Rejoignez-nous

Économie

Binance promet un fonds de recours, le bitcoin rebondit

Publié

,

le

Le cours du bitcoin reprenait un peu de vigueur après s'être effondré la semaine dernière (archives). (© KEYSTONE/DPA-Zentralbild/FERNANDO GUTIERREZ-JUAREZ)

Le patron de la plateforme de cryptomonnaies Binance a affirmé lundi lancer un fonds de recours pour limiter les dégâts causés par la faillite de sa rivale FTX, redonnant un peu de couleur au cours du bitcoin.

"Pour réduire les effets en cascade causés par FTX, Binance crée un fonds de recours pour l'industrie afin d'aider les projets par ailleurs solides mais en manque de liquidité", a affirmé sur Twitter Changpeng Zhao, fondateur et dirigeant de Binance, qui assure que "plus de détails sont à venir".

De quoi redonner un peu d'élan au cours du bitcoin, qui s'était effondré jeudi à 15'574 dollars, un plus bas depuis deux ans: lundi, il s'échangeait pour 16'773 dollars, en hausse de 2,48% par rapport à la veille.

Mais la cryptomonnaie reste en baisse de 20% depuis le dimanche 6 novembre, quand les déboires de la plateforme FTX ont entraîné le marché.

Les plateformes, qui permettent aux utilisateurs d'acheter et de vendre des cryptoactifs, mais qui proposent également des produits dérivés plus ou moins complexes sur ces actifs déjà très volatils, sont au coeur de l'écosystème encore jeune des cryptomonnaies.

Elles sont souvent basées dans des régions aux législations souples: FTX a son siège social aux Bahamas, tandis que Binance n'a pas de siège centralisé, rendant le travail des régulateurs difficile.

"FTX avait 900 millions de dollars en actifs liquides contre 9 milliards de dollars de passif", selon des informations relayées par la presse spécialisée, note Ipek Ozkardeskaya, analyste chez Swissquote, qui remarque que "cela aurait été impossible dans un établissement régulé de la finance traditionnelle".

"La chute de l'un des plus importants courtiers au monde, FTX, va effriter massivement la confiance dans le secteur. De plus, la régulation va se faire un plaisir de resserrer la réglementation", prévient Vincent Boy, analyste chez IG.

Quant aux promesses de M. Zhao, il avait aussi affirmé qu'il allait secourir FTX en début de semaine dernière, avant d'abandonner devant l'ampleur de la tâche.

Il doit répondre aux questions du public dans un forum Twitter (Twitter Space) à 13H30 GMT (14H30 en Suisse).

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp / afp

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Économie

Le Premier ministre chinois en Australie: relations commerciales

Publié

le

La visite de M. Li suit la levée par Pékin de la plupart des barrières commerciales aux exportations australiennes, notamment le charbon, le bois, l'orge et le vin. (© KEYSTONE/AP/Asanka Brendon Ratnayake)

Le Premier ministre chinois Li Qiang est arrivé samedi en Australie pour une visite de quatre jours visant à développer les relations commerciales dans un contexte diplomatique tendu dans la région.

Li Qiang, deuxième homme le plus puissant de l'appareil d'Etat chinois derrière le président Xi Jinping, a atterri à l'aéroport d'Adélaïde dans le sud du pays.

Il a été accueilli sur le tarmac de l'aéroport par la ministre australienne des Affaires étrangères Penny Wong, d'autres représentants du gouvernement et des journalistes.

Le déplacement du haut responsable chinois en Australie est la deuxième étape d'une tournée diplomatique en Océanie qui l'a d'abord mené en Nouvelle-Zélande.

En Australie, Li Qiang doit rencontrer un viticulteur de l'Etat d'Australie-Méridionale. Il devrait également s'enquérir de l'état de santé des deux pandas géants prêtés par la Chine au zoo d'Adélaïde. Puis il s'entretiendra avec son homologue australien Anthony Albanese, avant d'être reçu à Canberra pour un dîner d'Etat, et de se rendre dans une mine de lithium en Australie-Occidentale.

Levée des barrières

La visite de M. Li suit la levée par Pékin de la plupart des barrières commerciales aux exportations australiennes, notamment le charbon, le bois, l'orge et le vin.

La Chine et l'Australie étaient ces dernières années à couteaux tirés, en particulier depuis une demande australienne d'enquête en 2020 sur l'origine de la pandémie de Covid-19, que Pékin estimait politique, et la décision de Canberra d'exclure l'équipementier Huawei de son réseau 5G.

La Chine avait alors relevé ses taxes sur nombre de produits australiens, en particulier le vin, le boeuf et l'orge.

La plupart de ces surtaxes ont été levées à la faveur d'un réchauffement des relations entre Pékin et Canberra depuis l'arrivée des travaillistes au pouvoir.

En matière de défense, cependant, les tensions persistent, l'Australie privilégiant une alliance étroite avec les Etats-Unis dans le Pacifique.

