Rejoignez-nous

Karmacadabra

Les poèmes de Karmacadabra – du 28 mai au 1er juin

Publié

,

le

Lundi – Le Zubial

«Imaginez que vous êtes lui. Imaginez que vous vous donnez le droit d’être furieusement heureux.
Imaginez une seconde que vous n’êtes plus l’otage de vos peurs, que vous acceptez les vertiges de vos contradictions.
Imaginez que vos désirs gouvernent désormais votre existence, que vous avez réappris à jouer, à vous couler dans l’instant présent.
Imaginez que vous savez tout à coup être léger sans être jamais frivole.
Imaginez que vous êtes résolument libre, que vous avez rompu avec le rôle asphyxiant que vous croyez devoir vous imposer en société. Que vous avez quitté toute crainte d’être jugé.
Imaginez que votre besoin de faire vivre tous les personnages imprévisibles qui sommeillent en vous soit enfin à l’ordre du jour.
Imaginez que votre capacité d’émerveillement soit intacte, qu’un appétit tout neuf, virulent, éveille en vous mille désirs engourdis et autant d’espérances inassouvies.
Imaginez que vous allez devenir assez sage pour être enfin imprudent.
Imaginez que la traversée de vos gouffres en vous inspire plus que de la joie.»

– Alexandre Jardin, Le zubial


Mardi – ÊTRE RESPONSABLE DE NOTRE BONHEUR (1)

Il n’y a pas de meilleure recette pour être malheureux que d’attendre que les autres fassent notre bonheur.

Quand nous attendons que les autres devinent nos besoins, nos désirs, nos attentes, nous achetons un passeport direct pour être déçus et malheureux. Les autres ne sont pas là pour répondre à nos attentes. NOUS sommes là pour répondre à NOS attentes, nos besoins, nos désirs.

Nous voulons des fleurs? Nous nous en achetons! Nous voulons que les autres prennent soin de nous? Nous prenons soin de nous. Nous aimerions que les autres nous demandent comment nous allons et qu’on nous écoute réellement? Et si nous nous écoutions, nous? Et si nous allions voir en nous comment nous allons, pour de vrai?

Ce n’est pas la responsabilité des autres de nous aimer. C’est la nôtre. Il n’y a pas de meilleure recette pour être heureux que d’apprendre à faire nous-mêmes notre bonheur, en répondant nous-mêmes à nos besoins et nos désirs. Tout ce qui viendra des autres en plus, ce seront des cadeaux que nous apprécierons davantage parce que nous ne les attendions plus.

L’attente crée le manque, la responsabilité crée la liberté.


Mercredi – ÊTRE RESPONSABLE DE NOTRE BONHEUR (2)

Puisque chacun de nous est responsable de son propre bonheur, cela signifie aussi que nous ne sommes pas responsables du bonheur des autres.

Trop souvent, nous voulons tellement que les autres soient heureux, (et si possible grâce à nous !) que nous faisons tout ce que nous croyons important pour eux pour qu’ils soient heureux; mais il reste que nous partons toujours de nos propres perceptions à nous.

Ce que nous croyons qu’ils ont besoin pour être heureux, 1 : ce n’est pas nécessairement ce dont ils ont vraiment besoin, car qui sommes-nous pour savoir mieux qu’eux ce qui les rend heureux? Et 2 : ce n’est pas à nous à leur donner ce qu’ils ont besoin pour être heureux, c’est à eux d’aller le chercher et de se le donner.

En réalité, si l’autre veut être heureux, il doit d’abord le vouloir! Si nous pensons à sa place, comment peut-il savoir ce qui le rend heureux? Parfois, en voulant trop en faire pour l’autre, nous risquons de l’étouffer et nous nous épuisons. Nous l’empêchons peut-être de puiser dans ses propres ressources pour évoluer.

Pour être heureux, il faut non seulement le vouloir mais aussi le décider! Si l’autre n’a pas encore décidé d’être heureux, peu importe tous les efforts que nous y mettrons, rien ne le rendra vraiment heureux tant que ce ne sera pas son propre choix. Notre responsabilité n’est pas de rendre les autres heureux; nous pouvons les y accompagner mais nous ne pouvons pas le faire pour eux.

La vérité, c’est qu’en étant responsable de notre propre bonheur, nous favorisons chez l’autre la prise de conscience qu’il est lui aussi responsable de son propre bonheur.


