Rejoignez-nous

People

Terry Crews a été victime de harcèlement sexuel

L’acteur confie qu’il a été victime de harcèlement sexuel, par un producteur haut placé.

Publié

,

le

Terry Crews affirme qu’il a lui aussi été victime de harcèlement sexuel, par un producteur haut placé, et devant sa femme.

L’acteur de 49 ans, ancien joueur de football américain s’est livré sur cet incident, avec "un grand nom de Hollywood". Terry affirme qu’il a été touché de façon inapproprié, et cela en présence de sa femme Rebecca.

C’est dans une série de tweets, que l’acteur a décidé de parler de cet incident, suite aux plaintes de harcèlement sexuel dont le producteur Harvey Weinstein fait l’objet.

Il explique: "Toute cette histoire autour d’Harvey Weinstein me traumatise un peu. Pourquoi ? Parce que ce genre de truc m’est arrivé. L’année dernière, ma femme et moi étions à une fête et un producteur haut placé m’a chopé les parties. Je lui ai demandé ce qu’il faisait, ma femme a tout vu, et on l’a regardé comme s’il était fou. Il nous souriait comme un gland. J’allais lui régler son compte, puis je me suis dit que ça passerait mal. "Un noir de 110 kilos explose un nabab", voilà ce qu’aurait lu en une. Sauf que je n’aurais pas pu la lire, parce que j’aurais été EN PRISON. Alors on est partis.

"Cette nuit et le lendemain, j’en ai parlé aux gens qui travaillent avec lui. Il m’a appelé le jour suivant pour s’excuser, mais n’a jamais expliqué son geste."

"J’ai décidé de ne pas en parler, pour ne pas être exclu. Ce n’est pas facile quand le prédateur a de l’influence et du pouvoir. J’ai laissé filer. Et je comprends que les femmes à qui c’est arrivé le fassent. Qui vous croira ? (Peu de gens). Quelles sont les répercussions ? (Nombreuses). Vous voulez encore bosser ? (Oui) Vous tenez à être ostracisé ? (Non). J’adore ce que je fais, mais c’est vraiment très décevant de voir que certains veulent en profiter comme ça.

"Il sait qui il est. Mais parfois vous devez attendre et comparer les notes avec les autres qui ont aussi été victimes. Je comprends et j’ai de l’empathie pour les gens qui ont dû garder le silence. Mais Harvey Weinstein n’est pas le seul prédateur.

"Hollywood n’est pas le seul business ou ces choses se passent. Vous n’êtes pas seuls.

J’espère que mon histoire encouragera quelqu’un qui se sent sans espoir."

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

People

Al Pacino est désormais célibataire

L’actrice Meital Dohan a rompu avec Al Pacino après deux ans de relation, en raison de leur écart d’âge de 39 ans.

Publié

le

De

C’est officiel! L’actrice israélienne Meital Dohan a rompu avec Al Pacino à cause de leur différence d’âge de 39 ans.

L’actrice de 40 ans a confirmé qu’elle s’était séparée de la star du film ‘The Irishman’ – après deux ans de relation – et a déclaré qu’elle avait trouvé "difficile" le fait de sortir avec l’acteur de 79 ans à cause de son âge avancé.

Elle a déclaré au magazine israélien La’Isha :  »C’est difficile d’être avec un homme aussi vieux, même s’il s’agit d’Al Pacino.

 »J’ai essayé de le nier, mais aujourd’hui, il est vraiment très âgé.

"L’écart d’âge est difficile, oui. J’ai essayé d’en faire abstraction, mais il est vraiment très vieux, pour être honnête. Donc, même avec tout mon amour, ça n’a pas duré."

La chanteuse et actrice de la série ‘Weeds’ a laissé entendre que l’acteur légendaire s’était montré avare de cadeaux durant leur relation.

Quand on lui a demandé si elle avait reçu des cadeaux coûteux alors qu’ils étaient en couple, Meital a déclaré: "Comment puis-je dire poliment qu’il n’aimait pas dépenser de l’argent?… Il ne m’a acheté que des fleurs."

