Rejoignez-nous

Genève

Genève accepte la nouvelle loi controversée sur la laïcité

Publié

,

le

Les opposants à cette nouvelle loi, initiée par Pierre Maudet, ont d'ores et déjà déposé des recours devant la justice. (©KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Les Genevois ont accepté dimanche la nouvelle loi sur la laïcité. Ce texte sur un sujet sensible, qui interdit notamment les signes extérieurs d'appartenance religieuse aux fonctionnaires et aux élus, a été approuvé par 55,05% des votants. Notre suivi en continu.

16h30: M.Poggia pour un "règlement pacificateur"

Le Conseil d'Etat genevois est très satisfait de l'approbation de la loi sur la laïcité qui constitue un "jalon historique". Le chef du département de la sécurité Mauro Poggia veut un règlement d'application "pacificateur" pour tenir compte des craintes exprimées pendant la campagne.

Le Conseil d'Etat doit encore débattre de ce règlement qui est en cours d'élaboration, a toutefois précisé devant la presse M.Poggia. "Mais en mettant en pratique la nouvelle loi, on ne va pas balayer les 44,95% de la minorité", a assuré le conseiller d'Etat MCG.

Il faudra vraisemblablement un délai de quelques mois avant l'entrée en vigueur de la nouvelle loi et du règlement, étant donné que leur entrée en vigueur doit être concomitante. Leur teneur finale dépendra également des deux recours qui devront être tranchés par la justice.

Le conseiller d'Etat Pierre Maudet, qui avait initié en 2013 le processus ayant abouti à cette loi, estime qu'elle "va laisser son empreinte dans le corpus législatif". Conséquence directe de la nouvelle Constitution, elle marque l'abrogation des lois anticléricales du passé, a relevé M.Maudet.

15h45: "l'esprit de Genève trahi"

La coordination référendaire à cette loi sur la laïcité estime que l'esprit de Genève a été "trahi". Pour ces référendaires, qui rassemblent les partis de gauche ainsi que des associations syndicales, féministes ou encore musulmanes, la victoire de dimanche est celle "des partisans de la Genève de la peur de l'autre", écrivent-ils dans un communiqué. Ils y déplorent un choix "rétrograde".

Les référendaires ne s'avouent toutefois pas vaincus. Selon eux, la victoire des partisans de cette nouvelle loi n'est que "temporaire". Ils rappellent ainsi que plusieurs recours en justice ont été activés et que de nouvelles propositions législatives ont été apportées. "Aucune des questions controversées figurant dans la loi n'est réglée aujourd'hui", relèvent-ils à propos notamment de l'interdiction des signes extérieurs d'appartenance religieuse.

Les syndicats se disent "inquiets" pour les conditions de travail des personnes croyantes dans la fonction publique et les secteurs subventionnés. A commencer pour "les femmes musulmanes voilées, particulièrement visées dans cette loi", poursuit le communiqué.

Les opposants à la loi affirment que leur combat va continuer. Une association "pour une laïcité démocratique" va être lancée pour "mener jusqu'au bout la bataille d'idées engagées par ces référendums dans le sens de l'égalité et de la démocratie."

15h00: la PS déplore

Le Parti socialiste genevois regrette le verdict des urnes au sujet de la loi sur la laïcité. "La Constitution genevoise garantit déjà le principe de laïcité de l’État et il n’est pas nécessaire de légiférer davantage", note le PS.

Selon lui, cette nouvelle loi risque d’entraîner le licenciement de nombreux employés, majoritairement des femmes, qui se verront exclus au motif de leur apparence religieuse. "Le risque d'une appréciation arbitraire - ainsi que des dérives qui peuvent en découler - est trop grand", ajoute le PS dans son communiqué.

De son côté, SolidaritéS Genève estime que l'acceptation de la loi constituait "un résultat mitigé pour le Conseil d’Etat et l’ensemble de la droite bourgeoise qui défendait cette loi Maudet comme un seul homme." Le verdict du peuple montre "un scepticisme dont il faudra tenir compte à l'avenir", ajoute solidaritéS au sujet d'une loi qualifiée de "liberticide".

14h30: "une avancée pour la paix religieuse"

Les Eglises catholique chrétienne, catholique romaine et protestante saluent l’approbation de la loi sur la laïcité. Ce résultat représente une "avancée pour la paix religieuse", relèvent-elles dans un communiqué.