Jeudi – ÊTRE RESPONSABLE DE NOTRE BONHEUR(3)

Maintenant, puisque chacun de nous est responsable de son propre bonheur, cela ne veut pas dire que nous ne devons pas contribuer au bien-être de l’autre lorsque c’est possible.

Il ne s’agit pas de devenir égocentrique ni d’être indifférent à l’autre. Au contraire, parce que nous prenons soin de nous-mêmes d’abord et que nous nous accordons ce qu’il faut pour être heureux, nous avons davantage le désir d’avoir des attentions pour l’autre, mais sans attente.

Nous donnons plus facilement, parce que nous nous sommes donné à nous d’abord, et parce que nous n’attendons pas que l’autre nous donne en retour. Nous sommes libérés; ce n’est plus une obligation que nous nous faisons de donner ou de prendre soin de l’autre, c’est un désir sincère qui émerge de l’Amour.

Puisque nos besoins sont comblés par nous-mêmes, et que nous n’attendons plus que l’autre les comble, alors, vient le goût de prendre soin de l’autre, de contribuer dans une certaine mesure à ce qu’il trouve lui-même son bonheur, s’il l’a décidé.

Et nous aurons alors le souci de ne jamais plus le faire ni à notre détriment ni contre son gré.

Diane Gagnon


Vendredi

Quand on souffre beaucoup, qu’on est très malheureux, on se coupe du monde. On ne lui trouve plus d’intérêt, et il nous semble indifférent, presque offensant. Mais il va pourtant, à sa manière, nous aider ou nous sauver.

Plus on souffre et plus on doit s’assurer de rester en lien avec tout ce qui nous entoure. La souffrance est toujours aggravée et prolongée par la rupture et l’éloignement, la rétraction sur nous-mêmes.

Entraînement : lorsque je me sens malheureux, continuer de rester sensible à la beauté du monde.

Même si elle ne me soulage pas, même si elle ne m’aide pas tout de suite. À un moment, tout basculera et elle me sauvera.

Christophe André

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Karmacadabra

Survivre, le récit bouleversant de Nicole Tille

Publié

le

Nous parlons ce soir de « Survivre », debout avec une jambe en moins, le livre de Nicole Tille.

Nicole nous raconte ce fameux jour en Australie où sa vie a basculé lors d’un accident de la route. Amputée d’une jambe, la Châteloise Nicole Tille publie donc son témoignage. Entre espoir et militantisme.

Elle nous parle également de promembro.ch, une association qu’elle à co-fondé et qui défend les intérêts des porteurs et porteuses de prothèse de bras et de jambe en Suisse.

Nicole Tille - Partie 1
Survivre, aux éditions Attinger
Nicole Tille - Partie 1 Survivre, aux éditions Attinger

Nicole Tille - Partie 2
Survivre, aux éditions Attinger
Nicole Tille - Partie 2 Survivre, aux éditions Attinger

Continuer la lecture

Karmacadabra

L’inclusion des migrants mineurs par le sport

Publié

le

Nous recevons ce soir Anne-Sophie Thilo, olympienne et fondatrice d’ EKKUT Communication, RP & Engagement. Nous parlons de l’association Sport & Migrants Mineurs. (SMM)

Un projet qui vise à proposer initiations et entraînements à de jeunes migrants dans différents sports, notamment des sports d’hiver tels que le curling ou le ski de fond. Ce projet citoyen, inspiré par les valeurs que véhiculent les Jeux Olympiques de la Jeunesse (JOJ), est l’un des premiers à se réclamer de « L’esprit de Lausanne 2020 », une nouvelle sous-marque des JOJ qui permet de connecter des « initiatives jeunesse » s’inscrivant dans la vision de cet événement.

Après deux activités pilotes organisées l’hiver dernier en ski de fond et curling, le collectif a décidé d’aller de l’avant et d’offrir d’autres opportunités de découvrir des sports, également estivaux, et de créer du lien avec ces jeunes et leurs éducateurs. Organisées hors du temps scolaire, les activités telles que le tir à l’arc, le judo et le breaking sont quelques exemples prévus pour cet été.

Rencontre avec Anne-Sophie Thilo.

