Rejoignez-nous

Culture

Le far° à Nyon (VD) maintient sa 36e édition, mais transformée

Publié

,

le

Sous le tite "Communs singuliers", la nouvelle fabrique des arts vivants far° invitera le public à rejoindre de "nouveaux territoires, constellations, rendez-vous et performances dans l'espace public". (©KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Le far° festival des arts vivants à Nyon (VD) a décidé de maintenir sa 36e édition malgré la crise liée au coronavirus, mais en repensant complètement son concept. De "festival", il mue en "fabrique" des arts vivants, avec une nouvelle temporalité et localisation.

Le far° propose "du printemps 2020 à l'été 2021 d'ouvrir de nouveaux imaginaires afin de réinventer les façons de travailler et de créer, aussi bien au sein de sa propre structure que dans la collaboration avec les artistes", ont indiqué mardi les organisateurs. "Il faut avoir le courage de ne plus utiliser momentanément le mot festival", a expliqué Véronique Ferrero Delacoste devant la presse.

Avec la pandémie et ses conséquences exceptionnelles, "il s'agit de réinterroger les façons de produire, de présenter, de recevoir et diffuser les œuvres" artistiques et culturelles, a-t-elle souligné. Sous le tite "Communs singuliers", cette nouvelle fabrique invitera le public à rejoindre de "nouveaux territoires, constellations, rendez-vous et performances dans l'espace public", dit-elle.

Un "chapeau virtuel"

Une dizaine d'artistes sont prévus, avec un programme complet qui sera dévoilé seulement début juillet. Il n'y aura à priori pas de lieu central à Nyon, ni spectacle en salle, ni buvette, ni billetterie. Le public pourra donner de l'argent via un "chapeau virtuel".

Les projets se déploieront dans des contextes géographiques différents, partant de Nyon et de son district (été 2020) jusqu'à La Chaux-de-Fonds (automne 2020) et dans le Val d'Anniviers (été 2021).

Du 13 au 22 août prochain, la fabrique des arts vivants s'ouvrira avec le premier volet de la série "Communs singuliers". Dans un contexte qui rendra sans doute difficiles les rassemblements en nombre, il s'agira d'explorer divers formats, selon les organisateurs.

Ils annoncent "des performances dans l'espace public sans convocation, des partages de récits en tête à tête, des œuvres envoyées à domicile et à activer soi-même, un projet participatif avec un groupe d'adolescents via des échanges téléphoniques, des émissions radios, des parcours chorégraphiques en pleine nature, des déjeuners dans l'herbe, etc.

www.far-nyon.ch

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Culture

Paléo étudie trois options pour l'été prochain

Publié

le

Paléo et son président Daniel Rossellat diront en mars sous quelle forme se tiendra l'édition 2021 du festival. (Image d'archive - ©KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Les organisateurs de Paléo diront début mars sous quelle forme se tiendra le festival l'été prochain à Nyon (VD). Trois options sont actuellement envisagées: un festival presque normal, une annulation comme l'été dernier ou un format remanié.

Avec ce troisième scénario, Paléo pourrait se dérouler avec des festivaliers assis sur des sièges numérotés avec des jauges entre 3500 et 5000 personnes, indique lundi son patron Daniel Rossellat, confirmant à Keystone-ATS une information du quotidien La Côte.

"Cela ne serait pas un Paléo en version réduite, mais un tout autre projet", précise-t-il. La durée du festival pourrait aussi être allongée.

Le fondateur du plus grand open air de Suisse reconnaît toutefois que de nombreuses questions restent en suspens. "Actuellement, c'est un festival d'incertitudes", remarque-t-il. Pour prendre une décision, "le point de bascule se situe début mars, au plus tard le 10", ajoute-t-il.

Daniel Rossellat explique que si les règles sanitaires actuelles devaient peu évoluer ces prochains mois, Paléo serait à nouveau annulé. En revanche, avec les directives qui étaient encore en vigueur en septembre, une variante du festival pourrait être envisagée. Pour l'organisation d'un Paléo "proche de la normale", il dit notamment miser sur l'arrivée d'un vaccin et la mise en place de règles sanitaires beaucoup plus souples.

