Rejoignez-nous

Non classé

Les poèmes de Karmacadabra - du 28 mai au 1er juin

Publié

,

le

Lundi - Le Zubial

«Imaginez que vous êtes lui. Imaginez que vous vous donnez le droit d’être furieusement heureux.
Imaginez une seconde que vous n’êtes plus l’otage de vos peurs, que vous acceptez les vertiges de vos contradictions.
Imaginez que vos désirs gouvernent désormais votre existence, que vous avez réappris à jouer, à vous couler dans l’instant présent.
Imaginez que vous savez tout à coup être léger sans être jamais frivole.
Imaginez que vous êtes résolument libre, que vous avez rompu avec le rôle asphyxiant que vous croyez devoir vous imposer en société. Que vous avez quitté toute crainte d’être jugé.
Imaginez que votre besoin de faire vivre tous les personnages imprévisibles qui sommeillent en vous soit enfin à l’ordre du jour.
Imaginez que votre capacité d’émerveillement soit intacte, qu’un appétit tout neuf, virulent, éveille en vous mille désirs engourdis et autant d’espérances inassouvies.
Imaginez que vous allez devenir assez sage pour être enfin imprudent.
Imaginez que la traversée de vos gouffres en vous inspire plus que de la joie.»

– Alexandre Jardin, Le zubial


Mardi - ÊTRE RESPONSABLE DE NOTRE BONHEUR (1)

Il n’y a pas de meilleure recette pour être malheureux que d’attendre que les autres fassent notre bonheur.

Quand nous attendons que les autres devinent nos besoins, nos désirs, nos attentes, nous achetons un passeport direct pour être déçus et malheureux. Les autres ne sont pas là pour répondre à nos attentes. NOUS sommes là pour répondre à NOS attentes, nos besoins, nos désirs.

Nous voulons des fleurs? Nous nous en achetons! Nous voulons que les autres prennent soin de nous? Nous prenons soin de nous. Nous aimerions que les autres nous demandent comment nous allons et qu’on nous écoute réellement? Et si nous nous écoutions, nous? Et si nous allions voir en nous comment nous allons, pour de vrai?

Ce n’est pas la responsabilité des autres de nous aimer. C’est la nôtre. Il n’y a pas de meilleure recette pour être heureux que d’apprendre à faire nous-mêmes notre bonheur, en répondant nous-mêmes à nos besoins et nos désirs. Tout ce qui viendra des autres en plus, ce seront des cadeaux que nous apprécierons davantage parce que nous ne les attendions plus.

L’attente crée le manque, la responsabilité crée la liberté.


Mercredi - ÊTRE RESPONSABLE DE NOTRE BONHEUR (2)

Puisque chacun de nous est responsable de son propre bonheur, cela signifie aussi que nous ne sommes pas responsables du bonheur des autres.

Trop souvent, nous voulons tellement que les autres soient heureux, (et si possible grâce à nous !) que nous faisons tout ce que nous croyons important pour eux pour qu’ils soient heureux; mais il reste que nous partons toujours de nos propres perceptions à nous.

Ce que nous croyons qu’ils ont besoin pour être heureux, 1 : ce n’est pas nécessairement ce dont ils ont vraiment besoin, car qui sommes-nous pour savoir mieux qu’eux ce qui les rend heureux? Et 2 : ce n’est pas à nous à leur donner ce qu’ils ont besoin pour être heureux, c’est à eux d’aller le chercher et de se le donner.

En réalité, si l’autre veut être heureux, il doit d’abord le vouloir! Si nous pensons à sa place, comment peut-il savoir ce qui le rend heureux? Parfois, en voulant trop en faire pour l’autre, nous risquons de l’étouffer et nous nous épuisons. Nous l’empêchons peut-être de puiser dans ses propres ressources pour évoluer.

Pour être heureux, il faut non seulement le vouloir mais aussi le décider! Si l’autre n’a pas encore décidé d’être heureux, peu importe tous les efforts que nous y mettrons, rien ne le rendra vraiment heureux tant que ce ne sera pas son propre choix. Notre responsabilité n’est pas de rendre les autres heureux; nous pouvons les y accompagner mais nous ne pouvons pas le faire pour eux.

La vérité, c’est qu’en étant responsable de notre propre bonheur, nous favorisons chez l’autre la prise de conscience qu’il est lui aussi responsable de son propre bonheur.


Jeudi - ÊTRE RESPONSABLE DE NOTRE BONHEUR(3)

Maintenant, puisque chacun de nous est responsable de son propre bonheur, cela ne veut pas dire que nous ne devons pas contribuer au bien-être de l’autre lorsque c’est possible.

