Rejoignez-nous

Karmacadabra

Les poèmes du 26 au 29 mars

Publié

,

le

Lundi – extrait du livre « Du Bonheur »

 » Qu’on atteigne ou non ses buts n’est pas l’essentiel. Nous n’allons pas attendre d’avoir atteint tous nos objectifs pour commencer à être heureux. La voie compte plus que le but : le bonheur vient en cheminant. mais le voyage nous rend d’autant plus heureux que nous avons plaisir à progresser, que la destination vers laquelle nous allons est identifiée et qu’elle répond aux aspirations les plus profondes de notre être.  »

-Frédéric Lenoir


Mardi – extrait du livre « Se changer, changer le monde »

L’altruisme est le fil d’Ariane qui permet de réconcilier ces trois temps. voir plus de considération pour les autres dans le court terme, cela veut dire ne plus jouer au casino avec l’épargne des gens qui ont fait confiance aux banques et aux investisseurs, c’est assurer à tous une qualité de vie décente qui leur permet de s’épanouir dans l’existence, et c’est ne pas saboter la planète que nous livrons aux générations futures.

Il faut, pour ce faire, respecter et protéger les droits au bien-être de tous les êtres vivants et s’épanouir dans une sobriété heureuse, libre des affres créées par la soif de consommation sans limites. Il faut préserver le lien à l’essentiel. L’antidote, c’est aussi de mettre fin aux clivages, comprendre l’unité de la réalité et toutes les interdépendances au niveau écologique. Comprendre enfin que l’espèce humaine est une et indivisible, en dépit de nos apparences. Nous avons une profonde identité commune.

Dans tous les cas, il ne pourra y avoir de changements de société sans le changement humain puisque c’est nous qui organisons la société selon notre manière de voir.

– Ilios Kotsou


Mercredi – Pistes d’action pour être présents à nos vies

La détox digitale

Que peut-on faire pour améliorer cette présence à notre vie ? Pour nous affranchir, par exemple, des dépendances digitales ?

-> Faire en sorte que notre premier geste de la journée ne soit pas d’allumer notre ordinateur et de consulter nos mails ou notre mur Facebook, mais de nous asseoir, de respirer, de méditer.

-> Prendre la décision, plusieurs fois par jour, de ne pas répondre au téléphone ou à nos mails et de simplement nous concentrer sur ce que nous sommes en train de faire au travail, avec nos proches.

-> Alors, avant de vouloir changer le monde, avant même de vouloir nous changer nous-mêmes, nous ferions peut-être mieux de commencer par revenir à notre intériorité, à observer ce qui s’y passe, à choisir de nous en occuper et, à partir de là, de reprendre le cours de nos existences à partir de là, de reprendre le cours de nos existences, en étant conscients et attentifs des choix que nous avons à faire.

C’est là que les changements commencent. En prenant seuls la décision de se rendre davantage présents à notre vie, nous nous rendons également plus présents pour nos proches, et c’est extrêmement contagieux.

Cultiver la gratitude, la générosité

Chaque jour de notre vie, nous rappeler que tous nos bonheurs viennent de ce qui nous entoure : gratitude ! Alors, chaque jour :

-> faire quelque chose pour un autre humain (un sourire, un réconfort, un don, une aide, une prière) ;

-> et quelque chose pour la Terre (l’admirer, la remercier, la protéger) ;

-> puis, ne pas oublier de faire quelque chose pour nous (nous accorder un moment de plaisir, de tranquilité, de sens, en pleine conscience) !

Aimez tout : la vie est belle ! Et donnez beaucoup : elle est encore plus belle lorsqu’on partage !

– Christophe André


Jeudi – Conseil pratique pour se réconcilier avec la nature

L’amour pour changer le monde

Si l’on part du principe qu’il ne peut y avoir de changement de société sans changement humain, le travail que chacun peut accomplir est celui qu’il fait soi-même, sur sa propre transformation. Et un travail important à mes yeux consiste en l’incarnation de l’amour dans sa relation avec ses semblables, même si c’est difficile. Je pense également qu’il faut être tolérant à l’égard des individus et ne pas juger trop vite les personnes, parce qu’elles sont probablement en voie de transformation. Par contre, je suis intransigeant et dans une protestation sans appel contre ce qui outrage le caractère sacré de la vie.

C’est à partir de nos microcosmes que l’on construira l’apaisement planétaire, en élaborant une harmonie toujours plus grande dans nos familles et dans nos couples. Chacun de nous dispose d’une espace dans lequel il est souverain et où son libre arbitre peut s’exercer pleinement. Il n’est pas d’autre force capable de donner à la vie sa plénitude et son sens que l’amour. Rappelons-nous cette évidence.

– Pierre Rabhi

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Karmacadabra

La vie communautaire à la ferme associative du Petit-Bochet

Publié

le

Nous recevons ce soir Simon Noble, il nous présente la ferme du Petit Bochet.