Par ailleurs, l’acteur hollywoodien a récemment révélé qu’il avait suivi une thérapie pour faire face à sa renommée survenue soudainement dans les années 1970 après qu’il ait obtenu le rôle principal, celui de Michael Corleone, en 1972 dans ‘Le Parrain’, et qu’il avait continué à voir un spécialiste de la santé mentale lorsque son notoriété n’a eu de cesse d’augmenter durant cette même décennie, avec ses rôles obtenus dans les films ‘Serpico’, ‘Le Parrain 2’ – dans lequel il a repris son rôle de Michael – et ‘Un après-midi de chien’.

Il a déclaré:  »C’est une grande chose à laquelle il est difficile de s’habituer. Je me souviens que Lee Strasberg (le réalisateur et acteur) m’avait dit :  »Écoute, tu dois simplement t’adapter. Et vous le faites tout simplement. Mais ce n’est pas si simple."

L’acteur a confié que consulter un thérapeute a été une partie importante et nécessaire de sa vie, et qu’il a continué à avoir des séances hebdomadaires pendant 25 ans.

Il a poursuivi : "J’ai vécu certaines choses. J’ai suivi une thérapie cinq jours par semaine pendant 25 ans."

Al Pacino avait par la suite décidé de réduire sa charge de travail, dans les années 1980, et n’était apparu que dans quelques films sélectifs, notamment dans le cultissime drame criminel ‘Scarface’, avant de revenir devant la caméra plus régulièrement lorsque sa fortune a commencé à s’estomper.

Il a expliqué :  »Je voulais juste m’éloigner du rythme de tout cela, et c’était une bonne chose pour moi. J’ai apprécié [son succès]. Mais, comme cela arrive souvent, je me suis retrouvé à court d’argent. »

Continuer la lecture

People

Lily Allen révèle pourquoi elle se droguait

Lily Allen a révélé qu’elle buvait et prenait de la drogue parce qu’elle s’ennuyait en compagnie des gens autour d’elle.

Publié

le

De

C’est l’ennui qui aurait poussé Lily Allen à boire et à se droguer dans les années 2000.

L’interprète de ‘Smile’ – qui est en couple avec l’acteur David Harbour – s’est exprimée au sujet de ses anciennes addictions, et a expliqué qu’à l’époque, elle trouvait que les personnes de son entourage étaient fort ennuyeuses.

La chanteuse de 34 ans a déclaré au journal The Sun:  »Je ne pense pas avoir eu peur à ce sujet, je trouvais juste les gens ennuyeux. Je suis allée à une fête le weekend dernier avec mon petit ami et je lui ai dit, ‘les gens ne disent que de la m**de’. Je ne supporte pas ça. Je pense que c’était en grande partie la raison pour laquelle je buvais et prenais autant de drogues – c’était la seule façon dont je pouvais entamer la conversation [avec les gens]."

Il faut dire que le prochain album de la chanteuse britannique ne présente que des "références étranges" en lien à ses anciennes addictions, ces dernières étant aujourd’hui bien derrière elle.

Elle a ajouté : "Cet album sur lequel je travaille, je l’écris depuis un peu plus d’un an, mais j’ai l’impression d’avoir évolué, mentalement, et d’être tellement loin de cette époque. Je ne bois plus, mais beaucoup de chansons que j’écris font référence à l’alcool, au délire et à la fête. J’en parle, étrangement, et quand je parle de ma tristesse, je dis que je vais me réfugier me dans l’alcool, la drogue, que je vais fumer de l’herbe ou autre chose. Mais je ne suis plus comme ça."

Par ailleurs, Lily a récemment confié qu’elle est "surprise qu’elle ne soit pas morte" après avoir mené une vie de débauche au début des années 2000.