Il ne s’agit pas de devenir égocentrique ni d’être indifférent à l’autre. Au contraire, parce que nous prenons soin de nous-mêmes d’abord et que nous nous accordons ce qu’il faut pour être heureux, nous avons davantage le désir d’avoir des attentions pour l’autre, mais sans attente.

Nous donnons plus facilement, parce que nous nous sommes donné à nous d’abord, et parce que nous n’attendons pas que l’autre nous donne en retour. Nous sommes libérés; ce n’est plus une obligation que nous nous faisons de donner ou de prendre soin de l’autre, c’est un désir sincère qui émerge de l’Amour.

Puisque nos besoins sont comblés par nous-mêmes, et que nous n’attendons plus que l’autre les comble, alors, vient le goût de prendre soin de l’autre, de contribuer dans une certaine mesure à ce qu’il trouve lui-même son bonheur, s’il l’a décidé.

Et nous aurons alors le souci de ne jamais plus le faire ni à notre détriment ni contre son gré.

Diane Gagnon


Vendredi

Quand on souffre beaucoup, qu'on est très malheureux, on se coupe du monde. On ne lui trouve plus d'intérêt, et il nous semble indifférent, presque offensant. Mais il va pourtant, à sa manière, nous aider ou nous sauver.

Plus on souffre et plus on doit s'assurer de rester en lien avec tout ce qui nous entoure. La souffrance est toujours aggravée et prolongée par la rupture et l'éloignement, la rétraction sur nous-mêmes.

Entraînement : lorsque je me sens malheureux, continuer de rester sensible à la beauté du monde.

Même si elle ne me soulage pas, même si elle ne m'aide pas tout de suite. À un moment, tout basculera et elle me sauvera.

Christophe André

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bon Été avec LFM

La fête fédérale sur le Grütli comme si vous y étiez

Publié

le

Demain, vous pourrez suivre la fête fédérale sur le Grütli depuis chez vous. 

La Présidente de la Confédération suisse Simonetta Sommaruga honorera une femme et un homme de chacun des 26 cantons et de la "Cinquième Suisse", les citoyens suisses vivant à l'étranger, au nom des très nombreuses personnes qui se sont engagées pendant la période du coronavirus.

Et vous pourrez chanter l'hymne national suisse avec la chanteuse d'opéra Marie-Claude Chappuis, qui interprètera le nouveau texte proposé pour l'hymne national.

Le nouveau texte existe en français, italien, allemand, romanche ainsi qu'en anglais :

Vous pourrez suivre ces célébrations en live stream en direct de 12h55 à 14h30   http://www.missione1agosto.org/livestream

Et plus tard, la cérémonie sera diffusée sur la chaîne YouTube du Conseil fédéral http://www.youtube.com/channel/UCh4VTxoTL79TpMBg3yBqSPQ  

Et signalons que l’an prochain, le 1er août 2021, les associations féminines célébreront sur la prairie du Grütli, le 50ème anniversaire du droit de vote des femmes en Suisse.

 

Continuer la lecture

Non classé

Début du chantier de l'extension de l'Unithèque à Dorigny

Publié

le

Le projet d’extension de la "Banane", sur le campus de Dorigny à Lausanne, va débuter fin juin par différents aménagements préparatoires. La construction proprement dite commencera au printemps 2021. (Image d'archive - ©Keystone/LAURENT GILLIERON)
Le projet d’extension de l’Unithèque, sur le campus de Dorigny à Lausanne, va débuter fin juin par différents aménagements préparatoires. La construction proprement dite commencera au printemps 2021 et se poursuivra jusqu’en 2024. Le coût total de l’investissement est de 79,5 millions de francs.

L’extension de l’Unithèque répond à la croissance importante de l’Université de Lausanne et en particulier aux besoins supplémentaires de la Bibliothèque cantonale et universitaire de Lausanne. Elle prévoit de doubler les places de travail actuelles ainsi que l’espace de stockage des ouvrages, écrit le canton lundi dans un communiqué.

La capacité d’accueil du restaurant de la Banane augmentera grâce à une hausse totale de 50% de la surface utile qui dépassera 30'000 m2. Le chantier est particulièrement complexe, notamment en raison du maintien de l’ouverture permanente de la bibliothèque universitaire et de la nécessité de garantir l’offre en restauration durant les travaux.

En novembre 2015, le jury du concours d’architecture a désigné à l’unanimité le projet "Abaka" des architectes lausannois Fruehauf, Henry & Viladoms pour compléter le bâtiment d’origine, construit en 1983 par Guido Cocchi. Le Grand Conseil a adopté en septembre 2019 un crédit d’ouvrage de 54,7 millions. S’y ajoute un crédit d’étude plus ancien de 7,2 millions pour une participation totale de l’Etat de Vaud de 61,9 millions.