La ferme associative du Petit Bochet est un lieu de vie communautaire destiné à expérimenter de nouveaux modes de vie, basés sur le respect du vivant, de l’autre, et de la terre.

Fraîchement installée à Gimel (Suisse), elle se veut ouverte à l’accueil ainsi qu’à l’échange avec l’extérieur. Toute personne intéressée peut venir y passer une heure, un jour, ou plus selon ses envies.

Ni figée ni dogmatique, la Ferme du Petit Bochet est un projet qui se construit et se questionne en permanence.

Au départ, les quatre piliers fondateurs furent énoncés à travers les mots-clés suivants : agro-écologie, vie communautaire, accueil social et spiritualité/philosophie.

Régulièrement, la ferme du Petit Bochet organise des chantiers participatifs durant lesquels les volontaires s’investissent dans les tâches de leur choix, échangent leurs connaissances, apprennent à se connaître et partagent un moment de convivialité autour de la table.

Si vous êtes intéressé-e-s à y participer, consulter les dates sur leur calendrier et annoncez votre venue en leur écrivant ici.

Simon Noble - Partie 1
Ferme du Petit Bochet
Simon Noble - Partie 1 Ferme du Petit Bochet

Simon Noble - Partie 2
Ferme du Petit Bochet
Simon Noble - Partie 2 Ferme du Petit Bochet

Continuer la lecture

Karmacadabra

« Le point d’eau » à Lausanne offre soins et écoutes aux démunis

Publié

le

Nous recevons ce soir, François Chéraz, le directeur de la fondation Point d’eau à Lausanne.

La fondation Point d’Eau Lausanne, déclarée d’utilité publique, a pour but d’accueillir des personnes démunies ou défavorisées, sans distinction d’âge, de nationalité, de religion, de sexe, ou de statut légal en Suisse.

Il leur est proposé des prestations dans les domaines de l’hygiène, lavage du linge et coiffure, dans le domaine de la santé, des soins infirmiers et si nécessaire médicaux, des soins dentaires. Ainsi que d’ostéopathie, de podologie, des massages thérapeutiques, des accompagnements psychologiques mais aussi dans le domaine de l’orientation et des conseils sociaux.

Dès son origine, le Point d’Eau a veillé à accueillir les personnes qui frappent à sa porte dans un esprit de respect, d’écoute, d’empathie et d’humanité.

Constamment à la recherche de fond pour faire fonctionner la fondation correctement, il est possible de faire un don ici. Il est également possible de devenir bénévole en choisissant ses horaires et ses jours, ici.

François Chéraz - Partie 1
Directeur de la Fondation Point d'Eau
François Chéraz - Partie 1 Directeur de la Fondation Point d'Eau

François Chéraz - Partie 2
Directeur de la Fondation Point d'Eau
François Chéraz - Partie 2 Directeur de la Fondation Point d'Eau

Continuer la lecture

Karmacadabra

SOS Méditerranée continue son action!

Publié

le

© Laura Schmid / SOS Méditerranée

Ce soir, nous avons reçu Caroline Abu Sa’da, directrice de l’association SOS Méditerranée suisse. Celle-ci fait partie du réseau international de SOS Méditerranée.

Leurs objectifs sont clairs: sauver des vies humaines, protéger et accompagner les migrants et finalement témoigner sur les réalités et les visages de la migration. Ils font notamment des opérations de sauvetage en mer et des soins d’urgence.

Leur rôle est également de sensibiliser l’opinion publique quant à la situation des migrants en mer Méditerranée.

Toutes leurs opérations de sauvetage se font sous la houlette du centre de coordination des sauvetages maritimes et ils travaillent en collaboration avec Médecins sans frontières dans l’aide aux rescapés.

En Suisse, l’association existe depuis août 2017. Elle comporte cinq antennes de bénévoles qui sont réparties en suisse romande. Les buts de ces antennes sont de sensibiliser les citoyens et témoigner du drame qui se déroule en Méditerranée ainsi que de collecter des fonds pour affréter un nouveau navire. Car, oui, la fin de l’Aquarius ne signifie pas la fin de SOS Méditerranée. Comme ils le soulignent sur leur site, « soutenir l’association est aujourd’hui plus que jamais crucial afin de trouver un nouveau navire pour reprendre la mer au plus vite ».

Dans cette optique, SOS Méditerranée Suisse organise deux événements très prochainement. Pour commencer, il y aura, le 20 janvier, à Delémont, un gala de soutien avec Thomas Wiesel, Blaise Bersinger, Yoann Provenzano et Jacques Bonvin. Vous pouvez obtenir votre billet ici.

Et puis, le 10 février, aux Docks à Lausanne, un concert sera organisé avec The TWO, Rootwords et Mark Kelly. Vous pouvez obtenir votre billet .