Elle a déclaré: " Je suis surprise que je ne sois pas morte. L’industrie de la musique était un lieu hédoniste dans les années 2000. On ne pensait qu’à s’amuser et à se défoncer. Les gens qui ont ce style de vie ont tendance à ne pas se ranger. Le fait d’avoir des enfants suscite des responsabilités. »

Continuer la lecture

People

Billie Eilish : les commentaires méchants lui ont ‘pourri’ la vie

Billie Eilish a déclaré que les commentaires méchants postés à son sujet, sur les réseaux sociaux, lui ont "pourri" la vie.

Publié

le

De

Billie Eilish est très sensible aux commentaires à son sujet sur les réseaux sociaux.

L’interprète de ‘No Time To Die’, le générique du prochain James Bond – ‘Mourir peut attendre’ – qui sera en salles le 08 avril prochain – s’est jurée d’arrêter de lire des commentaires des internautes à son sujet sur Instagram, Twitter ainsi et sur les autres plates-formes en ligne, et a qualifié la "culture du « call-out »" – une forme d’humiliation publique – de complètement "dingue".

La jeune chanteuse a déclaré dans l’émission BBC Breakfast: "J’ai arrêté il y a deux jours. J’ai cessé de lire des commentaires entièrement. Cela me pourrissait la vie. C’est bizarre. Plus vous faites des choses cool, et plus les gens vous détestent.

 »La culture du call-out est dingue. Internet est rempli de trolls et le problème est que beaucoup d’entre eux trouvent cela vraiment drôle. Ils sont prêts à tout pour une vanne. Les gens disent n’importe quoi pour faire rire les gens. C’est fou que j’aie lu des commentaires. J’aurais dû arrêter il y a longtemps, mais le problème c’est que j’ai toujours voulu rester en contact avec mes fans et les gens ont tout gâché aussi bien pour moi que pour eux. Ça craint. J’essaie toujours de liker les commentaires des fans. Si je vois des fans n’importe où, j’ai juste envie de leur parler. Ce sont des gens comme moi. Ils sont comme mes amis, mais internet me gâche la vie, donc je me suis déconnectée."

Par ailleurs, Billie a récemment admis qu’elle trouve les fandoms – la sous-culture propre à un ensemble de fans qui créent ou se divisent en plusieurs groupes – assez intimidants.

Elle a expliqué : « C’est fou. Les fandoms sont quelque chose de vraiment fou. C’est étrange de grandir en tant que fan, de souhaiter que mon artiste préféré fasse ceci ou cela, et d’être aujourd’hui de l’autre côté. Maintenant je comprends pourquoi mon artiste préféré ne pouvait pas faire telle chose, ou ne pouvait pas se comporter d’une certaine manière quand je le voulais. Et c’est une grande responsabilité, mais les fans sont la raison pour laquelle vous êtes là où vous êtes, et ils me soutiennent vraiment la plupart du temps. Donc oui, je les aime. C’est beaucoup de responsabilités, mais je vis avec."

Continuer la lecture

People

Taylor Swift: son père a est tombé nez à nez avec son cambrioleur présumé

Le père de Taylor Swift a rencontré son cambrioleur présumé chez lui en Floride, le mois dernier.

Publié

le

De

Le père de Taylor Swift est tombé nez à nez avec son cambrioleur présumé chez lui, en Floride.

Alors que Scott Swift rentrait dans son luxueux appartement, à 4 millions de dollars, aux alentours de 22h, le 17 janvier dernier, il a découvert avec stupéfaction un homme de 30 ans, Terrence Hoover, en train de fouiller dans ses affaires, mais l’homme – qui aurait grimpé 13 étages à partir d’un escalier de sortie d’urgence pour s’introduire dans l’appartement, selon la police – a pris la fuite après une brève bagarre.

Terrence avait alors appelé la police "pour signaler sa rencontre avec un homme vivant au Vinoy", et ce dernier avait ensuite été désigné comme étant le cambrioleur présumé à partir de photos montrées à Scott [Swift] par la police.

Les députés du comté de Marion ont finalement traqué Terrence et l’ont arrêté la semaine dernière pour cambriolage.

Il est actuellement détenu en prison avec une caution de 50 000 dollars.

