Rejoignez-nous

Culture

Soutien renouvelé à la compagnie Linga

Publié

,

le

La compagnie Lingae s produit en Suisse et à l'étranger, ici à Amman en Jordanie en 2011 (Archives © KEYSTONE/EPA/JAMAL NASRALLAH)

Le canton de Vaud et les villes de Pully et Lausanne ont prolongé pour trois ans leur soutien à la compagnie Linga de Katarzyna Gdaniec et Marco Cantalupo. La compagnie, qui va fêter ses 30 ans, recevra quelque 600'000 francs au total.

La nouvelle convention porte sur les années 2021 à 2023. Elle témoigne de la confiance des collectivités publiques à l'égard de la compagnie, de sa qualité artistique et de sa solidité structurelle, expliquent lundi les partenaires dans un communiqué.

Se projeter à plus long terme

La compagnie peut désormais planifier les trois prochaines années et développer un projet artistique cohérent. Cette sécurité et cette liberté permettent une projection à plus long terme et favorisent le travail de création et de diffusion, notamment hors de nos frontières, souligne le communiqué. La compagnie s'efforcera d'explorer de nouveaux marchés dans les pays émergents.

Créée en 1992, en résidence à l'Octogone de Pully depuis 1993, la Compagnie Linga est l'une des compagnies de danse romandes les plus actives. Katarzyna Gdaniec et Marco Cantalupo, anciens interprètes du Béjart Ballet, ont développé un style chorégraphique et une technique de mouvement particulière, explique le communiqué.

Les créations de la compagnie rencontrent un large succès public et tournent régulièrement en Suisse et à l'étranger. Les aides publiques émanent du canton (360'000 francs sur trois ans), de la ville de Pully (150'000) et de celle de Lausanne (90'000). Pully apporte aussi des contributions en nature en ce qui concerne les locaux et la publicité, ainsi que l'achat d'un spectacle.

APPENDICE: La compagnie Linga se produit en Suisse et à l'étranger, ici à Amman en Jordanie en 2011 (archives).
CREDIT: KEYSTONE/EPA/JAMAL NASRALLAH

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Culture

Los Angeles: Harvey Weinstein continue à plaider non coupable

Publié

le

Harvey Weinstein encourt 140 années de prison en plus de sa condamnation à New York (archives). (© KEYSTONE/AP EPA Pool/ETIENNE LAURENT)

Le magnat déchu d'Hollywood, Harvey Weinstein, a continué lundi à plaider non coupable devant un tribunal de Los Angeles. Il est accusé d'agressions sexuelles et de viols en Californie par cinq femmes.

L'homme de 69 ans purge depuis 2020 une peine de 23 ans de prison pour des faits similaires à New York. Il a été transféré cet été à Los Angeles, ville où le producteur de cinéma régnait autrefois en maître, pour y répondre des nouvelles accusations.

Il est accusé d'avoir violé ou sexuellement agressé cinq femmes dans des hôtels, entre 2004 et 2010. S'il est reconnu coupable de tous ces faits, le producteur de "Pulp Fiction" encourt 140 années de prison en plus de sa condamnation à New York.

Au total, près de 90 femmes dont les actrices Angelina Jolie, Gwyneth Paltrow et Rosanna Arquette ont accusé Harvey Weinstein de harcèlement, d'agressions sexuelles ou de viols. Mais le délai de prescription a été dépassé dans nombre de ces affaires, dont certaines remontent à 1977.

Il a toujours nié les faits, à New York comme en Californie, affirmant que ses accusatrices étaient consentantes. La prochaine audience à Los Angeles est prévue le 25 octobre.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Culture

Le Festival BDFIL à Lausanne attire 18'000 personnes

Publié

le

Durant quatre jours, BDFIL a célébré une certaine renaissance. Le festival lausannois a accueilli une quarantaine d'auteurs, dont l'invité d'honneur le bédéiste Jacques Tardi. (© Keystone/SALVATORE DI NOLFI)

Environ 18'000 personnes se sont rendues à la 16e édition du festival BDFIL du 16 au 20 septembre à Lausanne. Malgré une nette baisse par rapport aux années précédentes, la fréquentation est néanmoins "réjouissante" pour les organisateurs.