La loi sur la laïcité de l’Etat clarifie les termes de la neutralité de l’Etat et établit des règles communes pour l’ensemble des communautés religieuses établies dans le canton, soulignent les Eglises. Bien que satisfaites de ce nouveau dispositif, elles relèvent aussi que cette loi est perfectible.

Elles suivront ainsi avec intérêt les recours déposés contre les articles limitant le port de signes religieux extérieurs, et plus particulièrement celui concernant les élues. Elles resteront aussi particulièrement attentives à la mise en œuvre des articles sur l’usage du domaine public pour des activités culturelles.

Elles veilleront également à ce que les dispositions d’exception concernant les restrictions des signes extérieurs pour prévenir des troubles graves à l’ordre public soient appliquées avec parcimonie et discernement.

14h15: les Verts confirment leur recours

Les Verts regrettent l'acceptation de cette nouvelle loi qui, selon eux, "a amené la confusion et a attisé la haine." Ils ont confirmé qu'ils maintenaient leur recours devant la justice au sujet d'un texte qu'ils jugent anticonstitutionnel. "Le recours à la Chambre constitutionnelle entre en force. Il s'agit désormais de confronter cette loi inique à la justice et au respect des droits politiques", écrivent les Verts dans leur communiqué.

Pour les Verts, cette loi "bafoue les libertés individuelles, porte atteinte aux droits fondamentaux et ne respecte pas la Constitution", notamment car elle interdit aux élus de porter des signes religieux. L'élue Verte Sabine Tiguemounie, conseillère municipale à Meyrin, est directement concernée par cette loi, elle qui porte le voile.

13h45: les défenseurs de la laïcité sont soulagés

Le comité et l'association "La laïcité, ma liberté" a pris acte avec "une grande satisfaction" de la victoire du oui à la loi sur la laïcité. Le comité parle d'un vote "sans appel" des électrices et électeurs genevois, qui "ont confirmé que le droit à la différence ne peut et ne doit jamais constituer une différence de droits", écrit-il dans un communiqué.

"La laïcité, ma liberté" estime que cette campagne a été "éprouvante", marquée par "les outrances, les menaces et les contre-vérités de l'alliance référendaire", juge le comité. Il ajoute qu'il restera "attentif aux suites juridiques", les opposants à la loi ayant déjà déposé des recours devant la justice.

13h30: satisfaction au PLR et à l'UDC

Le PLR genevois s'est réjoui dimanche de l'acceptation de cette nouvelle loi sur la laïcité. "Si le droit à la différence doit être respecté, il ne peut constituer une différence de droit", note le parti dans un communiqué. "Contrairement à ce que n'ont eu de cesse de répéter les comités référendaires, cette loi n'est pas discriminatoire, mais s'adresse à toutes les religions sur pied d'égalité", ajoute le PLR.

L’UDC, qui a également soutenu cette nouvelle loi, relève que "le laïcisme n’a jamais posé de problèmes à Genève avant d’être confronté à l’arrivée de nombreux musulmans dont certains forment des revendications inacceptables" pour la société. "Il est donc normal qu’au sein de l’administration mais aussi dans le parlement et les délibératifs aucun signe religieux ne soient affichés, respectant une paix confessionnelle à laquelle les Genevois sont attachés", ajoute l'UDC dans un communiqué. Le parti sera attentif à une application rigoureuse de la nouvelle loi.

13h15: l'élue verte voilée ne renonce pas

Une élue municipale est directement concernée par la nouvelle loi sur la laïcité, acceptée dimanche à Genève. La Verte Sabine Tiguemounine, qui porte le voile, ne s'estime toutefois pas battue.

"Des recours devant la justice ont été déposés par les Verts et le Réseau évangélique genevois, et ils vont désormais être activés", rappelle Sabine Tiguemounine, interrogée par Keystone-ATS. "J'ai bon espoir que la justice nous donne raison, sachant que cette loi va à l'encontre de la Constitution suisse et de la Convention européenne des droits de l'homme", estime-t-elle.

Conseillère municipale à Meyrin, Sabine Tiguemounie ne se dit pas inquiète pour sa carrière politique, sachant que le port du voile ne sera plus toléré pour les élus si la loi entre en vigueur. "Ma situation personnelle n'a pas d'importance. Ce qui compte, c'est le signal que cette loi donne à notre jeunesse. Il n'est pas positif, et c'est la raison pour laquelle je vais continuer à m'engager", remarque-t-elle.