Canberra et Washington oeuvrent à renforcer leurs liens avec les nations insulaires, après la signature d'un accord de sécurité secret entre Pékin et les îles Salomon en 2022.

La Chine a vivement critiqué le pacte de sécurité Aukus. Il comprend notamment la livraison à Canberra de sous-marins à propulsion nucléaire. Pékin y voit une menace pour sa sécurité, et une violation des règles de non-prolifération nucléaire.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Économie

Enquête sur la fiabilité du titane chinois utilisé par Boeing

Publié

le

Le titane incriminé a été intégré à des 737 et 787 Dreamliner de Boeing ainsi qu'à des A220 d'Airbus, construits entre 2019 et 2023 (archives). (© KEYSTONE/AP THE PLAIN DEALER/C.H. PETE COPELAND)

Le régulateur américain de l'aviation civile enquête sur la fiabilité du titane utilisé par Boeing et Airbus dans la fabrication d'appareils récents et dont les certificats ont été falsifiés. Selon des responsables, il n'y a pas de risque pour les avions en service.

D'après le New York Times, il s'agit de métal fourni par un fournisseur chinois, assorti de documents comportant de fausses informations, inscrites par un employé.

"Boeing a signalé spontanément au régulateur américain, la FAA, que ces matériaux avaient été obtenus auprès d'un fournisseur qui pourrait avoir communiqué des documents falsifiés ou incorrects", a indiqué à l'AFP un porte-parole de la FAA. "La FAA enquête sur l'étendue et l'impact de ce problème".

Plusieurs responsables de l'industrie ont expliqué à l'AFP, sous couvert d'anonymat, que ce développement n'induisait pas de risque immédiat pour les avions actuellement en service.

Avions construits entre 2019 et 2023

Selon le New York Times, le titane incriminé a été intégré à des 737 et 787 Dreamliner de Boeing ainsi qu'à des A220 d'Airbus, construits entre 2019 et 2023, sans qu'il soit encore possible d'en déterminer le nombre.

Spirit AeroSystems, sous-traitant de Boeing et d'Airbus qui mène sa propre enquête, privilégie l'hypothèse d'un seul lot de titane concerné, a indiqué un porte-parole. "La documentation est falsifiée", a-t-il commenté, mais "le titane est de bonne qualité. Pour nous, il n'y a pas de problème de sécurité. Mais on ne parvient pas à retrouver l'origine" du métal.

Le porte-parole a précisé que Spirit avait pris livraison du titane sous forme de pièces et non de métal brut.

Boeing a indiqué qu'il retirerait le titane sur les appareils non encore livrés, mais que ceux actuellement en service pouvaient "continuer à voler en sécurité". "Les tests effectués à ce stade ont montré que le bon alliage de titane avait été utilisé", a ajouté l'avionneur.

Airbus a assuré au New York Times que "la capacité de l'A220 à voler était intacte".

Boeing multiplie les déboires depuis plusieurs mois, en partie liés à des problèmes sur ses chaînes de montage. Jeudi, il a fait état de fixations insuffisamment serrées sur plusieurs 787 Dreamliner en attente de livraison. Le patron du groupe, Dave Calhoun, doit être auditionné, la semaine prochaine, devant une commission du Sénat américain.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Économie

Le G7 cible la Chine pour son soutien à Moscou

Publié

le

Le G7 a accueilli vendredi des chefs d'État et de gouvernement non membres, dont l'Indien Narendra Modi, Abdallah II de Jordanie, le Turc Recep Tayyip Erdogan, l'Argentin Javier Milei et le Brésilien Luiz Inacio Lula da Silva. (© KEYSTONE/AP/Andrew Medichini)

La Chine a été la cible de virulentes critiques de la part des dirigeants du G7 vendredi en Italie. Elle a été accusée de fausser les règles du commerce international et de soutenir la Russie dans sa guerre contre l'Ukraine.

Dans un projet de déclaration finale consulté par l'AFP, le "Groupe des 7" (États-Unis, Allemagne, France, Italie, Royaume-Uni, Canada, Japon) a dit vouloir "agir ensemble pour (...) lutter contre les politiques et les pratiques non commerciales qui compromettent l'égalité des conditions de concurrence et notre sécurité économique, et renforcer notre coordination pour relever les défis de la surcapacité mondiale".

Joe Biden, Olaf Scholz, Emmanuel Macron et leurs homologues réunis en sommet avec l'Union européenne depuis jeudi à Borgo Egnazia, près de Bari, dans le sud de l'Italie, s'inquiètent du risque posé aux marchés mondiaux par la hausse des exportations chinoises de produits à bas coût, alimentée par des subventions aux nouvelles technologies, notamment dans les secteurs de l'énergie photovoltaïque, des véhicules électriques et des batteries au lithium.