Maintenir des compétences

Daniel Rossellat affirme que Paléo est prêt à prendre un risque financier. "Je préfère avoir un projet enthousiasmant qui perd de l'argent plutôt que de ne rien faire, et de toute façon perdre de l'argent. On ne veut pas rester dans le rôle du spectateur", relève-t-il.

L'objectif d'avoir un festival l'été prochain, même différent, consiste notamment à garder toute une série de compétences autour de la manifestation (artistes, techniciens, sociétés locales, etc) et à maintenir la motivation des collaborateurs. "L'humain doit passer avant les considérations financières", assure-t-il.

L'autre grand festival vaudois, le Montreux Jazz, devrait aussi se prononcer à la fin de l'hiver. Là aussi, plusieurs hypothèses sont examinées et constamment adaptées selon l'évolution de la pandémie et des décisions politiques.

Continuer la lecture

Culture

Le Goncourt à Hervé Le Tellier, le Renaudot à Marie-Hélène Lafon

Publié

le

Le prix Goncourt 2020 revient à Hervé Le Tellier pour "L'Anomalie". (©Editions Gallimard)

Le prix Goncourt a été attribué lundi à l'écrivain français Hervé Le Tellier pour "L'Anomalie". Ce roman raconte la vie de passagers d'un avion qui n'aurait jamais dû atterrir. Le prix Renaudot a lui été décerné à Marie-Hélène Lafon pour "Histoire du fils".

Favori de beaucoup, Hervé Le Tellier, 63 ans, mathématicien de formation et ancien journaliste, a obtenu huit voix contre deux pour "L'Historiographe du royaume" de Maël Renouard. "L'Anomalie", huitième roman d'Hervé Le Tellier, raconte les suites d'un évènement étrange: un vol Paris-New York se reproduit deux fois, avec les mêmes passagers, à quelques mois d'intervalle.

"On ne s'attend jamais à un prix comme le Goncourt. D'abord on n'écrit pas pour l'avoir, et puis on ne peut pas s'imaginer l'avoir", a déclaré le lauréat lors d'une visioconférence, aux côtés de son éditeur, Antoine Gallimard.

Renaudot pour Marie-Hélène Lafon

Quelques minutes plus tard après l'annonce du Goncourt lundi, Marie-Hélène Lafon, Prix Goncourt de la nouvelle en 2015, remporte le Renaudot pour son dernier roman. "Histoire du fils". Amours interdites, naissance illégitime et secrets de famille composent ce récit situé essentiellement dans le Cantal, région natale de l’auteure.

Particularité de "Histoire du fils", une fresque familiale en forme de puzzle entre 1908 et 2008, la chronologie y est complètement chamboulée, peut-on lire sur le site de la RTS. Son travail d’écriture, Marie-Hélène Lafon le mène en parallèle à son activité d’enseignante en langues classiques dans un établissement parisien.

Ces deux prix, remis par des jurys bénévoles, ne rapportent rien ou presque à un écrivain: 10 euros pour le premier, 0 euro pour le second. Mais ils constituent des enjeux économiques cruciaux pour les auteurs et éditeurs, car des dizaines voire des centaines de milliers de lecteurs font confiance à ces labels.

Continuer la lecture

Culture

Deux théâtres yverdonnois offrent cinq bourses artistiques

Publié

le

Sous l'appellation "Théâtres Solidaires", L'Echandole et le Théâtre Benno Besson à Yverdon-les-Bains lancent un appel à des projets artistiques en mettant au concours cinq bourses de 10'000 francs. (Image d'archive - ©Keystone/SANDRO CAMPARDO

L'Echandole et Benno Besson, les deux théâtres municipaux d'Yverdon-les-Bains, veulent soutenir la création locale en cette période de pandémie et de crise pour la culture. Avec le soutien du Service de la Culture de la Ville, ils lancent un appel à des projets artistiques en mettant au concours cinq bourses de 10'000 francs.

