Rejoignez-nous

International

Températures mondiales records en 2023, la COP28 sous pression

Publié

,

le

2023 a maintenant six mois et deux saisons records, indique le service européen de surveillance du climat (image prétexte). (© KEYSTONE/DPA/JULIAN STRATENSCHULTE)

L'année 2023 sera bien la "plus chaude" de l'histoire et la température monte mercredi chez les négociateurs à la COP28 pour tenter de terminer la première semaine avec des progrès sur la question toujours plus disputée des énergies fossiles.

A Dubaï, une nouvelle version du texte en discussion en vue d'un futur accord, théoriquement d'ici le 12 décembre, est attendue "probablement" mercredi dans la journée, selon un observateur.

Mais rien n'est jamais certain à la COP, ni sur la forme, ni sur le fond.

La situation est "très dynamique", résumait une négociatrice mardi soir, alors que les représentants de près de 200 pays ont débattu jusque très tard du noeud gordien du projet d'accord final: le sort du pétrole, du gaz et du charbon, principales causes du réchauffement climatique.

Plusieurs options sont sur la table, notamment l'objectif d'une "sortie ordonnée et juste des énergies fossiles".

L'apparition de cette formulation préfigure un éventuel consensus qui fixerait un objectif universel tout en permettant un échéancier différent pour les pays selon leur degré de développement ou de dépendance aux hydrocarbures.

Mais cette option est en balance avec une possibilité plus radicale: ne rien décider sur les énergies fossiles, reflet de l'opposition à ce stade de l'Arabie saoudite et de la Chine, selon plusieurs observateurs qui assistent aux réunions à huis clos.

L'Inde s'est aussi opposée mardi soir à des objectifs sectoriels ou sur des énergies spécifiques, a confirmé un témoin à l'AFP.

"A bord du train"

L'accord de Paris de 2015 "a été un grand succès pour nous tous", a jugé mardi le négociateur saoudien Khaled Almehaid. "Désormais le défi est de savoir comment garder tous les passagers à bord du train", a-t-il ajouté, plaidant par cet euphémisme diplomatique pour la ferme opposition saoudienne à tout message anti-pétrole à la COP.

En l'état, le texte ne propose pas d'objectif à court terme pour les trois énergies fossiles alors que les experts du climat estiment qu'il faut réduire les émissions de 43% d'ici à 2030 par rapport à 2019 pour espérer tenir la limite de 1,5°C.

La nouvelle version attendue mercredi doit être portée dans une grande réunion plénière faisant le bilan de la première semaine de travaux. Avant une journée de repos jeudi et l'arrivée ce week-end des ministres, censés reprendre la main au niveau politique pour la dernière ligne droite.

Pendant ce temps, le réchauffement climatique ne connaît pas de répit. Le service européen Copernicus a confirmé que l'année 2023 serait bien la "plus chaude" de l'histoire après un mois de novembre "extraordinaire".

"Le plus tôt possible"

Le mois de novembre 2023 a par ailleurs été 1,75°C plus chaud que la moyenne d'un mois de novembre pour la période 1850-1900, qui correspond à l'ère pré-industrielle.

L'automne boréal (dans l'hémisphère Nord) est ainsi le plus chaud de l'histoire "avec une marge large", puisqu'il est 0,88°C au-dessus de la moyenne, selon Copernicus.

"Ce mois de novembre extraordinaire, comprenant notamment deux jours avec des températures supérieures de 2 degrés à l'ère préindustrielle, signifie que 2023 est l'année la plus chaude jamais enregistrée dans l'histoire", a déclaré Samantha Burgess, cheffe adjointe du service changement climatique (C3S) de Copernicus.

"Tant que les concentrations de gaz à effet de serre continueront d'augmenter, il ne faut pas s'attendre à des résultats différents de ceux observés cette année. La température continuera d'augmenter, de même que les effets des vagues de chaleur et des sécheresses", a souligné Carlo Buontempo, directeur du C3S.

