéler votre meilleur atout…

Publicité

Les Sujets à la Une

X