Anne-Sophie Thilo - partie 1
Sport & Migrants Mineurs
Anne-Sophie Thilo - partie 1 Sport & Migrants Mineurs

Anne-Sophie Thilo - partie 2
Sport & Migrants Mineurs
Anne-Sophie Thilo - partie 2 Sport & Migrants Mineurs

Continuer la lecture

Karmacadabra

« Everything matters » signé Imelda & Clyde

Publié

le

© Dariy Mambetov
Ce soir nous recevons la formation lausannoise de talent Imelda & Clyde.
Leur musique est à leur image : un subtile mélange de styles et de cultures. Récemment encensé par le public venu nombreux les écouter sur la scène centrale durant la fête de la musique à Lausanne, Imelda & Clyde nous présente Everything matters, leur nouveau single.
Une ode à la nature, aux espaces infinis, dans lesquels l’humain est forcé à l’humilité. Le clip à été réalisé en Islande par Yannick Maron et la photographie par Dariy Mambetov.
Imelda & Clyde
Everything Matters
Imelda & Clyde Everything Matters

Continuer la lecture

Karmacadabra

Un Festival en plein champ de maïs !

Publié

le

Aujourd’hui nous recevons Tanguy pour nous parler d’un festival complétement hors norme, le « Into The Corn » qui se tiendra les 16 et 17 août 2019 à Carrouge, dans le canton de Vaud !

Tanguy nous raconte l’origine de ce projet et nous parle aussi de l’association à but non lucratif For Equity, qui réalise des projets d’entraide à taille humaine en Inde du Sud, en Suisse et ailleurs.

Une association à laquelle Tanguy et ses amis du comité d’organisation espère reversé 20’000.- cet année.

Suivez l’actu du festival sur Facebook.

En découvrir plus sur l’association Delta Jorat Beta.

Tanguy Ecoffey - Into The Corn - Partie 1
Membre du comité d'organisation
Tanguy Ecoffey - Into The Corn - Partie 1 Membre du comité d'organisation

Tanguy Ecoffey - Into The Corn - Partie 2
Membre du comité d'organisation
Tanguy Ecoffey - Into The Corn - Partie 2 Membre du comité d'organisation

Continuer la lecture

Karmacadabra

La Fondation Jeunesse & Familles fête ses 100 ans

Publié

le

Nous recevons ce soir Séverine Peccatus, directrice générale de la Fondation Jeunesse et Familles.

la fondation qui fête ses 100 ans d’existence à pour but d’accueillir et d’accompagner des enfants, des adolescents et des adultes traversant des difficultés personnelles, sociales et familiales, ainsi que de soutenir leur famille.

Plusieurs événements sont prévus tout au long de cette année pour célébrer ce centenaire:

Le 25 mai, à Founex, toutes et tous, jeunes et moins jeunes, sont conviés à prendre part à l’inauguration du jardin permacole qui a pris ses quartiers au pied du foyer de Founex. La brouette d’activités proposées offrira aux visiteurs de quoi vivre des instants complices au contact de la nature à l’occasion d’une journée au vert ludique et gratuite !

Le 15 juin, à la Tour-de-Peilz, les pieds dans l’eau au Bain des Dames, la FJF propose une journée placée sous le signe de la créativité. Dessin, humour et musique : il y aura des ateliers pour tous les goûts ! Yoann Provenzano, drôle d’ambassadeur, s’assurera personnellement que la bonne humeur règne.

Le 1er septembre, à Tolochenaz, chaussez vos baskets en famille ou entre amis ! Tous les coureurs, quel que soit leur âge, trouveront à la Super Run un parcours adapté qui les emmènera sillonner les magnifiques paysages de la Côte.

Le 2 novembre, à Romainmôtier, un jour entier de festivités pour clore le centenaire de la FJF et célébrer les 100 ans du foyer de Romainmôtier ! Venez découvrir la riche histoire de ce dernier, élancez-vous sur les pistes d’un rallye pédestre et laissez-vous emporter par un spectacle exceptionnel projeté sur la majestueuse Abbatiale.

Séverine Peccatus - Partie 1
directrice générale - Jeunesse & Familles
Séverine Peccatus - Partie 1 directrice générale - Jeunesse & Familles

Séverine Peccatus - Partie 2
directrice générale - Jeunesse & Familles
Séverine Peccatus - Partie 2 directrice générale - Jeunesse & Familles

Continuer la lecture

C'était quoi ce titre ?

Les 2 derniers titres

Horoscope du jour

Poisson

Besoin de stabilité pour travailler efficacement… Or, les contretemps de la journée pourraient vous déstabiliser grandement.

Publicité

Les Sujets à la Une

X