"Atteindre le net zéro (en termes d'émissions) le plus tôt possible est un moyen efficace de gérer les risques liés au climat", a-t-il ajouté, dans une allusion aux négociations à la COP28.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

International

Une occasion en or pour Lara Gut-Behrami

Publié

le

Lara Gut-Behrami peut prendre ce week-end une option décisive sur la conquête de la Coupe du monde. (© KEYSTONE/ALESSANDRO DELLA VALLE)

Deux Super-G sont au programme de la Coupe du monde féminine ce week-end à Val di Fassa. L'occasion pour Lara Gut-Behrami de prendre ses distances avec Mikaela Shiffrin en vue du grand globe.

Lara Gut-Behrami a quitté la Valais avec 200 points de plus dans ses valises. La voici désormais avec 205 unités de plus que Mikaela Shiffrin qui n'est toujours pas revenue sur le circuit après sa blessure à Cortina. L'Américaine devrait se présenter à Are en mars pour un géant et un slalom, mais il existe une possibilité qu'elle revienne à Kvitfjell le week-end prochain pour deux épreuves de vitesse.

Mais si la Luganaise réalise deux belles courses en Italie, elle pourrait prendre une avance décisive et ainsi assurer son deuxième grand globe après celui de 2016. Le Cirque blanc féminin est de retour dans la station italienne trois ans après la grande première. A l'époque, Lara Gut-Behrami avait réalisé un week-end quasi parfait. Elle avait remporté les deux descentes et fini 2e du Super-G derrière Federica Brignone.

Et en plus du grand globe, il y a aussi une chaude bataille pour celui du Super-G. La skieuse de Comano mène avec seulement cinq points d'avance sur Cornelia Hütter et 34 sur Federica Brignone.

Seulement pour qu'il y ait bagarre, il faut qu'il y ait des courses. Et les prévisions météorologiques ne sont pas bonnes pour ce week-end. Le ski libre de vendredi a déjà été annulé afin de préserver la piste puisqu'on annonce de fortes chutes de neige dans cette région du Trentin-Haut-Adige.

Si les courses devaient être annulées, cela rebattrait les cartes puisque celles-ci ne seraient probablement pas rattrapées. Et Mikaela Shiffrin pourrait peut-être tenter de mettre la pression sur Lara-Gut-Behrami en faisant le voyage de la Norvège.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

International

Marco Odermatt pour la passe de dix

Publié

le

Marco Odermatt:: l'homme à battre samedi... comme toujours. (© KEYSTONE/AP/Alessandro Trovati)

La Coupe du monde masculine est repartie aux Etats-Unis. Avant les trois courses techniques d'Aspen, Marco Odermatt tentera de s'imposer pour la 10e fois de suite en géant samedi à Palisades Tahoe.

Après les épreuves ratées de Beaver Creek début décembre, le Cirque blanc se retrouve en Amérique du Nord pour cinq courses au programme. Avant les deux géants et le slalom d'Aspen, les athlètes auront droit à un géant et un slalom à Palisades Tahoe en Califronie.

Et pour Marco Odermatt, ce sera la possibilité d'accrocher un dixième géant de suite, une 21e victoire dans la discipline et un 35e succès en Coupe du monde, rien que ça. Depuis le géant de Méribel lors des finales de Coupe du monde le 19 mars 2022, le Nidwaldien ne s'est incliné que deux fois en 17 courses, à Alta Badia en 2022 (3e) et à...Palisades Tahoe l'an dernier, battu par Marco Schwarz. Dans des conditions dantesques, "Odi" avait cédé la victoire pour 0''03.

Aujourd'hui, l'Autrichien est blessé. On a vu à Bansko que même lorsqu'il ne skie pas divinement bien, Odrematt possède une marge impressionnante sur ses rivaux. Après six courses et autant de victoires, il est insensé de se dire que le globe de la discipline n'est pas encore mathématiquement joué. Tout simplement parce qu'il reste cinq géants au programme.