Cependant, la mère de Terrence, Donna Denapoli, a déclaré que son fils s’était tout simplement perdu en "cherchant des églises, près de l’eau, où sa femme pouvait se trouver" car cette dernière l’aurait quitté, il y a six mois, en amenant leurs trois enfants avec elle.

Elle a déclaré au journal Tampa Bay Times: "Il s’était perdu et ne devrait être accusé que d’intrusion sur une propriété privée."

On ne sait pas si l’homme avait délibérément ciblé l’appartement du père de la chanteuse ou s’il s’agissait d’un hasard.

Avant d’être filmé, à son insu par les caméras de surveillance, alors qu’il pénétrait dans l’enceinte de l’immeuble privé, la police avait verbalisé Terrence 20 heures plus tôt pour avoir fait un demi-tour illégal sur les voies ferrées.

Le jeune homme avait déjà été accusé de nombreuses infractions, notamment de violence familiale par strangulation, de voies de fait graves, de cambriolage, de voies de fait graves avec une arme mortelle, d’enlèvement et de fausse incarcération.

Continuer la lecture

People

Jennifer Hudson: incarner Aretha Franklin au cinéma est un ‘rêve devenu réalité’

Jennifer Hudson « a vécu un rêve éveillé » quand elle a joué le rôle d’Aretha Franklin dans le film ‘Respect’, dont le tournage est désormais terminé.

Publié

le

De

Jennifer Hudson « a vécu un rêve éveillé » quand elle a joué le rôle d’Aretha Franklin dans le film ‘Respect’.

Alors que la chanteuse et actrice oscarisée vient d’achever le tournage du biopic sur la légende de la Soul, elle a déclaré que cela a été un « honneur » pour elle d’incarner le personnage d’Aretha Franklin, dans le film qui sortira en salles le 28 octobre prochain.

Elle a déclaré sur Instagram : « Le film @respectmovie est officiellement terminé, c’est fait ! Je suis tellement submergée par les émotions que je n’arrive pas à décrire ce que je ressens à part que je suis reconnaissante d’avoir été choisie par la reine en personne. J’ai vécu un rêve éveillé ! Cela a été un honneur, d’honorer la demande de la Reine. La seule et unique Reine de la Soul #ArethaFranklin #respectMovie»

Jennifer a récemment révélé qu’elle avait rencontré Aretha Franklin en 2017 afin de parler de son rôle dans le film, avouant que c’était le « rôle de ses rêves ».

Elle a déclaré : « C’est le rôle dont je rêvais, et elle est moi nous nous sommes rencontrées… nos discussions étaient très passionnantes ».

Cependant, Jennifer n’a rien révélé de plus au sujet du projet, et a simplement ajouté : « Je ne peux pas en dire davantage ».

Par ailleurs, la star avait auparavant déclaré que le seul film musical dans lequel elle pourrait jouer après ‘Dreamgirls’ serait un film sur l’interprète de ‘Think’, et qu’elle a été chanceuse d’obtenir le rôle après avoir été choisie par Aretha en personne.

En 2018, l’interprète du tube ‘Spotlight’ avait déclaré : « Elle m’a choisie pour que je joue son rôle dans le biopic. C’est ce qu’elle a dit. La reine a parlé.

« Cela a toujours été un rêve. J’ai toujours dit que si je devais refaire un film musical dans le futur, cela devrait être un film semblable à ‘Dreamgirls’ et donc, j’avais en tête de jouer Aretha Franklin. Ce rêve est devenu réalité ».

Quand Aretha est décédée en août 2018, Jennifer avait été l’une des premières personnes à lui rendre publiquement hommage.

Elle avait partagé, sur les réseaux sociaux, une vidéo dans laquelle la regrettée diva reprenait le titre ‘Let It Be’ des Beatles, avec en légende : « Je n’ai pas les mots, donc je vais laisser la Reine le dire ! Mais elle m’a tellement appris sur la vie, tu m’as tellement appris et éduquée. Je n’oublierai jamais ces enseignements #riparethafranklin.»

Continuer la lecture

Les Sujets à la Une

X