Rejoignez-nous

Climat

Inondations: 200'000 personnes priées d'évacuer, Sydney épargnée

Publié

,

le

La population de la côte Est du pays fait face depuis plus d'une semaine à des précipitations diluviennes. (© KEYSTONE/EPA/DAN HIMBRECHTS)

Les services de secours australiens ont ordonné à quelque 200'000 personnes d'évacuer leurs domiciles en raison des fortes pluies, qui ont fait 13 morts sur la côte Est. La ville de Sydney a elle finalement été épargnée par le déluge redouté.

Les autorités ont émis une alerte météorologique pour fortes pluies et vents violents visant une bande de 400 kilomètres s'étendant le long de la côte Est de l'Australie, y compris la banlieue de Sydney, la plus grande ville du pays (cinq millions d'habitants).

Depuis plus d'une semaine, des précipitations diluviennes ont ravagé la côte Est, se déplaçant de l'Etat du Queensland vers la Nouvelle-Galles du Sud. Des rivières sont sorties de leur lit et l'eau a submergé des maisons jusqu'au toit.

"Beaucoup de gens se sont réveillés ce matin pour trouver une grande partie de leur Etat sous les eaux", a déclaré jeudi Dominic Perrottet, le Premier ministre de Nouvelle-Galles-du-Sud où 200'000 résidents ont reçu l'ordre d'évacuer. "Si vous faites l'objet d'un de ces ordres d'évacuation, partez s'il vous plaît", a-t-il imploré lors d'une conférence de presse.

Le barrage de Warragamba, au sud-ouest de Sydney, qui fournit 80% de l'eau potable consommée dans la métropole, déborde depuis mercredi matin. La ville a cependant échappé au déluge redouté.

Certaines régions situées le long du fleuve Hawkesbury et de la rivière Nepean qui coulent à travers les banlieues Ouest de la ville ont toutefois connu d'importantes inondations, selon une porte-parole du bureau de météorologie de Nouvelle-Galles du Sud.

Animaux sinistrés

"Il faudra un certain temps pour que cela se calme", a-t-elle estimé. Dans la ville de Windsor, un pont a été submergé par les eaux boueuses du Hawkesbury, empêchant tout accès aux habitations et aux exploitations agricoles situées de l'autre côté.

Situé près de Sydney, le célèbre zoo de Taronga s'est préparé à accueillir des animaux sauvages blessés par les pluies torrentielles et les inondations. Les soignants se montraient particulièrement inquiets pour les plus jeunes animaux, notamment les échidnés, un mammifère à piquants, et les bandicoots, un petit marsupial, ainsi que pour les oiseaux.

La pluie peut gorger d'eau leurs plumes et les empêcher de voler, a expliqué une porte-parole du zoo à l'AFP.

"Sévère changement climatique"

L'Australie est durement touchée ces dernières années par le changement climatique: les sécheresses, les feux de brousse meurtriers et les inondations y sont de plus en plus fréquents et intenses. "L'Australie est en première ligne d'un sévère changement climatique", a déclaré Hilary Bambrick, experte en environnement à l'Université technologique du Queensland.

"Les températures augmentent plus vite en Australie qu'en moyenne dans le monde, et des températures élevées signifient que l'atmosphère retient plus l'humidité, et donc que les événements pluvieux deviennent plus extrêmes", a-t-elle expliqué. A travers la Nouvelle-Galles du Sud, les inondations ont atteint leur plus haut niveau depuis des décennies.

Dans des villes telles que Lismore, dans le Nord-Est de l'Etat, les habitants se sont réfugiés sur leurs toits, attendant parfois de nombreuses heures avant d'être secourus. "De nombreux habitants sont retournés chez eux aujourd'hui dans les Northern Rivers et au cours des dernières 24 heures, et ont découvert des scènes dévastatrices", a déclaré le Premier ministre de l'État.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Climat

Col de la Forclaz: personnes toujours évacuées après l'éboulement

Publié

le

Mercredi dernier, un gros bloc de 13 mètres cubes s'est détaché d'une paroi en amont du hameau de Plan Cerisier. (Archives). (© KEYSTONE/KANTONSPOLIZEI WALLIS/KAPO VS)

La vingtaine de personnes évacuées préventivement après des chutes de pierres survenues sur la route du col de la Forclaz mercredi ne peuvent pas encore rejoindre leur domicile, ceci pour des raisons de sécurité. La route reste fermée.