Pour Odermatt, cette fin de saison en géant va être d'accumuler le plus de succès possible afin d'égaler le record d'Ingemar Stenmark et ses 14 victoires consécutives dans la discipline. S'il remporte les cinq géants restants, ce sera le cas.

Dimanche, le slalom sera beaucoup plus indécis. Dernier vainqueur de la saison avec sa fantastique remontada de la 30e à la première place à Chamonix, Daniel Yule cherchera à oublier le déplacement manqué de Bansko avec ce slalom annulé. Et à se venger de sa deuxième manche manquée l'année passée dans la station californienne. Deuxième au terme du premier tracé, le skieur du Val Ferret avait totalement manqué son second effort pour échouer au 24e rang. Loïc Meillard (21e) avait lui aussi dégringolé au classement et c'est finalement Ramon Zenhäusern avec sa 6e place qui avait sauvé l'honneur des slalomeurs helvétiques.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

International

Gaza: le président brésilien persiste à accuser Israël de génocide

Publié

le

Le président brésilien Luiz Inacio Lula da Silva a utilisé à plusieurs reprises le terme de "génocide". (© KEYSTONE/EPA/Andre Coelho)

Le président brésilien Luiz Inacio Lula da Silva a persisté vendredi à accuser Israël de "génocide" envers les Palestiniens à Gaza. Il a récemment déclenché une crise diplomatique en comparant l'offensive israélienne contre le Hamas à la Shoah.

"Ce que l'Etat d'Israël est en train de faire, ce n'est pas une guerre, c'est un génocide, car il est en train de tuer des femmes et des enfants", a lancé Lula lors d'une cérémonie à Rio de Janeiro. Il a été déclaré lundi "persona non grata" par Israël pour avoir tenu ces mêmes propos.

Le dirigeant brésilien, qui réagissait pour la première fois depuis la polémique lancée par sa comparaison de l'offensive israélienne à la Shoah, a maintenu sa position, soulignant à plusieurs reprises le terme de "génocide".

"C'est un génocide. Ce sont des milliers d'enfants morts et des milliers de disparus. Ce ne sont pas des soldats qui meurent, ce sont des femmes et des enfants à l'hôpital. Si cela n'est pas un génocide, je ne sais pas ce qu'est un génocide", a martelé Lula.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Le soutien de la France à l'Ukraine ne "faiblira pas", lance Macron

Publié

le

Après deux ans de guerre, la situation est "extrêmement difficile" pour l'armée ukrainienne sur le front est, selon Kiev (archives). (© KEYSTONE/AP 10th Mountain Assault Brigade "Edelweiss"/SHANDYBA MYKY)

Le président français Emmanuel Macron a averti samedi son homologue russe Vladimir Poutine que le soutien de la France auprès de l'Ukraine ne "faiblira pas". Il ne faut "pas compter" sur une "lassitude des Européens", a-t-il lancé.

"Deux ans de guerre. Frappée et meurtrie, mais toujours debout. L'Ukraine se bat pour elle, pour ses idéaux, pour notre Europe. Notre engagement à ses côtés ne faiblira pas", a écrit M. Macron, dans un message posté par l'Elysée sur le réseau social X (ex-Twitter) à l'occasion du deuxième anniversaire de l'invasion russe.

"La Russie du président Poutine ne doit pas compter sur une quelconque lassitude des Européens", prévient également la présidence française dans un communiqué sur X.

"L'issue de cette guerre sera décisive pour les intérêts, les valeurs et la sécurité européenne. La France est et restera aux côtés de l'Ukraine et du peuple ukrainien", ajoute encore le communiqué de l'Elysée.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Derniers titres

Les 2 derniers titres

Votre Horoscope

Lion

Dès ce matin, vous allez contacter quelques amis, car vous avez vraiment envie de voir du monde et de vous distraire. C'est une excellente idée.

Les Sujets à la Une

X