Rejoignez-nous

Culture

Elon Musk rachète Twitter, valorisé à 44 milliards de dollars

Publié

,

le

Elon Musk, l'homme le plus riche du monde, achète le réseau social Twitter pour 44 milliards de dollars. (photo symbolique) (© KEYSTONE/AP/Richard Drew)

Elon Musk a réussi son pari: le patron de Tesla et de SpaceX a passé un accord définitif avec le conseil d'administration de Twitter pour racheter le réseau social au prix de 54,20 dollars par action, et en faire une entreprise privée, non cotée en Bourse.

L'homme le plus riche au monde devient donc le propriétaire de la plateforme qu'il avait annoncé convoiter il y a moins de deux semaines, et malgré l'opposition initiale affichée par le conseil.

"La liberté d'expression est le socle d'une démocratie qui fonctionne, et Twitter est la place publique numérique où les sujets vitaux pour le futur de l'humanité sont débattus", a déclaré Elon Musk, cité dans le communiqué de Twitter.

L'action du groupe, coté au New York Stock Exchange, a été suspendue juste avant la parution du communiqué. Elle frôlait les 52 dollars en prenant plus de 6% vers 19h00 suisses, grâce aux rumeurs d'une acquisition imminente dans la presse américaine.

Elon Musk avait indiqué la semaine dernière qu'il avait sécurisé 46,5 milliards de dollars pour mener à bien cette acquisition grâce à deux prêts bancaires de Morgan Stanley, ainsi qu'à sa fortune personnelle.

Il avait également évoqué la possibilité de lancer une offre publique d'achat (OPA) hostile en passant directement par les actionnaires pour contourner le conseil d'administration (CA).

"Une fois que le financement a été mis en place avec la menace d'une OPA hostile, le CA ne pouvait plus avoir recours à un chevalier blanc ou à un second enchérisseur", a relevé Dan Ives de Wedbush Securities sur CNBC.

"Cela les a mis le dos au mur et les a contraints à venir à la table de négociations", a ajouté l'analyste.

Provocations

Selon les médias américains, le CA de Twitter s'est réuni dimanche matin pour réexaminer la proposition du milliardaire.

Deux jours plus tôt, l'entrepreneur d'origine sud-africaine s'est entretenu avec plusieurs actionnaires, via plusieurs appels vidéo, pour défendre son offre de rachat.

L'organe de direction du groupe, composé de 11 membres, s'y était au départ montré hostile en adoptant une clause dite de la "pilule empoisonnée" pour rendre l'acquisition plus difficile.

La clause prévoit que si un actionnaire atteint plus de 15% du capital de Twitter, le conseil d'administration se réserve le droit de brader les actions pour tous les autres détenteurs de titres. M. Musk détient actuellement un peu plus de 9% des actions ordinaires du réseau social.

Peu après son entrée au capital de l'entreprise, le fantasque patron avait été invité à rejoindre le CA, mais il avait décliné cette offre.

Fort de ses plus de 83 millions d'abonnés, l'homme le plus riche de la planète (sa fortune est estimée à 269 milliards de dollars par Forbes) se sert presque tous les jours de son compte Twitter pour donner des nouvelles de ses entreprises, plaisanter ou lancer des polémiques.

Il a critiqué Twitter à de nombreuses reprises, notamment au sujet de la liberté d'expression, et de la modération des contenus, qu'il juge trop sévère.

Ses provocations régulières et ses opinions libertariennes l'ont rendu antipathique aux yeux de nombreuses personnes dans la Silicon Valley.

"Twitter a un but et un sens qui concernent le monde entier. Je suis très fier de nos équipes et inspiré par le travail qui n'a jamais été aussi important", a réagi Parag Agrawal, l'actuel dirigeant de Twitter, après l'annonce de l'acquisition.

Sans Donald Trump

"J'espère que même mes pires critiques resteront sur Twitter, c'est ce que signifie la liberté d'expression", a tweeté lundi Elon Musk, avant l'annonce.

Certains observateurs pensent qu'il pourrait autoriser à nouveau des comptes supprimés, dont celui de Donald Trump et de certains de ses partisans.

L'ancien président américain avait été suspendu définitivement de Twitter en janvier 2021 pour avoir appelé à contester les résultats du scrutin présidentiel et invité à la violence.