Les deux théâtres disent être "soucieux de rester en lien et en soutien avec les artistes du Nord-vaudois", écrivent-ils jeudi dans un communiqué, conjointement avec la Municipalité. A la suite des annulations de plusieurs spectacles durant le semi-confinement du printemps, un montant de 50'000 francs a pu être libéré dans les budgets des deux institutions, précisent-ils.

"Cette mesure exceptionnelle, conséquence directe du Covid-19, donnera aux artistes fortement impactés par la crise sanitaire de 2020 l'opportunité de continuer à exercer leur pratique en 2021", soulignent-ils. "Elle permettra également aux yverdonnois de bénéficier de propositions culturelles de qualité qui stimuleront à leur tour le lien social et la vie locale".

Ces cinq bourses sont destinées aux artistes ayant "un fort lien" avec Yverdon-les-Bains et sont ouvertes à tous les domaines artistiques (arts visuels, arts plastiques, danse, théâtre, littérature, musique, etc). Elles peuvent soutenir des projets en cours de création, susceptibles d'être présentés dans le courant de l'année 2021, dans le respect des normes sanitaires évolutives.

Le délai du dépôt des dossiers de candidature est fixé au 27 novembre. Les bourses seront distribuées en décembre.

Continuer la lecture

Culture

Une bourse littéraire pour Marc Agron

Publié

le

Marc Agron est un spécialiste de livres anciens. (©Ville de Lausanne)

Marc Agron décroche la Bourse à la création littéraire de la ville de Lausanne 2020. Le Lausannois, qui a déjà publié trois romans, l'emporte avec "Réminiscences", une réflexion sur le processus d'écriture et de réception des oeuvres.

"Son projet a remporté l'adhésion du jury par son ambition critique et satirique, son originalité narrative et sa passionnante réflexion sur le processus d'écriture", annonce lundi la ville de Lausanne dans un communiqué. Cette bourse est dotée de 15'000 francs.

Né en 1963 à Zagreb, Marc Agron a étudié à l'Université de Neuchâtel. Libraire, spécialisé en livres anciens, il a fondé en 1996 la librairie-galerie l'Univers à Lausanne. Il a publié trois romans aux éditions de l'Age d'Homme, dont "Rêver d'Alma" en 2020.

Continuer la lecture

Culture

"Toutes les entreprises culturelles ne survivront pas"

Publié

le

Toutes les entreprises culturelles ne pourront pas survivre à cette 2e vague" selon Isabelle Chassot, directrice de l'Office fédéral de la culture. (©KEYSTONE/ALESSANDRO DELLA VALLE)

Malgré les mesures prises pour soutenir le secteur culturel, "toutes les entreprises culturelles ne pourront pas survivre à cette 2e vague", a déclaré Isabelle Chassot, directrice de l'Office fédéral de la culture, vendredi à Berne. Avec les dernières décisions prises par Berne, les acteurs culturels disposent pourtant de nouveaux moyens, notamment pour adapter leur offre.

La loi Covid octroie des moyens au secteur culturel, a rappelé vendredi Isabelle Chassot, directrice de l'Office fédéral de la culture lors du point de presse des experts de la Confédération. Dès la semaine prochaine, via les portails des cantons, un théâtre peut par exemple solliciter des fonds pour transformer son offre et l'adapter aux contraintes liées au Covid.

Le secteur culturel bénéficie d'une panoplie d'aide, passant du chômage partiel, les RHT, aux APG (allocation perte de gain) sans oublier les indemnisations pour les manifestations annulées. Elles sont disponibles par paquets successifs.

Outre les actions de la Confédération, celles des cantons et des communes sont aussi importantes dans ce secteur. Dans ce domaine, "le dialogue est important avec les cantons", selon Mme Chassot.

Continuer la lecture

C'était quoi ce titre ?

Les 2 derniers titres

Horoscope du jour

Poisson

Vos sentiments sont sincères envers votre chouchou mais apprenez à lui demander son avis avant de prendre des décisions.

Publicité

Les Sujets à la Une

X