Alors que l'édition 2020 avait été annulée, celles de 2019 et 2018 avaient attiré chacune 28'000 personnes et celles de 2017 et 2016 chacune 35'000 personnes. "Compte tenu de la situation sanitaire compliquée", le bilan final est positif, ont écrit en substance les responsables dans un communiqué publié lundi à l'issue du festival.

Durant quatre jours, BDFIL a célébré une certaine renaissance. Le festival lausannois a accueilli une quarantaine d'auteurs, dont l'invité d'honneur le bédéiste Jacques Tardi. Il a d'ailleurs signé une des deux affiches du festival 2021. Une vingtaine d'expositions avaient été organisées pour cette édition du retour.

Le public a notamment pu apprécier "Mona Lôzane" qui, au travers des réinterprétations conçues spécialement pour BDFIL par les artistes des scènes suisse et internationale, revisitait la Joconde, plus célèbre tableau de la Renaissance italienne.

"La renaissance de la culture, aux sens propre - le surgissement malgré la crise sanitaire - et figuré - la Joconde, emblématique de cette période de l'histoire de l'art" a séduit le public, commentent les organisateurs.

Nouveaux lieux et espaces

Les curieux ont découvert cette année une géographie réinventée du festival avec de nouveaux lieux (cathédrale, mudac, Plateforme10) et intégrant l'espace public (petit-Chêne, rue de Bourg, place de la Navigation) et des expositions partenaires dans les galeries.

Commencée en 1976, la série "Les Aventures extraordinaires d'Adèle Blanc-Sec", s'inspirant des romans-feuilletons de la Belle Epoque, a fait connaître Jacques Tardi. Le festival lausannois a consacré une rétrospective à l'illustrateur français, qui a contribué à la renaissance de la bande dessinée en participant à l'invention du roman graphique.

Cette 16e édition de BDFIL a également marqué les 20 ans de Nelson, un personnage tiré de l'imagination de Christophe Bertschy. Invité d'honneur du festival en 2006, le dessinateur était à nouveau présent pour des célébrations dans le cadre d'une exposition immersive dans la cathédrale de Lausanne.

La 17e édition de BDFIL aura lieu en été 2022. Elle accueillera en invité d'honneur le bédéiste italien Lorenzo Mattotti.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Culture

Le spectacle son et lumière de retour sur la Place fédérale

Publié

le

Le spectacle haut en couleurs "Rendez-vous Bundesplatz" est de retour à Berne sur la Place fédérale dès le 16 octobre. (© KEYSTONE/MARCEL BIERI)

Après une édition 2020 tronquée pour cause de Covid-19, le spectacle son et lumière "Rendez-vous Bundesplatz" est de retour sur la Place fédérale de Berne dès le 16 octobre. Avec un spectacle dédié au changement climatique.

La manifestation gratuite se déroulera du 16 octobre au 20 novembre. La fonte des glaciers ou les conséquences de l'élevage intensif font partie des thèmes abordés, lit-on lundi dans un communiqué.

Des forêts vierges recouvrant la façade du Parlement, des perroquets, des baleines à bosse, des ours polaires et même des mammouths, défilant face aux spectateurs dans leur milieu de vie et à leur époque : "les artistes en illuminations Marcus Zobl et Tim Schmelzer de Lumine Projections à Vienne ont une fois de plus réalisé un travail formidable", se réjouissent les organisateurs.

Le spectacle intitulé "Planet Hope comeback" veut à la fois provoquer l'enthousiasme et susciter la réflexion. Il poursuivra, dans une version étendue, celui stoppé net l'an dernier après seulement huit représentations à cause des mesures anti-Covid.