"Cette loi remet en cause des droits fondamentaux. Mon devoir est de rester auprès de celles et ceux qui seront directement affectés au quotidien par cette loi", ajoute-t-elle.

12h30: recours en vue

Sur le point d'être acceptée, la nouvelle loi sur la laïcité va désormais devoir passer devant la justice. Le Réseau évangélique genevois et les Verts avaient déjà déposé des recours. Ils jugent cette loi anticonstitutionnelle.

Ce texte pourrait aussi se retrouver confronté à un autre projet de loi, déposé fin janvier par Ensemble à gauche. Ce nouveau projet ne contient pas les aspects controversés de la loi soumise dimanche au peuple, soit l'interdiction des signes extérieurs d'appartenance religieuse.

12h00: vers une acception de la loi

La nouvelle loi sur la laïcité devrait être acceptée dimanche par les Genevois. Le texte est approuvé par 55,56% des votants, selon des résultats partiels basés sur 95% des bulletins rentrés.

11h30: une loi âprement discutée

Portée à l'origine par le conseiller d'Etat Pierre Maudet, la nouvelle loi sur la laïcité, qui doit remplacer celle de 1907, a été adoptée en avril dernier par la majorité de droite du Grand Conseil au terme de longs débats. Pour ses partisans, elle permet de prévenir le repli identitaire.

Cette loi est toutefois loin de faire l'unanimité. Elle a fait l'objet de quatre référendums, issus des partis de gauche ainsi que des associations syndicales, féministes et musulmanes. Ceux-ci dénoncent une loi liberticide et discriminatoire.

Attaquée par référendums, la loi l'a aussi été en justice. Le Réseau évangélique genevois et les Verts ont d'ores et déjà déposé des recours. Ils seront activés en cas d'acceptation dans les urnes.

(KEYSTONE-ATS)

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Genève

Le canton de Genève impacté par les retards de livraison de Pfizer

Publié

le

Cette semaine, la Confédération a livré au canton de Genève 3900 doses au lieu des 6800 prévues. (©EPA/RONALD WITTEK)

A l'instar d'autres cantons suisses, la stratégie genevoise de vaccination contre le Covid-19 est impactée par les retards de livraison du vaccin de Pfizer/BioNTech. Le canton a dû revoir son plan à la baisse.

"C'est une grosse inquiétude. L'exercice est particulièrement périlleux, même si cela peut évoluer très vite", a déclaré jeudi Laurent Paoliello, porte-parole du Département de la santé, confirmant des informations publiées par la Tribune de Genève.

En décembre, Genève a reçu 4875 doses de Pfizer/BioNTech, début janvier 6800. Cette semaine, la Confédération lui a livré 3900 doses provenant de ce laboratoire au lieu des 6800 prévues. Les livraisons aux centres de vaccination et aux EMS ont donc dû être revues à la baisse.

"Comme le canton n'est pas sûr de l'approvisionnement, il doit garder des stocks suffisants pour la deuxième injection. C'est 50% de vaccins en moins qui peuvent être administrés, regrette le responsable.

Moderna dès lundi

"Nous avons reçu la première livraison des vaccins de Moderna, soit 10'500 doses qui seront utilisées dans les centres de vaccination dès la semaine prochaine. Mais, pour l'instant, nous ne compensons pas le manque de ceux de Pfizer avec Moderna", observe-t-il.

Genève devrait recevoir 15’000 doses supplémentaires de Moderna début février et 21’000 doses dès le 22 février. Mais au vu des difficultés actuelles, le canton opte pour la prudence. Actuellement, ses services réorganisent en flux tendu les attributions possibles et les distributions aux centres "qui font preuve d'une grande compréhension et souplesse".

Montée en puissance espérée

Dès que l'approvisionnement sera suffisant, la vaccination pourra monter en puissance. "Aujourd'hui, les injections se montent à mille par jour, mais ce chiffre pourrait être facilement multiplié", souligne le porte-parole.

Pfizer/BioNTech a annoncé en fin de semaine dernière que les livraisons de vaccins en dehors des Etats-Unis allaient ralentir fin janvier-début février. Le laboratoire a invoqué la nécessité de faire des travaux dans son usine belge, afin d’en augmenter la capacité de production. Il a ensuite assuré que les retards seraient limités à une semaine.