"Politiques hors marché"

Tout en disant "aspirer à des relations constructives et stables avec la Chine" dont ils reconnaissent "l'importance dans le commerce mondial", les dirigeants du G7 expriment leur "préoccupation face aux "politiques et pratiques hors marché" qui entraînent des "conséquences au niveau mondial, des distorsions de marché et une surcapacité néfaste dans un nombre croissant de secteurs".

"Nous défendons une concurrence mondiale juste", a écrit sur X la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen. Face à la surproduction chinoise, les pays du G7 et Bruxelles aligneront "leurs réponses" sur la question des surcapacités industrielles, a-t-elle promis.

A l'issue du sommet, Emmanuel Macron a lui aussi évoqué un besoin de "synchronisation" des économies des pays du G7, en particulier celles des Etats-Unis d'un côté, de l'Europe de l'autre. Les réponses à la Chine "ne doivent pas conduire à une concurrence entre les membres du G7 et une discussion a été décidée sur la question des subventions dans nos économies", a-t-il dit à des journalistes.

Le G7 exhorte aussi Pékin à "s'abstenir de (...) mesures de contrôle des exportations, en particulier sur les minerais critiques, qui pourraient générer des perturbations significatives de la chaîne d'approvisionnement mondiale", alors que le pays impose des restrictions sur les exportations de minerais cruciaux pour des secteurs comme les véhicules électriques et les télécoms.

Droits de douane

En représailles aux importations massives de véhicules électriques chinois dans l'UE, qui menacent les constructeurs européens, Bruxelles a annoncé mercredi jusqu'à 38% de droits de douane supplémentaires, très loin, toutefois, des 100% de droits annoncés en mai par le président américain Joe Biden.

Réagissant à l'annonce de l'UE, la Chine a annoncé jeudi qu'elle "se réserve le droit" de porter plainte auprès de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) "et de prendre toutes les mesures nécessaires pour défendre résolument les droits et les intérêts des entreprises chinoises".

Le G7 évoque aussi dans son projet de déclaration l'aide chinoise à l'effort de guerre russe, la situation militaire et diplomatique dans la zone "indopacifique" avec en point de mire les contentieux territoriaux entre Pékin et ses voisins, dont Taïwan, et la sécurité des voies maritimes en mer de Chine méridionale.

"Nous appelons la Chine à cesser de transférer (...) des composants d'armes et des équipements qui alimentent le secteur de la défense russe", indique la déclaration.

50 milliards pour l'Ukraine

"Nous sommes solidaires pour soutenir le combat de l'Ukraine pour sa liberté et sa reconstruction aussi longtemps que nécessaire", affirment les chefs d'État et de gouvernement, qui ont reçu jeudi le président ukrainien Volodymyr Zelensky et lui ont promis 50 milliards de dollars tirés des revenus des avoirs russes gelés, un "signal sans équivoque" envoyé à Poutine.

Le G7 est "d'accord pour agir ensemble" contre la fourniture par Pékin à Moscou de "matériels nécessaires pour sa machine de guerre", a affirmé jeudi le président Joe Biden au cours d'une conférence de presse commune avec M. Zelensky.

Ce dernier a toutefois assuré que le président Xi Jinping lui avait "donné sa parole", lors d'un entretien téléphonique, que Pékin ne vendrait pas d'armes à la Russie.

Le G7 a accueilli vendredi des chefs d'État et de gouvernement non membres, dont l'Indien Narendra Modi, Abdallah II de Jordanie, le Turc Recep Tayyip Erdogan, l'Argentin Javier Milei et le Brésilien Luiz Inacio Lula da Silva.

Le pape François est également venu disserter sur l'intelligence artificielle, mettant en garde contre l'usage militaire de l'IA et appelant à interdire les "armes autonomes létales".

Frictions

Le sommet a par ailleurs été marqué par des frictions entre la France, les États-Unis et l'Italie, pays hôte, critiquée pour s'opposer à une référence en faveur de la défense du droit à l'avortement dans la déclaration finale du sommet.

Le projet de déclaration finale n'inclut aucune référence directe au droit à l'avortement, mais conserve peu ou prou une formulation plus vague publiée à l'issue du sommet de Hiroshima (Japon) en 2023 évoquant "les droits et la santé sexuels et reproductifs".

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Économie

Poste: les délais d'acheminement seront assouplis

Publié

le

La Poste ne distribuera plus le courrier A systématiquement dans les délais (photo d'illustration). (© KEYSTONE/CHRISTIAN BEUTLER)

La Poste doit avoir plus de flexibilité dans la distribution. Le Conseil fédéral propose que seulement 90% des lettres et paquets soient livrés à temps. Le géant jaune ne sera plus tenu non plus d'aller vers toutes les maisons habitées à l'année.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Gémeaux

Vous naviguez au milieu de certaines ambiguïtés émotionnelles, il est essentiel de ne pas prendre de résolutions trop draconiennes en ce moment.

Les Sujets à la Une

X