Quelque 5000 personnes par représentation sont attendues sur la place du Palais fédéral. Les mesures sanitaires prévues ont été validées par le canton, précisent les organisateurs. Un certificat Covid devra être présenté. Une zone pour les enfants et les personnes à mobilité réduite est prévue.

www.rendezvousbundesplatz.ch

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Culture

"The Crown" et "Ted Lasso" rafflent la mise aux Emmy Awards

Publié

le

Olivia Colman, qui interprète la reine Elizabeht dans la série "The Crown", a été sacrée meilleure actrice dans une série dramatique. La série britannique a également raflé le titre convoité de meilleure série dramatique. (© KEYSTONE/AP)

La plateforme Netflix a obtenu dimanche la consécration qui lui échappait depuis tant d'années: sa production "The Crown" a décroché l'Emmy Award de la "meilleure série dramatique" et raflé tous les prix d'acteurs dans sa catégorie.

Côté comédie, c'est "Ted Lasso" qui remporte le titre, avec également des Emmy Awards, équivalent des Oscars de la télévision américaine, pour trois de ses acteurs.

Netflix réussit même un doublé pour cette 73e édition grâce au "Jeu de la Dame" qui a mis échec et mat ses concurrentes en remportant le trophée de la meilleure mini-série avec ce succès planétaire.

Depuis son lancement en 2007, la plateforme de vidéo à la demande a collectionné les nominations mais n'avait jamais remporté jusqu'à présent d'Emmy Award dans les catégories les plus prestigieuses.

Les stars du petit écran s'étaient réunies dimanche à Los Angeles pour la première fois depuis le début de la pandémie sur le plateau des Emmy Awards, avec une jauge réduite à 500 invités triés sur le volet et des mesures sanitaires très strictes.

Onze Emmy Award

Une grande partie de l'équipe de "The Crown" n'avait pas pu faire le déplacement et suivait la remise des prix depuis Londres via une liaison satellite. "Je n'ai pas de mots, je suis très, très reconnaissant", a lancé le créateur de "The Crown", Peter Morgan.

La quatrième saison de cette série très populaire, qui retrace de manière romancée la vie de la famille royale britannique, dépeint le mariage houleux entre la princesse Diana et le prince Charles, incarné par le Britannique Josh O'Connor. "Tourner 'The Crown' a représenté les deux années de ma vie les plus gratifiantes", a lancé l'acteur, sacré dans la catégorie série dramatique.

Sa compatriote Olivia Colman, qui joue la reine Elizabeth, s'est quant à elle royalement imposée en tant que meilleure actrice, face notamment à sa camarade Emma Corrin, qui tenait le rôle de la princesse Diana. La série a également été primée pour ses seconds rôles, dont Gillian Anderson (l'agent Scully de "X-Files") pour son interprétation de Margaret Thatcher, ainsi que pour le scénario et la réalisation.

Si l'on ajoute des récompenses dans des catégories techniques déjà décernées, la production Netflix a reçu au total onze Emmy Awards, à égalité avec "Le Jeu de la Dame" et à un trophée seulement du record établi par "Game of Thrones".

"Ted Lasso" sacré

Après un hommage en musique au rappeur Biz Markie, mort cet été, les premières récompenses de la soirée étaient allées à la comédie "Ted Lasso" d'Apple TV+, avec des Emmys pour des seconds rôles à Hannah Waddingham et Brett Goldstein.

Jason Sudeikis, qui incarne le personnage principal, avait obtenu un coup du chapeau un peu plus tard en devenant "meilleur acteur dans une comédie" pour cette série qui met en scène un entraîneur de football américain totalement perdu lorsqu'il passe aux commandes d'une équipe de ballon rond anglaise.

"Ted Lasso" s'est finalement imposé dans cette catégorie où elle faisait office de grand favori cette année. La production Apple TV+ a toutefois concédé les Emmy Awards du scénario et de la réalisation, arrachés par la série HBO "Hacks", avec Jean Smart en diva de Las Vegas sur le retour, élue meilleure actrice dans cette catégorie.