Continuer la lecture

Genève

La Ville de Genève débloque 20 millions pour ses entreprises

Publié

le

La Ville de Genève débloque 20 millions de francs pour soutenir les entreprises situées sur son territoire et touchées par la crise sanitaire. (©KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

La Ville de Genève soutiendra à hauteur de 20 millions de francs les entreprises situées sur son territoire par le biais d'aides à fonds perdus. Ce montant sera géré par la Fondation communale pour le développement des emplois et du tissu économique (Fondetec).

Cette enveloppe financière a été acceptée mercredi soir par le Conseil municipal pour faire face à la situation sanitaire. Le projet avait été déposé par le MCG qui voulait obtenir une aide financière non remboursable sur la base des pertes du chiffre d'affaires.

Il s'agit d'un "soutien concret et efficace au moment où les mesures de semi-confinement ont des effets dévastateurs sur notre économie et notre société", indique le MCG jeudi dans un communiqué. Avec un plafond de 75'000 francs, c'est potentiellement plus de 250 entreprises locales et leurs employés qui bénéficieront de cette aide, soulignent de leur côté les socialistes.

Les entreprises devront remplir plusieurs critères pour bénéficier de cette aide: avoir leur siège en Ville de Genève, respecter la CCT et la loi sur l'égalité, ne pas être surendettées au 1er janvier 2020, avoir réalisé un chiffre d'affaires d'au moins 2 millions de francs en 2019 et attester d'une baisse du chiffre d'affaires d'au moins 30%. Il faudra aussi maintenir les emplois.

Continuer la lecture

Genève

La Ville de Genève prolonge la vente des bons d'achat solidaires

Publié

le

La vente des bons d'achat solidaires de la Ville de Genève est prolongée jusqu'au 28 février et étendue aux cafés-restaurants et aux soins à la personne. Lors de la première phase de l'opération, 15% des bons achetés ont été dépensés dans des magasins de vélos (Image d'illustration © KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

La vente des bons d'achat solidaires de la Ville de Genève est prolongée jusqu'au 28 février. En plus des commerces non alimentaires, ils peuvent désormais être utilisés dans des cafés-restaurants et établissements de soins à la personne.

Le Conseil municipal a adopté mardi un crédit supplémentaire de 5 millions de francs pour la poursuite et l'élargissement de cette action, a indiqué mercredi l'exécutif. L'objectif est de soutenir, en période de pandémie de Covid-19, les commerces situés sur le territoire de la ville en leur permettant d'avoir des liquidités rapidement, alors que les bons sont valables jusqu'à fin 2021.

Le but est aussi d'aider la population qui bénéficie d'un rabais de 20% financé par la commune lors de l'achat d'un bon d'une valeur de 20, 50, 100 et 200 francs sur la plateforme www.geneveavenue.ch. Un rabais supplémentaire de 20% est accordé s'il est dépensé dans les commerces qui acceptent la monnaie locale Léman. Les bons peuvent être dépensés en ligne ou directement dans le commerce.

Succès des magasins de vélos

Durant les six semaines qui ont suivi le lancement de cette opération le 7 décembre, 213 des 238 magasins déjà inscrits sur la plateforme ont vendu près de 65'000 bons pour un montant total de plus de 8,8 millions de francs. Les vendeurs de vélos ont rencontré un fort succès: ils représentent 15% des bons achetés, pour un montant d'environ 1,3 milllion, précise le département des finances.

Sur le crédit de 2,5 millions de francs votés en novembre à cette fin, 2,3 millions ont déjà été dépensés. Près de 9 millions ont ainsi été versés directement aux commerçants. En outre, 250'000 francs ont été injecté dans le système monétaire local.

Continuer la lecture

Genève

Le loup fait son retour à Genève pour la première fois depuis 150 ans

Publié

le

Un loup a été repéré dans le canton de Genève début janvier. C'est le premier à être observé officiellement depuis 150 ans. (© Canton de Genève)

Un loup a été identifié dans le canton de Genève en début d'année, le premier après une absence de 150 ans. Son passage a été attesté par des images déclenchées par un piège photo, annonce jeudi le canton.

Dans le cadre de leurs activités de suivi de la faune, les gardes de l'environnement ont découvert des images déclenchées automatiquement par un piège-photo dans la nuit du 7 au 8 janvier dernier dans un espace naturel du sud-est du canton. Sur la séquence, un animal, prudent et craintif, flaire précautionneusement les environs avant de rebrousser chemin, explique le communiqué.

Sa gorge blanche et sa large encolure sont caractéristiques: ce document atteste le passage d'un loup dans le canton de Genève, confirmé par un service officiel. La vidéo peut être observée sur le site facebook de GE-environnement.

