Rejoignez-nous

Genève

Genève injecte plus d'un demi-milliard pour soutenir son économie

Publié

,

le

Depuis mars, Genève a injecté plus de 493 millions de francs pour soutenir son tissu économique en raison de la crise due à la pandémie de Covid-19. Le gouvernement a décidé de nouvelles mesures d'aide aux entreprises pour 44,35 millions, présentées. (©KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Depuis mars, Genève a injecté plus de 493 millions de francs pour soutenir son tissu économique en raison de la crise due à la pandémie de Covid-19. Le Conseil d'Etat a décidé mercredi de nouvelles mesures d'aide aux entreprises pour un total de 44,35 millions.

Ces nouvelles pistes de soutien, dont certaines sont en train d'être élaborées, portent sur l'exonération des loyers commerciaux pour les mois de novembre et décembre, selon un accord signé mardi entre le canton, les milieux immobiliers et l'ASLOCA, a indiqué devant les médias la grande argentière Nathalie Fontanet. Déjà appliquée au printemps, la mesure est estimée à 15 millions de francs.

S'y ajoutent le paiement des charges sociales patronales de novembre (10,5 millions), du jour de carence pour les RHT (7,5 millions), des frais d'accès des commerces au site de vente en ligne Genève Avenue (100'000 francs) et des stocks de nourriture des restaurateurs pour la banque alimentaire Partage (1,25 million). De plus, le canton a identifié un sixième cas de rigueur, à savoir les entreprises de la zone aéroportuaire (10 millions).

Augmenter l'enveloppe

Ce secteur vient s'ajouter à ceux de l'événementiel, des forains et magasins de souvenirs, des agences de voyages, de l'hôtellerie et du transport professionnel de personnes, dont les besoins sont évalués à 90 millions pour une année. Très touchés par la crise, ces secteurs doivent recevoir une aide financière extraordinaire à fonds perdus, sur le principe un franc fédéral pour un franc cantonal.

La Confédération a prévu 200 millions au total à cette fin. Or les 13,6 millions qui doivent revenir à Genève sont insuffisants. Dans le cadre de la procédure de consultation, Genève, à l'instar d'autres cantons, demande donc au Département fédéral des finances d'augmenter l'enveloppe à 1,2 milliard de francs et de simplifier l'ordonnance pour que l'aide soit versée plus rapidement.

"Genève fait partie des très gros contributeurs à la péréquation financière. Si l'économie genevoise s'écroule et la Confédération ne fait pas sa part, la Confédération et les autres cantons se retrouveront pénalisés à terme", a commenté la conseillère d'Etat.

Pas d'assouplissement

Depuis le mois de mars, Genève a déjà mis à disposition plus de 493 millions de francs sous forme d'aides financières à fonds perdus ou de prêts gratuits: 225 millions pour l'économie, 162 mios pour la santé, 66 mios pour la fiscalité, 21,4 mios pour l'action sociale, 16 mios pour la culture et 3 mios pour la formation. Le Grand Conseil doit encore se prononcer sur des crédits supplémentaires d'un total de 75,2 millions.

Le Conseil d'Etat tient à faire passer un message à l'économie: "Nous ne vous abandonnons pas", a souligné sa présidente Anne Emery-Torracinta. La situation épidémiologique ne permet toutefois pas d'assouplir les mesures. Mardi, le canton a enregistré 30'252 cas positifs et comptait 638 hospitalisations dues au Covid-19. Depuis le début de la fermeture des commerces, 56 personnes sont décédées.

Recours à l'emprunt

"Nous allons continuer à suivre l'évolution et nous prononcer chaque semaine sur les possibilités d'assouplissement et la situation des petits commerçants", a relevé Nathalie Fontanet, se disant consciente de l'importance des mois de novembre et de décembre pour leur chiffre d'affaires. "Cette période doit être la plus courte possible", a précisé la conseillère d'Etat.

L'ensemble des aides cantonales se monte à 612 millions de francs. "Le canton va recourir à l'emprunt pour les financer. Malgré une dette importante, les finances sont saines", a indiqué Mme Fontanet. Et de souligner que "demain, ces entreprises et commerces seront nécessaires pour redresser le canton." Afin de soutenir l'économie, l'exécutif maintient les investissements nets à 8,1 milliards jusqu'en 2030.

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Genève

Les avocats demandent une diminution des détenus à Champ-Dollon

Publié

le

L'Ordre des avocats de Genève demande une limitation du nombre de personnes privées de liberté à Champ-Dollon, au vu des risques sanitaires. (©KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

L'Ordre des avocats de Genève (ODAGE) est préoccupé par la deuxième vague du coronavirus à la prison surpeuplée de Champ-Dollon. Il appelle à y diminuer le nombre de personnes privées de liberté face aux risques sanitaires, rappelant que 200 détenus ont dû être mis en quarantaine le week-end dernier.