"The Mandalorian" vaincu

Côté mini-séries, la victoire a échappé à Anya Taylor-Joy pour "Le Jeu de la dame", battue par la star Kate Winslet en policière désabusée pour "Mare of Easttown" (HBO).

"Je tiens à saluer mes collègues nominées car cette décennie doit être celle des femmes qui se serrent les coudes", a lancé Kate Winslet, remerciant les auteurs du show pour avoir créé "une mère d'âge mûr, imparfaite et pleine de défauts... Très honnêtement, on se sent toutes reconnues", a-t-elle ajouté. Julianne Nicholson et Evan Peters ont eux aussi été primés pour cette série HBO dans la catégorie des seconds rôles.

Outsider de la soirée Disney+, plateforme de streaming lancée voici deux ans par le numéro un mondial du divertissement, n'a pas réussi à faire de l'ombre à Netflix avec dans son catalogue les personnages à succès de l'univers de Star Wars et des super-héros Marvel.

Coqueluche du public américain à son arrivée sur les écrans, le "bébé Yoda" avait pourtant permis à la série "The Mandalorian" de faire jeu égal avec "The Crown" en tête des nominations (24 chacun). Disney+ avait aussi un atout de poids dans la catégorie des mini-séries avec le très inventif "WandaVision", qui a emballé la critique mais n'a pas fait le poids face à "Mare of Easttown".

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Culture

Le film "Belfast" remporte le Prix du public de Toronto

Publié

le

Le réalisateur Kenneth Branagh a remporté Le Prix du public du Festival du fils de Toronto avec son film "Belfast" (archives). (© KEYSTONE/AP/Chris Young)

Le film "Belfast", comédie romantique en noir et blanc de Kenneth Branagh qui rend hommage à sa ville natale, a remporté samedi le prix le plus convoité du Festival du film de Toronto. Il est ainsi devenu candidat favori pour les Oscars.

Le Prix du public, présenté à ce grand rendez-vous du cinéma en Amérique du Nord, est devenu au fil des ans un bon indicateur des finalistes aux Oscars, prédisant les futurs lauréats de la catégorie des meilleurs films comme c'était le cas l'an dernier avec "Nomadland".

"Notre première projection du film 'Belfast' au Festival du film de Toronto a été l'une des expériences les plus mémorables de toute ma carrière", a affirmé Kenneth Branagh dans une vidéo présentée durant la cérémonie du Festival du film de Toronto.

"Je suis ravi, je suis touché et je suis profondément reconnaissant", a ajouté l'acteur-réalisateur britannique de 60 ans, à la carrière éclectique qui va des adaptations de Shakespeare à "Thor".

Inspiré de son histoire personnelle

Son dernier film "Belfast", qui sortira en salles en Amérique du Nord en novembre, est inspiré de son histoire personnelle. Il raconte l'éclosion des violences en Irlande du Nord à la fin des années 1960 à travers le regard de Buddy, un garçon de neuf ans. C'est à cet âge-là que Kenneth Branagh et sa famille ont déménagé en Angleterre pour échapper aux "Troubles" qui ont ensuite déchiré l'Irlande du Nord et Belfast.

Le long-métrage, à la fois drôle et émouvant, est porté par un casting de stars: Jamie Dornan, Judi Dench, Caitriona Balfe mais aussi Ciaran Hinds.

Kenneth Branagh n'a jamais remporté d'Oscar, malgré cinq nominations. La prochaine cérémonie des Oscars aura lieu le 27 mars prochain.

Les neuf derniers lauréats du Prix du public au Festival du film de Toronto ont tous été nominés pour le meilleur film aux Oscars, dont trois d'entre eux ayant remporté le prestigieux trophée, notamment le vainqueur surprise en 2019, "Green Book".

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Les Sujets à la Une

X