Donald Trump a toutefois exclu lundi de revenir sur Twitter. "Je ne vais pas sur Twitter, je reste sur TRUTH", a-t-il déclaré à la chaîne américaine Fox News en référence à la plateforme Truth Social, qu'il a lancée en février et présentée comme une alternative à Facebook, Twitter et YouTube.

"J'espère qu'Elon achètera Twitter parce qu'il fera des améliorations et c'est un gars bien, mais je reste sur Truth", a-t-il répété, expliquant que "Twitter a des bots et faux comptes".

"Confier les rênes de Twitter à M. Musk déchaînera à coup sûr des théories du complot que la plateforme a essayé de réprimer", a réagi Angelo Carusone, président de l'ONG progressiste Media Matters for America. "Toute tentative d'utiliser la plateforme pour partager des informations légitimes sera éclipsée par un bourbier toxique de désinformation."

Un des autres axes sur lesquels Elon Musk pourrait également vouloir investir est de rendre Twitter plus rentable et d'augmenter la croissance de son nombre d'utilisateurs.

Il a déjà suggéré plusieurs évolutions, comme l'ajout d'un bouton "modifier" pour corriger un tweet après publication et des changements dans la formule d'abonnement payante, Twitter Blue.

Le groupe de San Francisco doit publier ses résultats trimestriels jeudi avant l'ouverture de Wall Street.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Culture

Le rappeur américain A$AP Rocky plaide non coupable

Publié

le

L'artiste avait été arrêté en avril à l'aéroport de Los Angeles, à sa descente d'un jet privé en provenance de la Barbade. (© KEYSTONE/AP/Andy Kropa)

Le rappeur américain A$AP Rocky a plaidé non coupable mercredi devant un tribunal de Los Angeles, en Californie. Il est inculpé pour son rôle dans une fusillade en novembre dernier.

Le musicien de 33 ans, inculpé pour deux chefs d'accusation pour agression avec une arme semi-automatique, a été laissé libre moyennant une caution de 550'000 dollars (523'000 francs) et doit comparaître à nouveau devant un tribunal le 2 novembre.

Rakim Mayers, de son vrai nom, est soupçonné d'avoir pointé son arme vers un ancien ami lors d'une dispute en novembre dernier, puis, plus tard, d'avoir tiré sur lui à deux reprises, lui infligeant une "blessure légère" selon la police. Le rappeur réfute ces accusations.

L'artiste avait été arrêté en avril à l'aéroport de Los Angeles, à sa descente d'un jet privé en provenance de la Barbade, d'où est originaire sa compagne Rihanna et avec qui il a eu un enfant en mai.

Rihanna, immense star à l'origine des tubes "Diamonds" et "Umbrella", est "l'amour de ma vie" et "l'unique", avait confié le chanteur au magazine GQ en mai 2021.

A$AP Rocky avait été condamné en août 2019 à une peine de prison avec sursis pour violences après une rixe à Stockholm.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Culture

Le numérique reprend ses droits dans la cité thermale

Publié

le

Pour cette édition 2022 du Numerik Games Festival, c'est l'art musical qui est la thématique centrale. Des concerts et spectacles seront proposés aux visiteurs. (© ChTalos)

Du 26 au 28 août prochain, le Numerik Games Festival revient à Yverdon-les-Bains pour une septième édition. Une cinquantaine d'activités sont prévues, dans différents domaines, au coeur du centre-ville. Et avec une thématique centrale pour cette édition 2022 : la musique.

Le numérique reprend d’assaut Yverdon-les-Bains le week-end prochain pour la septième édition du Numerik Games Festival. Du 26 au 28 août, une cinquantaine d’activités seront proposées aux visiteurs. Comme à l’accoutumée, de nombreux domaines seront ainsi présentés : programmation, jeux-vidéo, réalité virtuelle, spectacles. Et une thématique centrale cette année, la musique.

Le Château et ses environs seront au coeur du festival, avec à l'affiche deux concerts lumineux et monumentaux du DJ anglais Afishal, prévus le vendredi et le samedi soir, ainsi que deux soirées silent disco sur la Place Pestalozzi.

Durant trois jours donc, la présentation de nombreuses manières de prouver le foisonnement de la créativité grâce au numérique. Son utilité aussi, accompagnés des réflexions autour de ces innovations technologiques :

Marc AtallahDirecteur - Numerik Games Festival

Avec toutes ces disciplines, de nombreux publics et de nombreuses générations vont se croiser, se côtoyer, échanger…. C’est justement un des objectifs du directeur du Numerik Games Festival, Marc Atallah.