La paroi rocheuse n'est pas encore suffisamment sécurisée, a indiqué vendredi à l'ATS Raphaël Mayoraz, chef du service valaisan des dangers naturels et géologue cantonal. Selon l'avancement des travaux, les personnes évacuées devraient pouvoir rejoindre leur domicile dans le courant de la semaine prochaine.

La route ainsi que tous les chemins pédestres de la zone vont rester fermés pour l'heure et les déviations prévues restent en place. Les travaux de purge, qui visent à faire tomber au sol les éléments fragilisés par l'éboulement, se poursuivent. Des filets de sécurité vont aussi être installés, mais cela prendra plusieurs mois.

Gros bloc de pierre

Un gros bloc de pierre de 15 m3 s’est détaché d'une paroi en amont du hameau de Plan-Cerisier dans le secteur situé entre Sur-Le-Scex et Planojean le 15 mars vers 07h00. Selon la police valaisanne, il a ensuite "traversé la forêt, des vignes et la route cantonale du col de la Forclaz, avant de s'immobiliser, à proximité du restaurant de Plan-Cerisier".

Personne n'a été blessé, mais une voiture stationnée dans le secteur a été impactée. Les dégâts pourraient se chiffrer en centaines de milliers de francs. "La route a été endommagée à trois endroits, il faut sécuriser toute une paroi et des murs en pierres sèches se sont affaissés", avait indiqué mercredi Florence Carron Darbellay, présidente de la commune de Martigny-Combe.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Climat

Turquie: inondations meurtrières dans la zone du séisme

Publié

le

Nombre de rescapés du séisme ont été relogés temporairement dans des villages de tentes et de conteneurs en Turquie (image d'illustration). (© KEYSTONE/EPA/YAHYA NEMAH)

Une vingtaine de personnes sont décédées ou portées disparues mercredi dans des inondations qui ont frappé deux provinces du sud-est de la Turquie. Celles-ci étaient déjà affectées par le séisme dévastateur du 6 février, ajoutant à la détresse des rescapés.

Douze personnes ont perdu la vie dans la ville de Sanliurfa, parmi lesquelles cinq Syriens retrouvés morts dans le sous-sol d'un immeuble et deux autres sont décédées dans la province voisine d'Adiyaman, dont un bébé d'un an et demi, a rapporté le ministre de l'Intérieur, Suleyman Soylu.

Cinq personnes sont portées disparues. Plus de 160 secouristes et plongeurs ont été dépêchés dans la région, a précisé le ministre.

Les images vidéo montrent des villes envahies par des eaux torrentielles et boueuses; sur l'une d'elles on voit un homme en costume beige et cravate tenter de se maintenir en surface alors qu'il est emporté à vive allure par les flots bruns.

La province d'Adiyaman et celle, voisine, de Malatya, durement frappées par les pluies ont été parmi les plus touchées et ont subi d'importantes destructions lors du séisme.

Au moins une des victimes décédées à Adiyaman se trouvait à l'intérieur d'un conteneur transformé en hébergement d'urgence quand elle a été prise au piège par les eaux, selon l'agence officielle Anadolu.

Sur une des vidéos tournée dans la province de Malatya, le niveau de l'eau a monté autour des tentes blanches où sont réfugiés des rescapés du séisme.

Logements temporaires

Quelque deux millions de rescapés du séisme ont été logés de façon temporaire dans des villages de tentes et de conteneurs dans les onze provinces turques touchées par le séisme.

Selon le gouvernorat de Sanliurfa et des images diffusées par la chaîne privée NTV, les pluies torrentielles ont également envahi le rez-de-chaussée de l'un des principaux hôpitaux de la province, dont une unité de soins intensifs, obligeant les médecins à transférer des patients.

Les images montrent des avenues de Sanliurfa, grande ville située à 50 kilomètres à vol d'oiseau de la frontière syrienne, transformées en torrents brunâtres charriant un chaos de voitures et camions.

La secousse du 6 février a fait près de 48'500 morts et affecté 13,5 millions de personnes, soit près d'un sixième de la population turque, selon le dernier bilan des autorités.

En campagne pour sa réélection le 14 mai, le président turc Recep Tayyip Erdogan, qui se trouvait de nouveau dimanche dans la zone du tremblement de terre qu'il a fréquemment visitée, a promis mercredi de construire au plus vite 650'000 logements dans les provinces affectées par le séisme.