Eleveurs informés

A ce stade, aucune autre image n'a été enregistrée. Il est difficile de savoir si le séjour de l'animal s'est prolongé, sachant que cette espèce très mobile peut parcourir de longues distances en une seule nuit.

A titre de précaution, les éleveurs de la région, peu nombreux, ont été informés. Des mesures de sécurisation des animaux de rente vont être mises en œuvre sur le terrain avec l'aide des autorités.

Cette observation ne constitue pas une surprise: elle fait écho au retour progressif du loup sur ses anciens territoires, remarquée à la fois en Suisse et en France voisine, souligne le communiqué.

Pas un danger

Il faut rappeler que, même si cette observation se situe dans un canton caractérisé par une grande agglomération, le loup ne constitue pas un danger pour l'être humain, comme l'attestent toutes les données recueillies en Europe depuis un siècle.

Dans le bassin lémanique, cet animal retrouve progressivement ses territoires. Des familles sont établies aussi bien dans le Jura vaudois, les Alpes et le Chablais savoyard, où une vingtaine de loups seraient présents. C'est peut-être bien cette petite population, notée jusqu'au pied des Voirons, qui pourrait être à l'origine de l'observation genevoise.

Equilibres naturels

Même si elle n'indique pas l'installation du loup à Genève, cette observation témoigne de la valeur de la biodiversité genevoise: grâce à une gestion dynamique, ce patrimoine retrouve progressivement ses équilibres naturels et peut ainsi accueillir le passage d'une espèce associée aux grands espaces sauvages.

Cette nouvelle donnée confirme aussi concrètement la portée de la revitalisation des corridors biologiques. Ces voies permettent le déplacement de la faune, par exemple au moyen d'écoponts.

Cette situation favorable vaut à ce petit territoire d'être parfois visité par le lynx, et d'avoir hébergé l'un des premiers chacals de Suisse. Il a aussi permis le retour durable du chat sylvestre dans la région. Aujourd'hui, le loup s'ajoute à cette liste d'espèces.

Continuer la lecture

Genève

Le Conseil d'Etat genevois très fâché par les décisions fédérales

Publié

le

Natahlie Fontanet, cheffe du Département des finances, s'est dite choquée par les annonces du Conseil fédéral. (©KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Le Conseil d'Etat genevois a exprimé mercredi sa colère suite aux annonces du Conseil fédéral. Le canton demandait des aides fédérales supplémentaires pour compenser les fermetures des commerces, mais en l'état rien n'est prévu.

"Cette nouvelle est catastrophique pour le canton", a indiqué mercredi devant la presse Nathalie Fontanet, cheffe du Département des finances qui se dit choquée et stupéfaite. L'enveloppe de 80 millions de francs prévue pour le canton n'a à ce jour pas bougé, relève-t-elle. Le canton se battra pour faire augmenter cette aide.

Selon Mme Fontanet, Genève qui avait fermé les commerces et des restaurants en novembre a déjà commencé à indemniser. Avec l'assouplissement des conditions d'accès aux aides annoncé mercredi par le Conseil fédéral, 4000 entreprises pourraient être concernées à Genève, ce qui correspond environ à 340 millions de francs pour les six premiers mois de 2021.

Le canton est fâché par le manque d'indemnisation supplémentaire, en revanche il salue l'assouplissement des conditions d'accès aux aides pour les entreprises. "On assouplit, mais aucun franc supplémentaire n'a été octroyé", a regretté Anne Emery-Torracinta, président du Conseil d'Etat.

"Picsou"

Le caractère un peu "Picsou" de la Confédération n'a pas de sens, a ajouté Mme Fontanet. Si les commerçants ne sont pas indemnisés aujourd'hui, ils finiront au chômage et à l'aide sociale demain, a relevé Mme Fontanet. La conseillère d'Etat a fustigé le manque de contact des autorités fédérales avec la réalité.

Le Conseil d'Etat présentera la semaine prochaine un projet de loi global qui prend en compte toutes les entreprises qui ont été touchées directement ou indirectement par les fermetures imposées par les autorités. Jusqu'à présent les lois ciblaient des secteurs particuliers.

Continuer la lecture

C'était quoi ce titre ?

Les 2 derniers titres

Horoscope du jour

Taureau

Quelques-uns ne savent plus où ils en sont sur le plan sentimental. Cessez donc de cultiver les doutes dans votre jardin intérieur !

Publicité

Les Sujets à la Une

X