Marc AtallahDirecteur - Numerik Games Festival

Le Numerik Games Festival, c'est aussi l'occasion de rassembler différentes générations autour du vaste domaine du numérique. (Archives © ChTalos)

Ateliers , spectacle et théâtre en réalité virtuelle

La manifestation, lancée en 2016, est co-produite par l’Université de Lausanne ainsi que la HEIG-VD d’Yverdon-les-Bains. Cette année plus que jamais, les deux institutions ont travaillé ensemble, pour proposer le « Scientifik Lab », à la rue de la Plaine. Un lieu commun où les visiteurs pourront découvrir toute l'offre de ces deux écoles.

Du côté de la Haute école d’Ingénierie et de gestion, on va proposer de nombreux ateliers notamment de découverte, et pour tous les publics.

Jean-Marc SeydouxChef du département Ingénierie des médias - HEIG-VD

Les visiteurs pourront découvrir notamment un Escape game, le chien robot Spot, une introduction à la programmation... Des play-conférences sont également prévues, afin de discuter de passionnants sujets mélangeant autant jeu-vidéo, intelligence artificielle, ou Histoire.

Et cette année, l’occasion de découvrir une expérience rare : du théâtre en réalité virtuelle. Durant une session d’une vingtaine de minutes, 9 participants vont aller à la rencontre d’Ivy, un personnage atteint du syndrome d’enfermement. Son corps ne bouge plus, mais son esprit fonctionne encore. Grâce à lui, elle s’est créé un monde.

Le spectacle se déroule ainsi en deux temps : tout d’abord dans le monde réel où le public est accueilli par des scientifiques. Par la suite, après la mise sur la tête du casque de réalité virtuelle, le spectateur entre dans ce monde imaginé par Ivy.

Emilien RossierProducteur - RGB Project

Plus d'informations sur le site internet du Festival. Et découvrez ci-après la bande annonce de cette édition 2022 :

Continuer la lecture

Culture

Auteurs et maisons d'édition lausannois à la fête du 23 au 27 août

Publié

le

Lire à Lausanne fête ses maisons d’édition et ses auteurs du 23 au 27 août (photo symbolique). (© Keystone/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Librairie éphémère à l'Hôtel de Ville, journée de dédicaces, soirées littéraires au Théâtre de Boulimie, un livre offert à l'achat d'un ouvrage: à l'occasion de la rentrée littéraire, la manifestation Lire à Lausanne donne un coup de projecteur sur les maisons d'édition et les auteurs lausannois. Cette fête du livre et de la lecture se tient du 23 au 27 août dans la capitale vaudoise.

Plus de 30 labels d'édition lausannois et revues actifs dans la fiction, les sciences humaines, la jeunesse, la BD, les guides ou le mieux-vivre participent à la manifestation. A cette occasion, la ville renouvelle l'action "un livre acheté = un livre offert", qui est valable uniquement sur place - au Forum de l'Hôtel de Ville - pendant l'événement, indique mercredi la Ville dans un communiqué.

La soirée d'ouverture sera dédiée aux éditeurs qui évoqueront leur métier et expériences. Une autre soirée sera consacrée au polar à Lausanne. Samedi 27 août, plus de 30 auteurs seront présents pour des séances de dédicaces, dont Anne-Frédérique Rochat, Eugène, Julien Burri, Etienne Barilier, Jérôme Meizoz, David Bosc, Marie-Jeanne Urech ou Cléa Favre.

Enfants et familles peuvent aussi se réjouir puisqu'ils pourront rencontrer une vingtaine d'auteurs et illustrateurs de jeunesse. Parmi eux, Christine Pompeï, Hélène Becquelin, Denis Kormann, Catherine Louis ou Dominique Torti.

www.lausanne.ch/lirealausanne

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Culture

Wolfgang Petersen, réalisateur de "Troie"est mort à 81 ans

Publié

le

Le réalisateur a dirigé des stars mondiales, comme Brad Pitt, Harrison Ford ou encore George Clooney (archives). (© KEYSTONE/dpa/Clemens Bilan)

Le réalisateur allemand Wolfgang Petersen, notamment connu pour ses films "Troie" et "L'Histoire sans fin" est décédé à 81 ans. Il était atteint d'un cancer du pancréas.