L’association est également en quête de nouveaux bénévoles. Vous pouvez vous inscrire en vous rendant sur leur page internet : https://sosmediterranee.ch

Caroline Abu Sa'da - Partie 1
SOS Méditerranée
Caroline Abu Sa'da - Partie 1 SOS Méditerranée

Caroline Abu Sa'da - Partie 2
SOS Méditerranée
Caroline Abu Sa'da - Partie 2 SOS Méditerranée

Continuer la lecture

Karmacadabra

The green wave, le premier festival éco-responsable à Fribourg

Publié

le

© Stéphane Schmutz / STEMUTZ.COM

Estelle et Éléonore sont nos invitées ce soir.

Le premier éco-festival the green wave en ville de Fribourg aura lieu le samedi 13 et le dimanche 14 avril 2019 sur le site de blueFACTORY.

The green wave réunit un ensemble d’initiatives locales du canton de Fribourg œuvrant à leur échelle pour un avenir durable et un mode de vie éco-responsable. Le festival a pour ambition de sensibiliser toutes les générations à l’importance de réduire son empreinte écologique et de leur offrir des solutions concrètes et applicables. Les enfants et les familles sont mis à l’honneur: une programmation adaptée et riche en activités pratiques. Un lieu de partage pour créer un véritable mouvement citoyen.

La réduction des déchets et le gaspillage alimentaire sont les thèmes principaux de cette première édition. D’autres thèmes comme l’agriculture bio, l’alimentation durable, la mode éthique, la santé et le bien-être, la beauté et l’hygiène au naturel, l’habitat, la mobilité douce et les énergies renouvelables forment la programmation.

Au programme: une exposition variée avec des stands d’initiatives locales, des conférences enrichissantes, des ateliers participatifs, des activités familiales, des projections cinématographiques, un espace restauration et une scène culturelle avec des performances musicales et artistiques.

Le premier éco-festival the green wave à Fribourg a besoin de vous pour initier une vague de changement! Pour les aider, un don sur leur page wemakeit est possible!

Estelle et Eléonore - partie 1
The-green-wave.ch
Estelle et Eléonore - partie 1 The-green-wave.ch

Estelle et Eléonore - partie 2
The-green-wave.ch
Estelle et Eléonore - partie 2 The-green-wave.ch

Continuer la lecture

Karmacadabra

Naissance d’un père, avant-première d’une série de court-métrages

Publié

le

Gilles Crettenand est notre invité ce soir.

Chef de projet pour la Haute Ecole de Santé Vaud et actif dans l’association mencare.swiss, Gilles nous parle de cette série de courts métrages « Naissance d’un père », projetée au cinéma Bellevaux jeudi 10 janvier à 19h (entrée libre)

Cette soirée vise une plus grande reconnaissance du rôle des pères, une amélioration de leur préparation à la paternité ainsi que la promotion du bien-être et de la santé des jeunes familles.

Les témoignages recueillis forment une série de 5 épisodes intitulée « La naissance d’un père ».

Les études scientifiques montrent que l’engagement des hommes avant, pendant et après la naissance améliore la santé de toute la famille à court, moyen et long terme.

A l’inverse, leur isolement, le manque d’information et de prévention, ainsi que l’absence d’outils pratiques comptent parmi les principaux problèmes d’adaptation, entraînant dépression et difficultés d’attachement avec l’enfant.

Afin de répondre à ce constat, une équipe de recherche menée par deux sages-femmes de HESAV et le responsable MenCare de l’association Männer.ch s’est intéressée au point de vue masculin dans les différentes étapes de la paternité. En leur donnant la parole, l’objectif était d’ouvrir le dialogue et saisir les émotions et le vécu, souvent tus, de ces hommes qui deviennent pères.

Dix-huit pères reflétant la réalité multiculturelle de Suisse romande, et 14 professionnel·le·s représentatif·ve·s des professions de la périnatalité ont participé à ce projet. Les interviews filmées ont abouti à la création de ressources vidéos retraçant la diversité des réalités et les besoins spécifiquement masculins.

Pour les responsables du projet, cette série de films est également destinée à sensibiliser les professionnel·le·s sur la place du père comme acteur essentiel de la santé de la famille. Ils espèrent également amener à une meilleure intégration des pères dans les différentes étapes du processus de naissance.

Gilles Crettenand - Partie 1
Chef de projet pour la Haute Ecole de Santé Vaud
Gilles Crettenand - Partie 1 Chef de projet pour la Haute Ecole de Santé Vaud

Gilles Crettenand - Partie 2
Chef de projet pour la Haute Ecole de Santé Vaud
Gilles Crettenand - Partie 2 Chef de projet pour la Haute Ecole de Santé Vaud

Continuer la lecture

C'était quoi ce titre ?

Les 2 derniers titres

Horoscope du jour

Vierge

Côté santé, vous éliminez le superflu… Un : psychologiquement, vous faites le tri. Deux : physiquement, vous brûlez graisses et calories...

Publicité

Les Sujets à la Une

X