Le premier appel identique aux autorités lancé en mars par l'Ordre des avocats a eu pour effet un net frein aux incarcérations pour peines privatives de liberté de substitution (lorsqu'une personne condamnée ne paie pas une amende). Il en est allé de même pour les arrestations liées à des infractions de moindre importance (délits dits "bagatelles"), ne mettant pas en danger la sécurité publique, indique l'ODAGE jeudi dans un communiqué.

Ces actions conjuguées ont eu un effet positif: la prison de Champ-Dollon, qui, au 1er mars 2020 comptait 634 détenus (pour 398 places), détenait, début juin 2020, 470 personnes. Aujourd'hui, lors la deuxième vague, environ 630 personnes s'y trouvent à nouveau. L'Ordre des avocats invite les autorités à diminuer de ce nombre, de telle sorte qu'il corresponde au nombre de places que cet établissement offre, à savoir 398.

Risque énorme

Une telle surpopulation dans les cellules induit un risque évident pour la santé des détenus et du personnel. Elle constitue également un risque pour la société civile, vu le risque de saturation des systèmes de santé (genevois et suisse) qu’une flambée de la pandémie en son sein pourrait provoquer.

En fin de semaine passée, 200 personnes détenues à Champ-Dollon ont dû être placées en quarantaine. Il suffit de songer aux difficultés organisationnelles que l’isolement et la mise en quarantaine des cas contacts dans la société civile génèrent pour mesurer à quel point la gestion de ce foyer de contamination doit être compliquée et périlleuse. Sans compter son impact sur les contacts avec l’extérieur (famille et avocats notamment), les audiences (annulées) et les procédures (retardées).

L'Ordre des avocats de Genève réitère donc son appel auprès des autorités afin qu'elles se montrent raisonnables dans l’application de la loi. Elles sont appelées à mesurer leur action à l’aune du principe fondamental de la proportionnalité, respectivement des risques sanitaires.

Continuer la lecture

Genève

Genève rouvre les commerces non essentiels, pas les restaurants

Publié

le

(KEYSTONE/Salvatore Di Nolfi)

Le Conseil d'Etat genevois a annoncé mercredi la réouverture de tous les commerces à Genève, à partir de samedi. Les enseignes non indispensables avaient été fermées au début du mois pour endiguer la deuxième vague épidémique de Covid-19, qui a frappé violemment le canton.

En revanche, les portes des restaurants, des cafés, des cinémas, des théâtres, restent closes. Ce nouvel assouplissement intervient après que les coiffeurs, les esthéticiens et les thérapeutes ont pu reprendre leurs activités samedi dernier. Il a été décidé de lâcher un peu la bride, car la situation sanitaire à Genève s'améliore.

"Nous sommes passés sous la barre des 250 cas Covid journaliers", a indiqué devant les médias le conseiller d'Etat Mauro Poggia. Il y a un mois, Genève se trouvait en plein coeur de la tourmente provoquée par l'épidémie. Le canton avait même enregistré un pic de 1210 nouveaux cas Covid le 27 octobre.

La courbe s'est infléchie rapidement depuis, car des mesures strictes ont été prises et elles ont porté leurs fruits, a relevé M.Poggia. Genève avait en effet serré plus fortement la vis qu'ailleurs en Suisse romande. Dans les autres cantons, les commerces non essentiels n'ont pas été fermés.

Responsabilité collective

Le gouvernement genevois en appelle maintenant à la discipline de chacun. Le but est d'éviter une nouvelle flambée épidémique qui obligerait le gouvernement à décréter un nouveau durcissement. "Le commerce ne se remettra pas d'une troisième fermeture", a averti la conseillère d'Etat Nathalie Fontanet.

Afin de stimuler leur chiffre d'affaires, les commerces pourront ouvrir les samedis jusqu'à 20 heures, selon l'arrêt du Conseil d'Etat. La réouverture samedi prochain concerne également les musées, les salles d'expositions et les bibliothèques.

Le Conseil d'Etat genevois a par ailleurs adopté un projet de loi prévoyant un soutien financier à fonds perdus de 10,6 millions de francs par mois en faveur du secteur de la restauration. Cette aide se présente sous la forme d'une prise en charge forfaitaire calculée sur la base moyenne de 50 francs par m2 de surface d'exploitation.

Syndicats fâchés

La date de réouverture des établissements de restauration a été fixée le jeudi 10 décembre. La mesure a dû être coordonnée avec les autres cantons romands, afin d'éviter des migrations de clientèle, a fait savoir le Conseil d'Etat genevois.

La Communauté genevoise d'action syndicale (CGAS) a peu apprécié, dans un communiqué diffusé mercredi, l'extension des heures d'ouverture des magasins le samedi qui a été annoncée par le gouvernement. Pour elle, il s'agit d'un contournement du cadre légal qu'elle entend contester devant les tribunaux.