Celui qui avait connu le succès en 1983 avec deux nominations aux Oscars pour "Das Boot", thriller dont l'intrigue prend place à bord d'un sous-marin pendant la Seconde Guerre mondiale, est mort à son domicile de Los Angeles dans les bras de son épouse, a indiqué un porte-parole.

L'année suivante sortait son premier film en langue anglaise, "L'Histoire sans fin", adaptation d'un succès de littérature jeunesse racontant les aventures d'un jeune garçon qui vole un roman dans une librairie, avant d'être propulsé dans l'histoire de l'ouvrage.

"Plein de joie de vivre"

Il a ensuite réalisé des films d'action et des films catastrophes, notamment "Dans la ligne de mire", avec Clint Eastwood et John Malkovich, et "Alerte", qui relate la lutte des autorités américaines contre un virus très virulent, avec Dustin Hoffman.

L'actrice Glenn Close, qui avait joué au côté de Harrison Ford dans "Air Force One", a confié dans un communiqué à l'AFP qu'avoir été dirigée par Wolfgang Petersen "rest(ait) un souvenir spécial". "Même si le scénario était palpitant et incroyablement intense, je me souviens de beaucoup de rires, surtout lors des scènes autour de l'immense table dans la 'War Room'", a-t-elle déclaré.

"Mon souvenir est celui d'un homme plein de 'joie de vivre' (en français dans le communiqué, ndlr) qui faisait ce qu'il aimait faire le plus", a encore déclaré la comédienne.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Culture

Légende du rock russe condamnée pour avoir dénoncé la guerre en Ukraine

Publié

le

Iouri Chevchouk est le leader du groupe de rock DDT. Très célèbre en ex-URSS, il a dénoncé au fil des ans l'emprise de Vladimir Poutine (archives). (© Keystone/STEFFEN SCHMIDT)

Iouri Chevtchouk, monstre sacré du rock russe, a été condamné mardi à une amende de 50'000 roubles (765 francs) en Russie. Il avait dénoncé l'offensive contre l'Ukraine et le président Vladimir Poutine lors d'un concert.

Un tribunal d'Oufa (centre de la Russie) a reconnu le chanteur de 65 ans coupable d'"action publique destinée à discréditer le recours aux forces armées russes", a indiqué le service de presse de l'instance judiciaire dans un communiqué.

Le 18 mai à Oufa, le rockeur avait martelé que "la patrie, ce n'est pas être le lèche-cul en permanence du président", selon des vidéos diffusées en ligne. "Maintenant, on tue des gens en Ukraine, pourquoi ? Nos gars meurent en Ukraine, pourquoi ?", a-t-il lancé à la foule, déplorant "les jeunes d'Ukraine et de Russie qui meurent (...) à cause des plans napoléoniens de notre César".

Contre toutes les guerres

Si M. Chevtchouk a été condamné à une amende, la loi pénale russe prévoit pour de telles offenses des peines pouvant aller jusqu'à cinq ans de prison en cas de récidive et de circonstances aggravantes.

Le chanteur n'a pas assisté à son audience mardi en raison d'une quarantaine liée au coronavirus. Dans une déclaration écrite transmise via son avocat, il a souligné "avoir toujours été contre la guerre, dans n'importe quel pays et à n'importe quelle époque".

"Tous les problèmes et toutes les difficultés de caractère politique entre les pays et les peuples, il faut les régler par une voie diplomatique", a-t-il insisté.

Figure de la contestation

Le leader du groupe de rock DDT, très célèbre en ex-URSS, a dénoncé au fil des ans l'emprise de Vladimir Poutine, l'interpellant même en 2010 lors d'une rencontre retransmise à la télévision. Il fut aussi l'un des meneurs d'un vaste mouvement de contestation en Russie en 2011-2012, qui a été réprimé par le Kremlin.

Avant l'ère Poutine, Iouri Chevtchouk s'était illustré par sa campagne contre la première guerre de Tchétchénie, entre 1994 et 1996.

Il avait commencé sa carrière dans les années 1980, la dernière décennie de l'URSS, gagnant en popularité grâce à ses chansons anti-système dans cet empire rongé par les crises. A la chute de l'URSS, en 1991, Chevtchouk était déjà une figure du rock russe.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Balance

Vie trépidante, menée tambour battant. Vous prenez rarement le temps de souffler car, en fait, vous aimez ce stress plein de fantaisie !

Les Sujets à la Une

X