La subvention fédérale aux investissements universitaire atteint 17,6 millions sur un budget global d’investissement de 79,5 millions. Ce montant comprend la réalisation de l’extension ainsi que la modernisation des équipements du bâtiment existant.

Continuer la lecture

L'après-midi avec Valérie

Réouverture des librairies : le choix de Marie-Christine Horn

Publié

le

Lire, ce peut être un besoin viscéral, une source infinie de découverte et/ou un moyen de se détendre. La réouverture des librairies dès lundi est donc au minimum une bonne nouvelle !

Et ce sera l’occasion de joindre l’utile à l’agréable puisque  Livre Suisse, association promouvant le livre francophone en suisse  et le livre suisse à l’étranger, lance une campagne d’incitation à l’achat de publications nationales, une façon de jouer la carte de la solidarité avec les éditeurs suisses qui comme bon nombre d’autres activités ont souffert du confinement . 

L’écrivaine fribourgeoise  Marie-Christine Horn, qui a partagé de nombreuses lectures suisses pendant le confinement via Facebook soutient cette campagne.

Nous lui avons demandé de choisir 3 livres suisses : autant dire un supplice pour cette grande lectrice, mais elle a accepté l’exercice de style avec générosité et bienveillance !  

 

Les  3 choix de Marie-Christine Horn :

 

-Exils de  Mélanie Chappuis, Editions BSN 

-Petite brume de Jean-Pierre Rochat,  Edition d’Autre part 

- Inertie de Dunia Miralles, Edition l’Age d’Homme

 

Et plein d’autres auteurs suisses à découvrir ou redécouvrir  en librairie dès lundi !

 

 

Continuer la lecture

International

Magasins réouverts le 11 mai en France

Publié

le

Magasins et marchés pourront rouvrir le 11 mai, mais pas les bistrots, a indiqué le premier ministre français Edouard Philippe devant l'Assemblée nationale. (©KEYSTONE/EPA/Niviere David / POOL)
Hormis les cafés et restaurants, tous les magasins, marchés de plein air et halles couvertes pourront rouvrir à partir du 11 mai à condition d'être en mesure de faire respecter les mesures de protection sanitaire, a annoncé mardi Edouard Philippe.

"Les marchés, pour lesquels l'interdiction est aujourd'hui la règle et l'autorisation l'exception, seront en général autorisés, sauf si les maires ou les préfets estiment qu'ils ne peuvent faire respecter les gestes barrières", a déclaré le Premier ministre lors de la présentation de son plan de déconfinement devant les députés.

Les commerces non essentiels pourront également à nouveau accueillir du public, a-t-il souligné. Toutefois, "chacun d'entre eux devra respecter un cahier des charges strict, limitant le nombre de personnes présentes en même temps dans le magasin et organisant les flux, afin de faire respecter la règle de la distance minimale d'un mètre par personne sans contact autour d'elle".

"Le port du masque grand public est recommandé pour les personnels et les clients lorsque les mesures de distanciation physique ne peuvent être garanties", a ajouté Edouard Philippe.

De plus, les commerçants pourront interdire l'accès à leur magasin aux personnes dépourvues de masque, a-t-il prévenu.

Exception

Autre exception: les activités des grands centres commerciaux ne pourront pas toutes reprendre.

"L'ouverture des commerces comprendra une exception pour les centres commerciaux qui ont une zone de chalandise qui va au-delà du bassin de vie et donc qui génère des déplacements et des contacts que nous ne voulons pas encourager", a détaillé le chef du gouvernement.

"Les préfets pourront décider de ne pas laisser ouvrir, au-delà des sections alimentaires déjà ouvertes, les centres commerciaux de plus de 40'000 m2 qui risquent de susciter de tels mouvements de population", a-t-il poursuivi.

Pas les bistrots

Edouard Philippe a par ailleurs rappelé que les bars, cafés et restaurants ne seraient pas fixés sur leur sort avant la fin du mois de mai.

Lors de la fermeture, mi-mars, de toutes les activités non essentielles au fonctionnement du pays, les marchés alimentaires étaient d'abord restés ouverts, déclarés prioritaires comme les supermarchés pour nourrir les populations confinées. Mais le gouvernement les avait finalement tous fermés le 24 mars pour freiner la contagion, avant d'accorder des autorisations au cas par cas par dérogation.

Ces réouvertures ont été permises après la mise au point d'un guide de bonnes pratiques sanitaires négocié entre quatre ministères (Santé, Agriculture, Bercy et Intérieur), la fédération des marchés de France, des syndicats agricoles et des organisations de producteurs.

Continuer la lecture

Non classé

Test

Publié

le

Continuer la lecture

Les Sujets à la Une

X