Continuer la lecture

Genève

Transition énergétique: le canton de Genève suit son calendrier

Publié

le

Le canton de Genève respecte pour l'instant le calendrier qu'il s'est fixé pour réduire sa consommation d'énergie fossile et viser la neutralité caborne en 2050. (©KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Par rapport à 2000, le canton de Genève est parvenu à diminuer sa consommation d'énergie fossile de 29,6%. L'objectif d'une baisse de 29% qui avait été fixé pour 2020 est ainsi atteint avec un an d'avance sur le calendrier. Le canton ambitionne d'arriver à la neutralité carbone d'ici à 2050.

"Grâce à ces résultats encourageants, Genève est en bonne voie pour atteindre la société 2000 Watts et sortir progressivement le canton de sa dépendance aux énergies fossiles", a fait savoir le conseiller d'Etat Antonio Hodgers, cité dans un communiqué diffusé lundi par le département du territoire et les Services industriels de Genève (SIG).

Ces résultats s'expliquent notamment par la mise en place de mesures touchant notamment le domaine bâti. Les bâtiments les moins performants sur le plan énergétique doivent obligatoirement être assainis. Des encouragements financiers visent aussi à pousser les propriétaires à entreprendre les travaux pour économiser l'énergie.

Sur le plan de la consommation d'électricité, Genève affiche une diminution de 11% entre 2000 et 2019. Un recul conséquent alors que la croissance démographique du canton s'est élevée à plus de 20% durant ces 20 dernières années. Cette baisse s'explique notamment par le programme d'économies d'énergie SIG-éco21.

Afin de mettre tous les atouts de son côté et réussir à réduire de 60% les émissions de gaz à effet de serre d'ici 2030, le canton ouvre une nouvelle plateforme www.ge-energie.ch. Les utilisateurs du site peuvent y trouver les mesures d'encouragement pour la réalisation de projets liés à la transition énergétique.

Continuer la lecture

Genève

Les TPG abandonnent leur navette autonome de Meyrin

Publié

le

A l'arrêt depuis la crise sanitaire, la navette autonome qui traversait depuis l'automne 2018 le village de Meyrin ne sera pas remise en service. (©KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Les Transports publics genevois (TPG) ont annoncé lundi mettre un terme à leur expérience de véhicule autonome à travers le village de Meyrin. La ligne XA avait été inaugurée en septembre 2018. La navette sans conducteur se trouve aujourd'hui à l'arrêt à cause de la crise sanitaire. Elle ne sera pas remise en service.

Les TPG ont décidé de ne pas solliciter une demande de prolongation auprès de l'Office fédéral des routes (OFROU) pour la concession accordée à la ligne XA, qui arrivera à échéance en janvier 2021, écrit l'entreprise dans un communiqué. Plusieurs raisons expliquent cet abandon.

D'une part, les TPG entendent concentrer leurs efforts sur le projet de navettes autonomes à la demande. Cette expérience est menée pour l'instant sur le site hospitalier de Belle-Idée. D'autre part, Meyrin va mettre des ralentisseurs dans le quartier où passe la ligne XA, rendant difficile l'exploitation d'un véhicule autonome.

Continuer la lecture

Genève

GE: Les pompiers appelés à la rescousse pour transporter les défunts

Publié

le

Des pompiers sont venus à la rescousse du Service des pompes funèbres de la Ville de Genève et aident à la levée des corps et à leur transport jusqu'au Centre funéraire. (Photo : © KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Le service des pompes funèbres de la Ville de Genève, qui travaille sans relâche à cause de la pandémie de Covid-19, a reçu le soutien des pompiers professionnels. Ces derniers aident à la levée des corps et au transport des défunts au Centre funéraire, indique vendredi le département municipal de la cohésion sociale et de la solidarité.

Les pompiers du Service d'incendie et de secours (SIS), tous volontaires pour cette tâche, sont répartis en trois équipes de trois. Ils utilisent les véhicules du Service des pompes funèbres de la municipalité, précise Manuelle Pasquali de Weck, la porte-parole du département.

L'épidémie frappe durement le canton de Genève, et se répercute sur la charge de travail des pompes funèbres. La mortalité en novembre est deux fois plus élevée par rapport aux années précédentes. Les chambres froides à Saint-Georges et au cimetière des Rois sont pleines et la morgue des HUG est utilisée pour entreposer les corps.

Depuis samedi dernier, le Service des pompes funèbres procède à des incinérations samedi. Il y a aussi deux conseillers funéraires supplémentaires dimanche pour préparer les obsèques, relève Mme Pasquali. Sur une cinquantaine de collaborateurs du service, 7 cas de Covid avérés ont été enregistrés depuis mi-octobre.

Continuer la lecture

Les Sujets à la Une

X