"Au-delà des opérations de secours, de l'aide d'urgence et des abris temporaires que nous avons fournis jusqu'à présent, nous promettons à notre nation de restaurer les villes détruites lors du tremblement de terre d'ici un an", a-t-il dit dans un discours devant les députés de son parti, réitérant une promesse faite au lendemain du désastre.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Climat

Un skieur perd la vie dans une avalanche d'envergure à Nendaz (VS)

Publié

le

Huit hélicoptères et des chiens d'avalanche ont été engagés (archives). (© KEYSTONE/CYRIL ZINGARO)

Une avalanche d'envergure qui a eu lieu mercredi peu avant midi à Nendaz (VS) a coûté la vie à un skieur russe de 58 ans. Un important dispositif de secours avait immédiatement été mis en oeuvre par les secours au vu de l'ampleur de la coulée.

L'opération a permis de dégager un skieur, malheureusement décédé, indique vers 17h30 la police cantonale dans un communiqué. Les recherches se sont poursuivies dans l'après-midi afin d'exclure la présence d'autres victimes. Le Ministère public a ouvert une instruction.

En début d'après-midi, la police avait indiqué à Keystone-ATS "espérer qu'il n'y ait personne sous cette masse de neige". Huit hélicoptères, des conducteurs de chiens et la police étaient alors sur place à la recherche d'éventuels skieurs ensevelis.

Mercredi la coulée s'est déclenchée à Tortin, au lieu-dit "Louettes Econdouè", côté Nendaz, hors des pistes balisées. Elle faisait entre 300 et 400 mètres de large.

Lundi déjà, une avalanche s'était produite sur les hauteurs de Nendaz, coûtant la vie à un skieur néerlandais alors qu'il faisait du hors-piste vers le col des Gentianes.

Manteau neigeux défavorable

La police cantonale appelle à la plus grande prudence "en raison de la constitution dangereuse du manteau neigeux". La neige ancienne, qui n'a pas connu de précipitation durant six semaines, est composée de "grains sans cohésion". Elle est désormais recouverte d'une importante couche de neige fraîche.

Dans ces conditions, le poids d'un skieur suffit à déclencher une grosse avalanche. Et "le risque d'ensevelissement profond est important", explique à Keystone-ATS un porte-parole de la police cantonale. Celle-ci appelle la population à "renoncer au hors-piste en terrain non sécurisé ou sans être accompagné par un professionnel si l'on ne bénéficie pas de l'expérience nécessaire". Le danger risque de durer.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Climat

La route du col de la Forclaz fermée en raison d'un éboulement

Publié

le

Un gros bloc de pierre de 15 m3 s’est détaché d'une paroi en amont du hameau de Plan-Cerisier, sur la commune de Martigny-Combe, ce mercredi matin. (© KEYSTONE/Police cantonale Valais)

A la suite de chutes de pierres mercredi, dont un gros bloc de 15 m3, la route du col de la Forclaz va rester fermée quelques jours. Personne n'a été blessé. Une vingtaine de personnes ont été préventivement évacuées, le temps de sécuriser la paroi rocheuse.

Un gros bloc de pierre de 15 m3 s’est détaché d'une paroi en amont du hameau de Plan-Cerisier dans le secteur situé entre Sur-Le-Scex et Planojean mercredi matin vers 7h00, indique la police cantonale valaisanne sur Twitter. Il a ensuite "traversé la forêt, des vignes et la route cantonale du col de la Forclaz, avant de s'immobiliser, à proximité du restaurant de Plan-Cerisier", précise-t-elle.

Personne n'a été blessé, mais une voiture stationnée dans le secteur a été impactée. Une vingtaine de personnes habitant le hameau ont été évacuées préventivement. Elles ne pourront pas rejoindre leur domicile avant en tout cas vendredi soir, indique à Keystone-ATS la présidente de la commune de Martigny-Combe Florence Carron Darbellay mercredi en fin d'après-midi.

La route ainsi que tous les chemins pédestres de la zone vont rester fermés quelques jours, souligne également la police cantonale. Des déviations ont été mises en place.

Des filets

Cette situation va se poursuivre le temps que les travaux de purge, qui visent à faire tomber au sol les éléments fragilisés par l'éboulement, se terminent. Des filets vont aussi être installés, ajoute la présidente. "La zone était déjà sous surveillance et des études ont été lancées pour la sécuriser", poursuit-elle.

Quant aux dégâts, ils pourraient se chiffrer en centaines de milliers de francs. "La route a été endommagée à trois endroits, il faut sécuriser toute une paroi et des murs en pierres sèches se sont affaissés", liste rapidement Florence Carron Darbellay.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Scorpion

Soyez certain, dans l’après-midi, de la réussite de plusieurs démarches. Pour couronner le tout, la soirée promet de jolies situations amoureuses…

Les Sujets à la Une

X